Une ode à l’opération parrainage

Blogs

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Vous qui être candidat à l’élection présidentielle du 24 février 2019 ;

\r\n\r\n

Si, en même temps, vous êtes un transhumant-cagoulard, nous faisons le pari que vous allez vous hâter lentement dans la collecte de signatures, avec comme objectif inavoué d’être recalé à terme, faute prétendument de parrains suffisants. Entendu, au demeurant, qu’il vous sera loisible d’y instiller nombre d’erreurs volontaires. Donc à dessein. Vous en serez alors quitte avec le père-fouettard, Macky Sall, qui vous le rendra certainement au centuple.

\r\n\r\n

Mais si, en même temps, vous vous découvrez plutôt non à même d’honorer la caution exigée à cette fin, ni de faire face au coût et de l’opération parrainage et de la prochaine campagne présidentielle, nous gageons également que vous vous hâterez lentement dans le drainage de signatures de parrains ; sans occulter, ici non plus, l’opportunité d’une bonne dose d’erreurs volontaires.

\r\n\r\n

Le Conseil Constitutionnel se chargera, alors, in fine, que vous soyez dans le 1er ou le 2nd cas, de vous disqualifier, tout en vous déculpabilisant. Du moins officiellement s’entend.

\r\n\r\n

La Loi sur le Parrainage aura au moins le mérite de s’illustrer de la sorte, pour être aussi à ce prix-là.

\r\n\r\n

Si, au contraire, les hypothèses ci-dessus ne vous sont guère opposables ;

\r\n\r\n

Alors, hâtez-vous rapidement, et donnez-vous les moyens, mais alors tous les moyens, d’engranger le nombre requis de parrains. Et dans le délai requis. Car, le pays a besoin de vous, surtout si vous êtes le meilleur d’entre tous.

\r\n\r\n

Bonne chance !

\r\n\r\n

Dakar, le 8 septembre 2018.

\r\n\r\n

Jean-Marie François BIAGUI

\r\n\r\n

Président du Parti Social-Fédéraliste (PSF)

\r\n
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :