Mardi 03 Août, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

Vélingara : des élus locaux formés au règlement des conflits

Single Post
Vélingara : des élus locaux formés au règlement des conflits

Amnesty International Sénégal et la Fondation Konrad Adenauer ont organisé samedi et dimanche à Vélingara (Sud) une session de formation au "règlement pacifique des conflits", à l’intention des élus locaux et des agents du Service départemental de l’élevage.

"Il est nécessaire d’outiller les élus locaux […] du département de Vélingara sur des modules ayant trait à la résolution des conflits, aux problèmes fonciers et à la gestion forestière", a expliqué Salif Sarr, formateur à Amnesty International Sénégal. 

Seydi Gassama, le directeur exécutif d’Amnesty International Sénégal, a dit qu’il était nécessaire d’organiser cette formation à Vélingara, "même si le département n’est pas directement affecté par la crise qui a duré plus de 30 ans" en Casamance. 

Il fait allusion à l’instabilité politique dans les régions méridionales de Kolda, Sédhiou et Ziguinchor, où s’affrontent souvent les rebelles du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC) et l’Armée sénégalaise. 

"Ce conflit a occasionné de lourdes pertes humaines et de nombreux dégâts matériels", a rappelé M. Gassama.

C’est important de former les élus locaux à la résolution des conflits, dans un contexte où "l’Etat du Sénégal et le MFDC ont piétiné dans la résolution du conflit en Casamance". 

"Aujourd’hui, nous avons jugé nécessaire de +capaciter+ les communautés pour qu’elles puissent contribuer à la résolution [du conflit entre le MFDC et l’Etat], car ce sont elles qui sont affectées" par l’instabilité politique dans le Sud du pays, a ajouté Seydi Gassama. 

La formation porte aussi sur "la gestion des ressources naturelles et forestières" qui sont, selon Amnesty International Sénégal, "sources de nombreux conflits, parfois très graves, au sein des communautés".

"Très souvent, les présidents de conseil rural et les maires sont accusés d’avoir bradé des terres ou d’avoir très mal géré un conflit. Beaucoup de présidents de conseil rural ne savent pas souvent où commencent et où s’arrêtent leurs compétences. Et cette méconnaissance peut être source de confusion et de conflit", a-t-il expliqué.



0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email