Mardi 09 Août, 2022 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Top Banner
Societe

Un policier radié suite aux évènements d'avril 1987 raconte ses nombreuses vies

Single Post
Un policier radié suite aux évènements d'avril 1987 raconte ses nombreuses vies

Mafall Mboup, 66 ans, a vécu plusieurs vies depuis sa radiation de la police nationale il y a 32 ans, suite aux évènements des 13 et 14 avril 1987 qui ont conduit à cette mesure collective consistant à congédier des cadres des personnels de police, un drame dont il parle avec d'autant plus de détachement que le destin lui a depuis donné une seconde chance de reconstruire sa vie.

M. Mboup, en service à la Brigade mobile de sûreté (BMS) de Diourbel de 1984 à 1987, est une des victimes de la mesure de radiation collective prise par le président Abdou Diouf et entérinée par un vote de l'Assemblée nationale, suite à ce qui a été qualifié de "grève des policiers".

Les 13 et 14 avril 1987, des membres des forces de police basés à Dakar avaient occupé la voie publique pour manifester contre une décision de justice condamnant six de leurs collègues à des peines d'emprisonnement fermes.

Cette manifestation inédite, qui enfreignait en plus les règles statutaires régissant les policiers, était en réalité une occasion de protester contre leurs conditions de vie jugées difficiles, selon des observateurs.

À l'initiative du président Abdou Diouf alors au pouvoir, les députés ont procédé au vote de la loi 87-14 portant-radiation des cadres des personnels des forces de police, soit 1245 policiers au total tout grade confondu.

Cette affaire est en lien avec celle du receleur "Baba Ndiaye" qui serait décédé dans les locaux de la Police où il aurait subi un interrogatoire qualifié de musclé, rappelle Mafall Mboup.

L'agent judiciaire de l'Etat avait fait appel de la condamnation des policiers chargés de l'enquête portant sur cette affaire, mais les agents des forces de police, frustrés par cette situation et déjà fort mécontents de leur sort en général, ont tenu à se faire entendre, a-t-il ajouté.

Avec le recul, Mafall Mboup estime que "cette décision de liquidation des policiers n'était pas une décision souveraine de l'Etat du Sénégal". Il évoque plutôt "un problème politique. L'Etat avait besoin de diminuer (le nombre de) fonctionnaires et cela est tombé sur les policiers", a-t-il soutenu.

Les institutions de Breton Woods avaient demandé à l'Etat du Sénégal de dégraisser la fonction publique, affirme l'ancien policier, ajoutant que la douane était le corps visé à l'époque pour mettre en application ces injonctions des institutions financières internationales.

"Cela n'a pas été notifié par écrit. Nous n'avons reçu aucune lettre pour nous dire si on a été radié ou pas. C'est lorsque je me suis rendu au ministère de Finances pour récupérer mon bon de caisse (placement financier) que je n'ai pas trouvé, que j'ai compris que je faisais partie des radiés", explique-t-il.

"C'était un vendredi. Je me suis dit que c'est la volonté divine, en bon talibé mouride. En tant que croyant, je m'en suis remis à Dieu parce que c'est lui qui décide de tout. Je suis quelqu'un qui fait face aux problèmes qui se présentent à moi en les prenant avec philosophie. J'ai pu, avec la foi, surmonter tout ça", ajoute M. Mboup.

Fonctionnaire brigadier à l'époque (première classe-troisième échelon), il percevait à l'époque "près de 200 mille francs CFA", un niveau de salaire assez important dans les années 1980-1990.

"De retour à la maison, j'ai informé mes épouses de la situation" nouvelle, qui allait avoir des conséquences dramatiques dans la vie de cet agent de police, puisqu'en "(…) en moins d'un an, elles ont commencé à changer d'attitude à mon égard", fait-il savoir, la voix étreinte par l'émotion.

"Elles ont commencé à répéter sans cesse qu'elles vont partir. Finalement je m'en suis remis à Dieu et je les ai libérées et elles sont parties avec mes enfants qui étaient des mineurs parce que le plus âgé avait cinq ans", a ajouté ce père de trois bouts de bois de Dieu à cette période.

La radiation actée pour lui et ses compagnons d'infortune, Mafall Mboup a décidé de changer radicalement de vie pour se consacrer pleinement à d'autres activités pendant 7 ans, avant de voir le bout du tunnel.

Un changement radical pour ce natif de Sigui Diagne, un village de la commune de Ndindy (Diourbel), qui avait intégré la police le 1 er octobre 1975, avant d'être affecté à Kédougou, où il a passé six années, de 1978 à 1984.

"À l'époque, lorsque les choses se sont confirmées, raconte-t-il au sujet de sa radiation, j'ai décidé d'acheter une charrette à eau parce que je ne pouvais pas tendre la main".

"Les gens disaient que j'étais fou", mais puisque "je n'avais personne pour m'aider, j'ai décidé de faire ce travail en disant qu'il n'y a pas de sot métier et il me fallait prendre en charge mes parents dont je suis le fils ainé", indique le policier retraité, passé par l'armée (Génie militaire) dont il avait rejoint les rangs en octobre 1972, avant d'être libéré du service militaire.

Un passé qui le prédestinait à la débrouille. Et de fait, sa nouvelle activité lui permettait de joindre les deux bouts avec un gain quotidien de 3000 francs CFA. Mais du jour au lendemain, le père de famille a perdu l'estime de ses proches, principalement de ses femmes qui ne pouvaient accepter son choix de se reconvertir dans la vente d'eau.

"Elles me disaient d'arrêter la vente d'eau par charrette par pur complexe. Pour elles, c'était dévalorisant de passer de policier à vendeur d'eau en charrette. Pour démarrer cette activité, je n'avais que 100 mille francs CFA, d'ailleurs je n'ai exercé ce travail que pendant 7 mois seulement. Je me suis dit que c'est un métier noble", indique l'ancien policier.

Mafall a touché à presque tous les métiers pour subvenir aux besoins de ses parents qui étaient sous sa responsabilité au sein de sa petite maisonnette en construction à cette époque.

"Heureusement pour moi, je n'étais pas en location, j'avais ma propre maison, même si elle n'était pas assez bien construite. J'ai également fait des activités dans les colonies de vacances, j'ai été journalier à l'usine de la Sonacos entre autres. J'ai touché à tout parce que je ne voulais pas tendre la main. J'ai vécu ce calvaire jusqu'en 1993 lorsqu'on a créé le corps de la police municipale", a-t-il renseigné.

Après cette traversée du désert, le destin est venu lui offrir une occasion de se relancer, avec la création de la police municipale par Abdou Diouf.

"Avec cette nouvelle création, on avait besoin de faire un mois de recyclage après 7 ans d'absence. C'était pour voir notre mental et notre état d'esprit puisque qu'on était resté longtemps sans exercer le métier", note-t-il.

Mafall Mboup a exercé dans ce nouveau corps durant cinq, avant d'être reversé dans "la police d'Etat" en 1998 et de faire valoir ses droits à la retraite. Il demeure toutefois actif, malgré sa retraite et son âge avancé.

"Actuellement, je préfinance les éleveurs qui sont dans le commerce de bétail au niveau des marchés hebdomadaires. Une fois qu'ils ont atteint une assise financière, on se partage les bénéfices, et s'ils ne sont pas en mesure de bien dérouler l'activité, ils me remboursent la somme que je leur avais remis pour le démarrage. Dans un premier temps, je ne finance que deux personnes", précise-t-il.

S'y ajoute qu'après avoir été abandonné par ses deux femmes parties avec ses trois enfants suite à sa radiation, Mafall Mboup a refait sa vie avec une autre femme qu'il juge plus compréhensive.

"C'est en fin 1993 que je me suis remarié et on a eu un garçon et deux filles. Et coup du sort, celles qui m'avaient abandonné ont voulu revenir, ce que je n'ai pas accepté parce que pour moi un couple c'est pour le meilleur et pour le pire. De plus, je ne pouvais plus vivre avec elles parce que j'aurais toujours le souvenir qu'elles m'avaient trahi. Donc ce n'était plus possible", assène-t-il.


affaire_de_malade

25 Commentaires

  1. Auteur

    Diakhate

    En Avril, 2019 (11:22 AM)
    triste histoire mais plein d'enseignement de courage de bravoure et de dignete , tu es un model ,tu es fort aussi, tes premieres femmes la n'ont pas de coeurs.leurs geste est honteux, longue vie a toi et ta nouvelle femme mais recupere tes anfants ils sont responsables de rien de ce qui c'est passer. bonne chance vraima votre histoire me touche choc ancien genimen liguey xaragn xall yonn. pikk ak pell
    Top Banner
  2. Auteur

    Mosh

    En Avril, 2019 (11:24 AM)
    Maashaallah bravo. Que Dieu bénisse votre noblesse d'esprit. Le meilleur est à venir malgré votre âge prétendu "avancé" par le journaliste.
    {comment_ads}
    Auteur

    En Avril, 2019 (11:29 AM)
    VRAIS LEÇON DE VIE MERCI SENEWEB POUR CE JOLIE HISTOIRE
    {comment_ads}
    Auteur

    En Avril, 2019 (11:32 AM)
    Merci pour le paratage de ton experience de vie
    {comment_ads}
    Auteur

    En Avril, 2019 (11:41 AM)
    Complètement peiné par le parcours de ce vieux retraité et ancienne victime de Abdou Diouf.

    J'ai pu lire des témoignages d'autres agents à la retraités sur les réseaux sociaux et journaux , mais cete confession de Mboup résumé en tout la grande misère subit par ces de flattés.

    Longue vie mboup auprès des siens.
    Top Banner
    Auteur

    En Avril, 2019 (11:46 AM)
    Merci pour ce partage. Vous êtes un battant.
    {comment_ads}
    Auteur

    Frustré

    En Avril, 2019 (11:48 AM)
    Puisse ma démission prochaine dans cette injustice quotidienne que je subis sois suivie de jours meilleurs et de belles perspectives dans cette nouvelle activité personnelle que je compte développer. 32 ans après ces policiers, les injustices continuent dans mon pays, et dans mon cas, ce sont des étrangers qui m’imposent cette injustice sous le regard de nos autorités, contactées, misent au courant, qui me demandent de quitter la boîte qui, pourtant fait des centaines de millions de bénéfice avec zéro avantage pour le peu de nationaux qui font le travail. Je ne désespère pourtant pas de mon pays. Fi lay dess et je vais me battre comme un animal pour vivre comme un humain. En ce moment je suis dans ma voiture et j’entend une musique dire Tiono dou rér borom. ..... Tout est dit.
    {comment_ads}
    Auteur

    En Avril, 2019 (11:52 AM)
    le senegal n'etait pas facile a l'epoque,il ne l'est pas aujourd'hui.mon pere n'a jamais eu de salaire,il avait 3 femmes,il n'a jamais divorce,il nous a nourri jusqu'a sa mort sans jamais vole ou demander rien a personne.ces personnes ne font que se victimiser.ce n'est pas parce qu'on n'a plus de salaire que la vie est finie.l'etat ne leurs doit rien du tout.quand ils travaillaient pour l'etat,l'etat les payait.comment des gens qui sont alles faire autre chose apres leur licenciement pretendent des indemnisation a l'etat.nango seck par exemple,faisait partie de ces policiers licencies,il est parti travailler en italie,aujourd'hui,il fait partie des deputes de la diaspora,l'etat lui doit-il- des dedomagements?
    {comment_ads}
    Auteur

    Emelsec

    En Avril, 2019 (11:53 AM)
    très poignant!
    Top Banner
    Auteur

    Zizz

    En Avril, 2019 (12:03 PM)
    C,est pour cela il ne faut jamais baiser les bras. Ils faut etre croyant. Vivre pour le pire et le meilleur normalement dans un couple mais aujourdhui quelque 1 qui font ca .Ils y,a.de bonne femme mais rare. Nous somme dans 1 monde d,argent si tu pauvre tu est oublier dans la societe. Et on a oublier que c,est Dieu qui donne. IL FAUT TJS TRAVAILLE SANS BAISER LES BRAS
    {comment_ads}
    Auteur

    En Avril, 2019 (12:07 PM)
    lui c'est un battant. un monsieur qui doit étre connu des étudiants pour qu'ils sachent la volonté est le fondement de la réussite. je travaille dans une PMI dans la banlieue. je vois les jeunes qui viennent travailler comme journaliers j'en ai recruté des centaines. ce sont de braves hommes et filles pour la plus part d'entre eux. .
    {comment_ads}
    Auteur

    Courage

    En Avril, 2019 (12:16 PM)
    j'ai vu un Policier Radié qui était devenu journalier au Port avant de tomber malade puis mourir.



    Lui aussi sa femme était partie.



    De Grace que les Policiens ne jouent pas avec leurs Signatures.



    Avant de Radier , il faut Réfléchir 1000 fois !
    {comment_ads}
    Auteur

    Deputes

    En Avril, 2019 (12:50 PM)
    Encore les deputes....
    Top Banner
    Auteur

    Oumar

    En Avril, 2019 (12:57 PM)
    Emu, je le suis encore...belle leçon de vie.

    {comment_ads}
    Auteur

    Dépités

    En Avril, 2019 (13:03 PM)
    Thiey Les femmes, quand ça devient difficile rek elles s'enfuient....
    {comment_ads}
    Auteur

    Wolverine

    En Avril, 2019 (13:24 PM)
    Ce n'ètaient pas les seuls les banques aussi on suivies, mon père etait cadre dans une banque et celle la a fermè en 1990, durant la meme periode ou effectivement les institutions de Breton Woods avec la complicitè de Abdou Diouf on dècidè de faire du grand n'importe quoi!!! j'ètais petit mais je me rapelles du changement à la maison. Mon père ce soldat n'a jamais baissè les bras on a continuè à l'ècole privè quitte à ne cuisiner qu'un seul repas chaud, il a traversè vents et marrès mais a tenu bon jusqu'au bout!!!!!!! Cependant durant les années 2000 ces memes institutions on avouès que ces restructurations n'ètaient pas la meilleure solution, comme ci on gomme des vies ensuite pas grave on recommence à zero quoi!!!!!! La justice divine après la mort est evidente!!!
    {comment_ads}
    Auteur

    En Avril, 2019 (14:30 PM)
    Dans la vie il y'aura toujour des Haut et des bas mais comme il a dit il y'a pas de sous metier mon frere la ou tu gagne ton pain il y'a pas de honte tu as su surmonte la dur epreuve parfois c'est juste un text de Dieu tout est dans ces mains. Mes respects.
    Top Banner
    Auteur

    Peulh

    En Avril, 2019 (15:12 PM)
    c emouvant vous etes un homme un vrai

    a l'epoque j'etais jeune fonctionnaire

    abdou diouf a eu la main trop lourde une simple avertissement aurait suffit

    mais une homme pardonne si tes anciennes epouses veulent revenir il faut les reprendre

    chapeau bas chef
    {comment_ads}
    Auteur

    En Avril, 2019 (15:54 PM)
    S'il pardonne il va devenir une homme
    {comment_ads}
    Auteur

    En Avril, 2019 (16:10 PM)
    Fier de la formation militaire au Senegal. C crée des hommes solides prêts a affronter la vie. Choc Gainde.
    {comment_ads}
    Auteur

    En Avril, 2019 (17:31 PM)
    cela montre que la femme senegalaise n aime que notre poche........la senegalaise est trés matérialiste.....tant que tu as de l argent elle est docile et dans le sens contraire c est une vraie vipére.......c est pourquopi faudrait pas avoir pitié d elle
    Top Banner
    Auteur

    Anonyme

    En Avril, 2019 (19:19 PM)
    Je me rappelle il surnommait son âne ABDOU DIOUF, c'était un guerrier au vrai sens du mot
    {comment_ads}
    Auteur

    En Avril, 2019 (20:22 PM)
    Suis très peine l ancien j fais la BMS moi aussi très brave Doyen. DIEU SOIT à t côtés
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Avril, 2019 (20:26 PM)
    Chapeau.
    {comment_ads}
    Auteur

    Dread

    En Avril, 2019 (21:39 PM)
    wawe goor diambar trés belle leçon de talibé de diom depastéef nala yalla are nimouye aré son kitab le coran boul di faté ra nié sou mako wohé nénén la pédagogie de l essentiel u nov; l éthique*aujourdhui take care gaindé
    Top Banner

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email