Lundi 27 Mai, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Culture

Textes de musique sénégalaise : A l’heure du nivellement par le bas

Single Post
Textes de musique sénégalaise : A l’heure du nivellement par le bas

‘’Hein-hein’’, ‘’Vrouthie vrathie’’, ‘’Rigou-rigou’’, ‘’Voudoung vadounng’’, ‘’Kone yess’’. En voilà quelques expressions qui font fureur et qui sont de chanteurs sénégalais. Ils font le buzz actuellement, sont adulés par la jeune génération. Ces refrains passent en boucle sur toute la bande Fm. Et leurs auteurs donnent des spectacles à guichets fermés, malgré le reproche qui leur est fait de tirer la musique vers le bas, de par la pauvreté de leurs textes. Ces musiciens peuvent-ils s’imposer durablement sur le marché, voire percer à l’international, à l’instar de leurs ‘’grands’’ comme Youssou Ndour, Thione Seck, Ismaïla Lo, Oumar Pène, entre autres ? Les points de vue d’acteurs culturels interrogés par ‘’EnQuête’’ sont divergents.

Elle est ‘’funny’’, la nouvelle génération de chanteurs sénégalais. Beaucoup n’ont pas de talent, mais arrivent quand même à se faire connaître et souvent grâce à des titres sans grand intérêt. Les expressions qu’ils utilisent sont inédites et ne veulent généralement pas dire grand-chose. Prenez le bus, faites un tour dans les écoles ou écoutez chez vous ceux qui vous entourent et vous verrez que le vocabulaire a beaucoup changé. Si vous êtes ‘’has been’’, vous ne comprendrez rien de certaines expressions comme ‘’Kone nonoula, kon yess’’ en passant par ‘’Noy moyto sa none’’, ‘’Lou bandit di nirol’’, ‘’Coucou sinap’’, etc., vous vous perdrez facilement dans ce laïus. Ecoutez un peu les ‘’nouveaux talents’’ qui font l’actualité musicale et vous pourrez vous retrouver. Ils passent en boucle sur les ondes des différentes stations de radio. Mais leurs musiques ne bercent aucune âme.  Seuls l’ambiance, le rythme, le fun et le spectacle comptent pour ces musiciens. Mais qu’à cela ne tienne ! Le public s’est approprié cette tendance.  

Le lead vocal du Raam Daan, Thione Ballago Seck, disait : ‘’Weuy bu yétéwoul, xameléwoul, birëloul, dickléwoul aye naxatéla’’ (Si une chanson ne permet pas de sensibiliser, d’informer,  de conseiller, alors elle ne sert à rien). Interrogé par ‘’EnQuête’’, le chanteur Abdou Guité Seck, dont la teneur des textes est souvent saluée, s’est voulu prudent : ‘’N'oublions pas d'abord de rappeler que la musique a une base scientifique avec ses normes, mais aussi ses aspects artistiques permettant de nous libérer. La musique se pratique, s'écoute, se contemple, se partage. En tant qu'artiste, compositeur et interprète dans cette masse existante, je n'ai pas ce pouvoir de porter un quelconque jugement sur la qualité des œuvres produites par mes pairs. Si j'en sais quelque chose aussi, je le garde pour moi’’, se débine-t-il.

Ndiaga Mbaye, Laye Mboup, Thione Seck, etc., les vrais paroliers

Docteur  en lettres, auteur et conteur hors pair,  Massamba Guèye pense qu’aujourd’hui, on est plus dans le fun que dans la sémantique. Le parolier estime que certains artistes cherchent à marquer les consciences par des mots bizarres, des expressions populaires et chacun essaie de trouver un créneau pour faire vendre des vidéos.

‘’Je pense que ce qui intéresse, ce n’est plus de travailler avec un parolier ou d’écrire des textes riches. Ce qui intéresse, c’est juste de dire des choses qui ont une musicalité, mais qui n’ont aucune profondeur sémantique’’, se désole-t-il.  Le professeur n’a cependant rien contre l’utilisation, par ces musiciens, des mots et termes de leur génération, mais insiste sur la discographie qui ne peut exister que si on a des textes de qualité.

De l’avis du chanteur Thione Seck, considéré par beaucoup comme l’un des plus grands paroliers de la musique sénégalaise, (d’ailleurs un livre a été fait en ce sens sur lui), il faut que les gens comprennent que les temps ont changé. Les préoccupations que lui pouvait avoir en écrivant ou encore Ndiaga Mbaye, Laye Mboup, les jeunes ne l’ont pas. Lui et ses collègues n’osaient pas, selon lui, faire des textes qui n’ont aucune valeur. Mais, s’empresse-t-il d’ajouter, ‘’il faut comprendre les jeunes. Ce à quoi on assiste en ce moment n’est que la résultante d’un conflit de génération. Beaucoup de choses ont changé et l’ambiance l’emporte sur le sens des paroles. Maintenant, au lieu  de rouler à 100 à l’heure, on roule à 1 000 à l’heure. Mais du moment que cette jeunesse s’y retrouve, il  n’y a pas de souci. Peut-être quand ils grandiront, ils vont se remettre en question’’, espère-t-il.

‘’On n’est pas obligé de chanter, si on n’a rien à dire’’

Le parolier et poète Birame Ndeck Ndiaye, qui est l’auteur de beaucoup de textes de Youssou Ndour, pense autrement. Pour lui, quelle que soit la génération, la qualité doit être de mise. Tout chanteur, estime-t-il, doit veiller à laisser des choses à la postérité. ‘’Cette génération sera celle de demain.  Il faut faire attention, car on parle à un peuple, à des enfants, à des adultes, à des personnes responsables. Il y a du tout dans ce public qu’on doit respecter. Quand on chante, on ne s’adresse pas à soi-même, mais aux autres. Quelle que soit la génération, il faut être capable de mesurer la responsabilité qui nous incombe. Par respect au public, on doit soigner ce que l’on dit’’, pense l’ex-directeur du Centre régional des œuvres universitaires de Saint-Louis (Crous). Il est d’avis ‘’qu’on n’est pas obligé de chanter, si on n’a rien à dire. Il faut que l’émetteur puisse penser au récepteur. On a le droit de faire ce qu’on veut pour soi-même. Mais on n’a pas le droit d’induire les autres en erreur, surtout une population qui doit être éduquée. Quand on a la responsabilité d’être écouté, et parfois même d’être imité, alors il faut dire que celui qui est conscient de ses actes doit en assumer la responsabilité. Encore une fois, moi, je ne pense pas que c’est une affaire de génération, mais une question d’individu’’, laisse-t-il entendre. Il n’empêche que le père de Wally Ballago  persiste sur sa position. Persuadé que les goûts et les couleurs ne se discutent pas, il souligne : ‘’Les gens consomment leur musique. D’ailleurs, ces musiciens font le plein quand ils se produisent : cela veut dire que ça plait à cette nouvelle génération.’’

Le populaire, oui. Mais il ne faut pas faire de sorte que ce côté exclusivement fun l’emporte sur l’essentiel, le vrai. C’est du moins la conviction du professeur Massamba Guèye. ‘’Le public ne choisit pas toujours. Il y a aussi ce qu’on appelle la dictature. On peut imposer quelque chose au public. Quand il bouge, vous pouvez être amené à penser qu’il aime cela, mais il faut regarder quel est le répertoire personnel des gens, quand ils sont tristes ou seuls. Qu’est-ce qu’ils écoutent pendant ces moments ? Ces tubes, ce sont des musiques de phénomène, c’est ce qu’on appelle des tubes d’été. Ils marquent un temps et font bouger les gens pendant un instant. Mais je ne pense pas que c’est ce que le peuple aime’’, pense le professeur. Le poète  corrobore ses propos. ‘’Le public ne doit pas se laisser faire par des gens qui, parfois, n’en connaissent pas mieux qu’eux. Il faudra que ceux qui ont des choses à dire se réveillent. Le Sénégal, si on ne fait pas attention de manière générale, va droit dans le mur. Ceux qui sont au-devant de la scène ont souvent des agendas cachés. On les regarde, mais personne n’en parle. Si l’on continue sur cette voie, ce sera la dictature  du médiocre sur le meilleur. Tout le monde serait responsable’’, juge-t-il.

Un tel jugement est partagé par le chanteur  Abdou Guité Seck. Il dit : ‘’La musique se pratique dans une diversité et le public la consomme ainsi. Chacun a son public. Si, aujourd'hui, vous avez-vous-même constaté que la médiocrité gagne du terrain et est mise en avant, cela interpelle chacun de nous. Les responsabilités sont partagées (législateurs, médias, pratiquants, consommateurs, etc.).

‘’La parole n’est point importante, on écrit pour les pieds et pour les reins’’

 Certains jeunes musiciens ont-ils compris ces préoccupations de ces acteurs ? Non, serait-on tenté de répondre. En outre, une question qui mérite d’être posée dans ce débat, c’est comment en est-on arrivé là ? L’enseignant chercheur à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad), Ibrahima Wane, estime que ce phénomène est dû à la piraterie qui a poussé certains à ne plus sortir d’albums et de s’en tenir à des singles pour être au-devant de la scène et essayer de gagner de l’argent avec les spectacles. ‘’Avec cette stratégie, c’est l’aspect dansant, l’animation qui est mis en avant, mais pas le texte. Une stratégie qui consiste donc à mettre une chanson rythmée, qui marche en boite.

Cette nouvelle génération est venue dans un contexte où l’on fait des singles pour faire danser. C’est ainsi qu’ils peuvent être au top de l’animation’’, argumente le maitre de conférence en littérature africaine orale. Fort de ce constat, renchérit-il, ‘’la parole n’est point importante, on écrit pour les pieds et pour les reins. La tête, ce n’est pas important. Et cela se voit de la manière avec  laquelle les danseurs et les danseuses sont entrés dans le jeu. Il ne s’agit pas de textes, plutôt  de rythme et de danse’’, plaide le Pr. Wane. Aux détracteurs de ces phénomènes, il explique : ‘’Dans le domaine de la création, on ne peut pas interdire. Cela  peut conduire au pire.

On ne peut pas demander aux gens d’écrire comme ça ou de danser de cette manière. Tant que les limites de la décence ne sont pas violées, laissons le public choisir. Le temps va juger. Il faut cependant voir ce qu’ils représentent en termes de nombre et d’économie. C’est commercial et une question de marché’’, a-t-il laissé entendre. Aussi, il n’a pas manqué de rappeler que dans le domaine de la création, ce qui sauve, c’est la diversité. ‘’Il n’y a pas que ça comme musique. Actuellement, c’est l’une des tendances dominantes, mais il y a ceux qui font du hip-hop, de  la musique traditionnelle... Il faut comprendre que c’est une partie de la musique sénégalaise. Il y a des gens qui n’écoutent pas et qui n’aiment pas. C’est un des éléments les plus visibles, car c’est la nouvelle vague. Ce n’est pas dramatique. Cela peut juste être un phénomène passager. D’ici 5 ans, peut-être on peut se retrouver avec autre chose’’, a-t-il ajouté.

‘’On ne retiendra rien de l’artiste, quand il finira sa carrière’’

Quel qu’en soit le cas, Thione Ballago rappelle que ‘’les paroles riches de sens sont aussi très importantes dans une chanson, car l’ambiance passent, mais les paroles resteront toujours’’. Ce qui est important, selon Dr Massamba Guèye. Maintenant, tout dépend des aspirations des uns et des autres. ‘’Un artiste qui gère un succès peut se suffire de ce qui marche pour le moment. Mais un artiste qui gère une carrière doit penser à un tube intemporel, qui va marquer toute une génération. Un tube qui, dans 10, 20 ans, lui permettra de vivre dans un pays où les droits d’auteur ne sont pas à la hauteur de ce qu’on peut espérer’’, prévient-il. Aussi, regrette-t-il, ce fait est une dégradation, du moment où on ne retiendra rien de l’artiste quand il finira sa carrière.

Car, raisonne-t-il, il y a ‘’une écriture kleenex et une écriture de qualité’’. A l’en croire, on peut avoir des textes profonds qui ne font pas bouger, mais qui marquent leur époque.  Il a cité dans ce sens le titre ‘’Tabaski’’ de Youssou Ndour. C’est un morceau qui revient chaque fois et qui a un sens. Mais prenez ‘’Rimbapapax’’ chanté Thio Mbaye, allez demander à cette jeune génération ce que cela veut dire.  Comment se fait-il que le texte construit par Youssou Ndour, qui touche les consciences et les habitudes culturelles reste, alors que l’autre, qui avait fait un buzz énorme, a disparu ?’’, s’interroge-t-il. Ce qui d’ailleurs fait dire à Birame Ndeck Ndiaye que la musique, ce n’est pas que le rythme, l’harmonie, la mélodie, c’est tout un ensemble, un moyen de communication. On s’adresse à des gens qu’on peut influencer. Donc, il faut les influencer en bien’’. A Abdou Guité Seck d’ajouter : ‘’Il faut une réflexion profonde autour de cette problématique pour trouver des solutions et rendre à César ce qui lui appartient. En ce qui me concerne, je m'attelle à bien penser ma musique avant de l'exécuter. En vérité, je pense qu’il y a un public de qualité qui recherchera toujours une musique de qualité. Et c’est cela qui me pousse à continuer dans ce sens. En outre, j’ai entendu dire que nous ne sommes que ce que l’on consomme.’’

BASS THIOUNGUE (AUTEUR DE ‘’KON YESS’’) 

‘’Des musiciens ont passé plus de 20 ans à éveiller des consciences et personne…’’

‘’La musique, c’est une question de sensibilité.  Le monde bouge, donc il faut faire avec. Beaucoup d’artistes étrangers viennent pour faire des shows au Sénégal, certains ne comprennent même pas leurs langues, mais y vont tout de même à cause du rythme. Donc, les Sénégalais doivent nous laisser faire. Si on parle de thème et d’enseignement dans la musique, tout le monde sait que nos ainés ont épuisé tous les registres.  On a eu  Ndiaga Mbaye, Thione Seck, Youssou Ndour, Ismaïla Lo...

On est venu avec une autre facette pour faire notre promotion. Il ne faut pas qu’on se voile la face. Il y a beaucoup de stress et de problèmes dans le pays. Il faut qu’on se libère du stress et qu’on joue la carte de la bonne humeur. Certains ont besoin d’être ‘’happy’’. Aujourd’hui, le morceau ‘’Koon nonoula, koon yes’’ est un antistress. Il y a qu’on peine à les connaitre. Avec le minimum qu’on vient de servir sur la scène musicale, on arrive à faire le buzz. Celui qui fera carrière, seul Dieu le sait. Donc, ils n’ont qu’à arrêter.’’



21 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Février, 2018 (04:45 AM)
    Tres bon Texte. Mais CE n est pas youssou ndour qui a Composer tabaski. Je Crois que c est les femmes de Medina sabakh.
    Top Banner
  2. Auteur

    Anonyme

    En Février, 2018 (07:24 AM)
    il faut le dire,la musique n'a jamais enseigne quoi que se soit.meme les anciens musiciens ne disaient rien d'important.pour faire de la musique partout dans le monde,il faut recruter de bons musiciens,avoir une belle voix ou compenser l'inexistance de la belle voix par de "tassou" ou de pas de dance ou je ne sais quoi encore.les chansons qui ont plus de succes au Senegal et dans le monde nous parlent de choses futiles.les gens n'ecoutent pas la musique pour etre plus intelligents,mais pour se relasser ou danser ou le plaisir que quand meme la musique peut procurer,et puis la musique fait partie maintenant de notre vie,on nous l'impose tous les jours,finalement on y habitue,mais ca ne sert a rien.les jeunes musiciens ont compris que les gens ne sont pas exigents en matiere de la musique et qu'on peut gagner sa vie en chantant des banalites comme "mon amour,je t'aime". en tout cas,qui veut ecouter de choses utiles,il faut qu'il s'eloigne de musique et aller chercher ailleurs
    {comment_ads}
    Auteur

    Senenmut

    En Février, 2018 (07:28 AM)
    Texte utile. Bravo quoique un peu trop long.; Dommage cependant de rester sur Thione comme le plus grand parolier.

    DIEGO = Souleymane Faye ma marqué à jamais la misique sénégalaise par la profondeur de ses textes. On y retrouve la sociologie, la psychologie, la culture sénégalise dans sa splendeur.

    "boy jaye dolé kila eupoule dolé mola ka teguoul tey.

    li ngua benoneubégne mo finné ba tey. La force de ceux du pouvoir, les alternances politiques et les abus du pouvoir vers autrui, excès de pouvoir, la vengeance.....





    Li khaar dann doundé bé kheuye donn kouye

    sougnou defoon ni mom mo ; doungou woutt

    kougnouye leball tey ( autosuffisance alimentaire, la dette, cultiver ce qu'on mange manger ce qu'on cultive....
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2018 (07:30 AM)
    Un type comme dj Boup's fait la promotion de ces crétins donc il est écouté par autant d'idiots
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2018 (07:34 AM)
    Ce ne sont pas seulement les textes qui sont nuls, la musique elle même est d'une médiocrité affligeante. Tout est devenu jetable. N'importe qui peut être transformé en star, surtout si un de vos parents est déjà célèbre.

    Tout ça est orchestré par les médias.

    Et c'est aussi valable avec cette nouvelle race de politiciens créés de toutes pièces par les médias!
    Top Banner
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2018 (07:59 AM)
    bon parolier ou pas,la musique est inutile
    {comment_ads}
    Auteur

    Fx

    En Février, 2018 (08:36 AM)
    La musique d'aujourdhui ne berce aucune ame ...sauf l'ame des debiles ....et ceci grace a des medias debiles animes par des animateurs debiles ...! notre plus grand malheur est la multiplication des medias ou on retrouve n'importe qui n'importe ou a excercer n'importe quoi n'importe comment .....on est pas encore au bout du tunnel !

    {comment_ads}
    Auteur

    Moulanda

    En Février, 2018 (09:08 AM)
    et pourtant ces artistes meme si souvent ils creent des mots qui font le buZZ dans leurs albums si vous faites un petit effort de les ecouter vous verrez des themes tres riches et variés;;wally jai ecouté ses albums recemment mais il developpe des themes aussi importants que l'education des enfants (XALEYI),DJIGUENE(les femmes)le role de la musique (MUSICO)les enfants de la rue;les enfants de SOS,des themes aussi pour amener la jeunesse a plus croire en elle meme( gueum sa bopou avec FARAMAREEN,il a meme chanté la mauvaise pratique de l'excision des filles ,lesclavage en libye ;;;;

    derriere ses airs de buzz man ils sensibilisent quand meme,donc au senegal il faut dabord se faire un nom pour pouvoir passer son message cela explique souvent pourqoi certains tubes semblent reservés a une certaine cible

    meme les figures emblematiques de la musique senegalaise s'y mette maintenant avec des termes idiots et sans sens pour vendre ;;youssou NDOUR avec son KéSSENG KéSSENG ,BODIO BODIO ,thione avec son MATHIOU MATHIOU ,ou PAPARIRA

    sans citer certains autres jeunes comme pape DIOUF avec SOn YEUNGUEUL GUESSEUM

    donc ca depend de ce que lon veut vraiment ecouter de l'artiste ,souvent les gens ne suivent que les morceaux a sensation dans les boites de nuits et cest dommage,lartiste il faut eacheter au moins un de ses albums et voir le theme GENERAL pour le juger et sur ce les jeunes d'aujourdhui ou du moins quelques jeunes n'ont rien a envier au HASS BEEN

    Pourtant on ecoute les chansons americaines ou jamaicaienne sans avoir un mot de ce quils raconte pourtant on ladore meme si leur theme cest souvent Drogue sexe et money

    la musique cest un tout et l'objectif cest de se sentir en hormonie avec soi meme que l'on danse ou l'on ecoute l'essentiel qu'on aime;;puisque les sensations et les personnes differe il ne peut y avoir un consensus sur un code musical;les gouts et les couleurs ne se ..... pas

    alors dansons ou ecoutons juste



    pour le reste on felecite ENQUETE pour son objectivité et son impartialité qu'on lui reconnait :brawoo:  :brawoo:  :brawoo:  :brawoo:  :brawoo:  :brawoo:  :brawoo:   <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/danse.gif" alt=":danse:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/danse.gif" alt=":danse:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/danse.gif" alt=":danse:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/danse.gif" alt=":danse:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/danse.gif" alt=":danse:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/danse.gif" alt=":danse:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/danse.gif" alt=":danse:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/danse.gif" alt=":danse:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/danse.gif" alt=":danse:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/danse.gif" alt=":danse:">  
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2018 (09:18 AM)
    la musique pour eduquer?mais laissez tomber!
    Top Banner
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2018 (09:34 AM)
    si la musique etait la pour eduquer,youssou ndour ou salam diallo ne serait jamais plus riche que ndiaga mbaye.que dire des pape thiopet ou dame sene etc...pourtant parait-il,ils sont plus riches qu'un elhadji moustapha gueye ou oustaz alioune sall.ou va une societe ou on compte sur des rappeurs pour eduquer.les anciens musiciens ou les nouveaux musiciens,les premiers musiciens ou les derniers musiciens,c'est la meme chose
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2018 (09:37 AM)
    Au Sénégal actuellement chez les jeunes chanteurs il nya que pape birahim qui fait de bon texte machallaah a suivre
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2018 (10:44 AM)
    les textes pauvres ne se limitent pas seulement sur le mbalax la plupart des young génération dans le hip hop aussi n'ont rien dans la tête il passe leur temps a se venté et a imiter les américains

    je préfère de loin les old school com rapadio,daddy bipson,maxy crazy , 5kiem underground ,knibal,alienzik,matador, d'Ara dji awadi et a la limite akhlou brick que d'écouter les nouveaux
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2018 (11:13 AM)
    Deux terrains jumelés situés à Kounoune prés base armée française et cité kalya

    *7*7*5*5*6* 2*6 *5*4





    Top Banner
    Auteur

    X

    En Février, 2018 (11:14 AM)
    Bon texte seneweb vous vous améliorez dit donc :bindeu: 

    après une critique sur le contenu de la musique, je vous suggère de faire une critique sur le contenu des sites web au senegal...comme on le dit en haut(sur la music) on ressent une forme de dictature partout  :interrogation:  :interrogation: 
    {comment_ads}
    Auteur

    Ma Warou

    En Février, 2018 (11:21 AM)
    Borome HEIN HEIN Sidy Diop mome bayréme mo diekh,même chanson,même tempo,aucune innovation,Na déf des recherches waye!

    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2018 (12:06 PM)
    sa waay on veut pas de tes terrains tabaax KO wala gua mayei KO soff gua trop
    {comment_ads}
    Auteur

    Vieux De Pikine

    En Février, 2018 (13:32 PM)
    Actuellement nous avons des chanteurs paresseux. ils ne font aucune recherche ni au niveau des sonorités encore moins au niveau des textes. Et certains guignols viennent enrichir la sphère musicales et bonjour les conneries. Ils sont également aider par certains animateurs minables de la bande FM qui mettent à longueur de journée ces déchets sonore qui n'enseigne rien aux mélomanes.
    Top Banner
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2018 (13:33 PM)
    Ce nivellement vers le bas n'est pas seulement sur le plan musical. Il suffit de parcourir le forum de seneweb pour s'en rendre compte. C'est l'homo senegalensis jadis très cultivé et bien formé qui est en train de se crétiniser.
    {comment_ads}
    Auteur

    Lafricain P Nd

    En Février, 2018 (17:18 PM)
    j'avoue que certains musiciens sont critiqué mais travaille enormement pour se maintenir au iveau national et pour s'ouvrir au niveaiu international,cest le cas de WALY qu'on le veuille ou pas cest un garcons ambitieux et qui d'annee en annee progresse;;jai vu ses tubes sonorites afrobeat maisil est a l'aise sur tous les tempo,,moi je mesure lartiste sur la variation de ses musiques et sa capacite a se bonifier au fur des annees et sur ce registre seule je dis bien seul le jeune walay ballago seck sort du lot,il a une marge de progression phenomenale

    l'anne derniere je disais qu'il allait amener un trophée international et il ma donné raison recemment avec son double consecration aux awards HAPA, donc soyez moins hypocrite et acceptez lui tout le travail fourni
    {comment_ads}
    Auteur

    Malowww

    En Février, 2018 (18:24 PM)
    vous êtes a cote de la plaque ,on a de très bons artistes a textes comme les pape et cheikh ,Daara j et autres ;mais vous parler des variétés et du malaxa qui sont pour faire la fête ;quand on voit les plus grand succès des hit parades c est pareil dans le hip hop américain rnb house. est ... c est pas les musique d intelectuelle qui font le buzz en général .donc atrreter ce faux débat de pseudo intello y a des artistes qui sont plus raffine et qui ont une inspiration d un autre niveau mais pour faire danser pas la peine d avoir un doctorat :emoshoot:  :emoshoot:  :joyy: 
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2018 (18:50 PM)
    C'est l'époque du jetable, du superficiel, de l'éphémère.

    Ainsi va la vie!
    Top Banner

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email