Vendredi 24 Mai, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Top Banner
Afrique

En Guinée, reprise sous haute tension du procès du massacre du 28 septembre 2009

Single Post
En Guinée, reprise sous haute tension du procès du massacre du 28 septembre 2009
Plusieurs des principaux accusés se sont évadés le 4 novembre. Si l’ancien président Moussa Dadis Camara a été rattrapé par les forces de l’ordre, l’ex-ministre de la sécurité Claude Pivi est toujours en cavale.

Vous pouvez partager un article en cliquant sur les icônes de partage en haut à droite de celui-ci. 

La reproduction totale ou partielle d’un article, sans l’autorisation écrite et préalable du Monde, est strictement interdite.
Pour plus d’informations, consultez nos conditions générales de vente. 

En tant qu’abonné, vous pouvez offrir jusqu’à cinq articles par mois à l’un de vos proches grâce à la fonctionnalité « Offrir un article ».

Dans une étrange ambiance, entre craintes et polémiques, le procès historique de l’ex-dictateur guinéen Moussa Dadis Camara et de ses coaccusés, jugés pour le massacre du 28 septembre 2009 qui avait fait au moins 156 morts et lors duquel au moins 109 femmes avaient été violées, devait rouvrir, lundi 13 novembre.

A la demande du parquet et à cause d’une grève des avocats, les audiences ont été suspendues pendant trois semaines, mais c’est l’évasion spectaculaire des accusés les plus célèbres du pays, le 4 novembre, qui est dans tous les esprits. Alors qu’une dizaine de responsables militaires de l’époque sont inculpés, l’ancien président Moussa Dadis Camara, son directeur de l’agence chargée de la lutte contre la criminalité organisée et le terrorisme, Moussa Tiégboro Camara, l’ancien procureur militaire Blaise Goumou et l’ex-ministre de la sécurité Claude Pivi ont été exfiltrés par un commando armé. Si les trois premiers ont été rapidement rattrapés par les forces de l’ordre, le quatrième est toujours en fuite.

« Claude Pivi a plusieurs soutiens, il peut se cacher n’importe où, d’autant qu’il vient de la région forestière, qu’il connaît parfaitement », souligne un ancien cadre politique du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC, une coalition de partis, syndicats et organisations de la société civile, dissout en 2022 par la junte au pouvoir) : « C’est un homme de guerre et de pouvoir. S’il en a l’occasion, il fera en sorte de perturber le pouvoir du président Mamadi Doumbouya. »

Chez les victimes, la cavale de cet homme autrefois redouté suscite l’inquiétude. « Nous avons accompagné 106 victimes, dont la phase d’audition est terminée », explique Alseny Sall, porte-parole de l’Organisation guinéenne de défense des droits de l’homme et du citoyen (OGDH). Pour celui qui se bat depuis quatorze ans pour une réparation des crimes perpétrés en 2009, la reprise du procès doit permettre aux accusés de « donner leur version des faits, mais le fait que Claude Pivi soit toujours dans la nature crée un climat de peur de d’insécurité qui pèse sur les victimes ».

Des fractures au sein de l’armée

Cette évasion de la prison centrale de Conakry, située au cœur du quartier de Kaloum – où sont installés de nombreux ministères et la présidence –, ne cesse de faire polémique en Guinée, alors que ce procès est un engagement majeur du président de la transition, Mamadi Doumbouya, depuis son arrivée au pouvoir en 2021 – l’ancien chef des forces spéciales avait renversé Alpha Condé, le président qu’il était censé protéger. En 2022, Moussa Dadis Camara était rentré de douze ans d’exil pour répondre à la justice et « laver son honneur », selon ses proches. Les audiences du procès, qui se sont ouvertes quelques mois plus tard, sont suivies à la télévision nationale par tout le pays.

L’opération commando, qui, selon les premières informations, a été dirigée par Verny Pivi, le fils de Claude Pivi, suscite des interrogations sur l’efficacité et l’unité des forces armées. Le porte-parole du gouvernement a reconnu que « le commando avait pu entrer dans la prison parce que des agents postés sur place les ont laissés entrer ». Il a invoqué l’implication de bérets rouges du Bataillon autonome des troupes aéroportées, de membres de la Garde républicaine, de gendarmes et de gardiens.

Les autorités ont depuis radié 58 officiers, soldats et agents des services de prison pour « faute lourde » ou « manquement au service », selon une liste lue in extenso dimanche soir à la télévision d’Etat. Les colonels Claude Pivi, Moussa Tiegboro Camara et Blaise Goumou ont été radiés pour « inconduite ». Le capitaine Dadis Camara avait quant à lui déjà démissionné de l’armée. Selon l’ancien responsable du FNDC, le raid du 4 novembre a fait « éclater les fractures internes au sein de l’armée guinéenne ».

Le bilan fait état d’au moins neuf morts (trois assaillants présumés, quatre membres des forces de sécurité et deux occupants d’une ambulance, apparemment des civils), selon le procureur général Yamoussa Conté, mais des sources médicales évoquent une vingtaine de morts, notamment parmi les forces spéciales commandées par le président Doumbouya.

« La peur gagne toutes les victimes »

« Nous avons vécu une semaine éprouvante, mais le calme revient chez les victimes après des jours de craintes, surtout chez celles qui ont témoigné devant les juges à visage découvert. » Pendant douze ans, jusqu’au 28 septembre 2022 et le début du procès, Asmaou Diallo, présidente de l’Association des parents et amis des victimes du 28 septembre 2009 (Apiva), a accompagné les victimes de 2009. Son fils Ali, professeur d’histoire, était allé manifester contre la candidature du capitaine Camara à l’élection présidentielle. Il a été tué. Elle se bat toujours aujourd’hui sans relâche pour que les responsables soient traduits en justice. Un « combat difficile », juge-t-elle, et qui a bien failli être réduit à néant le 4 septembre.

Contactée par Le Monde, une des victimes qui souhaite garder l’anonymat, âgée de 33 ans à l’époque des faits, craint pour sa sécurité et celle de sa famille : « J’ai besoin que la justice de mon pays nous protège, je suis confuse et la peur gagne toutes les autres victimes avec qui je suis en contact. Trois des principaux commanditaires sont derrière les barreaux, mais ils ont énormément de soutiens et ce sont ces personnes qui nous ont violées et agressées. »

« Nous ne voulons pas un procès a minima, sans certains des accusés, affirme Alseny Sall. Même s’ils bénéficient de la présomption d’innocence, il est important que chacun soit présent, se défende et qu’au bout, il y ait une décision judiciaire qui puisse réparer les massacres et les atrocités commises le 28 septembre 2009. » Le militant est persuadé qu’à travers ce procès historique, la Guinée peut montrer l’exemple dans la sous-région. « Mais la sécurité de tous les acteurs doit être garantie », dit-il.


1 Commentaires

  1. Auteur

    Latjé Rékk

    En Novembre, 2023 (16:31 PM)
    So di lene copié article le Monde ba egg fou article bi di téré copié l'article nguéne di copié walé l'interdiction de copié. Sénécopie
    Top Banner

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email