Vendredi 03 Avril, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

Usine De Dessalement d’eau De Mer Aux Mamelles : L’autre gros chantier de l’Hydraulique

Single Post
Usine De Dessalement d’eau De Mer Aux Mamelles : L’autre gros chantier de l’Hydraulique

Vingt-quatre heures après le lancement des travaux de construction de la nouvelle usine de traitement d’eau potable de Keur Momar Sarr (Kms3) par le président de la République, le directeur général de la Sones, Charles Fall, a procédé à la signature du contrat de maitrise d’œuvre complète du projet de l’usine de dessalement d’eau de mer sur le site des Mamelles, en partenariat avec l’Agence japonaise de coopération internationale (Jica). L’usine de Keur Momar Sarr répondra aux besoins en eau potable de Dakar, des nouveaux pôles urbains de Diamniadio, du lac Rose, de Thiès et de la Petite Côte. 

‘’Le second ouvrage de notre stratégie de prise en charge de demande à l’horizon 2035 est l’usine de dessalement d’eau de mer des Mamelles. La signature de ce contrat de maîtrise d’œuvre est une étape décisive pour le bouclage des études techniques entamées au début de ce mois, conformément aux instructions du président de la République Macky Sall, renseigne le Dg. Selon Charles Fall, les études vont s’achever dès la fin du mois de mars 2018 pour la composante de l’usine de dessalement. Ce qui permettra de lancer les appels d’offres dès avril. Les travaux démarreront en décembre 2018.

‘’Le projet repose sur deux principales composantes : la construction de l’usine de dessalement de l’eau de mer ayant une capacité de production journalière de 50 000 m3 /jour et extensible à 100 000 m3/jour au niveau des Mamelles. La deuxième composante est l’amélioration du réseau de distribution d’eau existant de Dakar par le renouvellement de près de 460 km de canalisation’’. Ces infrastructures permettront de fournir une production d’eau additionnelle de 100 000 m3/jour à terme et de réduire les fuites de distribution d’eau existant situées dans la zone de Dakar-centre, actuellement à 27 %, à leur niveau techniquement acceptable. Le bureau d’études Nippon Koei est choisi pour réaliser les études techniques, l’assistance aux appels d’offres, le contrôle et la supervision des travaux et enfin l’assistance pour les deux premières années d’exploitation et de maintenance de l’usine de dessalement.

Ce projet est aussi une anticipation et une réponse aux effets du changement climatique marqués par une baisse des ressources en eau existant, en particulier celles des nappes souterraines et du fleuve Sénégal, principal desservant du lac de Guiers.   


liiiiiiiaffaire_de_malade

11 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2017 (04:30 AM)
    https://youtu.be/GZX7cE0s_d0
    • Auteur

      Leuk

      En Décembre, 2017 (09:21 AM)
      nous avons 500km de côte dans ce pays. pourquoi choisir un lieu touristique, une des rares plage non poluées de dakar pour implanter cette usine ???
  2. Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2017 (08:17 AM)
    Tous ces projets sont des excellentes perspectives du plan PSE.

    Mais Son excellence MACKY SALL cessez d'emprisonner les gens.Vos projets défendront votre bilan pour les élections à venir.
    Auteur

    Inquiet

    En Décembre, 2017 (08:36 AM)
    est-ce-que les autorités savent que dans ce pays la grande parties sont des pêcheurs. Avec l'exploitation en perspective du pétrole et du gaz nos côtes vont être sérieusement impactées et last but not list on en rajoute cette usine. AYEZ UNE BONNE VISION PERSPECTIVE BANDE D'INCOMPETENT :taala_sylla:  :taala_sylla:  :taala_sylla:  :taala_sylla:  :taala_sylla: 
    • Auteur

      Reply_author

      En Décembre, 2017 (23:16 PM)
      on dit last but not least connard. vas jouer et laisses les experts réfléchir à ta place.
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2017 (11:02 AM)
    tout imaginer au sénégal sauf une usine de dessalement de l'eau de mer.

    pourquoi: l'eau de nos cotes sera plus salée conséquences les poissons et autres arbustes marines vont disparaître.

    Maillez le sénégal de forages et entrevoir une baisse du niveau de l'eau du lac de guiers avec le changement climatique
    • Auteur

      Adjia

      En Décembre, 2017 (14:32 PM)
      ce serait mieux d´argumenter au lieu de lancer des coquilles vides. encore un répondeur automatque qui doit se délecter pour prouver son activité et recevoir sa solde
    Auteur

    Usine De Dé Salement?

    En Décembre, 2017 (11:34 AM)
    Nous avons de l'eau de source qui se perd chaque année dans la mer. Il serait plus raisonnable et plus économique de récupérer cette eau plutôt que de se mettre dans des projets aux conséquences désastreuses pour l'environnement. C'est complètement débile de se tourner vers l'eau de mer alors que des milliards de m3 d'eau de fleuve se jettent à la mer chaque année. Pourquoi faire des projets tape à l’œil, coûteux en énergie et nocif à l'environnement alors que des solutions plus simples existent?
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2017 (11:36 AM)
    Un mauvais projet. Le Senegal ne manque pas d'eau au point d'en arriver au dessalement de l'eau de mer!

    C'est coûteux, polluant et le site même ne s'y prête pas. On aura une "langue de Barbarie" bis
    Auteur

    Thierno M.

    En Décembre, 2017 (14:07 PM)
    NOTRE PAYS FAIT MOINS DE 200.OOO KM2 , NOUS AVONS TROIS (3) FLEUVES ET NOTRE POPULATION FAIT MOINS DE QUINZE (15) MILLIONS DE PERSONNES.



    LE DESSALEMENT EST LA MEILLEURE PREUVE DE L’INCOMPÉTENCE DE NOS DIRIGEANTS . TOUS LES PAYS LIMITROPHES UTILISENT NOS FLEUVES ET NOUS, NOUS DEVONS NOUS SAIGNER POUR AVOIR DE L'EAU.



    DANS UN PAYS ORGANISE , ON AURAIT CRIE " A LA TRAHISON , A LA HAUTE TRAHISON "".
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2017 (14:39 PM)
    Laissons nos ind?énieurs hydrauliciens,et autre experts ,défendre ce dossier technique,au lieu de faire de la politique de bas étage.pourquoi critiquer des dossiers ,dont on ignore les ténants et aboutissants.
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2017 (14:43 PM)
    Et si le Lac de Guiers se tarissait? Il faut avoir un plan B, C et même D. On ne joue pas avec le feu dit-on mais on ne doit pas dépendre d’une seule source d’eau. Ce serait trop risqué.
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2017 (14:43 PM)
    Et si le Lac de Guiers se tarissait? Il faut avoir un plan B, C et même D. On ne joue pas avec le feu dit-on mais on ne doit pas dépendre d’une seule source d’eau. Ce serait trop risqué.
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2017 (18:18 PM)
    Comme disait le professeur il y a quelques mois sur ce site : "on va faire un robot pour chercher de l'eau". Bonne chance

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email