Dimanche 23 Février, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Afrique

Comment la femme la plus riche d'Afrique a "spolié" son pays

Single Post
Comment la femme la plus riche d'Afrique a "spolié" son pays

Des documents ayant fait l'objet d'une fuite révèlent comment la femme la plus riche d'Afrique a fait sa fortune en exploitant son propre pays.

Isabel dos Santos a réalisé des transactions lucratives concernant sur plusieurs spéculations et bien notamment des titres fonciers, le pétrole, les diamants et les télécommunications lorsque son père était président de l'Angola, un pays d'Afrique australe riche en ressources naturelles.

Les documents montrent comment elle et son mari ont été autorisés à acheter de précieux biens de l'État dans le cadre d'une série de transactions suspectes.

Mme Dos Santos affirme que les allégations contre elle sont entièrement fausses et qu'il y a une chasse aux sorcières du gouvernement angolais sous fond de motivations politiques.

La fille de l'ancien président a élu domicile au Royaume-Uni et possède des propriétés coûteuses dans le centre de Londres.

Elle fait déjà l'objet d'une enquête des autorités angolaises pour corruption et ses avoirs dans le pays ont été gelés.

BBC Panorama a eu accès à plus de 700 000 documents ayant fait l'objet de fuites sur l'empire commercial de la milliardaire.

La plupart ont été obtenus par la Plateforme pour la protection des dénonciateurs d'abus en Afrique et partagés avec le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ).

Ils ont fait l'objet d'enquêtes par 37 organisations de médias, dont le Guardian et le journal Expresso du Portugal.

30% des Angolais vivent dans la pauvreté avec moins de 2 dollars par jour
Andrew Feinstein, le chef de Corruption Watch, déclare que les documents montrent comment Mme Dos Santos a exploité son pays au détriment du peuple angolais.

"Chaque fois qu'elle apparaît sur la couverture d'un magazine papier glacé quelque part dans le monde, chaque fois qu'elle organise une de ses soirées glamour dans le sud de la France, elle le fait en piétinant les aspirations des citoyens angolais".

L'ICIJ a appelé ces documents les Fuites de Luanda.

La connexion pétrolière

L'une des transactions les plus suspectes a été menée depuis Londres par une filiale britannique de la société pétrolière d'État angolaise Sonangol.

Mme Dos Santos avait été nommée à la tête de la Sonangol en difficulté en 2016, grâce à un décret présidentiel de son père Jose Eduardo dos Santos, qui avait gardé un contrôle étroit sur son pays pendant les 38 années où il était au pouvoir.

Mais lorsqu'il a pris sa retraite en septembre 2017, son poste a été rapidement menacé, même si son successeur, trié sur le volet, était issu du même parti.

Mme Dos Santos a été licenciée deux mois plus tard.

De nombreux Angolais ont été surpris par la façon dont le président João Lourenço s'est attaqué aux intérêts commerciaux de la famille de son prédécesseur.

Les documents ayant fait l'objet d'une fuite montrent qu'en quittant la Sonangol, Mme Dos Santos a approuvé 58 millions de dollars de paiements suspects à une société de conseil établie à Dubaï appelée Matter Business Solutions.

Elle soutient qu'elle n'a aucun intérêt financier dans Matter, mais les documents divulgués révèlent que cette société était dirigée par son directeur commercial et appartenait à un ami.

BBC Panorama a pu constater que Matter a envoyé plus de 50 factures à Sonangol à Londres le jour où elle a été licenciée.

Mme Dos Santos semble avoir approuvé des paiements à l'entreprise de son ami après son licenciement.

Bien que Matter ait effectué un certain travail de consultance, il y a très peu de détails pour justifier des factures aussi importantes.

Une demande de 472 196 € pour des dépenses non spécifiées - une autre demande 928 517 $ pour des services juridiques non spécifiés.

Deux des factures - chacune de 676 339,97 € - concernent exactement le même travail à la même date et Mme Dos Santos les a quand même signées toutes les deux.

Voici quelques-unes des factures qu'Isabel dos Santos a signées durant sa dernière semaine à la Sonangol
Les avocats de Matter Business Solutions disent que l'entreprise a été amenée à aider à la restructuration de l'industrie pétrolière en Angola, et que les factures concernaient des travaux qui avaient déjà été effectués par d'autres sociétés de conseil qu'il avait engagées.

"En ce qui concerne les factures liées aux dépenses, il est courant que les sociétés de conseil ajoutent les dépenses aux factures comme un poste général. Cela est souvent dû à ces dépenses qui impliquent une grande quantité de paperasserie... La société peut produire des preuves documentaires pour confirmer toutes les dépenses encourues".

Les avocats de Mme Dos Santos ont déclaré que ses actions concernant les paiements de l'affaire étaient tout à fait légales et qu'elle n'avait pas autorisé de paiements après son licenciement de Sonangol.

"Toutes les factures payées concernaient des services contractés et convenus entre les deux parties, dans le cadre d'un contrat qui a été approuvé en toute connaissance de cause et avec l'accord du conseil d'administration de Sonangol", indiquent-ils

L'ICIJ et BBC Panorama ont également découvert de nouveaux détails sur les transactions commerciales qui ont fait la richesse de Mme Dos Santos.

Une grande partie de sa fortune est basée sur sa participation dans la société énergétique portugaise Galp, qu'une de ses sociétés a achetée à Sonangol en 2006.

Les documents montrent qu'elle n'a dû payer que 15 % du prix d'achat à l'avance et que les 63 millions d'euros restants (70 millions de dollars) ont été transformés en un prêt à faible taux d'intérêt de Sonangol.

Selon les termes généreux du prêt, sa dette envers le peuple angolais n'a pas eu à être remboursée pendant 11 ans.

Sa participation dans Galp s'élève aujourd'hui à plus de 750 millions d'euros.

La société de Mme Dos Santos a proposé de rembourser le prêt de Sonangol en 2017.

L'offre de remboursement aurait dû être rejetée car elle ne comprenait pas les 9 millions d'euros d'intérêts dus.

Les ordres bancaires signés par Isabel dos Santos ont permis de transférer près de 58 millions de dollars de la compagnie pétrolière nationale angolaise
Mais Mme Dos Santos était responsable de la Sonangol à l'époque et elle a accepté l'argent comme paiement intégral de sa propre dette.

Elle a été licenciée six jours plus tard et le paiement a été retourné par la nouvelle direction de Sonangol.

Mme Dos Santos dit qu'elle a initié l'achat de la participation dans Galp, et que Sonangol a également gagné de l'argent grâce à cette transaction.

"Il n'y a absolument aucune faute dans ces transactions. Cet investissement est celui qui, dans l'histoire, a généré le plus de bénéfices pour la compagnie pétrolière nationale et tous les contrats qui ont été rédigés sont des contrats parfaitement légaux, il n'y a pas de méfaits".

Ses avocats disent que l'offre de remboursement en 2017 couvrait ce que Sonangol avait indiqué comme étant dû.

Le lien avec l'industrie du diamant

C'est une histoire similaire dans l'industrie du diamant.

Le mari de Mme Dos Santos, Sindika Dokolo, a signé un accord unilatéral en 2012 avec la société diamantaire d'État angolaise Sodiam.

Ils étaient censés être partenaires à 50-50 dans un accord pour acheter une participation dans le bijoutier de luxe suisse De Grisogono.

Mais il a été financé par la société d'État.

Les documents montrent que 18 mois après la transaction, la Sodiam avait investi 79 millions de dollars dans le partenariat, alors que M. Dokolo n'avait investi que 4 millions de dollars.

La Sodiam lui a également accordé une commission de 5 millions d'euros pour avoir négocié l'accord, ce qui lui a permis de ne pas utiliser son propre argent.

On peut souvent voir Isabel dos Santos et son mari Sindika Dokolo lors de premières de films et de festivals avec les stars du monde entier
Les révélations sur les transactions suspectes sur le marché des diamants sont encore pire pour le peuple angolais.

Les documents révèlent comment la Sodiam a emprunté tout l'argent d'une banque privée dont Mme Dos Santos est le plus gros actionnaire.

La Sodiam doit payer 9 % d'intérêt et le prêt a été garanti par un décret présidentiel de son père, de sorte que la banque de Mme Dos Santos ne peut pas être perdante.

Bravo da Rosa, le nouveau directeur général de la Sodiam, a déclaré à BBC Panorama que le peuple angolais n'avait pas récupéré un seul dollar de l'opération.

"Au final, quand nous aurons fini de rembourser ce prêt, la Sodiam aura perdu plus de 200 millions de dollars".

L'ancien président a aussi donné au mari de Mme Dos Santos le droit d'acheter une partie des diamants bruts de l'Angola.

Qui est Isabel dos Santos?

GETTY IMAGES
- Fille aînée de l'ex-Président Jose Eduardo dos Santos

- Marié à Sindika Dokolo, collectionneur d'art et homme d'affaires congolais

- Etudes au Royaume-Uni, où elle vit actuellement

- Elle serait la femme la plus riche d'Afrique, avec une fortune de quelque 2 milliards de dollars

- A des participations dans des compagnies pétrolières et de téléphonie mobile et dans des banques, principalement en Angola et au Portugal

Source: Forbes magazine and others

En Angola, nouveau coup de balai contre les dos Santos
Le gouvernement angolais déclare que les diamants ont été vendus à un prix dérisoire et des sources ont dit à BBC Panorama que près d'un milliard de dollars pourraient avoir été perdus.

Mme Dos Santos a dit à la BBC qu'elle ne pouvait pas faire de commentaires parce qu'elle n'était pas actionnaire de De Grisogono.

Mais les documents ayant fait l'objet d'une fuite montrent qu'elle est décrite comme actionnaire de De Grisogono par ses propres conseillers financiers.

M. Dokolo a bien versé de l'argent par la suite.

Ses avocats disent qu'il a investi 115 millions de dollars et que la reprise de De Grisogono était son idée.

Ils disent que sa société a payé au-dessus du taux du marché pour les diamants bruts.

La spoliation foncière

Les documents ayant fait l'objet d'une fuite révèlent également comment Mme Dos Santos a acheté des terres à l'État en septembre 2017.

Une fois de plus, elle n'a eu à payer qu'un petit montant initial.

Sa société a acheté un kilomètre carré de terrain de premier ordre en bord de mer dans la capitale Luanda, à l'aide de décrets présidentiels signés par son père.

La compagnie pétrolière d'État angolaise Sonangol a une filiale à Londres impliquée dans des transactions suspectes
Le contrat stipule que le terrain valait 96 millions de dollars, mais les documents montrent que son entreprise n'a payé que 5 % de cette somme après avoir accepté d'investir le reste dans le développement.

BBC Panorama a retrouvé la trace de quelques Angolais ordinaires qui ont été expulsés pour faire place au développement de son projet Futungo.

Un résident décrit la vie à côté d'un égout à ciel ouvert en Angola
Ils ont été déplacés du front de mer de Luanda vers un lotissement isolé à 30 miles (50km) de la capitale.

Teresa Vissapa a perdu son entreprise au profit de Mme Dos Santos et elle a maintenant du mal à élever ses sept enfants.

"Je demande seulement à Dieu de la faire réfléchir un peu plus sur notre situation. Peut-être qu'elle ne le sait même pas, mais nous souffrons", se plaint-elle.

Mme Dos Santos a refusé de faire des commentaires sur le développement de Futungo.

Mais ce n'est pas le seul accord foncier impliquant Mme Dos Santos qui a entraîné le déplacement de la population locale.

Environ 500 familles ont été expulsées d'une autre partie du front de mer de Luanda après pour un autre projet de réaménagement majeur impliquant la fille ainée de l'ancien président.

Les familles vivent maintenant dans des conditions difficiles à côté d'un égout à ciel ouvert.

Certaines de leurs cabanes sont inondées par les eaux usées lorsque la marée monte.

Mme Dos Santos affirme qu'il n'y a pas eu d'expulsions liées à son projet et que ses entreprises n'ont jamais été payées parce que le projet a été annulé.

Sindika Dokolo: "Le climat a changé puisque je peux rentrer dans mon pays"
La connexion aux télécommunications

La milliardaire a également réalisé de gros profits dans l'industrie des télécommunications en Angola.

Elle a acquis 25 % des parts du plus grand fournisseur de téléphonie mobile du pays, Unitel.

Son père lui a accordé une licence de télécommunications en 1999 et elle a acheté sa participation l'année suivante à un haut fonctionnaire du gouvernement.

Unitel lui a déjà versé un milliard de dollars de dividendes et sa participation vaut un autre milliard de dollars. Mais ce n'est pas la seule façon dont elle a obtenu de l'argent de la société privée.

Elle s'est arrangée pour qu'Unitel prête 350 millions d'euros à une nouvelle société qu'elle a créée, appelée Unitel International Holdings.

Les documents ayant fait l'objet d'une fuite montrent qu'Isabel dos Santos a approuvé les prêts d'Unitel en tant qu'emprunteur et prêteur
Le nom de la société était trompeur car elle n'était pas liée à Unitel et Mme Dos Santos en était la propriétaire.

Les documents montrent que Mme Dos Santos a signé les prêts à la fois comme prêteur et comme emprunteur, ce qui constitue un conflit d'intérêts flagrant.

Mme Dos Santos a nié que les prêts étaient corrompus.

"Ce prêt a été approuvé par les administrateurs et les actionnaires, et il générera, et a généré, des bénéfices pour Unitel."

Ses avocats disent que les prêts ont protégé Unitel des fluctuations monétaires.

La plupart des sociétés impliquées dans les transactions douteuses étaient supervisées par des comptables travaillant pour la société de services financiers, Price Waterhouse Coopers (PWC).

Elle a gagné des millions en fournissant des services d'audit, de conseil et de conseil fiscal à ses entreprises.

Mais PWC a mis fin à sa relation avec la milliardaire et sa famille, après que BBC Panorama a remis en question la façon dont la société avait aidé Mme Dos Santos dans les transactions qui l'avaient rendue riche.

PWC dit qu'elle mène une enquête sur des "allégations très sérieuses et inquiétantes".

Tom Keatinge, directeur du Centre for Financial Crime and Security Studies, a critiqué le PWC pour avoir donné à la corruption un " vernis de respectabilité ".
Tom Keatinge, directeur du Centre for Financial Crime and Security Studies, a déclaré à Panorama que PWC avait donné une légitimité à Mme Dos Santos et à ses entreprises.

"PWC, si elle ne facilite pas la corruption, fournit un vernis de respectabilité qui rend ce qui se passe acceptable ou plus acceptable qu'il ne le serait autrement. Si j'étais chez PWC, je procéderais à un audit approfondi des décisions prises et, avec le recul, je dirais : "Avons-nous pris la mauvaise décision en acceptant cette affaire et aurions-nous dû signaler ce qui nous avait été présenté ?"

PWC déclare qu'elle s'efforce de maintenir les normes professionnelles les plus élevées et a fixé des attentes pour un comportement éthique cohérent dans tout son réseau mondial.

"En réponse aux allégations très graves et préoccupantes qui ont été soulevées, nous avons immédiatement ouvert une enquête et nous travaillons à évaluer minutieusement les faits et à conclure notre enquête.

"Nous n'hésiterons pas à prendre les mesures appropriées pour nous assurer que nous respectons toujours les normes de comportement les plus élevées, où que nous opérions dans le monde".


liiiiiiiaffaire_de_malade

28 Commentaires

  1. Auteur

    En Janvier, 2020 (14:38 PM)
    Voilà l'Afrique. C'est ce que veut faire Mongol SALL. Mes 400 000 frs
    • Auteur

      Reply_author

      En Janvier, 2020 (14:59 PM)
      afroique degn feebar!
      mais lougn def yalllla pour que toute la race d ebaadolas emergents aient leurs racines ne afrique?
      c'est trop
      traite negriere
      miantennat traite ressources moo ame
      ehh allah
    • Auteur

      Reply_author

      En Janvier, 2020 (18:13 PM)
      bbc c'est du sérieux . maquis le sait. donc tôt ou tard nous aurons nos 400 000. patience...
    • Auteur

      Reply_author

      En Janvier, 2020 (14:02 PM)
      occupons nous d abord de nos affaires le pétrole n à pas encore jailli que déjà les bénéfices sont partagés
  2. Auteur

    En Janvier, 2020 (14:42 PM)
    Mon vieux
    Auteur

    En Janvier, 2020 (14:51 PM)
    Nekhoul nekhoul mais nous les Africans amouniou douleur.. c la mer de partout en Afrique, bayi benneu groupe rek niouy pathio souniou alal mais personne ne se rebelle.

    Bande de domerame de politicien and their families.
    Auteur

    Mara

    En Janvier, 2020 (14:52 PM)
    Alune sall bou djigène n'a ngok
    Auteur

    Defenseur

    En Janvier, 2020 (14:56 PM)
    Plus de liberté avec ces audites là et c'est bien ainsi
    Auteur

    En Janvier, 2020 (15:04 PM)
    La plupart des commentateurs n'ont même pas lu l'article.
    Auteur

    En Janvier, 2020 (15:09 PM)
    Chaque pays pétrolier a son canard boiteux. Tchey Afrique.
    Auteur

    En Janvier, 2020 (15:09 PM)
    Chaque pays pétrolier a son canard boiteux. Tchey Afrique.
    Auteur

    Tounkara Conseiller

    En Janvier, 2020 (15:21 PM)
    Presse bo xamni copier coller rék. Voilà un travail d’investigation qui devrait être votre quotidien tellement il y’a dire.

    Mais nos patrons de presse aidés en cela par leurs journalistes ne font que pactiser avec les pouvoirs en place, pour l’essentiel...

    Il y’a tellement de choses à regarder dans ce pays.

    Les entreprises qui gagnent des marchés, les sous traitants et autres... Haaaa si les gens prenaient la peine d’investiguer, ils seraient effarés et sidérés par tant d’accaparement sous nos tropiques.

    Cela dit, la seule garantie pour un chef d’état en Afrique c’est de travailler et éviter les actes de concussion. Sinon tôt ou tard, quel que soit la personne qui vous remplacera, fusse t’elle de votre camp, vous serez poursuivi.

    C’est ce qui est arrivé à la famille Dos Santos. L’ancien président a tout fait pour mettre un gars de son parti à la tête du pays mais ce dernier à peine élu à couper les ponts. C’est ce qui est arrivé à l’ancien président mauritanien remplacé il y a quelques mois par Ould El-Gazzouani, au point que Ould Abdel Aziz a organisé une conférence de presse il y’a à peine un mois pour l’attaquer.



    La leçon qu’il faut retenir c’est qu’aucun nouveau président ne veut gouverner un pays avec des passifs aussi grave laissés par leur prédécesseur... Raison pour laquelle ils cherchent à se faire remplacer par les fils ou beau frère...



    Conseil gratuit à Maky Sall... Dites le lui que je peux remplacer Tounk-Liverpool

    • Auteur

      Reply_author

      En Janvier, 2020 (10:53 AM)
      tounkara, la presse sénégalaise fait des reportages sur les soirées de gala, les baptèmes des vip, les soirées de privées....
    Auteur

    En Janvier, 2020 (15:40 PM)
    Ils vont bloqués ses comptes et prendre l'argent les pauvres Angolais n'en verront pas la couleur !!
    Auteur

    En Janvier, 2020 (15:46 PM)
    Karim Wade a volé plus il se la coule douce somewhere else
    Auteur

    En Janvier, 2020 (15:54 PM)
    Faites le tour des pays d'Afrique et c'est le meme cinema partout : Algerie aec le FLN , Tunisie avec Ben Ali , Egypte avec Moubarak , RDC avec Kabila , Congo Brazza avec Nguessou , Gabon avec Omar Bongo , Cameroun avec Paul Biya , Centrafrique avec Bokassa (diamants) Nigeria avec les coups d'etat militaire pour le etrole , Liberia avec Charles Taylor (Diamants) Afrique du Sud avec Zuma ....avant de nous casser les pideds avec l'occident qui vous pille balayez donc devant votre porte ....et tous ces dictateurs et Présidents corrompus ont été elus par le peuple , peuple de pauvres idiots !!!
    Auteur

    Une Femme ? Non!

    En Janvier, 2020 (16:05 PM)
    C'est une femme. C'est pas possible. Elles en sont incapables. Comme l'a dit Obama, elle ferait de meilleures leaders que les hommes.

    Plus sérieusement, quelqu'un l'a dit plus haut. Tout ce qui se passe dans ce monde en terme de violence, d'inégalité est en réalité dû à une lutte des classes et non à des oppositions de genre, homme contre femme. Malheureusement, les femmes ne le comprennent pas. Celles qui vous mettent dans la tête l'idée de partager les tâches ménagères n'ont jamais tenu de balaie dans leur vie. Très souvent, ce sont des femmes confortablement assises dans leurs clubs privées qui exploitent elles mêmes des femmes pour les travaux domestiques et pour les nounous. Elles se lèvent un beau jour, décident qu'elles sont les porte-parole des femmes, alors que ce sont des bourgeoises.

    Le féminisme est un mouvement créé par l'élite capitaliste marchande afin de mettre les femmes dans le milieu du travail salarié. Avec la surconsommation de la société, ces dernières vont dépenser à outrance pour des produits futiles. ça arrange les gouvernements aussi car elles auront plus de personnes à taxer. C'est pour cela un intellectuel disait que les féministes sont les idiotes utiles du capitalisme.

    L'ennemi du peuple, c'est cette classe bourgeoise (hommes et femmes) qui spolie les richesses de tout un peuple pour un clan. Cette spoliation entraîne la pauvreté des peuples qui entraîne les trafics, l'absence d'éducation et l'échec scolaire, la corruption, la violence qui n'épargne ni homme, ni femme, ni enfant.

    C'est
    Auteur

    En Janvier, 2020 (16:06 PM)
    Tout simplement une criminelle
    Auteur

    En Janvier, 2020 (16:17 PM)
    Attention aux procès médiatiques. Les journalistes ne peuvent pas remplacer les juges. Les médias européens jouent un rôle prépondérant dans la déstabilisation de certains pays, particulièrement africains.
    • Auteur

      Reply_author

      En Janvier, 2020 (16:33 PM)
      ces prétendus journalistes d'investigation et leurs bizarreries de leaks qui semblent tomber du ciel.
    Auteur

    En Janvier, 2020 (17:19 PM)
    Et pourtant certains senegalais prennent ces genres d'individus comme des héros



    Auteur

    En Janvier, 2020 (19:43 PM)
    Article trop long
    • Auteur

      Reply_author

      En Janvier, 2020 (14:03 PM)
      t’es trop idiot pour comprendre
      vas lire les articles sur rangou et ouzin keita
    Auteur

    Beneboy

    En Janvier, 2020 (19:44 PM)
    PWC a participe a tous ces montages grotesques de ISabel dos santos alors qu'on nous bassine en cabinet avec des normes d'ethique.

    Isabel est une femme instruite qui a couvert ses arrieres legalement avec une armada de juristes, d'avocats et de consultants mais il est plus qu'evident elle a appauvri son pays pour son benefice personnel. C'est cela ce monde faux ou nous vivons. Elle vit a Londres paradis de l'argent sale, en principe au nom du UK bribery act une enquete devrait etre ouverte mais rien ne se passera. Ils pillent l'Afrique et les milliards de dollars planques dans leurs banques. Aliou Sall repondra un jour avec son frere de tous ces actes de gestion poses dans la gestion de nos hydrocarbures avec leurs montages de retrocommission faits avec Timis.

    Auteur

    Bo

    En Janvier, 2020 (21:57 PM)
    Wade fils.

    Sall brother.
    Auteur

    En Janvier, 2020 (23:37 PM)
    Ils sont tous CORRUMPUE les PLUS petit pays jusqu'au plus grand.
    Auteur

    En Janvier, 2020 (09:57 AM)
    Merci SENEWEB



    1 million de morts pour la guerre d'indépendance de l'Angola.....
    Auteur

    Senegalais Bi

    En Janvier, 2020 (10:48 AM)
    En lisant profondément cet article, on peut peindre une personnalité à cette dame. Elle n'est pas intelligente du tout. Son éducation en dit long sur les actes posés, C'est la fille qui est élevée comme la princesse aux poupées d'or. Ces parents ont oublié d'exploiter le coté humain de sa personne durant son enfance et comme résultat, final ils ont créé un monstre obnubilé par le pouvoir de l'or. Cette famille sont des sorciers sue sang qu'on doit brûler sur la place publique comme au temps médiéval. J'ai regardé des documentaires sur le peuple angolais et à chaque fois j'ai des larmes aux yeux c'est là que je me rencontre que" l'homme est vraiment sombre" pour enlever à son peuple le peu de dignité de leur existence.
    Auteur

    En Janvier, 2020 (13:02 PM)
    c' est une métisse occidentalisée et mondialisée , elle n' est pas vraiment africaine
    Auteur

    En Janvier, 2020 (13:27 PM)
    Aux vues de tout ca l ancien president Dosentos doit avoir le Coeur meurtri et se sentir humilier IL doit se dire que Jonas Savimbi est entrain de rire dans l audela
    Auteur

    En Janvier, 2020 (15:46 PM)
    manque de religion rek.



    Alkhourane ak sunah rek mo wor, ak doylou.



    on doit se suffir de ce que l'on a
    Auteur

    Christian

    En Janvier, 2020 (21:25 PM)
    Le mal de l Afrique la corruption à tout les niveaux !!!
    Auteur

    En Janvier, 2020 (09:36 AM)
    parce que son père était président, on accuse cette dame de tous les maux. Il ne faut pas cautionner la chasse aux sorcières. Aux Etats Unis, TRUMP a, à ses cotés sa fille qui hérite de beaucoup de pouvoir. Ce n'est pas donc un problème de l'Afrique, mais la nature humaine est ainsi faite. Mais si les lois ne sont pas bafouées, ,on peut toujours accepter.
    Auteur

    Jaglavak

    En Janvier, 2020 (15:45 PM)
    Que d'hypocrisie dans tout cela... Quand son père était président, où était votre consortium de journalistes et ses leaks ? Pourquoi il n'y a pas le même effort d'enquêtes sur Carlos Ghosn, qui est un fugitif ? Au lieu de cela, quantité de médias occidentaux se précipitent pour lui permettre de diffuser son point de vue partout ? Tout ceci ne fait qu'accroître le sentiment que l'information et la justice, sont souvent instrumentalisés à des fins politiques précises.



    Peut-être que par son pouvoir financier, elle dérange certains intérêts au Portugal. Sans tomber dans la victimisation raciale, commune et facile, il faut dire que certains ont encore du mal à supporter un(e) Africain(e) riche. Vous pouvez passer vingt ans en France, vous ne verrez jamais un documentaire sur un Africain qui a réussi, que ce soit sur sa terre d'origine, ou dans l'Hexagone. Par contre les docs télévisuels, sur une tribu à moitié nue, qui mange des vers, dans une forêt perdue : c'est toutes les semaines.



    On confisque sous couvert de droit et de morale, les voitures et propriétés d'un Teodoro Obiang : mais on laisse partir dans la tombe, avec du sursis, plusieurs personnalités françaises, autant sinon plus coupables. C'est une manière de faire pression sur son père, moins docile face aux bailleurs traditionnels, et qui regarde un peu trop vers la Chine et autres, je pense. J'espère que l'argent sera effectivement restitué à la Guinée Equatoriale, un jour.



    Enfin quand on voit ce qui se passe, après la transition Dos Santos - Lourenço, on comprend pourquoi certains dirigeants s'accrochent au pouvoir, jusqu'à la mort. Il n'y a rien de moral dans tout ça.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email