Pourquoi est-il plus facile de croire au mensonge que de croire en la vérité ?

Blogs
  • Article ajouté le : 15 Samedi, 2014 à 20h47
  • Author: Tamba Danfakha

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Lorsque vous décidez de faire des choses utiles et de changer les choses autour de vous dans le sens de les rendre meilleures vous êtes surpris par l’incompréhension et l’incrédulité de vos proches et de vos interlocuteurs. Tout le monde vous dira qu’il n’aime pas le mensonge, mais tout le monde sait combien il est difficile de réussir lorsque l’on fait de la vérité son seul compagnon !

Les gens aiment le mensonge ; les gens qui vivent dans le mensonge sont ceux qui vivent, souvent, dans l’opulence, ce sont les plus adulés, les plus écoutés et les mieux servis.

La raison, me semble –t-il, réside dans le fait que le mensonge est la réalité transformée et adaptée aux goûts et aux attentes des gens. La vérité est laide, elle nous contrarie, elle nous énerve, elle nous dévalorise. Le mensonge flatte notre ego et nous donne l’illusion que nous sommes sans reproches vis-à-vis des autres alors que la vérité nous conduit vers nos propres marécages et insuffisances.

Mais, il ne faut pas s’y tromper, le mensonge ne peut créer qu’un monde fugace, seule la vérité peut transformée, durablement, notre quotidien et nous faire entrer dans l’histoire.

Dans un Sénégal en proie à la tragédie du chômage et du sous emploi, seule la vérité peut nous aider à trouver des solutions. Or, la vérité nous enseigne que nous ne trouverons jamais la solution à nos problèmes grâce aux anciens colonisateurs, grâce à l’aide extérieure, qu’une nation divisée ne peut remporter aucune victoire sur ses défis, que nous ne serons jamais des gagnants exemplaires dans un monde interdépendants sans des sacrifices individuels et durables.

Oui c’est dur de devoir se justifier tout le temps, de devoir expliquer que l’on est dans le vrai devant des interlocuteurs avides de mensonges et de superficialités.

Mais, avons-nous, vraiment, le choix ? Un autre choix que celui d’être dans le vrai ?

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :