Jeudi 14 Novembre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Afrique

Au Burkina Faso, au moins une dizaine de militaires tués dans une des plus graves attaques contre l'armée

Single Post
Au Burkina Faso, au moins une dizaine de militaires tués dans une des plus graves attaques contre l'armée

Selon plusieurs sources sécuritaires, d'autres soldats sont "portés disparus" et le bilan pourrait dépasser la vingtaine de morts.

Au moins une dizaine de militaires ont été tués, lundi 19 août, lors d'une "attaque d'envergure" de "groupes armés terroristes" dans le nord du Burkina Faso. C'est le détachement militaire de Koutougou, province du Soum, qui a été visé, selon l'état-major général des armées burkinabée.

"Dans les rangs des forces nationales, un bilan provisoire fait état de plus d'une dizaine de militaires tombés et plusieurs blessés", affirme encore l'état-major. Selon plusieurs sources sécuritaires, d'autres soldats sont "portés disparus" et le bilan pourrait dépasser la vingtaine de morts, faisant de cette attaque la plus meurtrière dans la région.

L'attaque a débuté vers 5 heures (locales et GMT). "Les assaillants ont effectué plusieurs tirs à l'arme lourde, incendiant une grande partie du camp de base et des engins", a précisé à l'Agence France-presse une source sécuritaire. "En réaction à cette attaque barbare, une vaste opération aérienne et terrestre de ratissage a permis de neutraliser de nombreux assaillants", a assuré l'état-major, sans donner plus de détail.

État d'urgence prorogé

Jusque-là, la plus grave attaque djihadiste jamais perpétrée contre l'armée burkinabée avait fait douze morts à Nassoumbou, également dans la province du Soum, en décembre 2016. Une quarantaine d'assaillants, à bord de véhicules pick-up et de motos, avaient alors attaqué un poste militaire situé à une trentaine de kilomètres du Mali. L'armée burkinabée avait aussi subi un revers sans précédent en mars 2018, lorsqu'une attaque djihadiste avait dévasté son état-major général, en plein centre-ville de la capitale Ouagadougou, faisant huit morts.

Pays sahélien pauvre d'Afrique de l'Ouest, le Burkina Faso s'enfonce depuis quatre ans et demi dans une spirale de violences, attribuées à une douzaine de groupes, certains affiliés à Al-Qaida et d'autres à l'État islamique. Les attaques djihadistes, de plus en plus fréquentes et meurtrières, en particulier dans le nord et l'est du pays, ont fait plus de 500 morts.

Cinq États du Sahel (Mauritanie, Mali, Niger, Burkina Faso et Tchad) ont constitué une force militaire multinationale pour lutter contre les multiples groupes djihadistes qui sévissent dans la région, mais cette force peine à monter en puissance. Au moins 17 000 personnes ont dû fuir leurs foyers dans le nord du pays en raison de ces violences, avait indiqué le Comité international de la Croix-Rouge fin mai. Mi-juillet, les autorités ont prorogé de six mois l'état d'urgence, en vigueur depuis décembre 2018 dans plusieurs provinces du pays.


Article_similaires

3 Commentaires

  1. Auteur

    En Août, 2019 (01:31 AM)
    Nos vaillants soldats sénégalais aussi ne devraient; jamais làcher du lest et là où ils pourraient se trouver sur les quelconques fronts. Car;il y'a des lascars qui agiraient n'importe quand en surprenant . Et mieux vaux prévenir que guérir.
  2. Auteur

    En Août, 2019 (04:11 AM)
    Je soupçonne la France de soutenir les terroristes pour nous fragiliser d'avantage.

    Englués dans les massacres et la pauvreté, nous ne penserons moins à notre développement économique (intégrations monétaires, indépendance monétaire, richesses,....)......

    Nous serons alors dans le précaire et l'urgence, puis nous les appellerons au secours encore.



    • Auteur

      Reply_author

      En Août, 2019 (07:06 AM)
      je te soupçonne d etee trop lâché pour voir tes ennemis
      les arabes finiront par rétablir l esclavage chez toi
    Auteur

    Meuch

    En Août, 2019 (13:31 PM)
    Effectivement, il y a la main de la France dans ces attaques dites "djihadistes". En fait, la France veut s'emparer de cette partie de l'Afrique, comme c'est déjà fait à Kidal au Mali où la zone est interdite aux militaires maliens et une vidéo montre les militaires français qui profitent des mines d'or de la région. Il semble même que Kidal est devenue une province française. De plus, une vidéo vite enlevée circulait au Mali montrant les militaires français qui ravitaillaient les rebelles du boko Haram en armes. Et dans tout cela nos dirigeants sont toujours en plein sommeil.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01
Banner 01
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email