Mercredi 16 Juin, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

Moustapha Samb, Professeur de communication: «Aujourd’hui les journalistes sont dans le spectacle; ils confondent journalisme et activisme»

Single Post
Moustapha Samb, Professeur de communication: «Aujourd’hui les journalistes sont dans le spectacle; ils confondent journalisme et activisme»

Le niveau des journalistes est très bas, il est inquiétant, il faut renforcer les cours d’éthique et déontologie, et pourquoi pas introduire des modules de langues nationales, thème abordé dans le nouveau livre « Médias, langues nationales et organes de régulation en Afrique de l'Ouest, l’exemple pilote des médias sénégalais ». L’auteur de l'essai, Moustapha Samb, a accordé un entretien à Seneweb News.Moustapha Samb dans son ouvrage de faire l’historique de l’avènement des médias sur le continent africain. 

Dans cet entretien, il souligne les manquements liés à l’exercice du métier de la presse et les dérives notées dans le secteur. « Aujourd’hui, dit-il, les journalistes confondent journalisme et activisme : ils aiment inviter des gens qui parlent beaucoup, qui font du théâtre à la limite. Ce sont ces gens-là qu’affectionnent les journalistes. Ils préfèrent inviter les gens qui s’agitent, qui font du bruit », a fustigé Moustapha Samb, professeur de communication au Cesti, le centre d’études des sciences et techniques de l’information.Pour le spécialiste de la communication, « le journaliste est victime de ce qu’on peut appeler la séduction, des invités, qui sont connus, des populistes. Ainsi, le journaliste fait de l’activisme lui aussi. 

Parce qu’on est dans la course à l’audimat, il faut inviter des comédiens, des activistes», a condamné le Professeur Samb. De renchérir : « s’il y a quelqu’un de sérieux qui amène des réflexions sérieuses, ça n’intéresse pas les journalistes. Ils font de la communication au détriment du journalisme. Or, le devoir du journaliste est de faire de l’information, c’est ça son métier, aujourd’hui ils font du spectacle, ils sont dans la communication, dans la course vers l’audimat, au détriment d’une information juste ; ils doivent œuvrer à l’émergence d’une opinion publique, à la formation des citoyens», a-t-il préconisé. 

Regrettant aussi la baisse du niveau constaté dans la presse. Au Cesti, dit-il, « nous avons renforcé partout les cours de français, il faut relever le niveau et renforcer le background. Mais il faut que ça se passe dans les écoles privées aussi », a suggéré Moustapha Samb pour qui il est indispensable de mettre en place « un outil de contrôle de ce que les gens font », de manière à ce que les produits qui sortent de ces établissements « soient à la hauteur, des gens capables d’honorer le métier de journaliste ».

Recueillis par Seneweb News

Le livre de Moustapha Samb est publié aux éditions Le Nègre international



0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email