Dimanche 24 Janvier, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

Milices de chefs religieux : Un danger au nom de la confrérie

Single Post
Milices de chefs religieux : Un danger au nom de la confrérie
Effet de mode, précautions sécuritaires, ostentation… La sécurité privée de certains chefs religieux ne rassure guère. Qualifiées de milices, ces "armées" constituent un danger rampant que certains voudraient voir disparaître. Seneweb vous propose un zoom avec des avis techniques et juridiques.

Samedi dernier, la gendarmerie a effectué une descente musclée dans les différents centres d'entrainement de la sécurité de Serigne Modou Kara Mbacké. Dans sa version des faits, le guide religieux crie à l'acharnement. "La gendarmerie sénégalaise vient d'arrêter tous les éducateurs et pensionnaires du centre de redressement de la Kara sécurité à Guédiawaye", a écrit Kara sur sa page Facebook.

Mais la gendarmerie n'a pas tardé à réagir. Elle révèle des faits graves constatés dans ces centres dits de redressement. Le Colonel Pape Diouf explique que des éléments de la Section de Recherches ont fait le déplacement sur les lieux pour une affaire de vol de scooters. Ils y ont découvert trois scooters volés.

Mais il y a aussi une autre découverte. "Des personnes ont été également retrouvées sur les lieux. Elles étaient toutes soumises à des actes de torture. Elles étaient âgées entre 17 et 42 ans et souffraient de malnutrition. Elles ont été toutes transportées à l'hôpital Principal de Dakar avec l'aide de la gendarmerie", révèle le colonel Diouf.

À partir de ce constat, ils décident alors de visiter les autres sites. Ils trouvent 213 personnes à Guédiawaye, 22 à Malika, et 100 personnes dont 7 mineurs à la Zone B. "Un des geôliers a été retrouvé avec de la drogue. Ce dernier a trouvé refuge au domicile du guide religieux Serigne Modou Kara Mbacké. Son fils l'a arrêté avant de le remettre à la Section de Recherches de la gendarmerie nationale", renchérit le colonel.

Au total, 43 personnes ont été arrêtées et une enquête ouverte. Selon la gendarmerie, il y a eu deux cerveaux dont l'un se fait appeler "colonel" et l'autre "commandant".

Indépendamment de la véracité de l'une ou de l'autre des deux versions, cette affaire relance le débat sur la sécurité ostentatoire de certains guides religieux qualifiée même de milices par des Sénégalais.

Bamba Ndiaye : "J'ai alerté depuis 2004 sur le danger…"

En 2019, lors de la célébration du Gamou au Champ de Courses de Tivaouane, Serigne Moustapha Sy lança une pique à son cousin Serigne Modou Kara Mbacké : "une autorité religieuse doit éviter de se prendre pour un comédien".

Une attaque qui aurait pu être un déclencheur de crise pour ne pas dire une bataille entre deux guides religieux populaires, avec chacun à sa disposition un service de sécurité "de pointe". Mais Kara avait préféré tempérer, relativisant même les propos de Serigne Moustapha.

Mais une question de fond se pose à ce niveau : qu'adviendrait-il si Kara avait opté de répondre sur le même ton. Cette "petite" phrase du guide des Moustarchidines ne risquait-elle pas de déboucher sur une guerre entre milices ?

L'ancien ministre chargé des Affaires religieuses, Mamadou Bamba Ndiaye (dossier réalisé en 2019) de répondre : "pour toutes ces raisons, j'estime qu'il urge de réglementer les mesures d'autodéfense. Au Sénégal, nous avons encore la chance d'avoir des hommes religieux respectueux de la mesure, mais il faut mettre des garde-fous".

"J'ai alerté depuis 2004 sur le danger de l'utilisation abusive des gardes du corps dans notre pays. J'avais alors dit que cela déboucherait sur des milices susceptibles de menacer la paix et la sécurité républicaines. Aujourd'hui, plus que jamais, le danger se précise. Or, en République, la violence est du domaine exclusif de l'État. Il appartient à l'État de veiller au respect des normes républicaines qui s'imposent à tous les citoyens", martèle l'ancien ministre.

Gourdins des Thiantacônes

Pourtant, du côté des mis en cause, l'explication servie est de toute autre nature. Longtemps pointé du doigt, le camp de Serigne Modou Kara se justifie et prêche la paix, à l'image des tenues blanches que portent les hommes de "son armée sans arme".

"Nous sommes loin d'être une milice. Nous n'avons pas d'armes, pas de machettes, pas de pistolets, pas de couteaux. Nous n'avons même pas de lames de rasoir et nous ne nous activons que dans des causes d'intérêt général", indiquait en 2013, Dame Thiam, "commandant" de Kara sécurité.

Pourtant, quelques années plus tôt, c'était les disciples de feu Cheikh Béthio Thioune qui se promenaient avec des gourdins "pour, disaient-ils, assurer leur propre sécurité, et éventuellement régler le compte à ceux qui oseraient s'en prendre à leur guide".

Un danger ambulant qui devait être géré au plus vite par le ministre de l'Intérieur d'alors, Ousmane Ngom. Mais vu le contexte politique tendu de 2011-2012 et le soutien de Béthio à Abdoulaye Wade dont la candidature a été très contestée, Ousmane Ngom a fermé les yeux. Il a même cautionné.

"Tout le monde a vu que les "Thiantacônes" circulent avec les gourdins depuis toujours parce que cela fait partie de leurs accessoires ou attirails, mais nous allons veiller à ce que ces instruments ne soient utilisés que pour leur destination première (…) Les gourdins font partie de la vie des thiantacounes, de leur accoutrement, c'est une expression de foi. C'est comme à l'image des Baye Fall qui circulent avec des pilons ou un berger avec son bâton ou son coupe-coupe", relativisait le ministre Ngom.

Aujourd'hui, ce ne sont pas de simples gardes du corps qui assurent la sécurité de certains chefs religieux, mais plutôt de véritables armées privées, avec "leurs services spéciaux" qui épousent tous les contours ou presque "d'une garde présidentielle".

Et pourtant, le principe est sans équivoque : "Les milices ne doivent exister que là où l'État est absent ou en tout cas se sent incapable d'assurer ses missions régaliennes. Dans un tel cas, les citoyens sont obligés de recourir à des moyens de défense personnels", précise Ahmadou Bamba Ndiaye.

Pourtant de nombreuses alertes ont été lancées pour parer à d'éventuelles dérives, mais apparemment en vain. "Le fait devient plus sérieux dans les circonstances actuelles où la menace terroriste encercle presque notre pays", renchérit-il.

Un vide juridique ?

Bassamba Camara, commissaire divisionnaire de classe exceptionnelle à la retraite est catégorique à ce sujet. "On voit, des gens qui se réveillent du jour au lendemain, qui créent des histoires de milices avec des gros bras. Mais il faut savoir que cela est interdit. Mais comme il y a un peu de laxisme d'Etat, les gens laissent faire jusqu'à ce que cela devienne un droit. Or, cela n'existe nullement dans la législature sénégalaise".

Mais concrètement, il est difficile d'avoir une vision juridique claire sur la question des milices. "En droit sénégalais, la notion de milice n'existe pas", précise d'emblée Me Moussa Sarr, joint par Seneweb.

Cependant, s'empresse-t-il de préciser, "ce qui est reconnu, ce sont les sociétés de sécurité privée. Celles-ci, la loi leur permet d'assurer la sécurité privée de personnes ou de biens, le domaine public relève de la responsabilité de l'Etat. Et c'est régit par le droit privé. Mais quand ça se fait de manière informelle, c'est illégal".

Milices ou sociétés de sécurité privée, en cas d'infraction, les possibilités de poursuite sont bien aménagées dans le droit positif sénégalais.

"En cas de crimes, délits ou autres infractions, les fautifs sont traduits devant la loi. Et ils sont passibles de toutes les peines prévues par le droit commun, selon le préjudice. Il n'y a pas de législation spécifique pour "ces professionnels" de la sécurité", renseigne l'avocat.

Pourtant, le Sénégal a connu le pire avec ces organisations de sécurité. L'épisode mortel des affrontements entre les hommes du candidat à la Présidentielle de 2019 Issa Sall et des militants de l'Apr, à Tambacounda est encore frais dans les mémoires. Un incident dramatique qui avait poussé, le gouvernement à prendre en charge la sécurité de tous les candidats, pour que l'informel, l'amateurisme et/ou l'illégalité ne fassent pas d'autres victimes.

Aujourd'hui, pour beaucoup d'observateurs, il urge de trouver une solution structurelle à ce phénomène qui semble prendre de l'ampleur. Il y va de la paix et de la stabilité sociale.


36 Commentaires

  1. Auteur

    En Décembre, 2020 (07:07 AM)
    Rien qu'a voir l'existence de ces milices, le SENEGAL est classé dangereux, 'a se méfier' par les investisseurs étrangers et la communauté internationale. Et les consequences économiques sont encore plus senties par la jeunesse.
    • Auteur

      Reply_author

      En Décembre, 2020 (10:19 AM)
      que les journalistes aient le courage d'y ajouter la police religieuse de touba aussi.dans un pays serieux il ne saurait y avoir deux polices.
    • Auteur

      Reply_author

      En Décembre, 2020 (15:47 PM)
      attention attention ces enfants sont la plus part du baol leurs peres et meres sont sur les trottoirs de dakar a vendre a la sauvette ils n ont pas fait ni l ecole et ont ete abuses avant tres jeunes dans des soient disant daras dans l exploiter de champs d arachides et de mil. le probleme se trouve au baol et les marabouts le savent et malgres qu ils en profitent en amont ils essayent de le corrigeren aval. il n a pas de politiques qui vaillent en dehors des realites et malhereusement l absence d education est la realite du baol. ce pour dire que kara n essaye que de faire du bien avec ses moyens et sa mentalitee en tentant de retifier les degats des autres souvant intouchables
    • Auteur

      Reply_author

      En Décembre, 2020 (20:23 PM)
      dans cette histoire kara n'est qu'un cobaye, en réalité c'est moustapha sy qui est visé pour les propos qu'ils a tenu à l'égard du khalif général des tidjanes. bientôt il sera dans la tourmente et sera arrêté
  2. Auteur

    En Décembre, 2020 (07:09 AM)
    Forcé à la loi face à ces dérives
    Auteur

    Diop Diop

    En Décembre, 2020 (07:24 AM)
    Bou 2020 bi diekhonn sans qu'il y ait un malheur sur toi rek ma rouss.aucun respect en vers serigne touba encore moins mouhamed (PSL) . Adouna mola diayy. Lila moustapha sy tané moyy dafa meune togn mais plus lucide que toi . Vous êtes tous les deux dangereux pour la société , pour les enfants , dou nguenn références . Tu ne te ranges jamais dans les rangs . Tu as pris ton chemin contre vents et marées , assume le . Ce que tu fais n'est bon ni pour la religion , ni pour la société. Tu n'es pas un exemple à suivre ni sur ta démarche, ni sur ton accoutrement ni sur ton comportement . Mame thierno ton propre frère l'a compris et a pris ses distances depuis très longtemps. Il est juste retourné travailler la terre . Continue sur ta lancée et d'autres revers de la médaille vont venir
    Auteur

    Les Marrons Du Feu

    En Décembre, 2020 (07:29 AM)
    Ce pays a sombre depuis, chaque groupe (politique, religieux, mouvement social, lutteur.....) cherche à se mettre au dessus de l'état. La loi.
    Auteur

    Idy 2024

    En Décembre, 2020 (07:40 AM)
    Mais il ya une chose que je ne comprends pas, mais pourquoi ces chefs religieux ont besoin de milice ? Religion pour moi egale Paix. Pourquoi cette préparation à la violence ou à la défense ? Où ils ne pronent pas la paix, la solidarité et la cohésion sociale bok. Diakhal nama dal. Té ces chefs religieux ko ci guiss moungui ak ay milliards , ay diabar you toyyyy, ay villa yi rafete, ay auto yi bakh, alors que vos talibes font partie de la couche la plus misérable et la plus pauvre du Sénégal. Ils n'exploite que la misère humaine pour vivre ces chefs religieux, de Touba a tivaouane, de Kaolack à ndiassane en passant par Pir et diamalaye..
    Auteur

    La Vérité

    En Décembre, 2020 (07:43 AM)
    La faiblesse de l'Etat face aux religieux est la cause de tout cela. Il faut cela change pour le bien de toute la nation, sinon, tôt ou tard, une explosion sociale surviendra et c'est le peuple qui en sera la principale victime. Arrêtez donc ces milices.Un bon guide religieux n'a pas besoin de garde rapprochée. et, au cas où il en aurait besoin, qu'il appelle à l'Etat qui a le monopole de la sécurité de tous les citoyens.

    Agissez avant qu'il ne soit trop tard.
    Auteur

    Pape

    En Décembre, 2020 (07:44 AM)
    Courage pour courage, il faut arrêter les vrais responsables
    Auteur

    En Décembre, 2020 (07:48 AM)
    Celui la n est pas un chef religieux c est un Pantin de clown

    Qui utilise des pauvres gens et des voyou qui se croient protégés par lui
    Auteur

    Sene

    En Décembre, 2020 (08:01 AM)
    Kara est quand même un homme de paix
    Auteur

    Diouf

    En Décembre, 2020 (08:10 AM)
    Kara a est qu il est intouchable. C est pourquoi il fait ce qu il veut .

    L etat doit sanctionner ses dérives fermement car c est très inquiétant ce histoire
    Auteur

    En Décembre, 2020 (08:11 AM)
    en tout cas au senegal,un chef religieux ne risque pas d etre victime d un attentat ou d un coup d etat par exemple.il n est pas menancer.il n a pas besoin de ses propres militaires ou gendarmes etc...je crois
    Auteur

    Cadre

    En Décembre, 2020 (08:16 AM)
    Il faut avoir la tête bien vide ou lessivée par les lavages de cerveau pour s'adonner à ce genre de dérives. L'état doit mettre fin à ces pratiques esclavagistes et ne plus tolérer ces etats dans l'état... en periode de crise, il suffit que ces fanatises basculent du côté du djihadisme pour qu'on retrouve le pays baignant dans le sang.

    C'est une bombe à retardement que vous laissez entreposée là et n'importe quel abruti comme nous en avons des quantités dans ce genre de groupuscules peut mettre le feu aux poudres.



    Mali, Niger, Burkina, Tchad, Algérie, etc... ces malades sont partout. Chez nous aussi.
    Auteur

    En Décembre, 2020 (08:21 AM)
    Il paraît que tous les tortionnaires arrêtés par la gendarmerie ont obtenu une liberté provisoire grâce à l'injonction des longs chapelets.

    Dommage pour notre pays et surtout l'excellent travail des gendarmes. C'est même décourageant.
    Auteur

    Reste

    En Décembre, 2020 (08:26 AM)
    pas de commentaire nous vivons dans la merde ON chue sur la population
    Auteur

    Kara2

    En Décembre, 2020 (08:28 AM)
    qu'on coffre ce foude Karz , c'est tout
    Auteur

    Zaza

    En Décembre, 2020 (08:43 AM)
    La mauvaise foi intellectuelle et le manque de courage sont où deviennent les tares de la société sénégalaise

    Combien de fois, d'années autorités publiques,sécuritaire et même civiles avons nous croisés ces hommes de Kara dans la rue faisant même leur jogging à l'instar de nos soldats gendarmes et autres sans jamais "oser" ? Aujourd'hui ma question est pourquoi maintenant ?

    Beaucoup de citoyens en privé voyaient venir ou ont aujourd'hui peur des " milices " que nous voyons dans l'entourage de certains religieux kara Tapha Sy Cheikh mamour Issa et autres

    Maintenant à L'Etat de déterminer la voie à suivre pour que l'équité la légalité soient pour tous sachant que SEUL L'Etat est garant de la sécurité de la communauté et de ses composantes
    Auteur

    Toto

    En Décembre, 2020 (08:44 AM)
    Après avoir statuer sur ces centres dits de redressement, il faudra répondre à la question "qui est redressé là-bas et au nom de quoi? Apprendre du coup l'existence d'autant d'autant de centres et d'instructeurs, comment se fait-il qu'on en parle aujourd'hui ? Les renseignements généraux n'ont pas décelé ces pratiques hilarantes ou cela n'a guère était considéré comme dangereux ?
    Auteur

    Deug

    En Décembre, 2020 (08:45 AM)
    CES MILICES ces un danger pour la république l'état doit prendre ces responsabilité comment autorisé ces quand de concentrations maquillé en cellule de redressement
    Auteur

    Milice

    En Décembre, 2020 (09:03 AM)
    il ne faut pas oublier les commandos de médina baye avec même leur fanfare qui se permettent de défiler dans les rues de kaolack vraiment l'état est faible
    Auteur

    En Décembre, 2020 (09:06 AM)
    Le président Macky Sall avaient des milices lors des élections. Je me souviens qu'en 2012, ces milices ont poursuivi un homme dans le but de le lyncher.
    Auteur

    Babs

    En Décembre, 2020 (09:18 AM)
    Nous savons tous pourquoi cette milice est arreter, si serigne modou kara n avait pas lance des pic a Macky Sall, cette descente n'aurait pas eu lieu.

    De plus tous le monde a chanter les louanges de cette milice, car pendant que l'Etat etait absent dans les banlieu, eh ben c'est eux qui se faisait le boulot regalien et d education.

    De plus a l'heure ou le senegal est entoure par les terroristes nos milices sont une force, donc soyons calme et faisons doucement.
    Auteur

    Dempoulal

    En Décembre, 2020 (09:20 AM)
    combien de FOIS ce QUIDAM a été reçu en audience au PALAIS ???et si ces MILICES demain habillées en tenues républicaines des forces de sécurité et de defense font parties prenantes de la DEFENSE du 3è MANDAT comme annoncé avec les MACHETTES de RANEROU ????????
    Auteur

    Mouride

    En Décembre, 2020 (10:19 AM)
    Si barké Sérigne Touba j'espère que sérigne mountakha exigera de kara l'arret de ces pratiques qui n'honorent pas le mouridisme. Sérigne Touba n'a jamais mal traité quelqu'un
    Auteur

    Maf

    En Décembre, 2020 (10:28 AM)
    ne vous laissez pas guider par la haine; mieux vaut les enfermer et les traiter ainsi que de les laisser agresser et tuer des pauvres innoncents
    Auteur

    En Décembre, 2020 (10:32 AM)
    Kara me seul vrai coupable et responsable de tout ne sera pas inquiété car l'objectif du régime c'est justement de l'imputer silence. Maintenant il n'a le choix que de se rendre définitivement, fermer sa gueule ou trouver des mots vraiment doux parlant de macky. D'ailleurs il a commencé depuis hier en demandant à ses subordonnés de tous fermer leur gueule et de ne pas s'en vouloir ni à macky ni à l'actuel ministre de l'intérieur. Il suffit donc de lire entre les lignes pour comprendre le chantage de macky dernière. Nous savons tous que Cet homme vil président malheureusement ne fait jamais dans le respect de la dignité des hommes. Que des gens aient été maltraités ne l'intresse pas. Tout ce qu'il voit dans l'affaire c'est l'aubaine de tenir le fou.

    Ce pendant nous sénégalais intéressés par une vie en sécurité dans ce pays, nous devons faire entendre notre indignation sur l'impunité des dits hommes religieux avec leurs milices qui les protègent et accompagnent dans toute illégalité. Ainsque les politiciens de merde qui recrutent des assassins pour leur soit disant protection.

    Auteur

    En Décembre, 2020 (10:54 AM)
    Et les milices des politiciens comme les MARRONS DU FEU? parlez en.

    La milice de Kara était connu depuis longtemps, vous le saviez et vous n'avez rien dit. C parce qu'il commence à jeter des pierres ces temps au régime qu'on va fouiller dans ses affaires. COLLER MOTIF.
    Auteur

    En Décembre, 2020 (11:09 AM)
    Le titre est mal écrit.Il faut appeller chat par chat.Le vrai et unique titre doit être comme suit:Le danger du moridisme au senegal.C'est tout et y'a pas 36000 autres solution.Poirquoi hésiter et vouloir caresser l'affaire dans sens du poile...Vous nous pompe l'air vous les faux journalistes.Kara mérite le châtiment du jail.
    Auteur

    Qui Est L'instigateur De Cete

    En Décembre, 2020 (11:44 AM)
    Mouride, j'ai 60 ans, censurez si cela vous chantait, mais je dis depuis hier : Si le Khalif Général des mourides et tou les autres chefs de différentes familles mourides ne condamnaient pas publiquement, ne s'offusquaient pas de ces traitements si barbares, dignes du MOYENS ÂGE, je quitterais la THARIKHA pour aller voir ailleurs, en particulier chez CHRIST JESUS ! C'est insupportable, et l'organisateur de ces centres, qui les a créés, devrait être poursuivi, si réellement la justice de la REPUBLIQUE DU SENEGAL est libre !
    • Auteur

      Fais Tes Valises

      En Décembre, 2020 (18:46 PM)
      tu vas être déçu, aucun marabout ni aucun khalif ne condamnera rien du tout parce que leurs propres enfants n'iront jamais dans ces centres. comme ce sont les enfants des sénégalais lambda ce n'est pas leur problème ! et la vérité c'est que la plupart de ces gens n'ont aucune gêne par rapport à la violence physique et les sévices corporels à but soi-disant éducatives .........
    Auteur

    Moi Mouride Républicain

    En Décembre, 2020 (11:48 AM)
    ON VERRA DANS LES PROCHAINS jours si nous avons un vrai président une vraie justice au Sénégal ! Attendons. Aucun Mouride, aucun Sénégalais ne voudrait rien d'autre que des assises pour tortures, peut-être même meurtres qui se seraient déroulés dans ces lieux. LES marabouts de toutes les familles de TOUBA vont parler après le khalif Général vendredi.
    Auteur

    Doubs86

    En Décembre, 2020 (12:02 PM)
    Et pourtant la Plupart de ces jeunes s'adonnaient à la drogue ou à l'agression. Nombreux d'entre eux avaient ces cicatrices lors de leur période sombre mais Sénégal mo Bari nafekh rek.

    Là où l'état echoue, si les religieux peuvent aider pourquoi s'en priver ?? Il faut plutôt l'accompagner dans son initiative afin de le réglementer c'est tout.
    Auteur

    Kaizer Sauzé

    En Décembre, 2020 (14:33 PM)
    L etat ferait mieux d aller s occuper de Salif Sadio et sa bande qui se sont assez reposé (preparé ) , et prépare une attaque sans précéedent le 24 decembre prochain a minuit .



    La guerre en CASAMANCE redemarre ... Lolo diarra lidjenti
    Auteur

    Ange

    En Décembre, 2020 (15:37 PM)
    kouyy weurr bandit mouride,voleurs mouride meuna wate nak thi sérigne touba ta dougnou diouli tchim

    Auteur

    Deug

    En Décembre, 2020 (00:55 AM)
    Deuk barina gnougniy wowé serigne wayé so kholé batia bir seni dieuf ak bou firawna slriwantewougne . Ndakh dougnoula wakh yalla ak yonnetam
    Auteur

    Damay Romb Rek

    En Décembre, 2020 (01:25 AM)
    kép koufi critiqué sa thiapa ndeye ak linguéne inventé lolou yeup pour tilimal yonou mouride sene bounou ndeye
    Auteur

    En Décembre, 2020 (04:20 AM)
    Quel "habit de cérémonie" va porter Kara pour son internement à Reubeuss ?????
    Auteur

    Pourquoi Macky A Peur Kara?

    En Décembre, 2020 (09:00 AM)
    MALHEUREUSEMENT pour l'instigateur de ces centres de redressement d'une autre époque( le moyen âge Européen) , un des victimes, apparemment très prévoyant et bien organisé a noté soigneusement les noms de toutes les personnes qui sont mortes dans le centre où il était, depuis des années, avec : noms prénoms, date de DC. Avec ces informations capitales pour une enquête sérieuse je ne vois pas quel(s) mourides ou tout humain pourraient ne pas être choqués ! Je me demande même si Modou Kara M'backé a déjà mis les pieds dans ces trois centres de redressements hors contrôle par l'état. Les image de gens bien alignés, qui, soi-disant auraient été "redressés" par Kara, n'ont rien à voir avec ces camps de concentration ignobles où 16 personnes seraient mortes et enterrées on ne sait où, selon un rescapé. On verra si nous sommes dans une république, avec à sa tête un président et une justice libre !

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email