Lundi 24 Janvier, 2022 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Sport

Sepp Blatter: « Oui, je peux vous assurer que Dieu aime le foot»

Single Post
Sepp Blatter: « Oui, je peux vous assurer que Dieu aime le foot»

Au cœur de la polémique, le Valaisan a reçu «Le Matin Dimanche» pour évoquer sa relation au pouvoir et sa foi, voire sa fonction messianique, à la tête de la première économie mondiale.

Viège n’est pas exactement la première marche vers le pouvoir. Comment êtes-vous devenu le Valaisan le plus puissant du monde?

Quand j’étais jeune, j’ai travaillé de nombreuses années, l’été, dans les hôtels. On y rencontrait plein de gens et ça m’a toujours donné envie d’aller voir d’où ils venaient. Parce que les montagnes sont trop étroites, je devais sortir, j’avais cette très grande envie d’«extérioriser».

«Forbes» vous classe parmi les hommes les plus puissants du monde. Vous ressentez-vous comme quelqu’un de puissant?

Je suis le seul Suisse dans ce classement… Mais ce qui est puissant, c’est le jeu, le football lui-même. Parce qu’il est basé sur le mouvement instinctif de l’être humain de donner des coups de pied. Chaque homme naît footballeur. La fascination pour le football est presque philosophique puisque, quand on se met à en jouer, on tend vers le déséquilibre: on tire sur un seul pied. Ensuite, d’autres symboles très forts viennent s’ajouter: la balle est la sphère qui reflète la terre, nous sommes dans un jeu qui a un but, au propre comme au figuré.

Soit, mais vous êtes un homme puissant, ne le niez pas.

Oui. Mais justement parce que le football rassemble les peuples et leur donne ce dont ils ont tellement besoin dans ce monde perturbé: des émotions. Parce que, aussi, ce sport maintient l’espoir. Ces cinq dernières années, en Irak, par exemple, personne n’a interdit le football. Nous avons même pu installer une ligue féminine en Palestine. C’est cela qui donne de la popularité et de la puissance à la FIFA, donc à son président. On me reproche d’avoir trop de pouvoir, de cumuler les fonctions de président et directeur général, soit, mais cette situation est venue de la croissance rapide de ces dernières années. Nous allons en changer.

Franchement, du pouvoir, vous en avez et vous aimez ça.

Oui, j’en ai bien sûr. Mais je ne suis pas comme Machiavel qui disait: «A quoi sert le pouvoir si ce n’est pas à en abuser?» Je mets toujours le pouvoir en balance avec la responsabilité. En fait, je suis extrêmement seul. J’ai un gouvernement qui n’est pas nommé par moi, mais par les continents. Ceux-ci n’ont pas les mêmes priorités. Quand ils viennent chez moi, ils défendent leurs intérêts.

A quel moment avez-vous ressenti ce vertige de la solitude devant une décision à prendre?

D’abord, quand j’ai voulu convaincre mon comité exécutif d’organiser, un jour, une Coupe du monde en Afrique. J’étais seul. Personne n’y croyait, tout le monde pensait que nous perdrions de l’argent. Or nous n’en avons jamais gagné autant. Pas seulement nous, la FIFA: aucune nation n’a autant profité du Mondial que l’Afrique du Sud. Ce pays fait partie du G20. Des entreprises européennes lui demandent même de l’aide. L’autre moment de solitude, c’était pour ma réélection, en 2002. Là, c’était d’une telle méchanceté, on n’en parle même pas. Cette année aussi, devant le Congrès, j’étais seul. Mais dans cet isolement, je me sens bien. J’ai une force intérieure, une petite voix qui me pousse. Corinne, ma fille, me dit parfois: «Pourquoi tu continues? Laisse-les.» Mais je dois le faire. Je n’ai pas fini.

La Coupe du monde en Afrique était un but suprême. Vous auriez pu vous arrêter là?

Non, je vous le répète, je ne peux pas partir maintenant, je n’ai pas fini ma mission. Il faut améliorer l’image de l’organisation. La FIFA, c’est une population de 300 millions de personnes, soit à peu près la taille des Etats-Unis. Dans un pays aussi grand, il y a forcément des crimes, des tricheries. Mais personne ne dit jamais que les Américains dysfonctionnent, que leur Constitution est mauvaise, que leur président est corrompu. Pour la FIFA, on ne se gêne pas. On dénigre systématiquement une institution qui sauve des vies, qui aide les peuples, qui donne des émotions.

Vous avez un grand sens politique. Auriez-vous rêvé d’être conseiller fédéral?

La politique directe ne m’a jamais tenté. On m’avait approché pour être élu en Valais, mais j’ai refusé.

Vous auriez eu moins de pouvoir.

Oui, et je vous citerai Confucius: «Si tu as été cheval, ne deviens pas âne.»

Avez-vous les portables de Clinton, d’Obama, de Medvedev?

Je n’ai pas leurs lignes directes, mais je sais comment les atteindre. Le football joue un rôle social et politique si important que le président de la FIFA est reçu partout comme un chef d’Etat.

Vous parlez souvent de votre foi, de votre sens de la mission. La fonction de pape vous aurait-elle plu?

Au Collège de Saint-Maurice, j’ai été tenté un moment par une sorte de vocation mystique. Je me sentais bien entouré, dans un internat très religieux. Mais l’été je retournais dans le monde hôtelier, et la vie était trop plaisante.

Dieu aime-t-il le foot?

Ah ça, oui, bien sûr!

Comment pouvez-vous en être sûr?

Je peux vraiment vous l’assurer. Si le Bon Dieu n’aimait pas le football, nous aurions eu des problèmes énormes en Afrique du Sud. Dieu nous a protégés. J’étais allé prier la Madone à Einsiedeln avant de partir. J’y suis retourné après. Cela dit, prier ne suffit pas, à côté il faut bosser.

En Afrique du Sud, on vous ressentait comme un missionnaire.

Oui, d’une certaine façon. Mon travail dans le foot, je l’avais commencé en 1976 à Addis-Abeba. J’essayais d’appliquer les programmes de développement et les Africains m’ont tout de suite soupçonné d’imposer des règles européennes. J’ai dû m’expliquer, j’ai compris. Après, nous avons organisé plein de choses là-bas. Quand l’Afrique du Sud a été choisie pour la Coupe du monde, Nelson Mandela a remercié «Blatter l’Africain». C’était une belle reconnaissance.

Dans quel état voulez-vous laisser la FIFA?

Je suis certain que nous arriverons à redorer un peu son image. Pour le reste, la FIFA est solide. Elle est bien la maison de la FIFA. Elle abat un travail énorme, dans le monde entier. Regardez: le football est la première économie mondiale, avec un chiffre d’affaires annuel de 300 milliards de dollars.

On vous prête un instinct redoutable.

J’ai d’abord un instinct de survie. Je suis né prématurément, avec deux mois d’avance. On m’a jeté dans une petite corbeille à linge pendant des semaines, il n’y avait même pas de berceau. Mais avant l’instinct, je crois, il y a la conviction de faire juste. Quand vous êtes seul à décider, sans personne vers qui vous tourner, cette conviction est indispensable. Un autre principe que j’ai appris est de sentir intuitivement si un problème doit être résolu tout de suite, ou si le temps peut le régler. C’est un facteur de succès très important.

Quand vous avez des phrases «chocs» sur le racisme, ou sur les footballeuses qui devraient porter des shorts moulants, est-ce de l’instinct ou du calcul politique?

Non, je ne calcule pas. Je dis ce que je pense, c’est purement instinctif. Je suis toujours étonné des réactions que je provoque.

Franchement? Un homme malin comme vous?

C’est toujours ce qu’on me dit… Mais je suis sincère. Les shorts pour les femmes, qu’ai-je dit de choquant? Regardez le volleyball, avec ses petites tenues. Mon idée, ce n’est rien du tout, c’est un non-lieu. Dans l’affaire du racisme, j’ai dit que sur un terrain de football les insultes devraient finir par une poignée de main. On en a déduit que Blatter niait l’existence du racisme. Moi, je ne calcule pas, je ne provoque pas. Je dis ce que je pense. Et je vais vous le dire: si nous tirons le bilan de mes années à la FIFA, les faits parlent pour moi. En toute immodestie.

Vous vous êtes débarrassé de tous vos ennemis. Quel est votre secret?

Ecoutez… Ça fait mal, tout de même. Il faut le dire: ça fait mal. En 2002, onze membres du comité exécutif ont tenté de m’envoyer en prison. De ses onze personnes, deux siègent encore.

Vous n’avez pas réussi à les éliminer?

Ce n’est pas nécessaire. Ils sont devenus de bons serviteurs du football.

Mais vous gagnez tout le temps. Quel est ce talent particulier?

Dans votre journal, il y avait une caricature de l’équipe de Suisse. Un joueur avait encore raté un penalty et ne savait plus comment les tirer. L’entraîneur lui disait: «Demande à Blatter, il réussit tout.»

Pourquoi la presse anglaise vous déteste-t-elle autant?

Dans les années 60-70, les grandes fédérations sportives étaient en main britanniques. Ce n’est plus le cas. Les Anglais ont perdu le pouvoir et, plus récemment, la Coupe du monde 2018. Ils y tenaient beaucoup, bien plus qu’aux Jeux olympiques. Ils estimaient que le football devait rentrer à la maison. Ce Mondial leur revenait de droit: quand ils sont venus ici, avec Beckham, le prince William, et le premier ministre Cameron, ils étaient sûrs de gagner. Or ils ont fait deux voix. Depuis, ils cherchent par tous les moyens à justifier leur défaite.

Parlons du football romand. Vous inquiète-t-il?

La situation en Europe est devenue globalement très difficile, car la Ligue des champions écrase tout. Les pays souffrent. En Suisse, à deux exceptions près, les clubs vivent au jour le jour, en cherchant des mécènes et en oubliant de former des joueurs locaux.

Mais qu’arrive-t-il à Servette, à Xamax, à Lausanne?

Dans le passé, la ligue a laissé Servette partir en faillite quand elle a découvert que Marc Roger, l’agent français aux ambitions démesurées, n’avait pas d’argent. Il arrivera pareil à Xamax. Avec les investisseurs étrangers, on ne fait pas assez attention. Cela dit, Neuchâtel n’avait déjà plus de public, comme Lausanne où l’engouement est trop faible. Servette, lui, s’en sortira. C’est un bon marché. Pour moi, à l’opposé de toute logique, il y a le FC Sion. Ce club est le contre-exemple parfait. Il est devenu une institution valaisanne, un lieu de rassemblement, quels que soient les joueurs alignés sur le terrain.

Partagez-vous la philosophie «altermondialiste» de Michel Platini, qui regrette le rachat du Paris Saint-Germain par des capitaux qatariens?

Michel est destiné à la plus haute fonction du football.

La vôtre?

Pour moi, c’est clair.

Vous dialoguez souvent, de là-haut, avec votre père. Ce père est-il fier de vous aujourd’hui?

Il est très fier, ça oui! Mon père était un ouvrier, il a fini comme mécanicien pour vélos. Il m’a vu entrer à la FIFA, avant d’être écrasé par une voiture. Il disait que je ne gagnerai jamais ma vie avec le football. Et là, il est fier, je le sais.

EN DATES

1936 Prématuré
Joseph Blatter naît le 10 mars à Viège, avec deux mois d’avance. Son père est ouvrier chez Lonza.

1960 Droit au but
«Bon petit avant-centre au FC Sierre», en première ligue, il passe un diplôme de commerce et d’économie politique à HEC Lausanne.

1970 Voies multiples
Il entre à la direction de Neuchâtel Xamax, après avoir été journaliste sportif, directeur des relations publiques à l’Office du tourisme valaisan, et secrétaire général de la Ligue suisse de hockey sur glace.

1975 Grande entrée
Il intègre la FIFA, dont il est le douzième employé (contre 350 aujourd’hui), à la tête des programmes de développement.

1998 Indétrônable
Il est élu président, puis reconduit en 2002, malgré des accusations de gestion frauduleuse stimulées par ses ennemis politiques. Nouvelles réélections en 2007 et le 1er juin de cette année, avec un suffrage soviétique (91,63% des voix), après que son sérieux rival, Mohamed Bin Hamman, ait écopé d’une radiation à vie pour corruption.


affaire_de_malade

16 Commentaires

  1. Auteur

    :down:

    En Décembre, 2011 (23:27 PM)
     :down:  :down: 
  2. Auteur

    Funckie

    En Décembre, 2011 (23:34 PM)
    « Oui, je peux vous assurer que Dieu aime le foot» c'est qui ce titre merdique hein

    pouffffffffffffffff vous tombez bas



    De qui vous vous foutez??? hein seneweb vous voulez attirer les polémiques? maintenant c'est ça vos sujets sensibles Dieu, Islam.............. bla bla  :down:  :down:  :down:  :down:  :down:  :down:  :down: 
    {comment_ads}
    Auteur

    Makadaam

    En Décembre, 2011 (23:56 PM)
    Seneweb yekati fitna rek! N'oubliez pas votre propre personne , disant que c'est notre travail.
    {comment_ads}
    Auteur

    Laui

    En Décembre, 2011 (00:11 AM)
    LA SONATEL EST EN TRAIN DE SABOTER SKYPE ET MSN :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha: 
    {comment_ads}
    Auteur

    Zac

    En Décembre, 2011 (00:18 AM)
    au jour du jugement dernier Dieu nous demandera : combien de temps avez vous sur terre et on certains répondront 1e journée d'autre diront non plutôt 1e matinée .

    pour vous montrez combien ce monde est futile et amer ,dans un futur très prés nous serons rassemblé devant LUI donc pourquoi hâter sa colère.

    souvenez vous lorsque vous étaient a l'école primaire à aujourd'hui :on dirait que c'était hier tellement le temps nous trompe .

    et le jour j est irrévocable
    Auteur

    Nafi

    En Décembre, 2011 (00:36 AM)
    ce monsieur doit etre le jumeau de WADE, ILS ne font que des cauchemars :-D 
    {comment_ads}
    Auteur

    Lol

    En Décembre, 2011 (00:43 AM)
    ya meuna doule
    {comment_ads}
    Auteur

    Kkhaly

    En Décembre, 2011 (04:06 AM)
    Il devait etre invite au seminaire de Wade , ceux qui y etaient ne sont pas plus bizarres que lui. :hun:  :hun: 
    {comment_ads}
    Auteur

    Abced

    En Décembre, 2011 (05:34 AM)
    OH OUIIII! OUI DIEU AIME LE FOOT! Mais Dieu n'aimepas les tricheurs.....L'autre nuit, dans mon sommeil, Dieu m'a dit qu'il regarde tous les matchs des navétanes! Le Prophète aussi aime lefoot. Ils assistent tous les deux à nos matchs et réservent une place au Paradis à ceux qui marquent des buts. Vive Dieu et vive le Prophète! :sn:  :sn:  :sn:   <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">  
    Auteur

    Sos

    En Décembre, 2011 (07:49 AM)
    qui peut m'orienter vers un bon chirurgien dentiste qui pourra m'aider à réparer les dégats occasionner par un DENTISTE VEREUX, qui m'a pourri toutes mes dents étant gamine, en créant des caries fictives pour gonfler les factures car les prises en charge venaient d'une grande banque de la place ou mes parents étaient employés.

    cette information m'a été révélée par un de ses confréres que j'ai revu des années aprés et qui été stagiaire à l'époque dans son cabinet dentaire.



    aujourd'hui les dégats sont énormes et couteux. je veux faire le bon choix cette fois!

     :cry: 
    {comment_ads}
    Auteur

    C...con...

    En Décembre, 2011 (08:20 AM)
    ... LES SALADES à FRITTES..(SALAFITES).... DIRONT LE CONTRAIRE....



    .... :hun:  :hun:  :hun:  :hun:  :hun:  :hun:  :hun:  :hun:  :hun:  :hun:  :hun:  :hun:  :hun:  :hun:  :hun:  :hun:  :hun:  :down: 
    {comment_ads}
    Auteur

    Lili

    En Décembre, 2011 (10:21 AM)
    celui ci, il aime telment le foot, qu'il ose dire mem que l'Eternel aime le foot, apparement il ne le connait pas assez, il dirait plutot mem le génie du foot aime ce sport plutot q Dieu
    {comment_ads}
    Auteur

    Lunique

    En Décembre, 2011 (13:34 PM)
    djapéléneko kom pére lay rk wakh rk lagnouy df fo k parlé
    Auteur

    Kheusba

    En Décembre, 2011 (16:24 PM)
    "Yalla mom " Dieu sur cette vaste étendue de terre, de Mer, et Cieux n'a pas crée un seul mm2 pour la distraction (pho). Il na étudié l'histoire des Prophet et des Sains. kan on sait que l'origine du foot remonte à des siecles kan la tete SEYDOUNA OUSSEYNOU A ETE COUPE et servait aux yeux de ces ingrats à un jouet. d'abord kom le voley ball avant de terminer par des coup de pied. Dieu ns en préserve aux descendants ces gents là
    {comment_ads}
    Auteur

    Mamadou Antou Faye

    En Décembre, 2011 (13:19 PM)
    ce blatter ignore que ses ailleuls ont footer la Tête du petit fils du prophéte MOHAMED à CARBALA .Le football est HARRAM .TOUT ça est anti islamique .
    {comment_ads}
    Auteur

    Neene

    En Décembre, 2011 (12:37 PM)
    dommage je viens de voir cette demande d 'aide concernant un bon dentiste

    si votre probleme n a pas encore trouve solution je vous recommande un excellent praticien rue Carnot pas loin de la pharmacie qui fait angle avec Lamine Gueye

    {comment_ads}

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email