Vendredi 23 Avril, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Societe

Ziguinchor: le feu couve à la gare routière

Single Post
Ziguinchor: le feu couve à la gare routière
Elu en Novembre 2009, pour un mandat de 5 ans, le président sortant refuse de remettre son poste en jeu. «Alors que son mandat est terminé, depuis le 14 novembre 2014, soutient Boubacar Touré, Sankoung, un des challengers et ancien soutien du sortant, Aliou José Boris Touré fait dans le dilatoire».

A chaque fois que ses camarades l’ont interpellé pour organiser de nouvelles élections, il les a renvoyés à plus tard, évoquant, à chaque fois, attendre le signal de Dakar.

Affilié au CNTS de Alassane Ndoye, le sortant dit attendre les instructions de son syndicat. Pire, contrairement au règlement intérieur qui voudrait que l’élection soit organisée au niveau local, le sortant voudrait que ce soit national; il voudrait que des professionnels du milieu viennent de Dakar, de Thiès, de Diourbel, Kaolack etc.…pour élire le président de la gare routière de Ziguinchor.

«C’est impossible que nous acceptons cela», se sont entendus les 15 challengers. Et depuis lors, la guerre est ouverte et le processus électoral bloqué. La mairie dont dépend la gare s’est impliquée. «Mais, on n’a rien pu obtenir par le dialogue» s’est désolé un employé municipal.

Pourtant, le préfet, la mairie, le gouverneur, le conseil régional, les sages de la gare routière comme les imams se sont tous impliqués dans le processus. Mais, José Touré est resté intransigeant sur ses positions : pas d’élection avant le signal de Dakar. Et cette situation perdure depuis 14 mois maintenant.

Membre du groupe majoritaire, Boubacar Touré, Sankoung, et ses amis veulent organiser, tout de suite, une élection régionale, à laquelle, seuls les acteurs de Ziguinchor devront participer.

Alors, pour ce combat la liste WAATO SITAA, conduite par Sankoung Touré a pris les devants. C’est pour mettre un terme à cette situation que les challengers ont organisé, le 21 janvier dernier, une opération de blocage de la gare, durant 3 heures. Situation qui a tourné à un affrontement au cours duquel des pneus ont été allumés dans l’enceinte de la gare.

Informée, la police intervenue pour éteindre le feu, a mis la mis sur 7 manifestants, dont Boubacar Touré, candidat à la présidence et affilié au CNTS/FC dirigé par Gora khouma. Déférés au parquet et traduit devant le tribunal des flagrants délits, ils ont été poursuivis pour les délits de «trouble à l’ordre public et manifestation non autorisée ». Dans son délibéré du 26 janvier, le tribunal les a condamnés à 2 mois de prison, assortis du sursis.

Loin de désamorcer la bombe sociale, cette intervention de la justice n’a fait que retarder l’heure de son explosion. Samedi encore, 3 jours après la libération des détenus, un feu d’origine inconnue s’est déclaré dans l’enceinte de la gare. Et, subitement, sa paternité a été attribuée à Boubacar Touré, Sankoung. Convoqué dans la foulée au commissariat, il a nié les faits et laissé libre de toute poursuite.

Dans l’ombre de cette affaire d’apparence banale, se joue une question très sensible que l’Etat doit prendre la peine d’analyser afin de trouver une sortie paisible : le président de facto de la gare routière est contesté par presque tous acteurs sociaux de la région. Ses camarades lui reprochent d’avoir initié l’opération de barrage de la frontière avec la Gambie pendant 3 mois sur instruction de son syndicat alors que la majorité y était opposée.

Aussi, il lui est reproché d’avoir dirigé le projet d’interdiction des «horaires», liaison terrestre entre Ziguinchor et le reste du pays. «Cette grève, comme par hasard, a été déclenchée le 26 septembre, jour d’anniversaire du naufrage du bateau le Joola» nous a soufflés une source à la gare.

Cet acte de trop a fait réagir jusqu’au plus profond du Kassa: de Tombong Guèye, le maire de Cap Skring, au roi d’Oussouye tous y ont vu l’expression d’un «mépris dont les Casamançais font l’objet de la part du reste des Sénégalais». «Le maire comme le roi d’Oussouye sont venus se plaindre auprès du gouverneur de cette situation », reconnaît-on à la gouvernance.

«Ils n’ont pas compris comment un seul homme (José Touré NDLR) peut, sur invitation de gens –de Dakar- qui ne connaissent rien des réalités socio-culturelles de la région, décider de bloquer les transports, coupant de ce pas Cap Skring, Oussouye etc…du reste du pays», s’est désolée notre source.


0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email