Samedi 27 Novembre, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

Naufrage du Joola : L’insupportable opacité autour de la plus grande catastrophe de l’histoire maritime du monde

Single Post
Naufrage du Joola : L’insupportable opacité autour de la plus grande catastrophe de l’histoire maritime du monde

Le dixième anniversaire du naufrage du Joola, du nom de ce bateau qui a coulé aux larges des côtes sénégalaises, à seulement 36 km environ des côtes (la précision en valant la peine, comme nous le verrons), faisant officiellement près de 2000 morts _ ce qui en fait la plus grande catastrophe de l’histoire maritime du monde, on ne se lassera jamais de le rappeler, pire que celle du célèbre Titanic.


Nous sommes dans la nuit du dimanche 26 septembre 2002 lorsque le bateau qui assurait la desserte Dakar / Ziguinchor, Le Joola, reliant Dakar à la capitale du sud, commence à pencher dangereusement sur le côté avant de chavirer, plutôt de s’affaler, et de couler. Près de 2000 personnes sont prisonniers dans la cale du bateau, exceptés ceux qui ont été littéralement éjectés dans l’océan par la soudaineté de l’action, si on croit le récit des quelques rescapés (65 au total). La plupart de ceux qui se sont retrouvés à l’eau se trouvaient sur le pont (quelques-uns, qui étaient à l’intérieur du bateau, ont pu réchapper du naufrage, comme cette vaillante quinquagénaire sénégalaise qui a réussi à crever le hublot de sa cabine et sortir à la nage). L’artiste-chanteur  You 2 (surnommé ainsi parce que son répertoire musical était essentiellement constitué de reprises des chansons de Youssou Ndour), qui prenait une pause sur le pont, raconte qu’entre le moment où le bateau s’est mis à tanguer dangereusement et celui où il s’est couché sur le flanc, « les choses sont allés très vite ». L’incurie des autorités rejaillit clairement ici : comment un monstre de cette dimension, qui peut transporter 2000 personnes (en réalité elle en transportait bien plus, jusqu’à 2500, selon les estimations les plus fiables se fondant sur le nombre de tickets délivrés), en plus d’une énorme quantité de marchandises, incluant des gros porteurs, peut-il s’affaler aussi soudainement, comme un château de cartes,  sans que personne, sur place, ne s’aperçoive de rien ? En vérité, il y avait bien des signes avant-coureurs de cette catastrophe, royalement ignorés avec une insouciance coupable et une irresponsabilité I-M-P-A-R-D-O-N-N-A-B-L-E par nos autorités, ce qui va de l’ancien président de la République aux personnel navigant, en passant par le Premier ministre, le ministre des Transports et celui des Forces armées (en charge de la gestion du bateau). La vérité, c’est qu’en cette année 2000, comme depuis plusieurs années, les coupeurs de route qui se réclament du Mouvement des Forces démocratiques de la Casamance (Mfdc) écument la voie terrestre et accentuent l’enclavement de la région. Les autorités politiques ont, dès leur accession au pouvoir en 2000, diligenté la construction de deux moteurs pour que Le Joola reprenne ses rotations. Seulement, quelques jours seulement avant le naufrage, lors de la réception en grandes pompes des moteurs, ponctuée par un voyage-démonstration sur Ziguinchor, le bateau montre des signes inquiétants : il penche d’un côté et le régime de ses moteurs attire la curiosité des journalistes venus assister à la cérémonie d’inauguration. L’un des moteurs n’est pas fonctionnel, de l’avis du ministre des Transports d’alors, Youssou Sakho, au point qu’elles sont nombreuses les autorités qui refusent de revenir dans la capitale dans ce bateau, préférant braver les routes.

Le tragique d’une funeste odyssée

L’incurie et l’irresponsabilité des autorités dans ce drame est tellement patente qu’à seulement 36 km de la berge, Le Joola a pu couler durant des heures sans qu’aucune mesure n’ait été prise. Les Sénégalais n’en seront informés que le lendemain matin, et à cette heure, les seuls sauveteurs présents sont des pêcheurs traditionnels tombés par hasard sur le drame et qui ont d’ailleurs recueilli les rares rescapés. Quid de l’armée qui a, de surcroît, la charge de la gestion du bateau ? Complètement sans réaction, amorphe ! Dès le lendemain, alors que les familles s’attelaient encore à identifier les quelques corps qui ont été repêchés, dans une théâtralisation dont seul il en avait le secret, le président de la République d’alors s’adresse à la nation et invite, sur un ton grave, les Sénégalais, à « une introspection » (prenant soin de marteler sa savante trouvaille, pour en rajouter au simulacre : « in-tros-pec-tion »). La solution-miracle pour régler définitivement nos problèmes était là, toute trouvée. Si Le Joola, dont il s’engage pourtant à trouver et sanctionner les personnes responsables du naufrage, a sombré, c’est de notre faute, de notre culture du laisser-aller. Le président mettait ainsi sur le divan les plus de douze (12) millions de Sénégalais et nous passait ainsi la pommade de l’introspection. Aussi, pourquoi diable aller plus loin chercher des coupables autres que notre insouciance toute nègre (eh oui, c’est une vieille catégorie à laquelle l’œuvre civilisatrice nous a accoutumée), notre irresponsabilité, et aussi cette rébellion de deux décennies que le nouveau pouvoir avait promis de régler en cent (100) jours. Et le tour est joué !

A ce jour, nul ne sait ce qui s’est réellement passé. La justice sénégalaise a fini de classer le dossier sans suite, les autorités impliquées dans le drame lavées de tout soupçon, comme si on avait revêtu l’épave qui sert de tombeau à près de 2000 personnes d’un voile opaque. Dix millions de nos francs avaient été proposés pour chaque famille de victime, au prorata des victimes, bien sûr, les enfants des victimes seront élevés au rang de « pupilles de la nation », avec des avantages,… Et le tour est joué !

On comprend que certaines familles aient décliné cet argent de la honte, comme ce Sénégalais, qui a perdu… 4 enfants dans le drame. Le drame est survenu à la à la veille de l’ouverture des classes et nombre de familles rentraient de vacances. Et lorsque ces familles demandent le renflouement du bateau afin de faire le deuil des disparus _comme cette dame dont les 4 enfants sont encore au fond de l’océan_, l’Etat leur oppose paradoxalement un niet absolu. Le Premier ministre d’alors, Idrissa Seck, soutient même qu’il est impossible de renflouer le bateau. Quand il fut établi que cela était bien possible et que l’Union européenne (dont certains de ses ressortissants, des touristes généralement, avaient péri dans l’accident) se propose d’en financer l’opération, les autorités sénégalaises campent dans leur refus. Comme si elles avaient quelque chose à cacher. C’est cela le tragique de cette histoire du Joola, l’omerta concertée autour des causes du drame. Interrogé par des confréries d’une radio de la place à l’occasion de la commémoration du dixième anniversaire du naufrage, le ministre des Transports d’alors estime curieusement que le temps de parler n’est pas encore venu. Dix ans après !

Le nouveau président de la République, Macky Sall, qui a préféré aller parader devant la tribune des Nations unies, plutôt que d’assister aux cérémonies commémoratives de ce drame, a pourtant promis, durant la campagne électorale, qu’il autoriserait l’opération de renflouement du bateau Le Joola. Ce ne serait que justice et ce pourrait surtout être là un signal fort de la «  rupture «  annoncée et tant souhaitée, commencer par arrêter de se payer de maux, même devant les plus grandes tragédies humaines.

Par Babacar Guèye


affaire_de_malade

8 Commentaires

  1. Auteur

    Diali

    En Septembre, 2012 (02:09 AM)
    Parader vous dites

    Non monsieur, il est allé porter la voix du Sénégal

    Les ceremonies ne rameneront pas les victimes

    Arretez de souiller leur memoires avec vos contributions a la con
  2. Auteur

    Am

    En Septembre, 2012 (02:11 AM)
    un drame inédite, que dieu les accueilles au paradis
    {comment_ads}
    Auteur

    Mass

    En Septembre, 2012 (02:11 AM)
    C vraiment domage!
    {comment_ads}
    Auteur

    Abdoun

    En Septembre, 2012 (04:42 AM)
    Aux deux premiers intervenants,on sait de quel bord vous vous situez,mais cette catastrophe est imputable à Wade et à ses ministres qui gèraient ce bateau.

    J'ajouterai pour dire que si vous aviez un proche qui est mort dans ces conditions vous n'auriez pas réagi de cette façon.

    Honte à vous
    {comment_ads}
    Auteur

    Dij

    En Septembre, 2012 (08:38 AM)
    la plus grande catastrophe maritime du monde, tu parles!

    Dans celles qui sont cataloguées ainsi, les dispositions (sécurité, responsabilité, faisabilité) étaient prises en compte et malgré celà il ya eu catastrophe.*

    Alors que le diola est un cercueil ambulant depuis longtemps tout le monde le savait. Mais comme dans ce pays on ne fait rien pour empecher les conneries.

    comparer ce qui comparable et arretez de foutre le diola à côté du titanic, c'est ridicule bande de naze
    Auteur

    123

    En Septembre, 2012 (09:24 AM)
    Babacar vous avez bien vu.

    C'est comme si les pouvoirs publics avaient peur de situer les responsabilités.

    Dans cette affaire, une enquete internationale devait etre ouverte, afin d'éclairer l'opinion.

    le régime de Macky a interet à le faire car personne ne peut oublier cette affaire. Prenez l'exemple sur

    Titanic. tot ou tard, la lumiere sera faite.

    {comment_ads}
    Auteur

    Toune

    En Septembre, 2012 (09:25 AM)
    il faut kon essayé doublié ce drame malgré k cé dur :cry:  :cry:  :cry: 
    {comment_ads}
    Auteur

    Dinghal

    En Octobre, 2012 (13:02 PM)
    Quiconque a un parent disparu dans ce bateau ne parlera pas d'oubli dans l'injustice. Et le comble serait que Macky ait reçu aux USA, le jour de l'anniversaire, le général qui avait préféré aller s'occuper de cérémonie militaire, à Saint Louis, que d'organiser des secours au lendemain du naufrage comme l'a rapporté u e certaine presse. Si c'est avéré, ce serait une insulte à la mémoire des victimes et à leurs familles.
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email