Mardi 31 Janvier, 2023 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Top Banner
Afrique

Guinée-Bissau: les habitants dans l’attente

Single Post
Début de la campagne officielle, le 2 novembre 2019, pour l'élection présidentielle du 24 novembre 2019
C’est toujours le blocage en Guinée-Bissau. À moins de trois semaines de la présidentielle, les acteurs de la crise politique campent sur leurs positions et, en attendant, les Bissau-Guinéens sont dans l’expectative.

Le président José Mário Vaz, désavoué par la communauté internationale, soutient bec et ongles son nouveau gouvernement nommé, jeudi dernier. De son côté, le gouvernement d’Aristides Gomes, limogé par le président mais fermement soutenu par la Cédéao, affirme continuer à travailler normalement. La Cédéao, médiatrice dans la crise, a convoqué un sommet extraordinaire vendredi prochain, à Niamey, au Niger. Aussi, c’est un sentiment d’attente qui prévaut à Bissau.

Devant son jus de banane, José Mariano Mario Fernandes, ancien champion d’athlétisme, regarde un match de football à la télévision dans un café du centre-ville.À 67 ans, il a connu plusieurs périodes d’instabilité dans son pays.

« Nous avons deux gouvernements, deux Premiers ministres. Ça ne va pas. Nous devons rester très unis entre nous. Dans la lutte de libération nationale, nous étions très unis. Il y a beaucoup de problèmes ici, chez nous, que l’on doit résoudre par la parole. Nous devons maintenir le calme. Moi, je crois toujours que l’on arrivera à une solution pacifique », plaide-t-il.

C’est un sentiment d’attente qui prévaut à Bissau. Pour l’heure, chaque camp maintient le cap. Le gouvernement d’Aristides Gomes, reconnu par la communauté internationale, se présente comme le seul légitime mais le président a chargé celui de Faustino Imbali de conduire le pays aux élections.

Même si tous les acteurs politiques sont d’accord pour maintenir la date du premier tour de la présidentielle du 24 novembre, ce chauffeur de taxi a des doutes.

« Est-ce que c’est vraiment sûr et certain qu’ils iront faire l’élection le 24 novembre ? Je n’en suis pas sûr. A mon avis, ce ne sera pas possible. Cela pourrait se faire l’année prochaine. C’est entre nous, Bissau-Guinéens que nous nous pourrons régler ce problème, que nous pourrons dépasser cette crise. Autrement, tout cela nous fatigue beaucoup, ici », explique-t-il.

Mais la Cédéao est venue rappeler dimanche sa feuille de route : pas question de repousser le calendrier des élections.


0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email