Mathématique et lutte contre le chômage (Partie II)

Blogs
  • Article ajouté le : 02 Dimanche, 2012 à 22h03
  • Author: Tamba Danfakha

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Dans la première partie de mon raisonnement j’ai énoncé l’hypothèse d’une deuxième équation qui relierait la fonction emploi (e) aux variables demandeurs (d) et offreurs (o) d’emplois. Pour faire apparaitre les variables de la première équation (b pour les besoins et r pour les ressources disponibles) à celles de la seconde. Dans cette logique, on pourrait exprimer la variable d en fonction de la variable b, la variable o en fonction de la variable r ; de cette façon, il sera possible de déterminer, avec exactitude, les facteurs qui influencent, réellement, l’aggravation du chômage dans notre pays selon le principe que tout système de n équations à n inconnues admet,  forcément une solution.

Maintenant, comme certains me l’ont fait remarquer, on peut être tenté de se demander quel peut bien être le lien entre les mathématiques et la lutte contre le chômage ?

Mais, auparavant, permettez moi de vous dire que la première équation que j’ai énoncée (e = b-r) n’est qu’un postulat (une affirmation prise pour vraie sans avoir à la démontrer) et la seconde que je n’ai pas énoncée n’est que pure conjecture (dans le sens de la conjecture de Poincaré ou de Fermat).

Le premier avantage à faire appel aux mathématiques pour mieux lutter contre le chômage dans notre pays se trouve dans la nature, même, de cette discipline : décrire parfaitement une réalité imparfaite et être capable de faire des prédictions.

Le deuxième avantage réside dans l’obligation qui découlerait d’une telle option : collecter les faits, les chiffres et élaborer une statistique plus précise pour faire de la problématique du chômage une non fatalité et l’inscrire dans un déterminisme plus rassurant pour l’avenir.

Le troisième avantage est d’amener la sérénité dans le débat sur le chômage, donc de faciliter le rapprochement des fils et filles de ce pays pour sortir des débats doctrinaux et, horriblement, antagoniques.

Et, enfin, le quatrième et dernier avantage est, comme l’a dit un des lecteurs de la première partie de mon article, changer d’optique, avoir un angle différent mais, surtout, amener dans le débat, des personnes, de valeur, que sont, en particulier, les mathématiciens et en général, les scientifiques de notre pays qui, trop souvent, sont absents des grands débats nationaux alors même que le cœur de leur métier reste de trouver des solutions. Tout simplement.

Pour terminer,  je vous expose deux théories

Théorie 1 : le chômage est une problématique qui se nourrit de notre ignorance des paramètres qui la sous-tendent. S’il apparaît si difficile de trouver une réponse adéquate au problème du chômage ce n’est pas que les uns et les autres refusent de faire ce qu’ils doivent faire mais, tout simplement, parce que ni les uns, ni les autres ne savent, trop souvent, pas ce qu’il faut faire.

Théorie 2 : parmi ce qu’il faudrait que nous fassions, justement, il y a, je crois, la responsabilisation des chercheurs d’emplois et la valorisation des entrepreneurs (les offreurs d’emplois). Comment pourrions-nous, en effet, penser, un seul instant, sortir de l’enfer du chômage si nous continuons de renforcer notre jeunesse dans l’idée qu’elle est une victime, que l’on doit faire pour elle, que tous les entrepreneurs sont des arnaqueurs ou des escrocs, des profiteurs ou que toute entreprise est, forcément, suspecte, dès lors qu’elle ne vienne pas des colonisateurs d’hier ?

Pensons y

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :