Mercredi 17 Août, 2022 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Politique

Khalifa Sall : Trajectoire politique mouvementée d’un socialiste «rebelle»

Single Post
Khalifa Sall : Trajectoire politique mouvementée d’un socialiste «rebelle»

7 mars 2017 - 7 mars 2019. Khalifa Sall a bouclé, ce jeudi, ses deux années de détention, à la prison de Rebeuss. Exclu de son parti, révoqué de son poste de maire de Dakar, disqualifié de la présidentielle, puis radié de l’Assemblée nationale, après avoir été condamné, la vie politique du leader de Taxawu Senegaal n’est pas de tout repos. Retour sur les pas de ce socialiste «rebelle».

Samedi 18 avril 2009, soit un mois après les élections locales de la même année. Les conseillers municipaux de la capitale élisent l’opposant Khalifa Sall maire de la ville de Dakar avec 81 des 100 voix exprimées au cours du vote. Un véritable revers pour le chef de l’Etat d'alors, Me Abdoulaye Wade, dont le fils et conseiller, Karim, était censé faire une entrée triomphale dans l’arène politique visant une éventuelle succession à son père en 2012.

De son vrai nom, Khalifa Ababacar Sall, nommé plusieurs fois ministre sous la présidence du socialiste Abdou Diouf, consacre ainsi un nouveau tournant de son cursus politique. 

Reconduit à la tête de la ville de Dakar lors des Locales de 2014, le secrétaire national à la vie du Ps, né un soir du 1er janvier 1956 à Louga, commence à s’imposer petit à petit au sein de la formation de Senghor.

Mais il sera plus tard en déphasage avec son ex-mentor, Ousmane Tabor Dieng, à la veille du fameux Congrès de juin 2014.

Le 5 mars 2016, le fossé se creuse lors de la réunion très mouvementée du Bureau politique qui avait abouti à l’arrestation de Bamba Fall et une dizaine de jeunes proches du maire de Dakar. C'est le début de la rupture avec Tanor. Un divorce qui sera définitivement consommé lors du référendum du 22 mars de la même année. Une consultation lors de laquelle Khalifa avait appelé à voter «Non», contrairement à Tanor qui optait pour le «Oui».

Le 7 mars 2017, celui qu’on surnommait «le successeur légitime» de Tanor au Ps, parti duquel il sera exclu pour "rébellion", est finalement mis en prison. Il est accusé de détournement de deniers publics portant sur 1,8 milliard de francs Cfa de la Caisse d`avance de la mairie de Dakar.

Une arrestation qui ne l’a pas empêché d'être élu député à l’occasion des élections législatives du 30 juillet 2017.

Candidat déclaré à la Présidentielle du 24 février 2019, Khalifa Sall, jugé et condamné à 5 ans de prison en première instance, après un long et polémique marathon judiciaire, a vu sa peine confirmée, ce 30 août, par la Cour d’appel de Dakar. Comme un malheur ne vient jamais seul, il est révoqué de ses fonctions de maire de la ville de la capitale par le président Macky Sall. Le 3 janvier, sa peine est confirmée par la juridiction suprême.

Alors qu’on commençait à épiloguer sur la possibilité d’un rabat d’arrêt, une requête qui pourrait suspendre cette décision définitive, le Conseil constitutionnel l’écarta définitivement de la course pour la Présidentielle. Tous ses recours étant rejetés, il s’est finalement engagé, avec Idrissa Seck, dans la coalition Idy2019 qui est sorti deuxième avec un score de 20,51 %.

Auparavant, Khalifa Sall est radié de la liste des députés à l’Assemblée nationale, le vendredi 18 décembre 2019. Aujourd’hui, ses soutiens continuent de réclamer sa liberté.

 


affaire_de_malade

7 Commentaires

  1. Auteur

    Senegalus

    En Mars, 2019 (14:13 PM)
    KHALIFA JE L'APPRECIAIS EN TANT QUE MAIRE DE LA VILLE DE DAKAR

    GRACE A SES INITIATIVE LA CAPITALE COMMENDAIT A SE RELOOKER

    CEPENDANT JE LUI REPROCHE SON FATALISME EN PLEURANT PUBLIQUEMENT AU LIEU DE SE BATTRE CONTRE SES ENNEMIS

    JE ME RAPPELLE AUSSI DE SON DESISTEMENT A LA DERNIERE MINUTE LORS DES PRIMAIRES SOCIALISTE DE 2016

    UN CHEF DOIT ETRE PLUS FEROCE POLITQUEMENT PARLANT POUR PRETENDRE DIRRIGER LE PAYS UN JOUR

    SONKO ARRIVE COMME UN OURAGAN TOUCHE LA OU CA FAIT MAL

    POUR S'OPPOSER A CE SAI SAI IL FAUT ETRE PLUS ACTIF ET VIRVOLTANT COMME SONKO AH QUEL FOUGUE

    SORTIR DU FRANC CFA/MONNAIE D'INDIGENES

    CHANGER CE SYSTEM COLONIALE

    REFORME DU SYSTEM EDUCATIF EN Y INTEGRANT LES DAARAS

    MERITOCRACIE POUR LES POSTES A RESPONSABILITE

    ETC..............................................................................

    QUI DIT MIEUX???????????????????????????????????????

    SONKO REKK EN 2024 POUR DEVENIR DE VRAI CITOYENS SENEGALAIS AU LIEU DE RESTER DES ETRENELS INDIGENES DE LA FRANCE

    Top Banner
  2. Auteur

    En Mars, 2019 (16:08 PM)
    Khalifa n'a rien d'un homme politique respectable. Il a été fabriqué de toutes pièces par un groupe d'individus en mal de carrière politique et ont voulu faire de lui un tremplin pour assouvir leur soif de pouvoir, aidés en ça par une presse limitée dans l'analyse politique. Jamais Khalifa n'a décliné un projet de société. Il a voulu abuser d'une stratégie politique basée sur la ruse et le hold up en dehors des instances régulières de son parti sans prendre en compte la capacité de réplique de ses adversaires et évaluer le rapport des forces .Il n'a jamais parlé lui-même jusqu'au parloir du tribunal. Les instruments de la manipulation dont il a fait l'objet sont Barth et Bamba Fall. Mais en bas il y avait tout une gamme de farfelus incapables de dessiner un plan de conquête moderne du pouvoir.
    {comment_ads}
    Auteur

    En Mars, 2019 (16:33 PM)
    Khalifa a joué au poker et a perdu. Khalifa ne pouvait aucun des candidats à l'élection présidentielle à plus forte Macky. Khalifa est une simple création de la presse comme Sonko qui s'en rendra à la prochaine consultation électorale.

    {comment_ads}
    Auteur

    En Mars, 2019 (17:06 PM)
    Khalifa Sall a chuté politiquement quand il a fait campagne contre le référendum en compagnie de ce que tout le pays compte comme réactionnaires.



    Il n'était même pas nécessaire de le poursuivre. Il avait montré ses limites.
    {comment_ads}
    Auteur

    En Mars, 2019 (18:54 PM)
    c'est un faible et un médiocre en politique , au Congres de juin 2014 il aurait du avoir le courage de balayer Tanor Dieng mais il a laissé passé sa chance !
    Top Banner
    Auteur

    Gueum Sa Bopp

    En Mars, 2019 (19:12 PM)


    TOUTES NOS FELICITATIONS A LA MATURITE DE NOTRE OPPOSITION



    ET DE TOUTE CETTE JEUNESSE CONSCIENTE SENEGALAISE



    SANS CELA LE PEUPLE SERAIT DANS LE CHAOS A CE MOMENT



    PRESERVER NOTRE DEMOCRATIE RESTE LA PRIORITE



    ET GUEUM SA BOPP CONTINUE LA MISSION



    POUR LE VRAI CHANGEMENT DANS NOTRE CHER PAYS
    {comment_ads}
    Auteur

    En Mars, 2019 (02:03 AM)
    khalifa ses Bhartelemy Diaz ton Piege tu deves pas ecoute ses vayoux de premier classe. tu et un type Bien mes ton entourage qui ne va pas je te souhaite de retrouve ta liberte abientot
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email