Jeudi 20 Janvier, 2022 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Contribution

Du défi d’un pilotage institutionnel adéquat du pôle-emploi et entrepreneuriat pour les jeunes et les femmes -(P-EEJT)

Single Post
Du défi d’un pilotage institutionnel adéquat du pôle-emploi et entrepreneuriat pour les jeunes et les femmes -(P-EEJT)
Dans le cadre de la formulation « d’une stratégie cohérente de territorialisation des politiques et de mutualisation des instruments de promotion de l’emploi, de l’entreprenariat et d’insertion des jeunes », le Président de la République a décidé, « par souci d’équité territoriale et de simplification des procédures, d’installer un guichet unique dans chacun de nos 45 Départements. (…) Dénommé Pôle-Emploi et Entreprenariat pour les Jeunes et les Femmes, il servira de cadre d’accueil, de conseil et de financement des porteurs de projets. La DER/FJ, l’ANPEJ, l’ADPME et le FONGIP entre autres, seront représentés dans chaque guichet unique afin d’apporter aux projets l’expertise, le financement et le suivi nécessaires.

Le Président de la République a aussi précisé que « ces instruments seront renforcées en ressources, de même que dans leur gouvernance et leur processus décisionnel » Sous cette optique, il serait à notre humble avis d’appliquer au guichet unique des Pôle-Emploi et Entreprenariat pour les Jeunes et les Femmes une règle de fonctionnement inspirée du management des finances publiques, la séparation étanche de l'étape d’instruction et de validation des projets soumis au financement d’avec celle de son enrôlement pour décaissement des ressources affectées à leur mise en œuvre.

Faire de ces P-EEJF le seul réceptacle qui apportera aux projets « l’expertise, le financement et le suivi nécessaires », c’est reproduire au niveau départemental les mêmes goulots d’étranglement causes de l’inefficacité d’une stratégie dont les intentions de départ sont pertinentes et dignes d’intérêt mais que les dérives et certains disfonctionnements finissent par rendre inopérante, parce qu’ouvrant la voie à toutes formes d’abus et de détournements d’objectifs.

Pour s’en convaincre, il suffit juste de faire une enquête d’opinion, en dehors de statistiques officielles, pour avoir une idée du nombre de bénéficiaires réels de financements par les structures dédiées dans certains coins du Sénégal, malgré l’importance des sommes décaissées et la pluralité des secteurs impactés, selon les données disponibles en ligne.

D’ailleurs les derniers événements tragiques qui ont secoué le pays sont la plus sure preuve de l’échec ou de l’inefficacité des politiques initiées en faveur de cette frange majoritaire de notre pays.

Je dis qu’il conviendrait donc de changer de démarche, pour garantir l’effectivité des financements décaissés et en même temps avoir une idée claire du nombre de projets correspondants, dans le cadre de la mise en place de ces Pôles-Emploi et Entreprenariat pour les Jeunes et les Femmes.

Pour ce, la meilleure méthode serait de mettre en place un Comité technique d’évaluation et de sélection des projets déposés par les intéressés. Dans ce Comité co-présidé par le Représentant de l’Etat et le Président du Conseil départemental, figureront comme membres les maires des communes du département et les services techniques déconcentrés intéressés par le processus. En sera membre également un représentant du Guichet unique P-EEJF. Le rapporteur de cette Commission pourrait être le directeur de l’ARD.

Une fois la liste de projets validés et le montant pour leur financement arrêté, ces projets seront transmis au P-EEJF pour leur enrôlement.

Et, selon la nature du projet, l’activité prévue et le montant sollicité, le guichet unique P-EEJF déterminera en interne entre la DER, le FONGIP, L’ADPME, l’ANPEJ ou une quelconque autre structure dédiée au financement, laquelle est la mieux indiquée pour procéder à sa prise en charge.

Après cela, le bénéficiaire recevra notification de la disponibilité de son financement, et le Comité technique sera ampliataire de cette notification.

C’est en ce moment seulement alors que le Comité de suivi de la mise en œuvre des projets financés déclenchera le mécanisme de suivi sur le terrain des projets retenus.

Pour ce Comité-ci effectivement, le rapporteur sera le guichet unique du P-EEJF, car ce sera à lui que reviendra la responsabilité de déclencher la procédure des trois P (police-procureur-prison) une fois que la cote d’alerte sera en passe d’être atteinte, concernant le remboursement des crédits octroyés. Dans ce Comité sous les présidences du représentant de l’Etat (Préfets ou Sous-Préfets) et du Maire de la commune dans laquelle se déroule le projet, siègeront aussi tous les services impliqués dans cette activité (CADL et autres si dans les Sous-préfectures).

En séparant le processus de sélection des projets ainsi que leur validation d’avec le processus de leur financement, l’Etat pourra avoir deux sources d’informations fiables portant sur le même sujet, et donc une plus grande traçabilité des montant décaissés en les mettant en corrélation avec le nombre effectif de projets financés.

Laisser toute la procédure entre les mains exclusives du guichet unique du Pôle-Emploi et Entreprenariat pour les Jeunes et les Femmes reviendrait à prendre le risque de reproduire les mêmes dysfonctionnements notés ailleurs, et cela pourrait réduire considérablement ou annihiler les performances obligatoires que l’Etat est en droit d’attendre de cette initiative, au vu de la surpriorisation de cette problématique à enjeux multiples.

A chaque fois que c’est le cas en effet, les tentations sont grandes de perpétrer des abus, pour des raisons personnelles ou même politiques. Des personnes indélicates à des postes de responsabilités pourraient ainsi inciter des proches à déposer des dossiers de projet pour les financer en violation des dispositions réglementaires. De hauts responsables politiques pourraient, en fonction de leurs positions dans l’appareil d’Etat, intervenir pour obtenir des financements indus pour leurs militants ou parents ou même leur en faire bénéficier sans qu’ils déposent un dossier en bonne et due forme, ou, pire, pour freiner des initiatives à haute portée économique impulsées par des adversaires politiques bossant avec des groupements de promotion féminine dont ils craindraient l’influence, ou la capacité de mobilisation.

Dès lors, les dispositions requises en matière de bonne gestion devraient être prises, et ce procédé de la séparation de l’étape de l’instruction du dossier d’avec celle de son enrôlement pourrait contribuer à l’atteinte du résultat visé.

Pour conclure, rappelons que les récentes émeutes vécues par le Sénégal ont toutes été qualifiées d’émeutes de la faim. Toutes les chaines de magasins ciblées et pillées ont été attaquées par une population exsangue qui cherchait de quoi manger simplement.

Le Président de la République devrait en plus de ce mécanisme du P-EEJF destiné à donner de l’emploi aux jeunes et aux femmes à travers le pays, penser à réduire davantage le cout de la vie. Une des causes de la pauvreté grandissante est la cherté de la vie en effet, et les trois quarts des revenus des familles servent à financer les besoins vitaux.

A ce rythme, quelque soit l’importance des sommes faramineuses injectées pour booster l’emploi, cette contrainte structurelle sera comme un frein à l’impulsion d’une croissance réelle tirée par la consommation des ménages ou les PME. Les projets des jeunes qui seront financés par ces pôles uniques, n’en parlons pas alors. 

 
Cissé Kane NDAO 
Président A.DE. R 


12 Commentaires

  1. Auteur

    Simple Internaute

    En Avril, 2021 (23:51 PM)
    Attaque contre SONKO / Contribution

    ?
  2. Auteur

    En Avril, 2021 (23:57 PM)
    De veritables parasite qui ne serve a rien. Les senegalais ont fait leurs choix. Des predateurs qui nont rien apporte a ce pays rien que de la desolation, miseres, et deceptions.
    {comment_ads}
    Auteur

    En Avril, 2021 (23:59 PM)
    Arrêtez de pilier les terres des populations
    {comment_ads}
    Auteur

    En Avril, 2021 (00:11 AM)
    La personnalité de l'entrepreneur joue beaucoup sur la réussite. Il y a une nécessité au plan institutionnel d'impliquer les P CAOSP car ils ont l'expertise dans ce domaine pour réussite des jeunes entrepreneurs qui vont être financés. Il faut impliquer tous les acteurs institutionnels au niveau déconcentré qui interviennent dans l'accompagnement des jeunes.
    {comment_ads}
    Auteur

    Samba Diop

    En Avril, 2021 (00:13 AM)
    Cisse kane ndao est un vrai opportuniste. Il ne croit en rien.
    Auteur

    Mbaye

    En Avril, 2021 (00:25 AM)
    Encore du bavardage. Chers gouvernants, le problème est très simple, trouvez de l'emploi aux jeunes. Les arguments à dormir debout:

    - Le problème de l'employabilité des jeunes. Paradoxe! Abdou Mbow, Thérèse Faye, Pape Malick Ndour,.... sont des produits de l'école sénégalaise qui travaillent et pourquoi pas les autres qui ont suivi les mêmes cursus? Réponse: politisation de l'emploi dans ce pays.

    - L'entreprenariat la nouvelle chanson, elle ne se décrète pas. Nécessité de la mise en place de mécanismes de financement, accompagnement et encadrement

    - Retour à la Terre, tout le monde ne peut devenir agriculteur primitif alors que les rares qui produisent ont du mal pour écouler leurs produits.

    A mon humble avis il faut une synergie d'ensemble et une approche holistique loin de la politique politicienne pour trouver des solutions.

    Salam à tous!
    {comment_ads}
    Auteur

    Citoyen

    En Avril, 2021 (07:42 AM)
    Réflexion intéressante. J'ajoute que ma crainte est que les différentes structures représentées au sein de ces pôles ne se fassent la guerre pour des questions de positionnement politique de leurs responsables respectifs au niveau national, surtout s'ils continuent d'être des politiciens. Il faudra donc penser à dépolitiser le top management de ces structures, y compris leurs représentants au sein des pôles départementaux. L'autre crainte est que la majorité des jeunes, qui n'ont ni formation, ni qualification, ne soient capables de proposer des projets et risquent dès lors d'être laissés en rade. Une solution pourrait être d'associer les chefs religieux, à travers les dahiras. L'avantage de cette alternative est que la caution morale des guides religieux viendrait renforcer la responsabilisation des bénéficiaires. Tenir compte de nos réalités propres ferait le plus grand bien à ces genres d'initiatives inspirées d'autres cieux...
    {comment_ads}
    Auteur

    En Avril, 2021 (08:01 AM)
    Rationaliser en fusionnant toutes ses structures dédiées a la création ou au financement de projets d'emploi salaries comme non salariés (anpej, der, etc,)

    Les pôles emplois départementaux peuvent être une bonne initiative institutionnelle, a condition que leur fonctionnement soit efficace et efficient.
    {comment_ads}
    Auteur

    Elbachir

    En Avril, 2021 (10:43 AM)
    Aucune inspiration, aucune créativité..........et on singe très mal, on est tellement complexé par rapport à la France, qu'on croit que sans elle on ne va pas s'en sortir, qu'on ne développera jamais.....La France a son Pole-emploi, le Snégal veut forcément crée des emplois en utilisant mordu-cousu le terme Pole-emploi.....Si la France met en fond d'écran le plan de sa capitale sur TF1, le Sénégal fait pareil sur la RTS1 ...........Bandes de minables, Lumumba, Cheikh Anta, Nkrumah, Sékou Touré, Mamadou Dia, Thomas Sankara vous maudits tous car vous perpétuez les actes du COLONISATEUR.....
    Auteur

    En Avril, 2021 (10:49 AM)
    Wakh diou beuri bi yeup diaroukofi, donner les terres au sénégalais et accompagner les dans le financement de lagriculture, préférence nationale pour les marchés, imposition des multinationales et fin des exonérations fiscales, investissement dans une industrie intermédiaire de transformation, valorisation de chaque région en fonction de ses atouts, la Casablanca et le fouta peuvent être les poumons de notre économie, en créant pleins d'emplois. L'emploi est généré par des investissements productifs dans des secteurs moteurs, mais pas avec des paroles et des milliards dispersés par ci par là.
    {comment_ads} {comment_ads}
    Auteur

    En Avril, 2021 (10:54 AM)
    L'union de toutes ces structures stériles =0 elles ont toutes échouées.le chômage des sénégalais est du aux mauvais choix politiques, les pêcheurs par exemple sont au chômage à cause des accords de pêche sauvages signés par le senegal, dans l'agriculture on donne les terres aux étrangers au lieu de la donner à des agriculteurs sénégalais etc... l'état détruit plus d'emplois qu'il n'en crée.
    {comment_ads}
    Auteur

    Guilé De Ndangalma

    En Avril, 2021 (19:13 PM)
    L'entrepreunariat c'est d'abord une culture. Les bao; baols et les peuls fouta y sont prédisposés car d'habitude ils n'attendent rien de l'état et considèrent que c'est la seule chose qui s'offre à eux. Il faut les encadrer et les soutenir dans ce qu'ils font. Ensuite, il faut enseigner l'entrepreunariat dès le second cycle secondaire et on verra que bcp de bachelier seront plutôt tenté par l'entrepreunariat que par certaines professions qui leur permettront tout juste de payer leur loyer sans aucune perspective de réaliser grand chose dans leur vie. Avec un tel bassin d'entrepreneurs potentiels, on peut commencer à parler d'autoemploi et d'entrepreunariat pour les jeunes. Tout se passe comme l'épisode des départs volontaires de l'administration des années 1990 n'a pas fait l'objet d'études qui pourraient fournir quelque éclairage sur la question. Hunior Enterprise (soit-disant négociants en riz de la vallée, SEFRULEG (fruits et légumes), Transports Noflaye, Restaurant Gnam Kham, etc...ils ont tous en commun d'avoir été créés par des "départs volontaires" de la fonction publique. Or ces derniers ne savaient rien de l'entrepreunariat en général, encore moins des domaines dans lesquels ils intervenaient. On voyait qu'il étaient plus des "Guilé" (il parait que mon nom d?0signe également ceux qui cherchent à impressionner) que des entrepreneurs avec leurs attaché-cases et leur cartes de visites.
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email