Jeudi 02 Avril, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

Série d'accidents de pirogues : Pourquoi les pêcheurs meurent en mer

Single Post
Série d'accidents de pirogues : Pourquoi les pêcheurs meurent en mer

?

Plus d'une vingtaine de morts entre décembre 2018 et janvier 2019 : la mer tue les pêcheurs. Seneweb a cherché à comprendre.

Outre la politique, l'actualité au Sénégal reste marquée ces derniers temps par la disparition de pêcheurs en mer. En une semaine, huit d'entre eux ont péri dans les eaux. Une pirogue avec huit personnes à bord a chaviré à Mbour dans la nuit du dimanche 20 à lundi 21 janvier dernier. Si deux d'entre eux ont été sauvés, les six autres ont été portés disparus.

Quelques jours avant, une autre embarcation de trois personnes a été engloutie dans les eaux. Un seul rescapé a été relevé.

"L'accident a eu lieu vendredi vers trois heures du matin à cause d'un vent violent, raconte au micro de la Rfm le miraculé Mame Ngor Diop. Notre pirogue s'est ainsi remplie d'eau. On a essayé de manœuvrer et d'évacuer l'eau, mais on n'arrivait pas à maîtriser la pirogue. C'est alors que l'un d'entre nous, qui ne pouvait plus tenir, est tombé. L'autre pêcheur est décédé vers les coups de 9 heures. Et, même moi j'étais fatigué. Heureusement, c'est vers 14 heures que j'ai aperçu un bateau et j'ai fait signe avec mon gilet de sauvetage. C'est ainsi qu'ils sont venus me secourir."

Au même moment, Guet Ndar enterrait quatre de ses fils dont les corps ont été découverts au Cap-Vert. Leurs trois compagnons d'infortunes lors de la disparition de leur pirogue, au mois de décembre, manquent toujours à l'appel. À ce jour, ni l'embarcation ni les pêcheurs n'ont été retrouvés.

En tout, officiellement, plus d'une vingtaine de pêcheurs ont perdu la vie entre décembre 2018 et janvier 2019. Selon les statistiques fournies par la Direction de la protection et de la surveillance des pêches (DPSP), 140 personnes sont mortes ou portées disparues dans 92 accidents maritimes en 2017, contre 371 individus rescapés ou secourus.

"La particularité de 2017, c'est qu'il y a eu l'accident de Betenty, ce qui a porté le chiffre à ce niveau", souligne Adama Faye, chef de la division Sécurité pêche artisanale de la DPSP.

En 2016, 98 personnes ont péri pour un total de 85 accidents. 475 parmi les victimes ont échappé à la mort.

Si l'on n'en croit  Ibrahima Cissé, responsable de la campagne Océans à Greenpeace-Afrique, ces chiffres ne sont que la partie visible de l'iceberg. "Tous les jours, il y a des pirogues non immatriculées qui vont en mer à partir de points de départ moins connus. S'il y a accident, c'est évident que les services de l'État pourraient ne pas être informés", souligne-t-il.

"Nous avons aussi un service de veille et d'alerte…"
Ce nombre élevé de pêcheurs qui meurent en mer pose la question de leur sécurité. Il pointe autant la responsabilité de l'État que celle des victimes elles-mêmes.

À la DPSP, on assure que la marine nationale est en mer en permanence, prête à intervenir. "Nous avons aussi un service de veille et d'alerte qui fonctionne 24h/24. S'il y a accident, l'information est relayée à l'ensemble des bateaux", assure Adama Faye. Qui ajoute qu'il y a aussi des stations côtières de surveillance. Bref, tout un ensemble de mesures pour assister les acteurs en cas de danger.

Mais Ibrahima Cissé de Greenpeace n'est pas convaincu. "Il n'y a pas de sécurité en mer pour les pêcheurs, je ne l'ai pas vue. Je constate juste qu'il y a beaucoup de communication", regrette-t-il.

La semaine dernière, dans Point de vue de la Rfm, le ministre de la Pêche, Oumar Guèye, a fait savoir qu'il y a 10 000 pirogues en activités. Pendant que l'État subventionne 20 000 gilets de sauvetage chaque année. Le ministre regrette ainsi que le port de gilet ne soit pas généralisé.

Cette sortie d'Oumar Guèye pose deux problèmes : la maîtrise des statistiques par l'État et la sécurité. Il y a deux ans, Oumar Guèye avait affirmé que 21 000 pirogues ont été recensées. Ce qui correspond à un gap de 11 000 embarcations. "Il y a au moins 20 000 pirogues, avance Ibrahima Cissé. Et avec la subvention des moteurs, on va aller vers 30 000. Il y aura autant de nouvelles embarcations que de moteurs."

Cissé pense que la politique de l'État ne devrait pas aller vers l'augmentation des capacités qui ne fait, selon lui, qu'accroitre la pression sur la ressource déjà surexploitée à 93%, d'après les chiffres de la Fao.

Absence de système d'intervention
Au plan de la sécurité, le responsable de Greenpeace estime que la mise à disposition de gilets de sauvetage est une mesure insuffisante comme solution. "Avec le gilet, on peut survivre quelques temps, mais ça ne suffit pas, tranche Ibrahima Cissé. Même l'utilisation des GPS ne suffit pas. Il faut un système de traking qui permet d'identifier les pirogues quand elles vont en mer. Il faut ensuite des outils pour détecter et une logistique pour une assistance en temps réel."

Même point de vue pour le coordonnateur national des Comités locaux de pêche artisanale (CLPA), Abdoulaye Ndiaye. Ce dernier salue certes les efforts de l'État dans la prévention, mais il reconnait qu'en cas de problème, il n'existe presque pas de système d'intervention.

Il révèle : "Il n'y a qu'un seul bateau sur une côte de 718 kilomètres, c'est insuffisant. Et même ce bateau, c'est pour la pêche INN, et c'est lui qui est mobilisé en cas d'accident."

Abdoulaye Ndiaye regrette également l'absence de système VMS, pourtant utilisé pour surveiller la pêche industrielle. "Il faut nécessairement un centre et des outils qui permettent de voir l'ensemble des pirogues qui naviguent. Ainsi, quand une embarcation est perdue de vue, on peut alerter les pirogues voisines pour savoir ce qui se passe", préconise-t-il.

Ibrahima Cissé acquiesce, et fait savoir qu'un tel dispositif est à la portée du Sénégal, grâce au développement des technologies. Il suffit juste, signale-t-il, d'une volonté politique affirmée.

Du côté de Saint-Louis qui a payé un lourd tribut dans les accidents de pirogues, on ne dit pas autre chose. "Oumar Guèye doit savoir que la sécurité en mer ne se limite pas à des gilets de sauvetage", lance le responsable des pêcheurs.

Parmi les mesures prévues par l'État, il y a les bateaux en fibre de verre, supposés plus sûrs. Ils devront venir de la Turquie. De quoi amener Ibrahima Cissé à regretter que les autorités optent pour une solution d'importation, au-lieu d'aider les artisans locaux à installer des ateliers modernes pouvant concevoir des embarcations plus adaptées.

Changements climatiques et longueur des trajets
Toutefois, si les pêcheurs disparaissent en mer, c'est aussi parce qu'ils subissent les conséquences de leur entêtement. L'ensemble des acteurs interrogés reconnaissent l'existence de bulletin météo destinés à avertir sur les conditions climatiques. Par exemple, souligne Adama Faye de la DPSP, le week-end du 12 au 13 janvier, l'Anacim avait clairement indiqué qu'il y aurait des vents forts et des houles dangereuses. Ce qui n'a pas empêché les pêcheurs d'aller en mer. Conséquence : certains sont piégés au milieu de la nuit.

"L'Anacim donne même des messages vocaux en langues nationales, martèle Adama Faye. C'est pour ceux qui ne peuvent pas lire. Il y a des drapeaux rouges sur les quais pour informer sur les risques."

Malgré tout, les acteurs continuent à faire fi des alertes. Dans ces conditions, Abdoulaye Ndiaye invite l'État à changer la loi pour prévoir des sanctions. Selon lui, tant que la décision d'aller en mer ou de respecter les consignes sera laissée à l'appréciation des pêcheurs, beaucoup parmi eux continueront à braver le danger. Il pense donc que le capitaine doit  avoir une responsabilité pénale pour dissuader les potentiels contrevenants.

Quant à Ibrahima Cissé, il milite en faveur d'une sensibilisation, parce que persuadé que les pêcheurs ne connaissent pas les notions basiques de sécurité.

Mais il est difficile d'aborder l'insécurité en mer sans tenir compte de la racine du mal : la raréfaction des ressources, imputable aux mauvaises pratiques de pêcheurs artisanaux et surtout aux bateaux étrangers qui pillent les fonds marins.

Aujourd'hui, les pêcheurs sont obligés d'aller de plus en plus loin, parce que les côtes sénégalaises ne peuvent plus répondre à la demande. Or, l'activité est vitale chez les pêcheurs. "Si les gens ne vont pas en mer, la marmite ne sera pas allumée", indique un acteur ayant requis l'anonymat. Seulement, avec ces longs trajets et les changements climatiques, les pêcheurs peuvent être surpris, à tout moment, par un mauvais temps.

"Les pêcheurs doivent comprendre que les conditions d'aller en mer, il y a une dizaine d'années, ne sont pas les mêmes", sermonne Oumar Guèye. Qui fait remarquer dans la foulée que "les embarcations ne sont pas assez solides, elles sont frêles".

Retard de l'info en cas d'accident
Il s'y ajoute également que le moteur peut tomber en panne partout. Alors que les capitaines ne sont pas toujours qualifiés pour la réparation. Abdoulaye Ndiaye pose d'ailleurs ce débat lorsqu'il s'interroge sur le niveau de formation des nouveaux capitaines. "Auparavant, le processus  d'apprentissage était long, maintenant, c'est une activité commerciale. On se lève un beau jour, on achète une pirogue et s'auto-proclame capitaine", regrette-t-il.

Conséquence : on ne développe pas les bons réflexes. Exemple : "Le plus souvent, les pêcheurs ne déclarent pas les accidents. C'est seulement quand ils n'ont plus de solutions que les services de l'État sont informés", regrette Adama Faye. Ce dernier en veut pour preuve la disparition de pirogue survenue à Saint-Louis en décembre. C'est seulement 10 jours après, dit-il, qu'ils ont  été informés.

La disparition d'un pêcheur, en plus de la douleur, est synonyme de perte de revenus pour toute une famille. Par conséquent, il est temps que la sécurité et la formation des acteurs soient inscrites au cœur des priorités de l'État.


liiiiiiiaffaire_de_malade

20 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2019 (14:41 PM)
    les pirogues sont dépassés! il faut necessairement que les lebous s organisent sous forme de cooperative ou autres.. pour acceder a des navires de pêche modernes. Pirogue yii moy lolou khéwatoul si diamono
    • Auteur

      Reply_author

      En Janvier, 2019 (22:32 PM)
      non se n est pas cela
      les poissons qui se dirrigeaient vers le cotes senegalaise sont captures par les bateaux de la communaute europeennes du coup nos pecheurs sont obliges d aller plus loin pour pecher . prenant ainsi plus de risques.
  2. Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2019 (14:58 PM)
    L'apr a tellement peur de perdre le pouvoir qu'ils saccagent le siège de Pastef afin que les patriotes répliquent par la violence pour ensuite les mater mais c 'est peine perdu nous patriotes sommes très intelligents et continuons de gagner la confiance de nos compatriotes d'ici et d'ailleurs pour un changement de régime le soir du 24 février.

    Ce pouvoir fera tout pour nous intimider parce qu'ils pensaient se débarrasser des opposants de grandes pointures comme Khalifa Sall et Karim Wade et comme par hasard Sonko fait surface et conquièrent le cœur des sénégalais par un discours simple clair et surtout véridique
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2019 (15:27 PM)
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2019 (15:52 PM)


    Parce qu'ils ne savent pas nager !!!!!



    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2019 (15:54 PM)
    Corrigez vite votre titre bidon : la mer TUE!

    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2019 (16:04 PM)
    Quel manque d'inspiration pour le titre !

    Pourquoi la mer ne tue pas les bergers ? :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot: 
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2019 (16:09 PM)
    Tuent bi Sax deh guissoumakowoon!

    Kon bok : pourquoi la mer ne TUENT pas les bergers ? :emoshoot:  :emoshoot: 
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2019 (16:22 PM)
    Aucun respect pour cette population de pécheur au moins on devait avoir 4 hélicoptères ;

    1 dans chaque port ( Saint louis , Dakar , Kaolack , et Zig ) avec la géolocalistion pour repêcher les disparus très rapidement et cela ne couterai que 4 milliards pour une population de 500 000 habitants la ou Maquis a achèté 175 land cruiser pour les + 100 jeep grand cherokee pour les gars du haut conseil pour les corrompus et les transhumants le tout à 11 milliards

    rien que Saint louis a perdu plus de personne que ces 2 institutions réunies , donc il n'ya que vous pour régler votre problèmes chers pécheurs.

    le Sénégal doit avoir une bourgeoisie issue des paysans et des pécheurs

    il faut un changement radicale.
    Auteur

    Marème

    En Janvier, 2019 (16:24 PM)
    Hello Seneweb,



    Je ne comprend pas pourquoi vous n' avez pas publié un article concernant l’Italie qui lutte contre le Franc -Cfa. Même Jeune Afrique en a parlé. C'est décevant de votre part.



    Fan de Seneweb
    Auteur

    Anonymes

    En Janvier, 2019 (17:24 PM)
    Arrêtons les pirogues du temps de grands mères modernisons les embarcations on dit Sénégal émergent on essaie même pas d'améliorer les conditions de travail les plus élémentaires ????
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2019 (17:53 PM)
    c'est comme si vous posiez la question : Pourquoi la route tue autant au Sénégal?
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2019 (20:38 PM)
    Ayons du respect à ces braves gens qui nous fournissent des produits halieutiques en bravant l océan.

    Ces pêcheurs ont besoin de bateaux dignes équipes de radio de transmission et reception vhf.

    Il nous faut un repérage satellite.

    La question que je me pose est que est ce que nous disposons d un c.r.o.s.s centre régional des opérations de surveillance et de sauvetage.

    Ce centre doit répondre en envoyant le navire le plus proche ou envoyer un hélicoptère en cas d appel mayday.

    Il y a du travail à faire
    Auteur

    Hm1

    En Janvier, 2019 (21:34 PM)
    chaleur

    Équateur méridionale affronte une canicule sans précédent. De nombreux records de chaleur absolus



    L'Australie, en plein été austral, connaît une vague de chaleur durable



    Des records en série



    a enregistré un record de chaleur absolu avec 45.6°C Le 3 janvier, le mercure est monté jusqu’à 47,4°C



    Cette vague de chaleur s'est décalée dans le quart sud-est du continent. Selon le service météorologique national, Canberra, a connu des jours de chaleur 40°C



    Parmi les records, on peut citer le record de la température minimale la plus haute jamais relevée dans l'hémisphère sud tous mois confondus : 35.9°C le matin



    plusieurs records de chaleur absolus sont tombés dans certaines stations : Port Augusta, avec 49.5°C, avec 49.1°C et avec 48.6°C.



    Équateur Méridionale, , a également battu son record absolu de chaleur avec 46.6°C fin hm1
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2019 (22:03 PM)
    L’état a bon dos. Comment accepter un pêcheur sans gilet aller en mer ? Vous nous emmerdez Way .Letat n’a rien à faire dans vos pirogues
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2019 (22:33 PM)
    Allez sur YouTube et essayer de voir sauvetage cross.

    Vous allez voir que nous sommes hors des normes.



    Les accidents peuvent arriver

    IMAGINER UN BATEAU QUI PREND FEU EN MER ,disposons nous des moyens?

    Partez en Europe!!!!!!

    Auteur

    Hm1

    En Janvier, 2019 (22:43 PM)
    Mami Wata (ou Mamy Wata, Mami Watta ou Mama Wata) est une divinité aquatique du culte africain l eaux et Barack Obama Messi Israël merci fin hm1
    Auteur

    Hm1

    En Janvier, 2019 (23:21 PM)
    Seneweb libre commentaires svp merci de ne pas enlevé les commentaires merci fin hm1
    Auteur

    Soleil Siracuse

    En Janvier, 2019 (07:45 AM)
    Dans un pays organisé bien géré ce ne n ‘est pas Sene web de s’en occuper c’est le travail des autorités de dépêcher le ministre Seb la pêche pour travailler avé les représentant réguler sensibiliser protéger l’avenir population qui essaye de survivre dans un pays pauvre. Voir comment mettre des gardes fous formation sensibilusation sur la sécurité en mer travailler avec la météo pour les conditions de navigation mais malheureusement pas d’autoriteS compétentes des pilleurs du pays qui ne comprennent rien aux nouvelles technologies pour protéger l’avenir population qui est pêcheur et qui travaille avec lesmethodes très archaïques et à risque.
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2019 (19:07 PM)
    Le problème est que nos pêcheurs sont obligés d’aller de plus en plus loin,de prendre de plus en plus de risques pour aller chercher la ressource.

    Tous les derniers gouvernements ont vendu contre espèces sonnantes et trébuchantes qui n’ont servi qu’a Enrichir les ministres et autres hauts fonctionnaires des licences de pêche à qui en voulait ,aucun contrôle n ‘a jamais été effectué à bord des bateaux étrangers ,ces derniers une fois les cales remplies partaient vers LAS PALMAS et autres destinations,ce l’a a commencé avec les pays de l’est Et l apothéose avec l’arrivée des CHINOIS avec la bénédiction des autorités.

    Ces derniers n’ont jamais et continuent de ne pas respecter les distances de pêches ,pêchent impunément dans la limite des 3 miles ‘( zones de fraie )

    Les pirogues prennent de plus en plus de risques ,et souvent n’ont pas les équipements de sécurité ou s’ils elles les ont ,les équipages ne les portent pas ,et il y a surtout L INCONSCIENCE

    DE CERTAINS qui soit disant protégés des Dieux font n’importe quoi

    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2019 (19:07 PM)
    Le problème est que nos pêcheurs sont obligés d’aller de plus en plus loin,de prendre de plus en plus de risques pour aller chercher la ressource.

    Tous les derniers gouvernements ont vendu contre espèces sonnantes et trébuchantes qui n’ont servi qu’a Enrichir les ministres et autres hauts fonctionnaires des licences de pêche à qui en voulait ,aucun contrôle n ‘a jamais été effectué à bord des bateaux étrangers ,ces derniers une fois les cales remplies partaient vers LAS PALMAS et autres destinations,ce l’a a commencé avec les pays de l’est Et l apothéose avec l’arrivée des CHINOIS avec la bénédiction des autorités.

    Ces derniers n’ont jamais et continuent de ne pas respecter les distances de pêches ,pêchent impunément dans la limite des 3 miles ‘( zones de fraie )

    Les pirogues prennent de plus en plus de risques ,et souvent n’ont pas les équipements de sécurité ou s’ils elles les ont ,les équipages ne les portent pas ,et il y a surtout L INCONSCIENCE

    DE CERTAINS qui soit disant protégés des Dieux font n’importe quoi

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email