- Hommage à Mamadou Demba Sy : Séhilam,

International
  • Article ajouté il y a 17 octobre 2012
  • Author: hamady diop

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Hommage à Mamadou Demba Sy : Séhilam, yéhi !\r\n\r\n\r\n \r\n\r\n\r\n\r\n\r\n06-12-2016 01:30 - Hommage à Mamadou Demba Sy : Séhilam, yéhi !\r\n\r\n\"Hommage\r\nLe Quotidien de Nouakchott - Le fouta est en deuil ! Immense perte et tristesse ! MamadouDemba Sy, jayniyanke radio Moritani, ruttiima é joomum ! Les belles fleurs se fanent si vite, hélas ! Une perle rare est à jamais disparue ! Un symbole de l'ouverture et du respect s’est allongé, pour toujours! Une perle rare, engagée et dynamique, s’en est allée ! Une voix délectable s’est éteinte et les auditeurs n’arrivent toujours pas à assécher leurs larmes ! 
\r\n
\r\nLes formules d’hommage et de témoignage ont fusé de partout, dès l’annonce de sa tragique disparition. Il nous a quittés tôt, ce dimanche 4 décembre 2016, laissant derrière lui, un vide difficile à combler.
\r\n
\r\nParti à la fleur de l’âge (38 ans), Mamadou Demba Sy incarnait la sagesse et cette nouvelle génération de combattants imbus de liberté, d’égalité et de justice, d’amour pour la patrie. C’était aussi, un symbole pour la communauté halpoular.
\r\n
\r\nJournaliste multidisciplinaire, il usait de la plume, explosait le micro et scintillait sur le petit écran. Feu Mamy Sy (pour les intimes) a fait ses débuts au Journal La Tribuneen 2005, où il s’occupait de la page des Sports, avant de monter en galons et confirmer ainsi son immense talent pour le mettre au service des autres médias nationaux (Radios et TV). Pieux, il était adepte du chapelet qui ne le quittait point et c’était un abonné de la mosquée.
\r\n
\r\nAltruiste et charitable, il avait initié depuis quelques temps, l’organisation d’évènements rendant ainsi hommage à d’éminentes personnalités nationales. Celui réservé le 14 novembre 2015 à l’arène de Sebkha à Amadou Tijane Ball (ancien journaliste à la Radio Mauritanie à la retraite) a connu un franc succès et le dernier en date, à la mémoire de feu Mamadou Samba Diop dit Murtudo, qui a eu lieu la veille de sa disparition à l’ancienne maison des jeunes, il n’y assistera jamais, terrassé par la maladie.
\r\n
\r\nCe sont ainsi des milliers de personnes dont des parents, amis, collègues qui se sont mobilisés et des anonymes qui ont tenu à l’accompagner dans sa dernière demeure. Il laissera derrière lui de nombreux orphelins dont une femme éplorée et cinq enfants parmi eux, l’homonyme de Mohamed Vall Ould Oumeir, le directeur de Sahel TV et son ancien patron à la Tribune.
\r\n
\r\nOn ne reverra plus sa frêle silhouette longeant les accès des studios et des rédactions. Son rire luciférien et ironique, ne nous parviendra plus. On ne lira plus sa plume souvent ‘’plaintive et exigeante’’ dans l’hebdomadaire La Tribune. 
\r\n
\r\nOn ne reverra plus jamais son visage d’enfant docile sur le petit écran et on n’entendra plus jamais sa douce voix qui berçait des familles entières dans le fouta et dont l’émission matinale sur la Radio Nationale ; dans sa langue maternelle, servait de «petit déjeuner» à ses nombreux auditeurs et fans, qui resteront sur leur faim.
\r\n
\r\nSéhilam, Abdalla Dièry, tout le fouta et toute la Mauritanie, te pleureront aussi longtemps. Tu as accomplis ta mission dans ce bas monde, malgré ton jeune âge ! Repose en paix, mon cher ami, on ne t’oubliera jamais !
\r\n
\r\nINNA LILLAHI WE INNA ILEYHI RAJIOUNE
\r\n
\r\nHachim 
\r\n
\r\n \r\n\r\n \r\n\r\nLes articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité\r\n \r\n\r\n \r\n\r\n\r\n\r\n\r\nSource : Le Quotidien de Nouakchott (Mauritanie)\r\n\r\nCommentaires : 2\r\n\r\nLus : 1099\r\n\r\n\r\nImpression : Cliquez ici pour imprimer l'article\r\n\r\n \r\n\r\n\r\n\r\nPublié par hamady bodiel du Brakna à 14:30 Liens vers cet article \"\" \r\n\r\nEnvoyer par e-mailBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest\r\n\r\n\r\n \r\n\r\n\r\n\r\n\r\n \r\n\r\n \r\n\r\n\r\nlundi 5 décembre 2016\r\n\r\n

\r\n\r\nDécès à 37 ans du journaliste Mamadou Demba Sy de Radio Mauritanie\r\n\r\n\r\n \r\n\r\n\r\n\r\nDécès à 37 ans du journaliste Mamadou Demba Sy de Radio Mauritanie\r\n\r\n \r\n\r\n\r\n \r\n\r\n\r\n \r\n\r\n\r\n\r\n \r\n\r\nLe journaliste à Radio Mauritanie Mamadou Demba Sy est décédé dimanche à Nouakchott à l’âge de 37 ans après une courte maladie.
\r\n
\r\nSur les réseaux sociaux notamment sur Facebook, des postings lui rendant hommage ont été constatés. Acteurs politiques, intellectuels, amis, proches, anonymes ont salué la mémoire d’une "perle rare, engagée et dynamique" de la presse mauritanienne.
\r\n
\r\nLe Fouta est en deuil, la voix halpoulareen est partie, a témoigné sur Facebook un de ses collègues après l’annonce de sa disparition. Mamadou Demba Sy a connu une riche carrière journalistique. Il avait fait un passage à la Télévision de Mauritanie, à Radio Mauritanides (MFM), à la Télévision du Sahel et au journal mauritanien La Tribune.
\r\n
\r\nMarié et père de famille, Mamadou Demba Sy s’est fait notamment illustrer ces dernières années par l’organisation d’hommages à d’illustres personnages à l’image de Ball Amadou Tijane, ancien journaliste à Radio Mauritanie.
\r\n
\r\nLe dernier en date était celui de feu Mamadou Samba Diop dit Murtudo. Mais, il n’y assistera jamais, à la suite d’un malaise, la veille, qui l’avait conduit au Centre Hospitalier National (CHN) de Nouakchott. Il décédera ce dimanche matin.
\r\n
\r\nLa Rédaction de Cridem salue à cette occasion la mémoire d’un homme qui a consacré sa vie à la presse et à la Mauritanie.
\r\n
\r\nPar Babacar Baye NDIAYE
\r\n
\r\n©Cridem 2016
\r\n
\r\n---------------------
\r\n
\r\n
\r\n
\r\n
\r\n \r\n\r\n\r\nSource : Rédaction Cridem\r\n\r\nCommentaires : 7\r\n\r\nLus : 6900\r\n\r\n\r\n \r\n\r\n\r\nPublié par hamady bodiel du Brakna à 19:36 Liens vers cet article \"\" \r\n\r\nEnvoyer par e-mailBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest\r\n\r\n\r\n \r\n\r\n\r\n\r\n
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :