LUTTE CONTRE LE CHÔMAGE : NOUS N\'AVONS NI UN PROBLÈME D\'ARGENT NI UN PROBLÈME DE FINANCEMENT.

Blogs

LUTTE CONTRE LE CHÔMAGE : NOUS N\'AVONS NI UN PROBLÈME D\'ARGENT NI UN PROBLÈME DE FINANCEMENT.

Nous avons un problème de comportement et de compréhension.

Il aurait suffit que l'on se fixa comme objectif de consommer ce que nous produisons pour que des centaines de milliers d'emplois soient créés dans notre pays. Il aurait suffit que nous encourageons les jeunes à créer des entreprises rentables pour que des centaines de milliers d'emplois se créent chaque année dans notre pays. Mais, si nous n'arrivons pas à consommer ce que nous produisons, c'est que nous n'avons, pour nous mêmes, que mépris et détestation : pourquoi préférer les petits pois de Monsieur Durant aux haricots (ou niébés) de Monsieur Ngor ? Parce que nous croyons que tout ce que fait l'étranger est meilleur que ce que que nous mêmes sommes en mesure de faire. Et si nous sommes si incompétents dans la création d'entreprises rentables, c'est que nous nous refusons à croire en l'individu créateur, que nous traitons tous si, stupidement, comme un "fou" ou comme "celui qui ne veut rien dans la vie" En vérité, les autres ne font pas mieux que nous, ils font, aussi, des fautes, ils tombent, comme nous, mais ils peuvent se relever car leur communauté sait leur donner de nombreuses secondes chances. Au contraire de nos sociétés, dominées par l'esprit ceddo, qui ne donnent jamais de chance à ceux qui tombent, mieux, qui écrasent, à coeur joie, ceux qui sont à terre. Au demeurant, aussi longtemps, que nous ne nous soucierons pas de nos manières de penser, de croire et d'agir, aussi longtemps, nous resterons cette nation pauvre, mendiant, aux quatre coins du monde, sa pitance et ses moyens de subsistance. Regardons nos sociétés et ce qui nous sert d'élite, n'y émerge que des cultures de commérages et d'irrationalités. Or, il est vital, pour toute communauté en quête de mieux être de se donner les moyens de comprendre le monde afin de mieux s'y adapter ou de mieux le transformer à son avantage. C'est pour cela, que nous ne réussissons qu'à produire que des torrents de larmes et des usines de tragédies. Oui une nation ne change pas sans se familiariser avec les comportements adaptés aux changements escomptés. Cependant, pour que les désirs de changement ne restent que des vœux pieux ou des cauchemars éveillés, nous donnons apprendre à prêter plus attention aux paroles des savants qu'aux élucubrations des charlatans


Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

Commentez cet article

Pseudo *

Votre commentaire :

Pseudo *

Mon commentaire *