Mercredi 17 Août, 2022 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

Médias et migration : Une couverture peu satisfaisante

Single Post
Migration
La question de la migration préoccupe les Etats de départs comme ceux d’accueil. Mais visiblement, il se pose la question de savoir à qui s’adresser pour faire face à l’immigration illégale et clandestine. Si l’on en croit la directrice de l’institut Panos, Diana Senghor, les jeunes connaissent très bien les dangers de l’immigration clandestine, mais ils sont décidés à partir. ‘’Une enquête a montré que 45% des migrants partaient pour la deuxième ou troisième fois. Ce n’est donc pas un problème d’information, parce qu’ils savent’’, a laissé entendre Mme Senghor ce mercredi à Dakar, lors d’un forum sur le protocole de la Cédéao pour la libre circulation des personnes et des biens.

Si l’on en croit la directrice de Panos, la couverture médiatique consistant à faire peur aux candidats à la migration n’est pas opérante. Elle invite ainsi les médias à redéfinir leur cible. «Si les médias continuent à parler aux jeunes, ils font fausse route. Ils ont envie de partir, ils partiront. Mais il faut savoir que la migration n’est pas un projet individuel, c’est l’affaire de toute la famille. Il faut donc savoir à quel ‘’influenceur’’ s’adresser », suggère-t-elle.

Et puisqu’il s’agit de parler du protocole de la Cédéao, Mme Senghor pense que les journalistes doivent aussi s’intéresser à cette migration interne 4 fois plus élevée (plus de 80%) que la migration vers l’Occident. En guise d’exemple, souligne-t-elle, 46% des Sénégalais migrent en Afrique de l’Ouest et que les femmes représentent désormais le ¼ des migrations sénégalaises. Ce qui n’est pas senti à travers les articles de presse.

« Couverture déséquilibrée, passionnée, anecdotique »

Par ailleurs, Mme Senghor souligne qu’il est bon de ne pas uniquement se limiter à une couverture institutionnelle de la Cédéao. Elle pense qu’il doit y avoir aussi une approche critique pour voir ce qui marche et ce qui l’est moins. Ce sera l’occasion, espère-t-elle, de parler des immigrants qui sont au Sénégal, de s’intéresser à leurs difficultés, au lieu de penser que seuls les Sénégalais à l’extérieur sont des migrants. ‘’La couverture que font les médias est pour le moment déséquilibrée, passionnée, anecdotique et très peu critique’’, regrette-t-elle.

Lui emboîtant le pas, Michel Konmoe de l’Unesco appelle à la déconstruction du mythe sur la réussite liée à la migration en Occident. Pour lui, il est important, derrière les réussites, de voir aussi quel travail font les migrants, quel genre de vie ils mènent à l’étranger. Parallèlement à cela, il préconise à ce que les opportunités locales soient mises en lumière afin d’inciter les populations à rester. 

affaire_de_malade

0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email