Mercredi 29 Mai, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Contribution

Le Sénégal sous Macky Sall : Ground zéro de la démocratie et Genèse d’une dictature ( Par Oumar DIA)

Single Post
Le Sénégal sous Macky Sall : Ground zéro de la démocratie et Genèse d’une dictature ( Par Oumar DIA)
Définie comme le « gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple », la démocratie est une forme de gouvernement où la souveraineté appartient exclusivement aux citoyen.ne.s membres d’égale dignité et d’égal droit du Contrat social fondateur de la République démocratique. En tant que telle, elle se démarque de la monarchie, de l’aristocratie et de la dictature.

Au Sénégal, le retour à ce qui ressemble dans ses grands contours à cette forme de gouvernement après trois (03) siècles de domination coloniale caractérisée par une dictature féroce s’est fait grâce à des luttes sociales et politiques portées par les Sénégalais.e.s à des moments critiques de l’évolution du pays. Ce sont ces luttes sociales et politiques qui ont fait évoluer notre nation, même si ce n’est pas de façon strictement linéaire, du régime du parti unique du début des Indépendances au milieu des années soixante-dix, à un multipartisme d’abord limité à quatre (04) courants en 1976 avant d’être intégral à partir de 1981 et enfin aux deux grandes alternances démocratiques de 2000 et de 2012.

Ces grands moments de l’histoire politique du Sénégal indépendant, correspondant aux grandes étapes de la reconquête progressive par le peuple sénégalais de sa dignité, de sa liberté et de sa souveraineté, autorisaient à penser que notre pays s’était ancré de façon irréversible dans la démocratie et que les éventuelles difficultés qui surviendraient par-ci et par-là dans le processus jamais achevé de consolidation de cette forme de gouvernement ne seraient que conjoncturelles, et donc assez facilement surmontables, et non structurelles, c’est-à-dire qu’elles ne seraient de toute façon pas de nature à nous ramener à une dictature équivalente ou proche de celle vécue pendant les trois (03) siècles de domination coloniale. Les Sénégalais étaient d’autant plus fondés à nourrir un tel espoir qu’ils avaient quand même réussi, en 2011-2012, dans un contexte de tensions extrêmes, à mettre fin à la dérive autoritaire de Abdoulaye Wade (père spirituel de l’actuel président) en réalisant la deuxième alternance démocratique du pays depuis 1960.

Mais tout comme les belles expériences démocratiques d’Allemagne, d’Espagne et du Chili avaient été brutalement interrompues par Hitler qui avait été élu démocratiquement et par Franco et Pinochet qui avaient perpétré des coups d’État, la belle expérience démocratique sénégalaise, fondée sur une solide culture de la résistance du peuple, a été complètement détruite en près de douze ans de règne arbitraire de Macky Sall par des violations massives et sans précédent des libertés fondamentales et des droits fondamentaux des Sénégalais.e.s. C’est ce que je me propose de montrer dans cette tribune à travers trois principaux points : le premier traite de l’état actuel des droits de la libre personnalité individuelle, le second de celui des droits civils et politiques et le troisième de la restriction drastique de l’espace public pluraliste avec la criminalisation de facto de l’opposition démocratique dont la conséquence la plus anti-démocratique et la plus discriminatoire (comme cela avait été le cas en Afrique du Sud sous l’Apartheid et en Côte d’Ivoire pendant les années où prévalait la politique de l’ivoirité) est l’exclusion manifeste de millions de citoyen.ne.s du Contrat social sénégalais.

Violations des libertés fondamentales et des droits fondamentaux

Le caractère démocratique ou non d’un État donné se mesure prioritairement à l’importance qui y est accordée aux libertés fondamentales et aux droits fondamentaux non seulement dans la fondation du Contrat social mais également dans le vécu quotidien de tout.e.s les citoyen.ne.s membres d’égale dignité et d’égal droit dudit contrat.

Plus la place accordée à ces valeurs est importante et le niveau de protection dont elles bénéficient élevé, plus la nature démocratique du régime qui leur a aménagé une telle centralité dans son fonctionnement peut être revendiquée et justifiée. Libertés fondamentales et droits fondamentaux constituent donc les deux piliers majeurs de tout régime véritablement démocratique. Leur transgression, voire leur abolition, est de fait incompatible avec la préservation d’un tel régime. Unique régime dans lequel les citoyen.ne.s ont le droit et la liberté d’élaborer eux-mêmes les lois qui les régissent, la démocratie exige non seulement un strict respect des Droits humains mais confère également aux citoyens le droit ultime de juger et de contrôler les trois (03) pouvoirs constitutifs de l’ État de droit.

Dans un pays réellement démocratique, aucun pouvoir qu’il s’agisse du législatif qui propose et vote les lois, de l’exécutif qui applique les lois et règlements ou du judiciaire qui rend la justice au nom du peuple et se prononce sur la légalité ou non des actes des deux autres pouvoirs ne peut et n’a le droit d’essayer de se soustraire au contrôle et au jugement publics des citoyen.ne.s ou de l’opinion publique.

Faire donc arrêter systématiquement tout Sénégalais émettant une opinion négative sur le fonctionnement de la justice comme cela est devenu la règle sous Macky Sall, revient tout simplement à criminaliser arbitrairement un droit fondamental dans une démocratie normale qui est celui naturel de tout être humain de juger et de contrôler son pouvoir judiciaire. D’ailleurs, si on se fonde sur l’exigence radicale de préservation des libertés fondamentales et des droits fondamentaux caractéristique d’une véritable démocratie, c’est moins l’expression d’opinions fussent-elles négatives sur les décisions de justice qui doit être qualifiée pénalement de délit que l’entrave arbitraire à l’exercice de ce droit citoyen fondamental par certains magistrats. Si le respect des libertés fondamentales et des droits fondamentaux était encore une réalité au Sénégal, ce ne seraient pas des citoyens comme Pape Ndiaye, Bassirou Diomaye Faye, Sérigne Saliou Guèye, etc. qui seraient en prison pour le délit injustifiable de discrédit jeté sur la justice mais plutôt les concitoyen.ne.s justiciables du reste comme tout Sénégalais qui ont abusé de leurs positions pour criminaliser et faire entrave à ce droit inaliénable de tout être humain de juger et de contrôler sa justice. L’entrave arbitraire à l’exercice de ce droit inaliénable des Sénégalais.e.s a été d’autant plus désastreuse pour notre démocratie que ses implications se sont traduites par de très graves violations des Droits humains.

Correspondant aux droits inhérents à l’individualité de chacun.e., les Droits humains se fondent sur l’exigence de protection de chaque être humain contre toute tentative de l’État à porter atteinte à sa personne. Le citoyen sénégalais, comme tout être humain, jouit de ces droits dès sa naissance, et l’État, à moins d’être totalitaire comme l’est de plus en plus le Sénégal d’aujourd’hui, ne peut les lui retirer ou les bafouer. Ces Droits humains, qui sont des droits naturels donc imprescriptibles se déclinent principalement en deux (02) catégories : les droits de la personnalité individuelle et les droits civils et politiques.

Les droits de la personnalité individuelle

Noyau des Droits humains, ils consacrent le droit inaliénable à la vie mais également celui non moins inaliénable au libre épanouissement de la personnalité. Cette première catégorie des Droits humains, fondée sur l’exigence fondamentale de protéger chaque être humain contre les attaques et manifestations de violence contre sa personne, de préserver son intégrité et sa dignité, avait déjà été très clairement proclamée par la première déclaration universelle des Droits humains de 1222 appelée Charte du Manden ou Manden kalikan en malinké. Dans l’article premier de cette charte, les révolutionnaires ouest-africains déclaraient sans la moindre équivoque : « Toute vie (humaine) est une vie. Il est vrai qu’une vie apparaît à l’existence avant une autre vie. Mais une vie n’est pas plus ancienne, plus respectable qu’une autre vie. De même qu’une vie n’est pas supérieure à une autre vie ». Près d’un millénaire après cette révolution ouest-africaine dont les principes fondamentaux se sont plus tard retrouvés entre autres dans la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 et dans la Charte africaine des Droits de l’homme et des peuples de 1981, le régime de Macky Sall se singularise aujourd’hui paradoxalement par un manque total de respect pour la vie, l’intégrité et la dignité humaine des Sénégalais.e.s. C’est sous son règne, et non sous celui d’aucun de ses prédécesseurs depuis 1960, que les droits à la vie et au libre épanouissement de la personnalité ont été restreints à une seule catégorie de Sénégalais.e.s : ceux de son camp.

Pour les autres surtout s’ils sont de PASTEF ou soupçonnés d’en être des sympathisants de tels droits ne sont pas reconnus et toute tentative de les exercer expose nécessairement à la répression, à la prison, voire à la mort. D’ailleurs, avant le massacre digne d’un Idi Amin Dada dont des dizaines de Sénégalais désarmés ont été victimes en ce début de juin 2023, la dictature sanguinaire de Macky Sall avait déjà à son actif pas moins de vingt (20) Sénégalais.e.s assassinés, morts ou disparus mystérieusement parmi lesquels la militante de PASTEF Mariama Sané assassinée en octobre 2018 à Keur Massar, François Mancabou torturé à mort en prison en juillet 2022, Didier Badji et Fulbert Sambou déclarés disparu et mort en décembre 2022 auxquels s’ajoutent quatorze (14) manifestants tués en mars 2021 et trois (03) autres en juillet 2022.

Ces quelques cas, non-exhaustifs, corrélés aux appels répétés et gradués de partisans du régime au génocide, attestent que notre pays a cessé d’être une démocratie et qu’en complicité apparente avec Macky Sall, le pouvoir judiciaire ne compte pas protéger, comme l’y oblige pourtant la loi, les droits inaliénables de tout.e.s les Sénégalais.e.s à la vie et au libre épanouissement. Ces violations massives des libertés fondamentales, dont on vient de faire brièvement cas, ne se limitent pas qu’aux seuls droits de la personnalité individuelle. Sous la dictature de Macky Sall, elles s’étendent également aux droits civils et politiques des Sénégalais.e.s.

Les droits civils et politiques

Après les droits à la vie et au libre épanouissement de la personnalité, les droits civils et politiques sont les plus importants des Droits humains. Destinés à garantir à chaque citoyen.n.e son droit inaliénable à une libre participation à la vie politique de son pays, leur exercice ne s’accommode, en principe, d’aucune entorse. Toute restriction les concernant revient donc tout simplement à remettre en cause les fondements même de la démocratie et de l’État de droit. Les citoyen.ne.s sénégalais.e.s qui avaient, sous les règnes des présidents Abdou Diouf et Abdoulaye Wade, très peu souffert d’une restriction de leur droit à une libre participation à la vie politique du pays, constatent aujourd’hui que ce dernier leur est tout simplement confisqué à travers des réformes discriminatoires et répressives du code électoral et du code pénal sénégalais.

C’est dans le cadre d’une telle restriction que s’inscrit par exemple la loi sur le parrainage ou celle modifiant certaines dispositions du code pénal dont le but évident pour quiconque ne veut pas détourner le regard est d’écarter certain.e.s Sénégalais.e.s des compétitions électorales. Les droits civils et politiques les plus importants sont la liberté d’opinion, la liberté d’expression, la liberté d’association, la liberté de réunion, la liberté de circulation et la liberté et l’indépendance de la presse qui garantit le droit à l’information de tout.e.s. Intrinsèquement liés, ces droits civils et politiques sont d’autant plus importants pour la solidité d’une démocratie qu’ils sont ceux qui permettent aux citoyens de participer à la construction et à l’expression de l’opinion publique sans crainte de représailles. Malheureusement, il faut le reconnaître, ces droits civils et politiques ont connu une très grande érosion depuis l’arrivée de Macky Sall au pouvoir, érosion se mesurant au nombre sans précédent de prisonniers politiques et d’opinion enregistrés dans le pays en ce moment. En envoyant de façon aussi systématique acteurs politiques, activistes, journalistes et étudiants en prison, le régime de Macky Sall cherche non seulement à faire peur aux citoyen.ne.s qui ne font rien d’autre qu’exercer leur liberté d’opinion et d’expression mais également à étouffer tout processus d’élaboration d’une offre politique alternative.

Cette situation sans précédent, qui correspond de plus en plus au cours normal de la vie publique du pays, n’est pas sans rappeler le fonctionnement de certains États policiers et totalitaires comme l’URSS de Staline, le Chili de Pinochet, le Zaïre de Mobutu ou le Togo de Gnassingbé Eyadéma. Même la liberté de circulation, pourtant vitale à tout humain, est refusée à certain.e.s. Sénégalais.e.s et particulièrement aux populations des régions de Ziguinchor et de Sédhiou soumises à des restrictions drastiques de mouvements et à des fouilles humiliantes chaque fois qu’elles entreprennent de se rendre à Dakar.

L’objectif visé par le régime de Macky Sall à travers de telles mesures de musèlement des Sénégalais.e.s est le contrôle total de la société par l’instauration illégale d’un état d’urgence non déclaré. Pour atteindre cet objectif permettant de se maintenir au pouvoir par la force et par la terreur, il s’est tout simplement arrogé le droit d’abolir les libertés d’opinion, d’expression, d’association, de réunion et de circulation des Sénégalais.e.s. La presse, l’internet et les médias sociaux ne sont d’ailleurs pas épargnés par cette pratique systématique de musèlement de l’espace public. C’est ce qui a conduit aux coupures répétées du signal du groupe Walfadjiri et à la restriction d’internet et des médias sociaux pendant les soulèvements populaires de ce début du mois de juin. Concourant toutes à la formation et à l’expression d’une opinion publique informée devant peser sur les décisions des dirigeants, les libertés d’opinion, d’expression, d’association, de réunion et de presse ont été malheureusement réduites « à leur plus simple expression » par Macky Sall. En attestent les centaines de prisonniers politiques membres de PASTEF, d’activistes de la société civile, de journalistes, d’étudiants, etc. mais également les nombreuses interdictions de réunions, de rassemblements, de déclarations, de couvertures médiatiques par une presse nationale libre et indépendante des tensions en cours dans le pays, des coupures répétées des signaux de groupes de presse perçus comme hostiles par le pouvoir, etc.

Un verrouillage d’une telle ampleur de l’espace public est sans précédent dans l’histoire récente du pays et le régime de terreur et de surveillance généralisée des populations qui l’accompagne n’a d’équivalent dans la sous- région que les régimes béninois et togolais. Si les affaires de corruption et de prévarication des deniers publics ont pu atteindre le niveau auquel elles sont parvenues sous Macky Sall, c’est parce qu’au préalable son régime a réussi à museler l’opinion publique en faisant systématiquement obstruction à la liberté d’opinion, d’expression, d’association, de réunion et de presse. Sans un tel musèlement, l’opinion publique aurait réussi, comme elle l’avait d’ailleurs toujours fait par le passé, à rendre publiques ses critiques et ses incitations à plus de transparence dans la gestion des affaires publiques, prévenant ainsi certains cas de corruption et de prévarication de deniers publics. Qu’un rapport comme celui de l’IGF sur le PRODAC ne soit pas rendu public même dans un contexte de procès pour diffamation opposant l’ancien responsable de ce programme au leader de l’opposition sénégalaise prouve bien le choix anti-démocratique de Macky Sall de faire toujours obstruction à l’opinion publique et de violer ainsi le droit citoyen fondamental de rechercher et de rassembler des informations susceptibles de contribuer à la formation et à l’expression de l’opinion publique nationale.

Globalement donc, le règne de Macky Sall se singularise par des violations massives des Droits humains comme le prouvent les répressions constantes de son régime contre tout exercice par des Sénégalais.e.s de l’opposition des droits de la personnalité individuelle et des droits civils et politiques. Cette nature dictatoriale du régime, à travers des violations si massives des Droits humains, se vérifie également à travers la restriction drastique du pluralisme, la criminalisation de fait de l’opposition démocratique et l’exclusion de millions de citoyen.ne.s du Contrat social sénégalais.

Restrictions de l’espace public et criminalisation de l’opposition démocratique

Si le respect des droits de la personnalité individuelle (droits à la vie et au libre épanouissement) et des droits civils et politiques est indispensable au maintien de la nature démocratique d’un régime, il y a lieu de reconnaître qu’il n’en est pas pour autant suffisant. Pour qu’un pays puisse demeurer pleinement démocratique, il est également nécessaire que le pluralisme social et politique y soit une réalité.

Sur le plan politique, le pluralisme se traduit par la reconnaissance par les pouvoirs publics d’un grand nombre de groupements et d’associations librement formés et en compétition ouverte entre eux pour gagner de l’influence sur la vie sociale et politique du pays. Dans un pays pleinement démocratique, aucun point de vue divergent ni aucune offre politique alternative ne peuvent être censurés ou réprimés comme cela est devenu la règle dans le Sénégal d’aujourd’hui où l’opinion dissidente est interdite à la fois d’expression et de diffusion. Partout où il est une réalité et non un faux-semblant comme dans le Sénégal d’aujourd’hui, le pluralisme donne lieu à des discussions contradictoires dont les résultats reposent sur des compromis qui finissent par satisfaire toutes les parties prenantes à la controverse démocratique. C’est cette pratique saine du pluralisme et du débat démocratique contradictoire qui avait donné lieu il y a trente (30) ans au code électoral consensuel de 1992.

Aujourd’hui, le pluralisme est tellement restreint dans notre pays qu’un consensus comme celui de 1992 est tout simplement inimaginable et ce n’est pas le semblant de dialogue qui se tient en ce moment et qui n’est, quoiqu’on dise, rien d’autre qu’une conspiration contre le principal opposant du pays qui mettra d’accord la majorité des Sénégalais.e.s sur ses résultats.

Dans tout pays réellement pluraliste, il existe, parallèlement à la société civile qui exerce une influence socio- économique ou politique, des groupements qui aspirent directement à des fonctions électives : ce sont les partis politiques. Nécessaires et indispensables à la préservation de la démocratie et du pluralisme, les partis politiques sont les leviers par lesquels le peuple peut exercer sa souveraineté. Lors des élections, le peuple agit de manière effective à travers les partis politiques auxquels il accorde sa confiance en leur conférant la majorité des suffrages. Ceux qui n’obtiennent pas sa confiance, c’est-à-dire ceux qui n’engrangent pas la majorité des suffrages à l’occasion d’une compétition électorale donnée, ne disparaissent pas pour autant de l’espace public et du jeu démocratique.

Dans une vraie démocratie, il existe donc, à côté du gouvernement ou du Président élu qui en assure la direction dans le cadre de la loi, une opposition reconnue qui exprime publiquement à l’adresse des citoyen.ne.s sa vision alternative de la façon dont il faudrait gérer le pays. En démocratie, l’opposition a des droits et un statut important reconnus par la loi constitutionnelle. Quand le président Macky Sall, après avoir juré devant les Sénégalais.e.s de respecter et de faire respecter la constitution, se permet de déclarer qu’il va « réduire l’opposition à sa plus simple expression » et que s’ensuit une répression et une persécution d’une violence inouïe des représentant.e.s de celle-ci, il ne fait rien d’autre que renier son serment et se rendre présumé coupable du délit de haute trahison. La forfaiture par rapport à son propre serment ne se limite d’ailleurs pas à cette façon de traiter l’opposition démocratique mais concerne également le principe de la limitation des mandats présidentiels à deux par la constitution. Face à ces attaques destructrices menées contre notre démocratie par celui qui était pourtant censé être le premier d’entre nous à avoir l’obligation de consacrer tous ses efforts à la protéger, les Sénégalais.e.s sont en droit d’invoquer leur droit constitutionnel de résistance à l’oppression en vue d’obtenir sa destitution et sa comparution devant la haute cour de justice de la République pour le délit présumé de haute trahison.

Il y a de cela deux décennies, Georges Bush Jr., à qui Poutine a emboité le pas par la suite, inventait le concept de guerre préventive en faisant de la loi du plus fort le nouveau principe des relations entre États. Aujourd’hui Macky Sall, dans la même logique d’un retour à l’état de nature que Bush Jr., met en pratique, au mépris des règles et des traditions démocratiques sénégalaises, le concept d’élimination préventive de l’adversaire politique favori des élections. Comme jadis Henri Konan Bédié, Robert Guei et puis dans une moindre mesure Laurent Gbagbo qui avaient successivement estimé qu’une participation du favori Alassane Ouattara aux élections équivalait à leur défaite et à leur perte du pouvoir, Macky Sall a conclu aujourd’hui qu’une participation du favori Ousmane Sonko aux élections présidentielles de mars 2024 signerait sa perte inéluctable du pouvoir. Et comme les politiciens ivoiriens qui avaient préféré des élections non-inclusives, discriminatoires et anti-démocratiques, Macky Sall a également pris ? aidé en cela par des juges aux ordres et par l’ancienne classe politique prédatrice ? la très dangereuse décision d’organiser en 2024 des élections non inclusives excluant le favori Ousmane Sonko. Un tel procédé, validant une discrimination qui ne s’avoue pas comme telle, va exclure en 2024 des millions de citoyen.ne.s du Contrat social sénégalais fondé pourtant sur les deux principes jumeaux de liberté universelle et d’égalité réciproque de tout.e.s.

On sait d’expérience que ce type d’atteinte au contrat social, c’est-à-dire de discrimination entre ses membres, avait rendu la Côte d’Ivoire ingouvernable jusqu’à ce que celui qui était resté toujours favori, à savoir Alassane Ouattara, soit réintégré dans le jeu démocratique à l’occasion de nouvelles élections inclusives lors desquelles les Ivoirien.ne.s avaient eu réellement le choix.

Malgré la gravité de la situation actuelle et la reproduction par Macky Sall du scénario ivoirien, il est encore possible de faire en sorte que notre pays ne vive pas la même tragédie que notre voisin Ouest-africain. En invoquant d’ores et déjà très massivement notre droit constitutionnel de résistance à l’oppression et surtout en l’exerçant, nous avons toutes les chances de faire de la dictature de Macky Sall une simple parenthèse, certes horrible et sanguinaire par ses effets, mais qui se refermera inéluctablement avant février 2024. Pour restaurer la démocratie et donc la paix civile, il nous faut nécessairement aller à des élections inclusives en février 2024. Autrement, nous ne sommes pas à l’abri du syndrome ivoirien.

 Par Oumar DIA, Maître de conférences titulaire, Département de Philosophie, Université Cheikh Anta Diop


21 Commentaires

  1. Auteur

    Dr Tasfir Ba, Ugb

    En Juin, 2023 (18:51 PM)
    Ane wari youma mbambou
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2023 (19:33 PM)
      Oumar dia,  rat de plus. Que tous les rats sortent des égouts. Ainsi sera t il plus facile de nettoyer au karsher la place publique des ennemis de la démocratie, adeptes de la pensée unique nauséabonde de pastef. Allez manifestez vous. 
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2023 (19:35 PM)
      Gonna bouri for. Ko mèdatonko doo heading always laakara. Ndoutodè é Allah koulon sèda maaydé arat
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2023 (21:47 PM)
      Merci aux peuls sénégalais qui se battent pour un sénégal de paix. 
      Le Sénégal à l'épreuve de la dictature. 
      Le Sénégal vivra et le dictateur périra 
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2023 (22:45 PM)
      Je n'ai pas tout lu car le texte est long, mais je suis vraiment ravi de voir cette prise de position de quelqu'un qui n'a que des coups a prendre en le faisant, mais qui decide quand meme d'affirmer sa position. Merci a vous Monsieur. macky sall va finir dans les poubelles de l'Histoire du Senegal, peut etre meme litteralement comme Caucescu, il n'y a que lui et ses courtisans qui ne l'ont pas encore compris. 
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2023 (23:22 PM)
      Je suis d'accord avec toi que l'auteur a du courage et beaucoup de mérite. Un texte moins long, to keep it short and simple pour la prochaine fois, fera l'affaire. 
    {comment_ads}
  2. Auteur

    Nit

    En Juin, 2023 (19:05 PM)
    Tellement d'effort déployé pour faire paraitre le Sénégal comme une dictature ou en recul démocratique alors qu'il n'en est rien ! Au Sénégal, les libertés civiles et politiques ne sont aucunement menacées. Tous les jours, des gens utilisent des tribunes pour dire tout ce qu'ils veulent contre l'État et les autorités et continuent de vaquer tranquillement à leurs occupations.

    Les oppositions sont quasiment majoritaires dans les assemblées représentatives du peuple. Leur cadres occupent des postes clefs dans l'administration tout en dénigrant celle-ci. On compte un pléthore d'organes de presse, de partis politiques, d'organsations dites de la société civile... 

    C'est vraiment se ridiculiser que de vouloir comparer le Sénégal à des pays comme le Rwanda, par exemple.  
    {comment_ads} {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2023 (21:13 PM)
      Dans une dictature le pouvoir assassine impunément et c'est ce qui se passe au Sénégal. Dans une dictature on interdit les manifestations et on les réprime et ça aussi ça se passe au Sénégal. Dans une dictature on embastille arbitrairement et ça aussi ça se passe au Sénégal. Si le Sénégal n'est pas une dictature, qu'est-il?
    {comment_ads}
    Auteur

    En Juin, 2023 (19:23 PM)
    Autant de légèreté et d'absence de nuance de la part d'un maitre de conférence en philosophie me laisse sans voix.
    {comment_ads} {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2023 (22:47 PM)
      Evidemment, et votre commentaire argumente et etaye qui revient en detail sur tous ces soi-disant manquements nous a tous convaincu. 
    {comment_ads}
    Auteur

    En Juin, 2023 (19:28 PM)
    Bof rien de brillant dans votre assiette 
    {comment_ads}
    Auteur

    Abou

    En Juin, 2023 (19:29 PM)
    Un intellectuel doit être equidistant dans ses analyses. 

    Vous parlez de démocratie en recul or pour mettre en œuvre son bien être pouvoir comme opposition doivent respecter les règles et principes et ici vous n'osez pas parlé de la posture d'une certaine opposition que le Sénégal n'a jamais connu depuis les indépendances. 

    Une opposition violente, insultante qui n'accepte pas la contradiction, qui défie à la fois les autorités administratives, judiciaires et religieuses, mais plus grave les institutions étatiques. 

    Donc cher Monsieur votre contribution est biaisée et ne sert absolument à rien dans la mesure où vous avez peur de le dénoncer ou vous cherchez juste le buzz et pour un intellectuel de votre trempe c'est simplement honteux et pathétique.

    Surtout pour un professeur d'université de L'UCAD qui a vu et assisté ce qui vient de se passer dans le temple du savoir et que vous passez sous silence c'est même inquiétant à moins que vous fassiez partie des pyromanes en cagoule et partisan d'un certain opposant qui était aussi en cagoule en allant dans un salon de massage et qui a ensuite crié au complot et appelé au mortal combat. 
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2023 (21:09 PM)
      Le pouvoir assassine impunément les sénégalais et c'est cela le premier problème. Le reste est secondaire sauf si tu es un monstre assoiffé de sang comme le dictateur.
    {comment_ads}
    Auteur

    En Juin, 2023 (19:56 PM)
    Macky Sall est devenu l un des plus sanglant dictateur d Afrique.
    {comment_ads}
    Auteur

    En Juin, 2023 (20:09 PM)
    Si c'est ça l'analyse d'un prof de philo de l'UCAD alors je commence à comprendre pourquoi des étudiants ont saccagé l'université. Pathétique.   
    {comment_ads}
    Auteur

    Dia

    En Juin, 2023 (20:10 PM)
    C'est devenu une pratique réelle. Pour être lu, écouté ou bénéficié d'une infime considération, il faut juste être contre Macky Sall et dire de connerie sur lui. Or, le recul de la démocratie au Sénégal est causé par les hors-la-loi et ceux qui se cachent derrière la liberté d'expression.
    {comment_ads}
    Auteur

    Paco

    En Juin, 2023 (20:11 PM)
    Sonko jacuzzi est l homme politique le plus malhonnête et le plus indiscipliné de l espace politique sénégalaise un menteur de classe exceptionnelle un salafiste doublé d'un amateur des bines bines de adji Rabi Sarr il lit le coran le jour là nuit il s amuse avec les bines bines de adji Rabi Sarr 
    Auteur

    En Juin, 2023 (20:23 PM)
    Ce texte truffé de platitudes, d'approximations et de concepts visiblement mal maîtrisés est indigne d'un enseignant du supérieur
    {comment_ads}
    Auteur

    Gadio

    En Juin, 2023 (20:25 PM)
    Dans toutes les dictatures, c'est un parti unique. Pas d'opposition ou en exil.

    Rien d'autre à ajouter.
    {comment_ads}
    Auteur

    Djibson

    En Juin, 2023 (20:33 PM)
    Nos professeurs de fac qui produisent des dissertations d'élève de terminale, sans profondeur ni nuance, bof. 
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2023 (21:05 PM)
      Je trouve plutôt que son texte se fonde sur une radicalité de la raison et sur une exigence de vérité. C'est ça le philosophe. Toute autre attitude est une attitude de sophiste.
    {comment_ads}
    • Auteur

      Djibson

      En Juin, 2023 (23:42 PM)
      Yow élève de terminale nga. Ay sophistes aki nioom Socrate. D'ailleurs vous pensez que Socrate a forcément raison ? 
    {comment_ads}
    Auteur

    En Juin, 2023 (20:35 PM)
    DIEU nous doit un professeur de philosophie. Je comprends le niveau des étudiants 
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2023 (22:21 PM)
      On a beau mettre de l'or parfumé dans un caniveau, il n'en sentira pas bon et n'en brillera  pas pour autant.
    {comment_ads}
    Auteur

    Et Le Pse Si On En Parle

    En Juin, 2023 (21:18 PM)
    Dans tous les cas aucun régime sénégalais sauf celui de Macky Sall n'a incité le moindre juriste au monde à traîner le Sénégal devant la CPI  que cette demande n'aboutisse ou non la crainte s'installe en même temps que la honte sur le pays.   Régime dictatorial oui sinon comment expliquer l'isolement de la région la plus productive du pays sans parler de l'assignassions à domicile du leader de l'opposition doublé du politicien le plus populaire du pays 
    {comment_ads}
    Auteur

    Yero

    En Juin, 2023 (22:05 PM)
    Il écrit beaucoup pour ne rien dire. Depuis le Sudes est devenu un fantôme syndical. Il ne fait plus partie des 7 syndicats les plus représentatifs dans l'enseignement.  Normal, vu ce prototype. 
    {comment_ads}
    Auteur

    Moussa Sylla

    En Juin, 2023 (22:29 PM)
    Il a besoin de lire Nietzsche pour saisir ce qu'il nomme homme du ressentiment.
    {comment_ads}
    Auteur

    En Juin, 2023 (23:07 PM)
    Quelle piètre "rédaction"! Pas étonnant que les étudiants de l'Ucad soient des cancres pestiférés ! Un bon point : un ennemi de la République vient clairement de se découvrir ! 
    Auteur

    Œuf

    En Juin, 2023 (23:36 PM)
    Les diadiabes sont des oeufs (bothiode) ce que pond la poule.

    Celui là est un très grand œuf. 

    Un maître de conférence? Quelle désastre !
    {comment_ads}
    Auteur

    Quantbusiness

    En Juin, 2023 (01:56 AM)
    Il ne faut pas du tout vous faire l'avocat du diable avec une belle dissertation pour defendre l'indefendable si vous me permettez cette expression. C'est a dire une agression premeditee  des institutions de la Republique. Sans ces intitutions il n'existe plus un Etat de droit. Les citoyens ont des devoirs qui ne souffrent d'aucune exception. Mieux un maire et des elus de ces intutitons ont des obligations en sus de ces devoirs precites. Il faut eviter ce qu'il convient d'appeler "le melange des genres" en donnant des exemples qui n'ont aucune similarite avec le cas du Senegal. Je pese bien mes mots et aucun argument ne peut justifier ce qui s'est passe au Senegal avec Sonko et son parti Pastef. George Busch Jr n'a jamais invente "une guerre preventive". Ce concept est plus connu sous le nom d'attaque preventive pour la securite nationale de USA. Il a ete elabore par un groupe d'experts qui font partie de l'equipe en charge de la "securite nationale des USA" pour lutter contre le terrorisme post attaque du 19 Septembre 2001. L'idee consistait a mettre en garde les pays et organisations qui etaient juges a l'epoque comme des sponsors du terrorisme. C'est justement ce qui lui a valy une reelection car les americains ne badinent avec leure securite. Permettez moi d'utiliser cette meme analogie pour le Senegal avec le cas de monsieur et son equipe ou sa clique de Pastef. Au nom de quel principe ce gouvernement doit regarder ces delinquants detruire le pays? Il existe des limites a tout. Please don't tell me about human dringhts or freedom.
    {comment_ads}
    Auteur

    En Juin, 2023 (21:07 PM)
    MachAllah toutes mes félicitations mon maître Docteur Oumar DIA ! MachAllah très beau texte de vous qui vient de dénoter une fois de plus votre authenticité-anti-mauvaise foi, et votre conscience citoyenne.... J'ai adoré de vous lire comme toujours mon maître... 👍🙏❤️👏
    {comment_ads}
    Auteur

    En Novembre, 2023 (09:28 AM)
    Magnifique contribution! 

    Je voudrai dire à ceux qui s'adonnent à l'exercice du laminage que l'intellectuel n'a pas peur de la critique. Celle-ci est fonctionnelle mentale liée à son activité. 

     En revanche, ce qui comptent empêcher un débat sérieux et qui veulent faire taire des voix inspirées en essayant de les égratigner sans fondement, ils se trompent lourdement et perdent leur temps au delà de tout.

     

     

     

     

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email