Mercredi 08 Juillet, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Societe

Un défaut de compréhension à l'origine de l'opposition de religieux à la planification ( imams)

Single Post
Un défaut de compréhension à l'origine de l'opposition de religieux à la planification ( imams)

L'opposition de nombreux religieux à la planification familiale dès son introduction dans le pays en 1984 était liée à un défaut de compréhension, ont estimé, mardi à Tambacounda, des imams venus prendre part à un séminaire de plaidoyer sur l’argumentaire religieux en faveur de l’espacement des naissances, organisée à leur intention par la région médicale.

 

Une rencontre de ce genre devait être tenue avant que le gouvernement ne prenne un quelconque engagement au plan international, a indiqué Mamadou Saliou Bâ, imam de la mosquée de Diyabougou Plateau dans la commune de Tambacounda. De ce fait, les gens se seraient entendus sur ‘’la manière de faire la planification familiale’’.

 

Il est félicité du fait que la planification est optionnelle et non imposée aux couples. Citant le verset coranique où Dieu dit : ‘’Et les mères, qui veulent donner un allaitement complet, allaiteront leurs bébés deux ans complets’’. (Sourate 2 verset 233), il a affirmé que ‘’dès lors que Dieu qui nous a créés, nous a donné une liberté dans ce sens, il ne faut pas la limiter’’.

 

A ce sujet, il a relevé que la possibilité est donc offerte aux parents, s’ils savent que le sevrage ne causera aucun préjudice à l’enfant, compte tenu du fait de sa bonne santé et de sa croissance normale, de cesser l’allaitement d’un commun accord. 

 

L’autre verset, ‘’ ’Sa mère, le porte avec peine, et l’enfante avec peine. Le temps qu'elle le porte et le temps jusqu'au sevrage durent trente mois’’ (Sourate 46- Verset 14) corrobore cette position de l’islam. En même temps qu’il montre que l’allaitement peut durer deux ans (24 mois), ou 21 mois (1 an 9 mois), selon qu’on considère neuf ou six mois de grossesse, ce verset laisse aussi entre que l’âge minimal où un prématuré peut vivre est de six mois, a-t-il relevé.

 

Il a résumé la position de l’islam à propos de la planification familiale en ces termes : elle est une obligation en cas de ‘’naissances rapprochées faisant courir des risques à la mère ou à l’enfant’’, elle est ‘’interdite à toute femme qui le fait juste par plaisir’’. 

 

Le secrétaire général de l’Association des imams et oulémas de la région de Tambacounda, Issa Cissokho, a lui précisé que l’utilisation des méthodes contraceptives est agréée par l’islam dans le cadre strict du mariage.

 

De son côté, Mourtada Ndao, adjoint à l’imam de la mosquée Al-Fallah, a relevé que l’opposition des religieux à la planification familiale, à ses débuts, était due aux principes directeurs qui avaient sous-tendu son introduction dans le pays.

 

‘’Ceux qui l’avaient pensée estimaient qu’il y avait trop d’êtres humains sur terre et qu’il fallait réduire les naissances, pour améliorer leurs conditions de vie’’. Ce qui est contraire à la vision de l’islam qui encourage la procréation, a-t-il dit.

 

Il a également invité les autorités sanitaires à revoir le concept de majorité, notamment l’âge minimal pour la grossesse que les normes de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) fixent à 18 ans.

 

‘’Il ne faut pas copier des modèles à l’extérieur pour nous les imposer’’, a-t-il dit, rappelant que l’islam ne se fonde pas sur le nombre d’années pour déterminer la majorité, mais sur un certain nombre de manifestations physiologiques comme l’apparition de poils pubiens ou de règles.

 

Le représentant de l’église catholique, Bernard Faye, qui représentait l’évêque de Tambacounda, Jean-Noël Diouf, à cette rencontre, a souligné que l’église catholique prône les méthodes naturelles de contraception et est ‘’catégorique sur les méthodes artificielles (de contraception (qui sont interdites), parce que ça chosifie le corps’’.

 

''Le techniquement possible est trop envahissant et tout ce qui est techniquement possible n'est pas moralement acceptable'', a-t-il jugé.

 

Ces méthodes peuvent être tolérées dans des ‘’situations exceptionnelles d’urgence’’, a relativisé la sœur Elizabeth Dione, indiquant que les religieuses orientent les jeunes couples catholiques vers les sœurs de la maternité pour être initiées aux méthodes naturelles de contraception.

 

En marge de la rencontre, Khadidiatou Bâ Sow, coordinatrice régionale de la santé de la reproduction, a noté qu’une ‘’meilleure compréhension de la position de l’islam sur la planification’’ est sortie de cet atelier, ajoutant que ‘’les religieux adhèrent à la planification familiale’’, mais ont des réserves sur les modalités de sa mise en œuvre. 

 

C’est un problème de ‘’compréhension’’ de cette pratique qui se posait, a-t-elle poursuivi se félicitant de ce que ce séminaire les ait aidés à y voir plus clair.

 

Une dizaine de religieux, essentiellement des imams ont pris part au séminaire de plaidoyer sur l’argumentaire religieux en faveur de l’espacement des naissances, organisée par la région médicale de Tambacounda.


liiiiiiiaffaire_de_malade

4 Commentaires

  1. Auteur

    Merci Marabouts

    En Juillet, 2012 (21:00 PM)
    MERCI LES RELIGIEUX DE TAMBACOUNDA DE CET ENGAGEMENT DE VOTRE PART JE VOUS EXHORTE A VOUS ENGAGER DE FACON CONCRETE FAIRE DES KHUTBAH DANS LES MOSQUEES ET PARTOUT OU L OCCASION SE PRESENTE

    CAR LA PALNIFICATION FAMILIALE A ELLE SEULE REDUIT DE FACON DRASTIQUE LA MORTALITE MATERNELLE ET INFANTILE

    ENSEMBLE VOUS VAINCRONS LA MORDIDITE ET LA MORTALITE MATERLLE ET INFATILE
  2. Auteur

    Equation

    En Juillet, 2012 (23:47 PM)
    un question qui me viens au cervelle par azard

    sur la loi parité au assemblé nationale si un parti obtiens 3 députés ou 5 députés ou 7 ect.... comment on fait pour départager les sièges?  :?:   :?:   :?:   :?:   :?:   :?:   :?:   :?:   :?:   :?:   :?: 
    • Auteur

      @equation

      En Juillet, 2012 (04:03 AM)
      juste divise par deux,si ce n est pas possible cherche un etre moitie homme-moitie femme ce qui existe bien dans nos societes avec un nom particulier!!!
    • Auteur

      Taymounekh

      En Juillet, 2012 (10:05 AM)
      yaw dall tu veux dire que nous aurons des lesbiennes et des goordjieguenne a l'assemblee nationale. vive la parite. qui seme le vent recolte la tempete.
      yalla naniou yalla yeureum
    Auteur

    Janus

    En Juillet, 2012 (07:25 AM)
    De quoi se mêlent les religions ???? Le nombre d'enfants et même ne pas en avoir est une chose personnelle entre une femme et son mari. La vison de l'islam est de favoriser la procréation ? Est-ce que l'islam qui va nourrir et envoyer à l'école tous ces enfants en surnombre ???? Ou l'islam va continuer à en faire des talibés réduits à l'esclavage ??? Combien de petites filles de 8 ans font n'importe quoi avec les hommes pour avoir quelques pièces car elle n'ont pas assez à manger dans leur famille surpeuplée. On est déjà obligé à acheter du riz en Thaïlande et des oignons en Hollande parce que le Sénégal ne produit pas assez et on voudrait avoir encore plus d'enfants ????  :dedet:  :dedet:  :dedet:  CE SONT CEUX ET CELLES QUI DOIVENT LES NOURRIR QUI DOIVENT DECIDER LE NOMBRE D'ENFANTS QU'ILS PEUVENT AVOIR. CE N'EST PAS AUX RELIGIONS DE DECIDER.  :dedet:  :dedet:  :dedet: 
    Auteur

    Manso

    En Juillet, 2012 (13:35 PM)
    Je suis d'accord avec @Janus, la religion ne doit pas intervenir dans la décision d'avoir ou non des enfants.

    L'association francophone "Démographie Responsable" milite pour que les couples puissent avoir accès librement et sans contrainte d'aucune sorte à la Planification Familiale : rejoignez là !

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email