Vendredi 05 Juin, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Sport

Adiouma Diouf: « Les lutteurs de Kaolack sont marginalisés»

Single Post
Adiouma Diouf: « Les lutteurs de Kaolack sont marginalisés»

La répartition des combats de lutte entre les régions et l’oubli dont sont victimes les jeunes athlètes des régions  sont des freins au développement de la lutte en plus de créer des frustrations chez une écrasante majorité des jeunes qui habitent l’intérieur du pays. La remarque est de  Adiouma Diouf, fondateur et promoteur d’un centre de formation de lutte à Kaolack.

«Des jeunes lutteurs qui s’entrainent constamment et qui ne luttent jamais peuvent constituer un danger pour une société. Il faut penser à décentraliser les manifestations de lutte et diversifier le choix des protagonistes pour laisser exploser dans la sportivité l’énergie emmagasinée par ces milliers de jeunes dans les régions. A Kaolack, on essaie, parfois, d’organiser des drapeaux mais cela ne suffit pas», dit-il. 

En marge d’une séance de communication destinée aux lutteurs en cette période de ramadan, Adiouma Diouf a invité ces derniers à suivre scrupuleusement les prescriptions médicales qui leur interdisent des débauches d’effort démesurées. « Un lutteur ne devra pas s’arrêter de s’entrainer, mais devra considérablement limiter ses manœuvres. Il faut maintenir sa forme et non essayer de  l’accroitre », a dit notamment Adiouma Diouf qui rendait visite aux lutteurs cooptés pour le tournoi de lutte portant drapeau du maire prévu après le ramadan. Interpellé sur les problèmes généralement rencontrés par les jeunes lutteurs Sénégalais, le professeur indexe le manque de formation et le chômage.


liiiiiiiaffaire_de_malade

2 Commentaires

  1. Auteur

    Xel

    En Juin, 2016 (08:43 AM)
    Cela s'explique par les lobbies qui tournent autour de la lutte. Ils ne font que favoriser certains lutteurs qui gagnent un nouveau combat même avant de terminer leur dernier. La CNG aussi ne travaille pas assez pour trouver une solution. Elle devait être en mesure d'imposer aux promoteurs d'engager tous les lutteurs qui payent leurs licences chaque année. Car tout le monde sait que ce sont les fédérations qui organisent les compétitions A défaut de pouvoir le faire ils faut agir pour l'intérêt de tous. Ils 'y ajoute que beaucoup de vieux lutteurs refusent de donner la chance aux jeunes qui frappent à la porte et qui pourraient arriver au sommet. Je peux citer des lutteurs de Mbour et tant d'autres des régions. Il faut vraiment démocratiser la lutte au moment ou l'arène national sort de terre
  2. Auteur

    Amy

    En Juin, 2016 (14:00 PM)
    Effectivement la lutte a kaolack n'a pas marché cette année mais espérons

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email