Discours de fin d'annee: comme le commandant du "Titanic", le president Wade veut couler avec "Suunu Gaal."

Blogs
  • Article ajouté le : 01 Dimanche, 2012 à 19h40
  • Author: Cheikh Dia

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Je devais etre le seul senegalais a penser que le President Wade allait annoncer, hier soir, que ce sera sa derniere allocution de fin d'annee a la nation, a son peuple et qu'il n'allait pas se re-presenter pour un troisieme mandat aux elections de 2012 et qu'il allait se retirer definitivement de la politique. Meme apres le retard accuse de plus de deux heures et meme apres qu'aucune explication ne fut donnee, je ne me suis pas inquiete outre mesure et je ne lui aurais encore moins tenu rigueur s'il avait ajoute qu'il pensait toujours sa candidature valide, sa victoire au premier tour certaine et qu'enfin il laissait les destinees de son parti a son fils pourqu'il represente le PDS a la presidentielle de 2012.  J'aurais eu un pincement au coeur et j'aurais essuye des larmes quand, en conclusion, il aurait declarait solenellement qu'il etait convaincu d'avoir bien travaille et pour son pays et pour son peuple, et qu'il laissait a l'histoire et aux generations futures le soin de le juger lui et son oeuvre; et il esperait, ce jugement magnanime parceque toute oeuvre humaine n'est certainement pas parfaite.

 

Mais helas, la nouvelle realite de la politique professionelle senegalaise de ces dernieres semaines, mois et annees est un theatre de pauperisation. Un jeu constant d'intimidation et de provocation ou le status quo du pays titille en permanence sur le seuil du desastre et de ce fait je suis plus surpris par le fait que je puisse encore etre surpris par les propos de Me Wade ou par tout autre politicien senegalais car pour paraphraser Jacques Chirac, les propos tenus par les politiciens en periode pre-electorale n'engagent que ceux qui y croient. Et c'est pourquoi, apres l'allocution de fin d'annee du president, la situation actuelle de “Suunu Gaal” en 2012 avant la presidentielle, me rappelle de plus en plus celle d'un autre paquebot “ Titanic” avant son voyage fatidique en 1912.

 

En effet comme le “Titanic” qui etait considere comme un navire fiable et meme insubmersible, raison pour laquelle l'equipage a ignore tous les messages lui signalant un brouillard dense, des icebergs, des avis de glace et meme un navire abandonne, le Senegal est considere comme un pays stable, havre de paix et meme un pays beni par nos nombreux saints; raison pour laquelle le gouvernement et le parti au pouvoir ingnorent les nombreux signes annonciateurs de soulevement, d'instabilite et d'atteinte a la paix sociale.

Comme le commandant du 'Titanic”, Edward John Smith qui, de par sa popularite et apres une carriere bien remplie, devait prendre une retraite bien meritee mais avait decide, ou a ete pousse par ses superieurs a faire une derniere traversee, qui sera le voyage de trop; le president Wade, de par aussi sa popularite, sa carriere exemplaire en tant qu'opposant historique et president du senegal decide ou est pousse par son entourage immediat pour se re-presenter une troisieme fois et, peut-etre, briguer le mandat de trop.

L'histoire retiendra que le “Titanic” coula lors de son voyage inaugural, le 12 Avril 1912 au large de Terre-Neuve, je vous epargne le decompte macabre, et selon les deux commissions du naufrage c”est l'attitude jugee desinvolte et negligeante de ceux qui decident de la route et de la vitesse qui a fortement contribue a la perte du navire. Quant au bateau Senegal, il a appareille hier soir apres le discours rituel de fin d'annee du president de la republique vers une destination incertaine et pleine d'ecueils et j'ose esperer que ceux qui nous dirigent et ceux qui aspirent a nous diriger ne seront pas aussi desinvoltes et negligeants que l'equipage du “Titanic” et nous mener au desastre.  Je ne veux pas etre un oiseau de mauvais augure mais ce long metrage dont le titre pourrait etre “ Suunu Gaal: Chronique d'un naufrage annonce,”  nous est trop familier et ce n'est qu'un navet, une farce de mauvais gout et le Senegal et les senegalais meritent mieux.

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :