KEYNA, FUTUR SILLICON VALLEY AFRICAINE

Blogs

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Si l’Amérique a sa Sillicon Valley (Californie), l’Inde son Bangalore (situé au Sud-Est du pays, avec plus de 500 Startups, 4ième rang de centre technologique mondiale), la France son Nice Sofia Antipolis, eh bien le Kenya aura bientôt sa Sillicon SAVANNAH à Konza City. 10 à 14,5 milliards de dollars d’investissement sur 2000 ha  pour accueillir 1.5 millions de mètres  carrés  de bâtiment. Trente milles emplois d’içi 2017 et 200 000  en deux milles trente, Voilà la vision des autorités de ce pays pour faire du Kenya un véritable écosystème de startups, d’investisseurs et de chercheurs.

Et les candidats aux portillons sont potentiellement nombreux: Microsoft, Google et Intel ont d’ores et déjà installé leurs sièges régionaux au Kenya. Si IBM a choisi Nairobi pour son premier centre de recherche africain l’an passé, il y a fort à parier que le développement de Konza City attire d’autres investisseurs… Samsung, Blackberry et Huawei sont ainsi évoqués comme de futurs acteurs de cet hub technologique. Collaborant avec des incubateurs et accélérateurs comme iHub ou 88MPH, ces géants pourront s’appuyer sur le dynamisme des startups locales, notamment sur le secteur mobile.

Le financement de cet ambitieux projet est également très intelligent. En effet, 5% financés par le Kenya et le reste sera à la charge d’acteurs privés, qui loueront les terrains au gouvernement kenyan en contrepartie d’avantages fiscaux.

En Afrique de l’ouest notamment Francophone, le SENEGAL doit se positionner. Voilà une AFRIQUE qui repousse qui repousse patiemment et obstinément vers le développement.

Hommage à David Diop pour les mots. Cdt !

Daouda Thiandoum

Aménageur/Urbaniste/Géomarketeur

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :