Vendredi 22 Janvier, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Couple

SENEGAL : Faire l’amour en public, la nouvelle pornographie

Single Post
SENEGAL : Faire l’amour en public, la nouvelle pornographie

Le Sénégal est à l’heure d’une explosion sexuelle avec des dérives de tous genres. Si ce ne sont pas des copines qui flirtent entre elles, c’est un couple qui fait l’amour ou encore des séances de tam-tam, diurnes comme nocturne, en public comme en privé et qui sont filmés à l’aide des nouvelles technologies. Des séquences qui n’ont rien à envier aux films pornographiques, sauf qu’elles ne sont pas disponibles sur le marché.

L’érotique est au centre de la vie actuelle sénégalaise. Nous ne sommes plus à l’époque du sexy, plutôt du sexuel. Pratiquement tout tourne autour de la chose sexe. Et l’on ne se prive pas. Surtout que quelques uns veulent immortaliser certaines scènes : d’où une pornographie déguisée.

 Séance de tam-tam avec un vibromasseur

Les Sénégalais ont encore en mémoire cette fameuse séance de tam-tam organisée par des femmes, pour la plupart des mariées, sur une terrasse d’un immeuble. Les dames qui avaient convoqué quelques batteurs, avaient tout planifié. Il fallait venir sans slip, avec des petits pagnes exquis. L’organisatrice avait son vibromasseur pour compléter la danse. Rien que l’ambiance était érotique, et cela se sentait avec le batteur titulaire, qui était le seul habileté à s’approcher des dames et donner des coups de rein à la danseuse du moment (sans se dévêtir tout de même), et qui s’était retrouvé avec un troisième pied sous le pantalon. Ce contact des femmes avec le batteur avait pour effet d’exciter la danseuse qui finit par s’écrouler, les jambes écartées. Elle était alors prête à recevoir quelques coups de vibromasseur. Le tout, copieusement filmé à l’aide de téléphones portables. Manifestation privée certes, mais les images feront par la suite le tour du Sénégal.

 Concours de « leumbeul » à Saly

Pour ceux qui ne connaissent pas, le « leumbeul » est un dérivé de la danse du tam-tam. Sauf qu’ici, pas de gestuel, à part les fesses qu’on fait tourner et qui sont bien entendu exposées au public. A Saly Portudal, le ton est donné depuis fort longtemps. Les week-ends sont hot dans les boîtes de nuit. Il suffit pour un client d’avoir beaucoup de billets de banque à distribuer pour offrir un spectacle d’enfer. Sur un même plateau, il est possible de réunir une vingtaine de “grosses cylindrées”. Comprenez par là des femmes au postérieur bien développé et prêtes à faire tourner les fesses comme une …toupie. Sans slip s’il vous plaît, avec un léger tissu, genre voile, qui laisse tout transparaître. jusqu’à la plus petite pilosité. Certains spectateurs, surtout l’organisateur de ce concours, peuvent se permettre souvent de tâter pour constater la douceur de la chair. Et ces scènes sont immortalisées à l’aide des téléphones portables. Il n’est pas rare de voir un homme faire un tour dans les toilettes pour se soulager après plus d’un demi-heure contact visuel trop intense. La suite de ces soirées chaudes reste dans le secret des dieux.

A côté de ces séances de tam-tam, des ébats entre couple sont souvent filmés et souvent se retrouvent sur le net, parfois posté par une connaissance qui a eu l’idée de dérober les images envoyées via bluetooth ou infrarouge. Il est même arrivé que certains se servent de pareilles images pour faire du chantage. Sans compter les filles qui se font filmer à leur insu par un petit-ami vicieux et qui se déambule avec des images dont l’usage est parfois incontrôlé. Ce ne sont pas les exemples qui manquent actuellement au Sénégal.

Ces genres de scènes, même si elles sont réprimées par la justice, se font de plus en plus fréquentes. Elles se pratiquent pour la plupart du txemps dans des endroits privés, loin de tout soupçon. Seulement, la nouvelle technologie a tendance à trahir et à dévoiler au grand jour tout ce qui se fait la nuit. Une pornographie nouvelle formule made in Sénégal.

Africardv avec Marichesse



10 Commentaires

  1. Auteur

    Waouh

    En Novembre, 2013 (18:45 PM)
    Wa mai ana gayi khana ordi daniou pannes looool
  2. Auteur

    Qi

    En Novembre, 2013 (19:41 PM)
    la pornographie c'est l'avenir c'est peut-être par là que le Sénégal va réussir. En tout cas c'est la seule voie qui lui reste. Les cacahuètes c'est fini et le travail c'est trop dur. L'arnaque a atteint ses limites et ya plus de pigeons dons investissez et reconvertissez vous dans la pornographie.

    Je suis preneur et prêt à mettre des billes.
    • Auteur

      Jegane

      En Novembre, 2013 (23:20 PM)
      mon cher qi , ça se sent que tu as un pb avec les senegalais , donc si ça te tente , va voir ailleurs ok
    • Auteur

      Lesnipeur

      En Novembre, 2013 (08:57 AM)
      vous etes preneur vous n aurait qu'a embauche votre mére salaud vous inciter les gens a la derive
    Auteur

    Mane

    En Novembre, 2013 (19:54 PM)
    Pffffffff.....li yeup yallah wakhone na ko....mais nak kou faatou..yaw rek si sa biir baamel...y aura ni mademba ni massamba .....mais desormais satan regne en maitre il est au sommet de son art c a d...emmenner plus de personne en enfer
    Auteur

    Presse

    En Novembre, 2013 (23:09 PM)
    Article vraiment vraiment nul quoi .......!



    quand on a rien a dire vaut mieux la fermée quoi, au lieux de nous servir ses conneries à la pornographie.
    Auteur

    Chine Pop

    En Novembre, 2013 (02:58 AM)


    BALLA MAAY DEH REK, LOU BONE GNOUNEE AU SENEGAL...

    SENEGALAIS BOU HEUREUX DOU DEM BOITE DE NUIT DOU DEM SALY dou leumbeul..

    DOXA NDEM YI,THIAGUA DJI AK GNI DIOGUEE CII FAMILLE YOU GNIAK.

    • Auteur

      Moi

      En Novembre, 2013 (05:56 AM)
      gnak aroul tkh diaay ngor ragal leen yalla te xalaat goudi gui ndieukk ci bammeel, kuko doul xalaat loula neex defal waayè oo def di nga ci jaar
    Auteur

    Lesnipeur

    En Novembre, 2013 (08:54 AM)


    Quant il s'agit de sexe tout les plumes sont affûtés

    La débauche sexuelle est a son paroxysme au senegal mais ce qui m'inquiete le plus quand il s'agit de choses prives ca n'embete pas mais quand ces derives sont au devant de la scene public la ca derange et cela ne reflete pas l'image reel du sénégalaise lamda qui se referait par rapport a des valeur intrinsèques.

    utulisont notre matiere grise pour l essor de ce pays pour sortir de la conjoncture même si le sexe reste un tabou jusqu’à présent et u sujet non negligeable
    • Auteur

      Sni

      En Novembre, 2013 (09:44 AM)
      lesnipeur tu sais ya plus de grossesse précoce dans nos foyer kan france et pourtant eu le sex s'est banale.en conclusion nous aimons tous le sexe il faut en parlé ne soit pas naffék a ce se point.tu as lu et commenté tu pouvai zappé pourkoi tu la pas fait .bouma yeunngueul wy
    Auteur

    Immeuble

    En Novembre, 2013 (09:13 AM)
    SOS pour les jeunes de rien du tout des immeubles des HLM5 au bas des immeubles qui s'adonnent à la vente et à la consommation de bepp khétou drogues. Aux HLM5 personne ne peut élever ses enfants té amouniou fénène founiou dieume. De grâce Nguir Yallah diapalélène niou ndakh polissou HLM5 mome dafa mélné nékoufii aucune utilité.
    Auteur

    Abdoun

    En Novembre, 2013 (10:11 AM)
    tout ca n'est pas nouveau au senegal,donnez nous d'autres informations utiles.
    Auteur

    Tontou Bou Khingn

    En Novembre, 2013 (04:19 AM)
    way mayléne gnou,séne yay yi gno fi dakkkona leumbal foufff té temp yoyou amoul wone bass...béthio rékk ..leumbeul sougnou thiossane la

    Auteur

    Boy Yarakh

    En Novembre, 2013 (00:12 AM)
    COUP DE REIN??? TEUYEUKH

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email