Dimanche 16 Juin, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Chronique

Dialogue national ou la comédie des conspirationnistes

Single Post
Dialogue national ou la comédie des conspirationnistes
Le président Macky Sall a ouvert hier lundi le dialogue national auquel il a convié les forces vives de la nation. Une initiative boycottée non seulement par 17 des 19 candidats légalement retenus par le Conseil constitutionnel, mais aussi par une bonne partie de la société civile et les partis politiques les plus représentatifs comme Pastef, Taxawu Sénégal, Rewmi... Finalement, Macky Sall n’avait en face de lui, comme candidats retenus, que deux de ses premiers ministres : Amadou Ba, l’actuel et Mahammed Boun Abdallah Dionne, l’ancien qui a demandé que le processus électoral ne soit pas interrompu.

Pour le reste, Macky Sall s’est retrouvé, en dehors du Pds, avec des candidats à la représentativité douteuse : Cheikh Tidiane Gadio qui a eu 1% des voix en 2012, Mamadou Diop Decroix dont le parti est devenu un wagon à force de rater les élections, Alioune Sarr qui n’a jamais réussi à s’imposer à l’Afp et Me El Hadji Diouf qui a échoué à se faire élire député aux législatives et qui insultent les Sénégalais parce qu’ils ne veulent pas de lui à l’Assemblée nationale.

Voilà donc un échantillon assez représentatif de ceux qui ont répondu présent du côté des politiques. Pour le reste, ce sont des alliés de Benno, des religieux, chefs coutumiers, acteurs économiques, syndicalistes ; c’est-à-dire des franges de la société qui ne sont que des figurants dans un dialogue plus politique que national. Et encore, puisque les grandes figures du patronat ont brillé par leur absence en se faisant représenter.

Rfi, la cible principale  

Pour débuter, le scénariste Macky Sall a donné la parole aux conspirationnistes, ceux-là qui accusent les grandes puissances d’être, avec leurs médias, la source de tous nos malheurs et qui guettent la moindre occasion pour déstabiliser le Sénégal. Cheikh Tidiane Gadio a été le premier à accuser la France, Rfi en particulier, sans la nommer, d’attiser le feu au Sénégal. Gadio déclare que Rfi ne cesse de s’intéresser à la crise avec un traitement tendancieux. « Il y a une radio internationale, quand elle parle de la crise, elle est comme une actionnaire (sic) majeure de la vie politique du Sénégal », fulmine Gadio. L’ancien ministre voit partout des terroristes et des lobbies du pétrole et du gaz qui veulent mettre la main sur le Sénégal.

Alioune Sarr viendra pour promettre que des Sénégalais seront debout pour faire barrage aux forces étrangères. A son tour, Me El Hadji Diouf va souligner l’existence d’une « presse manipulée et partisane, européenne et américaine ». Faisant son show comme toujours, l’avocat-politicien ajoute : « ce Mélenchon qui tire sur le Sénégal et le président Macky Sall ».

Après lui, c’était au tour de Thione Niang d’affirmer que ‘’nous sommes infiltrés’’. « Il y a des gens qui ont investi et qui sont capables de brûler le pays. Si on ne fait pas attention, ils vont brûler le pays », soutient-il. Finalement, c’était à se demander s’il s’agissait d’un dialogue pour fixer une date pour l’élection ou d’une séance de diatribes contre l’Occident, la France particulièrement.  

Après les adeptes de la théorie du complot, place à ceux qui demandent le report suivis de ceux qui ne veulent pas le départ de Macky Sall à partir du 2 avril.

En réalité, il suffit d’écouter les acteurs politiques pour comprendre que l’idée principale est de valider la prolongation du mandat de Macky Sall. Quand Mamadou Diop Decroix minimise les deux à trois mois à attendre, Ousmane Ngom dit au président Macky Sall qu’il ne peut pas et ne doit pas quitter le pays le 2 avril. Il remet même en cause la suppléance du président de l’Assemblée nationale. Comme lui, d’autres vont dire au président de la république qu’il n’a pas le droit de tourner le dos au Sénégal dans ces moments de troubles. Il est donc supplié de rester. Genoux à terre, front sur ses chaussures, il est prié de rester.

Valider le report des élections

C’est à ce moment que le scénariste et acteur principal revient sur la scène pour réaffirmer sa volonté de partir. D’ailleurs, ce n’est même plus une simple volonté, il meurt d’envie de partir. « Je n’en veux plus, j’en ai assez », balance-t-il. Le roi va jeter l’éponge et partir, il ne veut même pas assister aux élections. Macky Sall va saisir le conseil constitutionnel pour désigner son successeur pendant que lui s’en va. Et clap de fin !

Non ! Attention ! Pas si vite. Le président va quitter le pouvoir si et seulement si il n’y a pas consensus. Mais si jamais les gens arrivent à s’accorder, Macky se fera violence (mais vraiment violence) en restant à la tête du pays le temps que son successeur arrive. Et pour cela, le terrain a été préparé. Le scénariste a pris le soin d’inviter ses idiots utiles pour qu’ils disent ce qu’il a envie d’entendre, ce qu’il a l’intention de faire. Bref, pour qu’ils valident, qu’ils cautionnent ce qui se trame, face au monde entier.

Ainsi, pour résumer, les dialogueurs ont d’abord tenu un discours guerrier contre la France pour montrer que les décisions concernant le Sénégal sont prises à Dakar et par les Sénégalais. Ensuite, ce sont ces derniers qui, premièrement, veulent la reprise du processus électoral avec le temps que ça prendra. Deuxièmement, Macky Sall doit rester en poste durant cette période.

Dès lors, il ne serait pas surprenant de voir le président qui, du reste, a déjà indiqué la voie, fixer le scrutin dans deux à trois mois en s’appuyant sur les différentes prises de parole. Mais personne n’est dupe, le peuple sait qui représente quoi. Et puisque le Conseil constitutionnel a été encore saisi par les candidats légitimes, on ose espérer que les ‘’7 sages’’ vont une nouvelle assumer pleinement leur rôle en fixant une date pour mettre définitivement un terme à ce cirque présidentiel avant qu’il ne soit trop tard.


19 Commentaires

  1. Auteur

    En Février, 2024 (10:13 AM)
    Ton texte ne vaut rien parce que tout simplement tu n'as aucune lecture politique 
    Top Banner
    • Auteur

      Reply_author

      En Février, 2024 (10:30 AM)
      La lecture politique, tu le sais bien n'est qu'une lecture hypocrite, mensongère et qui cherche à tromper. Ce qu'il écrit ici c'est le sentiment le mieux partagé. Les dialogues de qui vous savez ne sont ni sincères ni appropriés. Il crée des situations dangereuses et appelle les gens au dialogue. 
    {comment_ads}
  2. Auteur

    Vjj

    En Février, 2024 (10:28 AM)
    Bien résumé franchement. Un dialogue nul et non avenu en bref
    {comment_ads}
    Auteur

    En Février, 2024 (10:33 AM)
    En réalité, l'ancien PM Mouhamed B. A. Dionne a exprimé avec sa courtoisie habituelle son opposition au report des élections mais laissé la porte ouverte à la réintégration de Sonko et Karim Wade en raison de leur représentativité.
    {comment_ads}
    Auteur

    Lamine

    En Février, 2024 (10:36 AM)
    Je viens de lire le meilleur résumé de la rencontre d'hier qui est un véritable "waxtan" entre copains du même bord. Je n'ai pas fatigué mes yeux et mon esprit car persuadé de ce qui serait traité. Qu'attendre en effet de Hadji Diouf, Decroix, Boun DIONE etc. Macky voulait des élections "match amical". Il n'a pas pu l'avoir car le peuple fut vigilant et le CC intraitable. C'est se donner bonne conscience que d'organiser ce "waxtan" qui pourrait bien se dérouler au Grand Théâtre pour bien mériter son nom.
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Février, 2024 (10:40 AM)
      Attention "Lamine" en parlant de Waxtan tu rends involontairement hommage à cet exercice profondément encré dans nos valeurs deculture et de civilisation: en effet "Wax Taneu" veut dire "se concerter pour faire le meilleur choix". Le Woloff est une langue dont on retrouve les racines dans la Vallée du Nil...
    {comment_ads}
    • Auteur

      Modou

      En Février, 2024 (10:42 AM)
      Un Grand Théâtre, il en fut vraiment un. La suite ou prochain tableau: la débandade.
    {comment_ads} Top Banner
    Auteur

    En Février, 2024 (10:55 AM)
    La culture de légèreté et de sensationnalisme xénophobes de BFM et de CNEWS irrigue désormais RFI et France24. Pas de recule, pas d'équilibre. La France a pourtant compter de très grands journalistes et de très grandes rédactions.
    Top Banner
    Auteur

    Dialogue ????

    En Février, 2024 (11:13 AM)
    Un roi et ses courtisans... 
    {comment_ads}
    Auteur

    Paco

    En Février, 2024 (11:17 AM)
    quand vous avez un conseil constitutionnel corrompu dont les 07 sages il n y a qu un seul juge qui a refuser de signer parcqu il est accuser de corruption et refuse de demissionner comme keba mbaye a son epoque ca pose probleme surtout des juges qui valide la candidature d un terroriste de pastef diomaye faye ce dialogue a mit a nue les betises du conseil constitutioonel
    {comment_ads}
    Auteur

    Mags Maguette

    En Février, 2024 (11:29 AM)
    Si c'était un dialogue sincère et opportun, beaucoup qui y sont seraient indésirables et Macky lui-même, ne souhaiterait pas les voir dans cette rencontre.

    Mais puisqu'il s'agit plutôt d'un président qui s'est foutu dans un bordel et qui cherche à se tirer d'affaire par tous moyens, tout le monde est le bienvenu pour faire de la figuration.
    {comment_ads}
    Auteur

    Sylla

    En Février, 2024 (11:31 AM)
    C'était "au theatre ce soir" où le comique le disputait au tragique. Les saltimbanques se sont succédé au crachoir pour déverser leurs insanités et demander au prince de rester ."Retenez-moi ou je fais un malheur " clame ce dernier. Mais à force d'entourloupes , de manigances , de reniements et de parjures , il n'avait plus aucune carte en main que sa parole .Et on sait ce qu'elle vaut. Mais cette foire aux mensonges a malheureusement un coté tragique : le pays vit des heures incertaines , l'avenir accroché au desiderata d'un potentat assoiffé de pouvoir
    Top Banner
    Auteur

    Apolitique

    En Février, 2024 (11:34 AM)
    Passez votre temps à critiquer rek... toute initiative fait l'objet d'incessantes critiques! Le sénégalais est décidément difficile à satisfaire! À defaut d'adhérer au dialogue laisser les autres dialoguer, il en ressortira bien quelque chose de positif. C'est vraiment lassant de lire toutes ces contributions qui ne permettent pas d'avancer. 
    {comment_ads}
    Auteur

    La Vérité

    En Février, 2024 (11:43 AM)
    L´article résume bien la farce qui a eu lieu à Diamniadio. En fait c´était un cirque où le roi et sa cour ne voulait entendre que ce qui leur faisait plaisir: vous avez beaucoup fait pour le pays, restez, on a besoin de vous, l´organisation des élections n´est pas une priorité, autant de bétises pour amuser la galerie. Heureusement qu´il y a eu des voix discordantes mais très sages qui ont eu le courage de dire au président BASTA. Le fait que ces voix aient provoqué des remous dans l´assemblée montre à suffisance que le pseudo-dialogue n´a pas accepté des propos contraires à la volonté du chef.

    Cher président, organisez les élections le plus tôt possible, c´est le voeu le mieux partagé dans notre Sénégal.
    {comment_ads}
    Auteur

    Sene

    En Février, 2024 (11:46 AM)
    Un peu de respect M Le journaliste. 

    Ces gens que vous taxez d'idiots utiles sont des sénégalais à part entière comme vous et comme ceux qui ont boycotté le dialogue. 

    Vous et les autres n'avez pas le monopole du patriotisme ni de l'amour pour le Sénégal plus que les autres. 

    Il faut savoir raison gardée. 

    En se basant sur la représentativité des candidats reconnaissez au moins que Sonko et Karim ne peuvent pas être écartés de ce scrutin présidentiel et vous n'osez pas parler des causes de cette situation de carences au niveau du CC.

    Un peu de modestie car vous n'êtes investi d'aucun pouvoir pour parler au nom du peuple sénégalais. 
    {comment_ads}
    Auteur

    Elaireur

    En Février, 2024 (11:49 AM)
    Oui, un dialogue ou ne pose pas les vrais problemes que eux-meme avaient souleve: fichier lectoral, parainage, report, .....Ils etaient la a feliciter ce president, a donner ses realisations... on sait tout ca, et si vous etiez sure de vos realisations il falait aux elections !Dans un dialogie on dit a l'autre ce qu'il nous fait de mal pour qu'il se justifie et a la limite demander pardon, et ainsi les coeurs sont soignes, mais il fait du bilan, en quelque sorte c'esrt dire qu'on 'na pas faaute, aucun remort, dons ca n'avait pas besoin de dialogue !Faites ce vous sembles, nous on vous attend de pieds ferme !Ils pense toujours qu'ils sont plus intellegients que le reste des senegais mais a leur perte !
    Top Banner
    Auteur

    En Février, 2024 (12:05 PM)
    Bien résumé.  Mais comment pouvait il en être autrement un dialogue avec ses invités choisis entre eux ses courtisans je veux dire un diazaka un coumba gawelo et j'en passe.  Ce pays est foutu depuis.  On ne mérite pas cela. 
    {comment_ads}
    Auteur

    En Février, 2024 (13:30 PM)
    machala quel resumé succulent et approprié de la farce politicienne d hier,je tire mon chapeau au redacteur de cet excellent papier qui met veritablement à nu les peripeties d une fin de regne chaotique et desastreuse,aider le chef a avoir un dernier sursaut de sagesse et de bon sens avant qu il ne soit definitivement tard pour lui et les siens
    {comment_ads}
    Auteur

    En Février, 2024 (14:06 PM)
    Il faut que l'état réagisse en punissant ces enseignants

    Il faut savoir faire la part des choses il faut sortir l'école de ces considérations politiciennes.

    Je suis enseignant en France dans la charte de la fonction publique il est interdit de divulguer ses convictions politiques, religieuses.

    L'éducation nationale est une institution qui appartient a l'état cad apolitique il est inadmissible que des individus utilisent pour en faire un outil de combat politique.

    La crise actuelle est trop exagérée disons nous la vérité

     
    {comment_ads}
    Auteur

    En Février, 2024 (14:32 PM)
    J'ai l'impression que ça va mal finir pour lui 
    Top Banner
    Auteur

    En Février, 2024 (15:46 PM)
    le régime finissant libéral est à l'agonie. Ce sont les derniers soubresauts d'une classe politique arrivant à péremption. Ce sont les mêmes depuis Diouf- Wade- Macky donc depuis plus de 24 ans soit une génération, qui profitent du pouvoir quelque soit son idéologie, et qui refusent de reconnaître la ligne de fin. Clap de fin comme au cinéma. 
    {comment_ads}
    Auteur

    Dfg

    En Février, 2024 (16:32 PM)
    si le regime est finissant comme certains le pensent en revanche, devant il y a personne de credible pour remplacer macky à part Amadou BA, on ne peut pas laisser notre pays à des gamins qui vont faire du palais un lieu de debauche de rencontre de salafiste. Le senegal ne merite pas de tomber entre les mains d'aventuriers qui ne savent même pas tenir un langage correct, insulter, detruire, bruler que des sauvageries
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés. --
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email