Vendredi 14 Juin, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

Pr Sakhir Thiam, président de l’Udb: « L’enseignement supérieur est dans la bonne direction »

Single Post
Pr Sakhir Thiam, président UDB
Ancien ministre de l’Enseignement supérieur et président de l’Université Dakar Bourguiba (Udb), le Pr Sakhir Thiam analyse le secteur ainsi que les options prises par l’Etat. Il revient aussi sur la naissance et la marche de l’Udb qui célèbre, aujourd’hui, ses 20 ans d’existence.

En tant qu’ancien ministre, aujourd’hui, avec le recul, comment analysez-vous la situation de l’enseignement supérieur ?

Tous les travaux qui ont été faits en termes d’études et d’amélioration ont eu pour cause le problème lancinant du chômage des diplômés de l’enseignement supérieur. Il y a aussi le problème de massification. L’Ucad a été très rapidement saturée. Ce qui a entraîné la création d’autres universités dans les régions pour déconcentrer l’Ucad. Ce que tout le monde salue. Toujours pour l’aspect professionnalisant, il est retenu, aujourd’hui, que les universités doivent répondre aux préoccupations des populations, du milieu. Ainsi, l’université participera au développement tant économique que social de la société. Des pas extrêmement importants ont été opérés dans ce sens. Je dirais qu’on a vu l’avènement d’experts de très haut niveau. Mary Teuw Niane est un homme du sérail. Nous sommes fiers de l’avoir connu comme étudiant, de l’avoir encadré et de voir aujourd’hui tout ce qu’il est en train de faire. En tout cas, cela ne me surprend pas qu’il réussisse. Il a été un bon sujet et il l’est jusqu’à présent.
L’Etat du Sénégal a lancé une grande réforme de l’enseignement supérieur. Après la Concertation nationale sur l’avenir de l’enseignement supérieur (Cnaes), un Conseil présidentiel a été organisé et a dégagé 11 directives. Quelle appréciation en faites-vous ?

Quand on a été ministre, on a un devoir de discrétion. Quand des choses ont été décidées dans un Conseil présidentiel, ce qu’on peut faire, c’est apprécier et dire que ce sont des pas de progrès. Ce qui nous a beaucoup intéressés, c’est la célèbre phrase de Mary Teuw Niane qui dit que le public et le privé sont d’égale dignité. Je pense que cela est parti du Conseil présidentiel. Ce qui permet de résoudre le problème de massification. Car ce qui est saturé d’un côté, ne l’est pas de l’autre. C’est bien que l’Etat pense à l’existence de l’enseignement supérieur privé. Dans les autres points, mes réserves sont toujours ceux de l’ancien ministre. Ce que je peux dire, c’est que la direction est bonne. Il y a deux choses importantes. D’abord, la satisfaction de la capacité d’accueil à la fois interne et extra. Ensuite, la naissance du télé-enseignement. Une chose pour laquelle je me suis toujours battu. Avant d’être ministre, je m’étais dit qu’un jour, nos tableaux seront rangés au grenier de l’histoire et que nous allons nous retrouver avec les moyens puissants de l’informatique, des réseaux, des télécoms pour amener les universités dans les maisons. Aujourd’hui, on commence à voir dans nos portables les cours. Il y a les Mooc et plein d’autres choses. Cela, je l’avais développé, à ma façon, pour l’enseignement supérieur public. Ces idées d’université virtuelle, de télé-enseignement font leur chemin. Il existe, aujourd’hui, un centre universitaire qui fait du virtuel.

Dans cette réforme, la question de la qualité est au cœur des préoccupations avec la création de l’Autorité nationale d’assurance qualité de l’enseignement supérieur (Anaq-Sup) qui s’occupe de l’évaluation des établissements d’enseignement supérieur aussi bien du public que du privé. L’option vous agrée-t-il ?
 L’Anaq-Sup a toujours été notre rêve. J’ai été le directeur de l’Institut national d’étude et d’action pour le développement de l’éducation (Ineade) dont la mission essentielle est d’assurer la bonne qualité de l’éducation et de la formation en général. J’ai quitté cette structure pour aller au ministère de l’Enseignement supérieur. J’ai salué la création de l’Anaq-Sup. C’est une très bonne chose que les diplômes du privé soient reconnus par l’Etat. Ce que fait l’Anaq-Sup. Il y a un décret qui gère les Licences et les Masters. Il stipule que tout diplôme accrédité par l’Anaq-Sup sera signé par le ministre de l’Enseignement supérieur. L’Anaq-Sup fait un excellent travail. Elle a de brillants experts. Des auditeurs que nous connaissons très bien et qui ont fait un bon bout de chemin avec les experts de l’éducation dans le Nord, surtout au Canada. Quand on les reçoit, c’est excellent. Ils ne viennent pas en gendarme. A chaque fois qu’ils disent non pour l’accréditation, ils le motivent. Ce qui devrait amener l’institution à améliorer la qualité. Ce sont des gens qui connaissent les rouages de la science de l’éducation. En plus, c’est pour mettre de l’ordre dans notre milieu.

Parlons maintenant de l’Udb. Pouvez-vous nous faire l’historique de cette institution ?

Le projet a été d’abord un projet public. Quand j’ai été ministre, j’ai bien vu les orientations de l’enseignement supérieur sur le plan international. Je suis resté pendant un mois à l’Unesco, en 1989, où je représentais le Sénégal. J’ai vu 161 nations défiler. J’ai écouté et elles m’ont écouté aussi. Au retour, j’ai inventé un modèle qui voulait faire un compromis entre l’enseignement en présentiel et l’enseignement à distance. J’utilisais même des salles de cinéma. Je prenais un enseignant, je faisais un film sur son cours. Je l’agrémentais avec de la musique pour qu’il soit agréable à regarder. Je le projetais ensuite dans une salle de cinéma. Le billet de l’étudiant, c’était sa carte d’étudiant. C’était une chose tellement jolie que les gens de la Banque mondiale s’en étaient saisis et voulaient me financer. Mais ils n’avaient pas tout de suite de l’argent. Ils m’avaient dit qu’ils allaient revenir avec une délégation. Malheureusement, le Monsieur a eu un accident mortel au Tchad. Après, un autre a pris le projet. Il est venu au Sénégal et on a beaucoup travaillé. Mais il a volé le projet. La Banque mondiale a créé l’Université virtuelle africaine (Uva). L’Uva, c’est mon bébé. Heureusement, je ne lui avais pas donné le nerf de la guerre, que sont les enseignements qui sont transversaux. C’est dire que je voulais donner le projet au public.
Quand j’étais ministre également, j’ai eu la chance que sagacité de Diouf, à l’époque, l’ait amené à accepter qu’on ne fasse pas de l’Université Gaston Berger une école de Police, comme cela avait été proposé. On voulait rattacher l’école de police à l’ancienne Ecole normale supérieure, et Gaston Berger devait être l’école de police. J’ai convaincu le président Diouf à déconcentrer Dakar. J’ai commencé par enlever la notion de Faculté pour créer les Unités de formation et de recherche (Ufr). C’est moi qui ai fait l’Université de Saint-Louis. J’ai quitté le gouvernement deux mois avant son ouverture et elle a été inaugurée par Djibo Kâ. Quand je suis sorti du ministère, alors que je réfléchissais, le président Abdou Diouf m’a suggéré de créer quelque chose de privé. L’Udb est ainsi née. C’est la même structure que l’Ugb. L’idée, c’était de combattre le chômage des jeunes diplômés dans les universités à travers un enseignement supérieur professionnalisant, avoir des rapports très clairs avec le monde du travail. Que les entreprises fassent partie de nos affaires, qu’on les retrouve dans nos conseils, que le patronat soit là pour dire ses désirs, ses besoins. On a même créé des possibilités d’alternance (aller en entreprise et revenir), etc.


5 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2015 (18:43 PM)
    Sakhir a été mon prof de maths à l'Ecole Polytechnique de Thiès (Analyse Vectorielle, Algèbre Linéaire, ..) au début des années 80.

    Je lui dois beaucoup de la rigueur qui m'a aidé dans mon parcours professionnel

    Je lui dis un grand merci.

    C'est un grand Monsieur : intelligent, souriant, disponible

    Certainement un des Senegalais les plus brillants qu'il m'ait été donné de rencontrer
    Top Banner
  2. Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2015 (19:40 PM)
    Un grand monsieur de l'éducation nationale. C dommage que des hommes et des femmes de sa trempe sont en voie de disparition au Sénégal.
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2015 (07:59 AM)
    le gouvernement doit plutôt récupérer ce génie pour la cause national au lieu de nommer des gens qui passent tout le temps à dormir dans les bureaux.

    vous n'avez pas d'égal sakhir thiam.....
    {comment_ads}
    Auteur

    Ancienne Udb

    En Décembre, 2015 (10:56 AM)
    C'est vrai c'est un génie, il a été mon prof pendant 4ans à UDB



    Mais son Université n'est même pas reconnu par le CAMES



    Il s'en fou de ses étudiants, il a construit son université dans le seul but

    de gagner de l'argent.



    Il exclu ses meilleurs profs parce qu'il ne veux pas payer de grosse somme



    Cela fait 4ans que j'ai pas reçu mon diplôme de LICENCE ni de Maitrise





    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2015 (13:10 PM)
    Sakhir Thiam est un savant il a été mon prof. Il est très brillant le Sénégal a besoin de gens comme lui.. Il ya beaucoup d'étudiants qui ne paient pas à l'udb car considérés comme des cas sociaux par sakhir Thiam.c'est un homme désintéressé qui ne pense qu'à inculquer le savoir à ses étudiants. C'est un génie.
    Top Banner

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés. --
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email