Vendredi 03 Décembre, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

Surcharge, vétusté, indiscipline… : Quand l’insécurité règne en maître dans les transports en commun

Single Post
Surcharge, vétusté, indiscipline… : Quand l’insécurité règne en maître dans les transports en commun
Le secteur du transport au Sénégal est dominé pour l’essentiel par les Cars rapides, les Ndiaga Ndiaye et les bus.Cependant, la qualité du service laisse à désirer à cause de la surcharge, la vétusté ainsi que l’indiscipline qui y règnent en maître.
 
Amadou est chauffeur de car rapide depuis près de dix ans. Bien calé dans le fauteuil délabré de son ‘vieux tas de ferraille’ ratatiné, il attend des passagers pour prendre son départ. Manifestement sa vieille guimbarde n’a pas une visite technique en règle. C’est la raison pour laquelle, pour échapper aux contrôles de route de la Police de la circulation, il a son stratagème. ‘Lorsque je suis interpellé lors des contrôles de la Police, je glisse à chaque fois un billet de banque dans les papiers que je présente. Je suis obligé parce qu’aucun de mes papiers n’est en règle’, avoue-t-il.
 
Avec ces genres de pratiques corruptrices, ce n’est pas étonnant alors qu’on rencontre beaucoup de voitures qui ont atteint un certain état de dégradation très avancée. Bricolées, retapées, elles sont ainsi remises à la circulation pour transporter les Sénégalais. La plupart des chauffeurs de cars rapides ou de Ndiaga Ndiaye détiennent par devers eux une ‘visite technique’ complaisante. À cause de leur vétusté, des personnes innocentes en font les frais tous les jours.
 
Comme si cela ne suffisait pas, les surcharges sont depuis toujours, le lot quotidien des usagers des bus, des cars rapides et des Ndiaga Ndiaye. Même si les nouveaux bus dénommés Tata se présentent en bien meilleur état que les cars rapides, ces derniers souffrent d’un certain laxisme en ce qui concerne la limitation des passagers à transporter. Cette situation est d’autant plus porteuse de dangers que des malfrats en profitent pour perpétrer des vols et autres délits passibles de sanction. Pourtant, chaque jour, ils sont nombreux les Sénégalais qui empruntent ces moyens de transport, inconscients des risques qu’ils encourent, et sous le regard complice des autorités policières qui doivent les protéger contre eux-mêmes.
 
Malgré, tous ces dangers, on imagine mal Dakar, la capitale sénégalaise sans ses cars rapides, ses Ndiaga Ndiaye qui font partie du décor. Sans compter qu‘au fil des années, ils ont acquis une place de choix dans le secteur du transport public sénégalais, grâce à leurs tarifs à la portée de toutes les bourses.
 


affaire_de_malade

13 Commentaires

  1. Auteur

    Q

    En Octobre, 2011 (07:51 AM)
    q
    Top Banner
  2. Auteur

    Di

    En Octobre, 2011 (08:30 AM)
    il ya des senegalais ki n'ont jamais fait d'etudes mais integre alors analphabete n'implique pas indispline et mal education



    aprenez BOOL EEN !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

     :love: 
    {comment_ads}
    Auteur

    Mann

    En Octobre, 2011 (09:35 AM)
    Allez dans de nombreux pays de la sous-région et vous verrez l'énorme différence qu'il y a entre leur système de transport interurbain et le nôtre.

    Alors que dans ces pays (Côte d'Ivoire et Mali notamment), ce secteur s'est beaucoup modernisé, avec des autobus dernier cri (vidéo, climatisation, toilettes), le transport interurbain au Sénégal refuse de sortir de l'informel. Chauffeurs analphabètes (en français tout comme en langues nationales), véhicules âgés et sales, insdiscipline notoire sont le lot des voyageurs.

    Tant que le transport interurbain ne sera pas réorganisé, il restera le parent pauvre de l'économie nationale. A la place des "Barké Seugn Bi"--chauffeurs et transporteurs, il nous faut des managers bien formés, tel qu'au Mali et en Côte d'Ivoire et de nouveaux investisseurs, capables de donner un souffle nouveau à ce secteur.

    L'ère des gares "Pompiers" et Colobane est révolue. La récente grève des chauffeurs et transporteurs, soit disant pour lutter contre les "clandestins" signe le glas d'une corporation qui a pris en otage l'un des secteurs les plus porteurs de notre économie.

    Le refus de la concurrence (rappelez-vous le cas des chauffeurs maliens interdits de travail sur le territoire sénégalais), la légalisation de nombreux intermédiaires (coxeurs notamment), ainsi que l'absence d'investissements, ont plombé le transport sénégalais.
    {comment_ads}
    Auteur

    Top

    En Octobre, 2011 (09:38 AM)
    L'etat n'assume pas ses responsabilites devant cette anarchie.
    {comment_ads}
    Auteur

    Syd

    En Octobre, 2011 (09:46 AM)
    BANANA REPUBLIC, SUNU GALGUI.
    Top Banner
    Auteur

    Mandele Couture

    En Octobre, 2011 (10:55 AM)
    Qui est l'auteur de cet article? ni tete, ni pieds? invente... et manque de reference
    {comment_ads}
    Auteur

    Max

    En Octobre, 2011 (12:24 PM)
    L'affaire n'est pas d'insister sur le niveau d'instruction, mais il faut moraliser le secteur. Ainsi il est anormal qu'un chauffeur qui transporte une soixantaine de personnes ne passe pas devant une commission de spécialistes (sociologue, psycholoque, ingénieur du transport, gendarme, etcc) pour pouvoir apprécier l'aptitude de cet individu à conduire un bus. Comme c'est une grande responsabilité, les autoritésdoivent revoir comment on octroi les permis;
    {comment_ads}
    Auteur

    Boblaise

    En Octobre, 2011 (15:09 PM)
    Mes chers compatriotes,vous n'avez rien compris et vous ne comprendrez jamais rien car cette situation arrange bien les autorités parcequ'elle leur permette de faire face à des bouches à revendication en moins.Alors 1000 morts par jour dans des accidents et ils sont en extase sans que vous ne le sachiez.Ils débouchent le champagne.Il en est de meme dans nos hopitaux où les memes autorités encouragent sans le dire ouvertement des médecins,des infirmiers,des sages femmes à euthanasier la population malade,les femmes en grossesse,les enfants sinon comme comprendre que souvent pour un simple maux de tête,on rentre à l'hopital et on en ressort sur le brancard sans que les autorités ne daignent diligenter la moindre enquête?Si c'était en Europe avec toutes ces mortalités douteuses,presque les 3/4 du corps médical se retrouverait déjà en prison.Prenez conscience et réfléchissez à ce que je vous dit.Wade n'a pas le monopole de ce cynisme,c'est presque tous les chefs d'Etat africains et si ils pouvaient gazer une bonne partie de leur population en douce sans que cela ne se sache par la communauté internationale,ils auraient fait sans remords car comme je le disais,ça leur ferait moins de personnes contestataires à leur politique monarchique personnifiée à l'extrême et c'est déjà ça de gagner pour eux.En conclusion,nous avons que des assassins par procuration qui nous gouvernent car ne pas porter assistance à personne en danger constitue un crime contre l'humanité.A méditer mes chers compatriotes.Merci

     :tala-sylla:  :tala-sylla:  :tala-sylla:  :tala-sylla:  :tala-sylla: 
    {comment_ads}
    Auteur

    Typy

    En Octobre, 2011 (17:31 PM)
    Pourquoi les hommes de tenue ne sont pas respectés: ENQUETE 09/2011 - record absolu détenu en 2011 par le poste police Saly Mbour, «la taxe , le cadeau, le backchich » varient entre 3000 et 10000 cfa. Ces racketteurs professionnels ne travaillent pas pour l'état mais pour eux. Sur cette route, la plus lucrative du pays, les camionneurs Maliens, Gambiens et autres en font les frais. Les autres taxés sont les clandos, les résidents et touristes de Saly et tout ce qui roule et dans ce secteur. Les sommes récoltées en moyenne par jour sont de 300.000 cfa avec des mois pouvant atteindre 9 millions. Contrôles effectués aux jumelles 20x60 et monoptique 60/100. Les trois compères sont bien rodés à l'exercice et poussent même de temps en temps la plaisanterie à faire payer une vraie amende et le chef: Sidi Tour... dont nous voudrions ne pas briser une si brillante carrière, règle tout ce trafic de main de maitre. Voilà pourquoi le Sénégal va mal avec des voyoux comme ceux la, dilapidant l'état et les chauffeurs. Ils ne sont préoccupés en rien par le code de la route ou la sécurité mais par le racket, en fait avec un peu d'argent on n'a pas besoin de permis de conduire à Mbour, ni de respecter le code de la route! Il y a des policiers honnêtes (40 %), sans eux ou en serait le pays? Pour les autres demandez une mutation à Mbour, excellent pour le racket, record du sénégal en rentabilité!pour le backchich! Etude en cours Tivaouane! Ça promet!
    Top Banner
    Auteur

    Régulateur

    En Octobre, 2011 (18:12 PM)
    Ce que vous dites est intéressant mais il reste un probleme important à résoudre.

    Tout ce dont j'ai lu sur ce forum révèle un problème majeur dans lequel personne n'est allé en profondeur.

    Si la peur de mourir ou du qu'en dira t-on reste la capacité de l'océan atlantique ne suffira pas à lui seul à stocker le torrent de larmes des sénégalais déversé par tant de doléances.

    Parler est bien beau mais agir est plus important.

    {comment_ads}
    Auteur

    Hamdoulilaye

    En Octobre, 2011 (02:14 AM)
    Demande de conseils: à l'exemple de la RATP (Régie Autonome Transport Parisien) ou comme dans toute région, ou Département de France, comme à Abidjan, Douala, Yaoundé, j'ai envie de monter une Société de Transport inter-urbain au Sénégal dont la principale caractéristique sera: le respect strict des usagers, la propreté et la sécurité maximale avec des arrêts avec des Véhicules à l'état parfait, des Chauffeurs professionnels en tenue costume +cravate, des abrits aménénagés parfois en point de vente de billet +Cafétariat.



    Hélas avec tout ce que j'entends sur l'indiscipline des locaux, sur le racket organisé par les policiers suposés protéger les citoyens, je me demande comment faire pour pariciper à moderniser mon pays où pourtant on dit partout dans le monde que les gens sont intelligents, gentils.



    Que me conseillez-vous ???? Cher(e) compatriote CAR SI CE N'EST PAS UN SENEGALAIS QUI COMMENCE A FAIRE LE SUNUGAL ( Si Peu soit-il ! ) QUI LE FERA A SA PLACE.
    {comment_ads}
    Auteur

    Totala

    En Octobre, 2011 (09:30 AM)
    il faut régler le problème de la corruption routière et tout sera réglé:

    Plus de faux permis, plus de défaut d'assurance, plus de contrôles techniques bidons,

    plus d'arrangement avec policiers et gendarmes! il faut refuser de donner ou ne pas conduire!

    C'est le seul moyen et en plus l'état recevra les amendes, qui pour le moment restent dans la poche des soit disant

    contrôleurs de la route corrompus à 95 % !

    Mais qui va régler ce problème ? on a jamais vu de sanctions à cet effet, on commence quand? quel est l'homme fort intègre et incorruptible qui va s'attaquer à ce problème ? Celui ci sera certainement un des sauveurs du Sénégal, mais est-il né? Les politiques n'ont pas compris que la corruption neutralise tout développement. Les pays les plus développés ont le moins de corruption, alors que fait on ? on continue !
    {comment_ads}
    Auteur

    Doull

    En Novembre, 2012 (23:33 PM)
      <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">   :?:   <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/khelou.gif" alt=":khelou:">   :love:  :cry:  :hun:   <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/cool.gif" alt=":cool:">   :-D :) :sad:  :tala-sylla:  :up:  :down:  :sn:  :dedet:  :haha:  :haha:   <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">   :sad: 
    Top Banner

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email