Mardi 18 Juin, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Afrique

Soupçons de corruption: Pascaline Bongo nie tout

Single Post
Soupçons de corruption: Pascaline Bongo nie tout
Une Pascaline Bongo pugnace a nié en bloc mercredi les soupçons de corruption pour lesquelles elle est jugée depuis lundi par le tribunal correctionnel de Paris dans une salle d'audience largement acquise à sa cause.

"A aucun moment je n'ai envisagé de trouver des marchés publics", a-t-elle dit à la barre de la 32e chambre correctionnelle.

Comme les autres prévenus avant elle, Mme Bongo, 67 ans, a soutenu que sa fonction de "Haute représentante personnelle du président de la République", obtenue quand son frère Ali (renversé par un coup d'Etat en août dernier) a été élu à la tête de l'Etat en octobre 2009, était purement honorifique.

"Qu'est-ce que vous aviez comme mission?", l'interroge la présidente Brigitte Bourdon. "Aucune", répond en souriant l'ex-ministre des Affaires étrangères du Gabon.

Mme Bongo est jugée depuis lundi devant le tribunal correctionnel de Paris pour corruption passive d'agent public étranger au début des années 2010.

L'accusation la soupçonne d'avoir accepté d'intervenir en faveur de la société française Egis Route dans l'attribution de marchés publics contre la promesse de 8 millions d'euros de rétrocommission.

Pascaline Bongo, très à l'aise, rappelle qu'elle a été la première Gabonaise diplômée de l'ENA, qu'elle est inspectrice des Finances et balaie les accusations portées à son encontre.

Elle reconnaît certes avoir rencontré des représentants d'Egis Route dans son bureau au Palais présidentiel de Libreville fin novembre 2009 mais c'était juste, affirme-t-elle, pour se faire présenter cette société. "Cela a duré une vingtaine de minutes", se souvient-elle.

Egis, une société d'ingénierie française, dont l'actionnaire historique (désormais minoritaire) est la Caisse des dépôts, a pour mission d'accompagner les opérateurs de grands chantiers d’infrastructures publiques en s'associant à des "partenaires locaux", avait rappelé mardi à la barre Christian Laugier, anciennement chargé des activités Afrique de cette société.

"J'avais envie de trouver des marchés privés" avec Egis, explique Mme Bongo. "Je ne veux pas travailler avec l'Etat car l'Etat est mauvais payeur", ironise-t-elle.

La présidente tente de la recadrer. "Egis travaillait sur des projets routiers. En général, ce ne sont pas des marchés privés". Impertubable, Mme Bongo rétorque qu'il peut y avoir des constructions de bâtiments le long des routes.

A la fin de son audition, aucun avocat ne lui pose de questions.

Comme Pascaline Bongo, tous les autres prévenus - trois anciens cadres supérieurs d'Egis, l'homme d'affaires gabonais Franck Ping, qui reconnait avoir une "relation quasi-filiale" avec Mme Bongo ou l'avocate Danyèle Palazo-Gauthier, amie et ex-conseil de Mme Bongo, contestent catégoriquement les accusations portées à leur encontre.

Les cadres d'Egis Route sont poursuivis pour corruption active. M. Ping et Mme Palazo-Gauthier doivent répondre de complicité de corruption passive.

- "Pas de problèmes" -

A l'audience, les dirigeants d'Egis Route ont assuré avoir agi dans les règles. Au Gabon, Egis avait choisi de collaborer avec Sift, une société créée et dirigée par Pascaline Bongo.

"J'ai lu dans la presse que Mme Bongo avait été écartée (de la vie publique) par son frère Ali. Je me suis dit qu'il n'y avait pas de problèmes", a soutenu un des cadres d'Egis.

- "Y a-t-il eu une commission occulte proposée à Pascaline Bongo? Est-ce que quelqu'un vous a déjà approché pour dire qu'il faudrait payer ?", l'interroge son avocat, Me François Saint-Pierre.

- "Absolument pas", répond son client.

"Après la mort de son père (Omar Bongo, en juin 2009), Pascaline a été complètement écartée du pouvoir (...) Elle ne pouvait prendre aucun acte engageant l'Etat gabonais", a dit M. Ping. "C'était une personne privée, pas un agent public étranger", a-t-il insisté.

Le parquet national financier (PNF) a ouvert une enquête préliminaire en 2019 après la découverte "de curieux échanges, mails et documents évoquant l’affaire Egis" lors d'une perquisition au cabinet parisien de Me Palazo-Gauthier dans le cadre du dossier des "biens mal acquis".

Dans cette affaire, dix descendants d'Omar Bongo, dont Pascaline, sont mis en examen depuis mars 2022.

Selon les enquêteurs, Sift était "une société écran" sans bureau ni aucun employé.

Le procès doit s'achever jeudi.


3 Commentaires

  1. Auteur

    Truth

    En Février, 2024 (02:23 AM)
    Je tiens à réiterer qu à l avènement de Mme Pascaline Mferi Bongo Ondimba, son demi frère et ex président de la république Ali Bongo Ondimba a humilié progressivement cette dernière en lui donnant effectivement une coquille vide sans que celle ci n aille en l encontre de l ancien tout puissant président du gabon qui avait commencé à écarter tous les caciques proches de son défunt père Omar Bongo Ondimba afin de gérer le pays avec d abord la clique d Accrombessi, Libane Souleimane, par la suite Bruce L'accroche Alihanga qui en réalité ont dirigé le pays et sa manne budgétaire avant le foudroyant double avc qui a fini par faire apparaître l entourage nucléaire du président déchu à savoir les Valentins par l intermédiaire de Sylvia Bongo et son fils aînée Nourredin Bongo Valentin. Désolé pour ceux qui n ont pas eu échos de cela mais l influence de Pascaline au Gabon s est estompé à l accession d Ali à la présidence la pauvre et c est tout juste après l avec présidentiel et par fibre fraternel qu Ali et Pascaline se sont plus ou moins rabibrochées et qu Ali a confié a Pascaline la gestion de la trés grande famille Bongo et ses dérivés mm si cette dernière n a jamais à aucun moment pris soin de s occuper plus ou moins de la famille. 
  2. Auteur

    En Février, 2024 (03:43 AM)
    Oh quelle surprise !! je pensais qu'elle allait dire qu'elle était une grosse merde comme Obiang, Zouma, Dos Santos, Biya, Wade, Eyadema et des milliers d'autres et qu'elle remettait tous ces biens à son peuple chéri.....
    {comment_ads}
    Auteur

    En Février, 2024 (03:47 AM)
    2h33...déjà dans les années 80 ce gus venait chercher ici une de nos bombes en jet privé...ça fait des siècles que cette clique se gave....et comme le papa finançait les politiques français ( accessoirement il violait des mannequins amenées depuis Paris par Smalto le tailleur de nos pachas africains) tout le monde fermait sa bouche...

    Sa femme se faisait troncher dans les chiottes de Roissy par un français...le gars a disparu de notre planète....
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés. --
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email