Guide de rédaction d’un avant projet sommaire

Blogs
  • Article ajouté le : 13 Mercredi, 2013 à 01h12
  • Author: Tamba Danfakha

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Introduction

Un avant projet sommaire, appelé aussi Executive summary, est un document, de 7 pages au plus, qui formule, correctement, une idée de projet pour le premier cercle de soutien du promoteur voire de ses mécènes potentiels. L’avant projet sommaire ou APS sert à rendre l’idée crédible et défendable, il démontre à vos interlocuteurs que vous êtes sérieux, que vous êtes décidé et que votre idée n’est pas un simple caprice.

On peut distinguer 7 phases dans sa rédaction

Phase 1 : formulation de l’idée de projet

L’objet : en quoi consiste votre idée ? Décrivez, précisément, ce que vous voulez faire ou avoir

Les objectifs : quelle transformation souhaitez-vous obtenir ? Plus d’argent ? Plus de considération sociale ? Plus de pouvoir ? plus de joie ou de bonheur ?

Les résultats attendus : qu’est-ce qui vous permettra de dire que vous avez réussi ou échouer ?

Les acteurs actuels ou futurs de votre projet : vous, vos clients ou les bénéficiaires possibles des résultats de vos efforts, vos fournisseurs, l’état ou ses démembrements, tous les acteurs qui pourraient interagir avec ce que vous envisagez de faire

La localisation : où se situe, géographiquement,  votre projet ? en quoi ce lieu, ce site peut faciliter la réalisation de vos objectifs

Les activités : que devez-vous faire, quelles actions envisagez-vous pour obtenir les résultats escomptés ?

Les délais : dans combien de temps pensez-vous réaliser votre projet ? date de début, date de fin ?

Phase 2 : réflexions préalables :

Vérifier la cohérence entre ce que vous voulez réaliser et ce que vous voulez être : il y a t-il cohérence homme /Projet ? Le succès de vos actions futures vous rendra –t-il plus heureux ? Quels sacrifices devrez-vous consentir pour réussir dans votre projet ? En cas d’échec, serez-vous capable de repartir ? de rebondir ? Une réponse claire à ces questions peut vous aider à prendre une bonne décision : faut-il, oui ou non, renoncer à votre idée de projet ou faut-il l’améliorer ? L’adapter ?

Phase 3 : contexte et justifications du projet

Quelle situation, quel environnement nouveau ou problématique rend la mise en œuvre de votre idée de projet nécessaire et intéressante pour les autres ?

Comment l’idée vous est venue ?

Quels problèmes, quelles difficultés le succès de votre entreprise va résoudre ou surmonter ? Est-ce vraiment les vrais problèmes ou les vraies difficultés que vous avez identifiés ?

Phase 4 : analyse du marché

La taille de votre marché : les clients existent-ils pour acheter l’offre qui va découler de votre idée de projet ? Combien sont-ils ? Sinon pourquoi pensez-vous que vous serez en mesure d’en conquérir ?

Les concurrents : qui fait la même chose que ce que vous voulez faire ?, leurs atouts, leurs faiblesses ?

La segmentation : sous quelle forme votre idée est-elle exploitée par vos concurrents, pourquoi ? Et quels sont les reproches que les clients leur font ou les insuffisances constatées ?

Le marketing mix : quelle sera votre offre ? Comment allez-vous la présenter à vos clients ? A quels prix allez-vous la vendre ? Comment allez-vous la faire connaitre et la distribuer ?

Phase 5 : description technique

Les infrastructures, les équipements, les ressources humaines ?

La matière première ?

Le processus, de bout en bout, de production de votre offre ?

Vos estimations de production sur 3 ans ?

Phase 6 : évaluation financière

Hypothèses de recettes hors TVA sur 3 ans

Hypothèses de charges hors TVA sur 3 ans

Besoins de démarrage : fonds de roulement + équipements + immobilisations

Besoins du projet : besoins de démarrage – fonds propres

Marge brute : recettes – charges sur 3 ans

Amortissements : dépenses en équipements majorées d’un taux d’actualisation

Marge imposable : marge brute – amortissements

Impôts : 30%  x  marge imposable

Marge nette : marge imposable – impôts

Gains financiers : marge nette – remboursement des emprunts

Provisions : 1/3 x gains financiers

Dividendes : 2/3 x gains financiers

NB : votre projet est financièrement rentable si et seulement si votre cash flow (provisions + amortissements) sur 3 ou 6 ans permet de faire face aux nouveaux besoins de financement de votre projet

Phase 7 : impact social et économique

Les résultats de vos activités apportent-ils un plus à la communauté ? Quelle est ou sera votre contribution au PIB ou votre apport à la fiscalité ? Vos activités permettront-elles de provoquer des changements positifs et durables ?

Conclusion

En principe pour rédiger votre APS vous n’aurez besoin que de collecter de l’information sur Internet ou auprès de sources autorisées et de votre cerveau. Le document obtenu donne une estimation de la réalité que vous souhaitez créer ; pour pouvoir planifier vos actions avec une bonne précision, il vous faut rédiger, avec l’aide de professionnels, un plan d’affaires. 

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :