Dimanche 26 Mai, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Contribution

[Tribune} Sénégal : le corps des femmes, cet objet politique (Par Le Réseau des Féministes du Sénégal)

Single Post
[Tribune} Sénégal : le corps des femmes, cet objet politique (Par Le Réseau des Féministes du Sénégal)
Le 1er Juin 2023, la justice sénégalaise a finalement délibéré sur l'affaire Sweet Beauty, dans laquelle Adji Sarr, jeune femme employée de ce salon de massage, avait accusé de viol Ousmane Sonko,  président du parti politique Pastef et candidat à la présidence en 2024.

L’accusé a été acquitté des menaces de mort, mais les accusations de viol ont été requalifiées en corruption de la jeunesse. Il a aussi été condamné à 2 ans de prison ferme et à verser 20 millions de FCFA à la victime Adji Sarr, de même que 600 000 FCFA à la justice, en guise de dommages et intérêts. Ndèye Khady Ndiaye, propriétaire du salon de massage, a elle été condamnée à 2 ans de prison ferme pour incitation à la débauche, le paiement d’une amende de 600 000 FCFA et la fermeture de son salon ordonnée.

À la suite de ce verdict, de violents troubles ont secoué le Sénégal pendant des jours occasionnant des morts, des viols de femmes, des saccages de biens publics et privés. Le bilan est macabre. On dénombre plus de 20 morts selon les sources officielles, 500 personnes arrêtées et 8 cas de violences sexuelles sur les femmes ont été rapportés, de même que de nombreux cas de disparitions de personnes. Nous nous inclinons devant ces pertes humaines et nous dénonçons la violence et le saccage des biens publics et privés.

Lecture féministe du verdict

Nous avons été troublées par ce verdict, que nous avons jugé ambigu et confus. Quel que soit l’angle de lecture, ce verdict vient porter un coup dur à la lutte pour les droits des femmes au Sénégal, tout particulièrement en ce qui concerne les acquis criminalisant le viol. Le viol n’est pas écarté, mais requalifié en corruption de la jeunesse. Toutefois, la nature malsaine des relations sexuelles que Ousmane Sonko a entretenues avec Adji Sarr est établie. Les juristes expliquent la corruption de la jeunesse comme étant une forme de contrainte morale ou de pression psychologique qu'un adulte impose à un jeune de moins de 21 ans. Au moment des faits, Adji Sarr était âgée de 19 ans et Ousmane Sonko, 46 ans. En raison du statut social précaire de Adji Sarr, ce verdict suggère qu'il y a eu des contacts sexuels illicites entre les deux, mais pas de viol.

Le viol est l'un des crimes les plus difficiles à prouver, dans un système juridique avec des institutions sexistes où le fardeau de la preuve repose sur les épaules des plaignantes. Les personnes qui croient en la parole des survivantes comme Adji Sarr, considèrent que les troubles et la notoriété de l’accusé ont joué en sa faveur pour une requalification des faits pour un crime passible de 10 ans d’emprisonnement. Le doute profite aux accusés certes. Cependant, la condamnation de Ndèye Khady Ndiaye vient renforcer le fait que le salon de massage n'était pas destiné à des activités licites, ce qui montre que l’accusé n'était pas là pour un simple massage comme il l’avait déclaré. Les services que le salon offrait comme “body-body, finitions” sont à connotation sexuelle. Certains disent qu'il ne s'agit pas d'un procès de moralité, cependant il convient de s’interroger sur le fait qu’un homme de 46 ans fréquente tard dans la nuit et durant un couvre-feu un endroit où une jeune femme de 19 ans, socialement et économiquement vulnérable, exerce un métier qui fait d’elle une proie facile.

Toute survivante qui ose briser le silence doit être crue et soutenue. Les autorités judiciaires (en majorité des hommes), semblent réticentes à appliquer la récente loi criminalisant le viol. Pour rappel, malgré des dizaines d’années de luttes des associations féminines, le viol était considéré comme un simple délit au Sénégal et la loi instaurant sa criminalisation a été promulguée en Janvier 2020, à la suite de plusieurs cas de viols suivis de meurtres. L’hésitation à l’application de la loi et la fréquence des requalifications d’accusations de viol en délits démontrent à quel point nos tribunaux sont réticents. Le viol est répandu et banalisé dans le pays et les hommes qui en sont accusés s'en tirent presque toujours à bon compte.

Toutes les discussions et les actes autour du procès, de même que le verdict, sont révélateurs de plusieurs réalités sociales au Sénégal, notamment la vulnérabilité de jeunes filles fragilisées par un système patriarcal qui se fortifie en les exploitant.  Le processus de vulnérabilisation dans lequel sont mises des jeunes filles qui ont le profil de Adji Sarr, les inscrit au carrefour de plusieurs oppressions, au cœur desquelles nous retrouvons le sexisme, le classisme, et l’exploitation sexuelle. La détérioration des conditions de vie de la population fragilise particulièrement les jeunes et les femmes qui sont doublement impactées. Que ce soit dans les domaines de l’éducation, de la santé, de l’économie, de la représentation politique et dans les instances de prise de décision, les droits des femmes sont de plus en plus bafoués.

En utilisant cette affaire privée à des fins politiques, les deux camps, l’opposition comme le parti au pouvoir, se rejoignent sur un point : ils fragilisent la parole et le corps des femmes et accentuent leur asservissement dans une société foncièrement misogyne. Le pays tout entier est aujourd'hui pris en étau entre les caprices de deux hommes puissants. Et le mutisme du Président de la République sur la question du troisième mandat, porte préjudice aux femmes et accentue leur vulnérabilité, car cela a servi de prétexte à la politisation d’une affaire privée entre deux citoyens sénégalais. Le corps de Adji Sarr est ballotté entre les deux camps et il leur sert de punchingball.

Ce qui a été évident ces dernières semaines, c’est que nous avons assisté à un simb  international misogyne au sein duquel les hommes s’engagent dans un duel de mots dans les médias, invisibilisant la survivante, en ignorant les faits initiaux. La violence endémique (aussi bien verbale que physique) contre les femmes et les filles est légion dans le pays. À l'heure actuelle, 36 jeunes filles âgées de 6 à 16 ans ont été abusées sexuellement par un maître coranique aux alentours de Touba. Il s’est rendu de lui-même aux autorités policières. La suite? Nous l’ignorons. Pendant ce temps-là, ses victimes vivent avec ce traumatisme. Nous recevons déjà les échos de leur marginalisation dans leur communauté où on les rend coupables de ce qui leur est arrivé.

Les féminicides sont de plus en plus nombreux, les violences de toutes natures prolifèrent, et pourtant peu osent briser le silence ou entamer une procédure judiciaire pour demander réparation. Si on y ajoute le récent durcissement (radicalisation) du discours politique et la fermeture de l'espace civique, on assiste à un avancement d’un discours masculin auto-centré où les doléances des femmes sénégalaises restent à la périphérie et ne sont pas prises en compte.

La banalisation du viol

On constate une banalisation endémique du viol au Sénégal et nombreux sont ceux qui, ignorent ce qu'est un viol . Dans l'imaginaire collectif, le viol est juste un flirt trop poussé, un consentement ignoré mais qui ne prête pas à conséquence. En se moquant de l'apparence de sa victime avec des propos abjects: "Si je devais violer, je ne violerais pas une guenon frappée d'AVC", Ousmane Sonko considère que l’agression sexuelle est une forme de flatterie, une faveur accordée à toute femme qui le mériterait. Au-delà de la caricature animalière et du validisme de ces mots, faut-il lui rappeler que le viol n'est ni romantique, ni même une affaire de sexe. Le viol est une question de pouvoir et de contrôle qui n'a rien à voir avec l'apparence de la victime. Autrement, ni les bébés, ni les petits enfants ne seraient violés !

Les accusations selon lesquelles Adji Sarr aurait été manipulée sont sexistes et infantilisantes. Ces allégations suggèrent que les femmes sont incapables d’elles-mêmes de formuler des accusations de viol. Ce discours renforce les stéréotypes sexistes et minimise la parole des femmes qui dénoncent des violences sexuelles. La valeur de la parole des survivantes de viol est aussi questionnée. À chaque fois qu’une survivante de viol arrive à dénoncer, ce sont des efforts physiques et psychologiques qu’elle a dû faire avant d’en arriver là. De même qu’il n’y a pas une figure typique de violeur, il n’y a pas un profil parfait de survivante. Chaque survivante a sa manière de vivre son traumatisme et de se reconstruire. Adji Raby Sarr ne fait pas exception. Monsieur Sonko, non plus, même s’il est affublé du sobriquet “mou sell mi”.

Le viol est une arme de domination et les femmes sont les premières à en payer le tribut. Durant les récents troubles, huit femmes ont été violées, trois étudiantes à l'université Assane Seck de Ziguinchor et cinq autres par des hommes encagoulés qui ont attaqué l'hôtel-bar Columbia  à Diamniadio. Le corps des femmes est chosifié et fait partie du bien public à piller comme les commodités volées lors des manifestations, corvéable à merci et consommable à volonté.

Le traitement médiatique de ces deux dernières années a aussi révélé son lot de misogynie. Dans une tribune antérieure, nous alertions déjà sur la représentation et le traitement des violences sur les corps des femmes dans la presse sénégalaise . Le sensationnalisme, le racolage et le voyeurisme sont la règle pour traiter des violences sexuelles.

La chasse aux féministes

Ce verdict a renforcé la précarité des féministes qui ont soutenu la prise de parole de Adji Sarr. Aujourd'hui, la croire, c'est s'exposer à la lapidation et aux menaces. Durant les troubles du 1er et 2 juin 2023, des jeunes manifestants ont rudoyé une militante des droits des femmes. De même, des noms et des photos de plusieurs féministes sénégalaises ont été diffusés sur les réseaux sociaux, incitant à leur traque. Les féministes sont comme mises au ban de la nation, exclues pour avoir eu l'outrecuidance d'exercer un tant soit peu leur esprit critique en refusant de répondre à l'injonction au silence. Ce sont là des logiques de silenciation classiques auxquelles les féministes sont quotidiennement confrontées, aussi bien dans la sphère publique que privée. L’hostilité de l’espace public sénégalais aux discours et actions féministes est une réalité prégnante depuis plusieurs années. Le refus de la perte des privilèges masculins a installé un climat délétère.

Il est tout de même paradoxal que dans d’autres cas d’abus sexuels, la société fait appel aux féministes. Mais dans l’affaire Sweet Beauty, les féministes sont attaquées, car elles mettent la parole d’Ousmane Sonko en doute. Les militantes, de même que les chercheuses autour des questions de genre sont utilisées comme une arme à double tranchant. On recherche souvent leur expertise, tout en discréditant leur parole.

La voix des femmes doit aujourd'hui se libérer de cette gangue dans laquelle l'a emprisonnée le vacarme des politiciens assoiffés de pouvoir. Les faits autour de l’affaire Sweet Beauty doivent être rapportés dans leur implacable vérité, nonobstant les suppositions, les préjugés, les à priori et les stéréotypes. Leur chronologie ne laisse aucun doute pour un esprit libre. Une affaire privée a été instrumentalisée à des fins politiciennes pour éviter à un leader politique d'avoir à répondre de ses actes. Que cette même affaire ait servi à l'autre camp pour éliminer un adversaire politique, c'est fort possible compte tenu de l'histoire récente du pays. En amalgamant la politique et les affaires privées, les politiciens ont réussi à fragiliser la parole et le corps des femmes désormais jetés en pâture aux instincts les plus féroces d'une société foncièrement misogyne qui ne reconnaît aux femmes que le droit au silence.

Ce que veulent les féministes

Nous voulons un pays plus égalitaire où la paix, la justice et la dignité seront pour tous.tes les citoyen.nes. Nous demandons :

?    La mise en place de politiques qui prennent en compte toutes les couches sociales
?    Le renforcement de la sécurité des femmes et des enfants
?    L’application totale de la loi 20.05, portant sur la criminalisation du viol et de la pédophilie
?    La confidentialité des données personnelles des survivantes
?    L’implantation de tribunaux spécialisés pour juger les auteurs d’agressions sexuelles
?    Une prise en charge holistique effective et gratuite qui englobe une intervention médicale, psychosociale et juridique, de même qu’une prévention et une réponse centrées autour des survivantes
?    Une révision des manuels de formation de toutes les personnes impliquées dans la prise en charge des survivantes pour renforcer leur capacité à apporter des réponses adaptées aux traumatismes
?    Une formation plus rigoureuse de la presse au traitement médiatique des questions de violences sexuelles et sexistes

Compte tenu de l’ampleur de la crise que traverse le pays, nous demandons au Président de la République Macky Sall de s’adresser directement au peuple et de clarifier ses intentions quant au troisième mandat.

L'exception sénégalaise comme exemple de démocratie en Afrique n'est qu'un mirage. Elle s’est construite au détriment des femmes qui n'ont pas exprimé les souffrances qu'elles subissent quotidiennement dans une société hypocrite dans sa façon de traiter les femmes et les enfants. Nous assistons à l’expression d’une masculinité sénégalaise en parfaite hégémonie sous fonds de destruction et d’abus des femmes. Plus que jamais, nous affirmons notre détermination à ôter ce bâillon qui nous étouffe. Rien ni personne ne réussira à nous exclure de cette nation. Citoyennes à part entière, nous entendons bien exercer nos droits et accomplir nos devoirs sans céder aux terroristes des idées et aux mercenaires de la plume. Nous dénoncerons tous les abus, toutes les exactions, tous les excès, tous les viols et surtout nous n'abandonnerons jamais notre esprit critique qui fait de nous des femmes libres qui n'ont aucun besoin de maîtres à penser.

Le Réseau des Féministes du Sénégal



13 Commentaires

  1. Auteur

    En Juin, 2023 (20:26 PM)
    Macky le pire ennemi des femmes

    Après avoir utilisé adji sarr comme bouclier Politique, 

    Il vient de mettre 15 bracelets électronique à 15 femmes du bois sacré, qui ne comprennent toujours pas ce qui les arrivent
    Top Banner
    • Auteur

      Poseidon Badji

      En Juin, 2023 (22:52 PM)
      Le premier combat des féministes c'est de sensibiliser les femmes. Il faudrait une pédagogie visant à faire comprendre que l'accusation de viol est une arme à double tranchants. Qu'il ne vaudrait pas l'utiliser à tord et à travers par vengeance ou par cupidité. 
      Donc l'ennemie numéro 1 du féminisme c'est certaines femmes qui pense avoir dans leurs aquis un moyens lucratif à mondre coût. Si ce combat est gagné, le viol reytrouvera toute sa crédibilité et aucun homme ne s'aventurera à jouer à un jeu dont il est coupable pas hypothèse. Vous avez laissé faire
      Donc aujourd'hui de part votre silence sur les multiples contradictions de Adji  'rat bi',  vous avez votre part de responsabilité dans cette banalisation du viol. Votre silence est un silence complice et coupable.
      Vous auriez dû l'arraché de la commédie de el hadji djouf, un violeur reconnu comme tel par la loi. Vous avez donc une instrospection à faire sur votre attitude afin d'avancer dans cette cause commune que vous souhaitez défendre. 
      Evidemment, plaider seul pour viol et perdre c'est un coup difficile à surmonter mais avec djouf comme avocat c'etait prévisible et surtout que  le dossier manifestement vide.
      Faîtes le ménage, c'est un préalable.
      Bon courage!
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2023 (01:43 AM)
      Senegalese women are traditionally so used to play on man relationship no matters they can to gain advantages, that the new reality of criminalization of rape in the modern world get them caught on the wrong side and when they claimed rape or domestic violence investigations and inquiries prove them wrong in most of the cases. And that is harder to understand by people no familiar to senegalese culture, many feminist organization failed and disappointed to see many of the cases that they jumped on end up to be a false accusations on an normal male citizens
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2023 (01:46 AM)
         Combien de femmes ont faussement accusé des hommes pour se venger d'eux qui a fini par les mettre en prison ou acquitter ont du mal à faire payer leur accusatrice les conséquences de leurs actes 
    Top Banner {comment_ads}
  2. Auteur

    Sera

    En Juin, 2023 (20:28 PM)
    Qui sont les organisations signataires Qui est la Présidente du réseau ? Le siège est où ? Quand une AG à t elle crée le réseau ?

    Vous prenez les gens pour des corniauds

    Ce réseau est pure invention par une seule personne qui veut  capter des fonds en faisant croire que les femmes sont opprimées

    L'exemple de Aji SARR est improductif car charriant des contre valeurs
    {comment_ads}
    Auteur

    SÉnÉgalais

    En Juin, 2023 (20:56 PM)
    L'heure est à l'apaisement; il ne faut pas enflammer la situation.

    Ne cherchez pas à déformer le verdict : "

    Sonko est acquitté du chef d'accusation de menaces de mort et celui de viol et condamné pour corruption de jeunesse."

    VIVE LA PAIX !

    VIVE LE SÉNÉGAL !
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2023 (21:38 PM)
      Sénégalais, non SONKO n'a pas été acquitté du viol, le juge a requalifié l'acte de SONKO en "corruption de la jeunesse" qui en français facile "acte de débauche commis sur  une jeune fille de moins de 21 ans " .En gros Ndèye Khady Niang et SONKO organisait des partouzes à Sweet beauté où des jeunes filles pauvres étaient offertes à des hommes contre espèces sonnantes et trébuchantes .C'est le terrorisme que SONKO et ses disciples ont exercé sur les institutions qui ont amené le juge à ce verdict, mais le VERDICT DIVIN  attend SONKO avec un chatiment inimaginable pour ce crime de viol qui est un grand péché .
    {comment_ads}
    • Auteur

      Poseidon Badji

      En Juin, 2023 (23:11 PM)
      Pensez que adji sarr avait moins de 21 ans est de la malhonnêteté intellectuelle. Il aurait fallu faire appel au carbone 14 pour dater cette vielle, avant de nous sortir un délit colonial. 
    {comment_ads}
    Auteur

    SÉnÉgalais

    En Juin, 2023 (21:03 PM)
    Suite...

    Dire que le chef d'accusation de viol est requalifié en celui de corruption de jeunesse est PUR MENSONGE.

    Arrêtez de vouloir le verdict lu par tous.

    D'après le juge, il n'y a pas de menaces de mort ni de viol. Par conséquent, il faut arrêter de parler de viol dans cette affaire et œuvrer pour la paix dans notre cher pays.
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2023 (21:23 PM)
      C'était une relation consentie entre une prostituée et un homme marié voilà tout. Massage 4 mains avec finition ne laisse pas d'ambiguïté sur le caractère sexuel de la relation. Sonko avait l'habitude de prendre son plaisir là bas, jusqu'à ejaculation. Le malheur est que la fille était mineure, donc c'est illégal et Sonko a été condamné.
    {comment_ads}
    Auteur

    En Juin, 2023 (21:17 PM)
    Bravo à ces dames.

    oui il y a du travail concernant la place des femmes maigres les exceptions de sénégalaises qui ont fait notre fierté. 
    Top Banner
    Auteur

    En Juin, 2023 (23:31 PM)
    Enfin une sortie qui analyse de façon objective et froide les récents événements au Sénégal. 

    Merci !
    {comment_ads}
    Auteur

    Diaraf

    En Juin, 2023 (23:52 PM)
    Je le dis HAUT et fort que à l'image de adji sarr cette association de féministes contribue fortement à causer du TORT aux vraies personnes violées comme MOI. Arrêtez d'utiliser les causes mensongères comme celle de adji sarr pour lutter contre le viol. J'ÉTAIS UN JEUNE GARÇON D'ENVIRON 6 ANS QUAND J'AI ÉTÉ VIOLÉ PAR UNE FILLE qui avait environ 18 ans. Jusqu'à aujourd'hui à mes 53 ans je ressens encore les séquelles physiques et psychologiques. Je dois même demain alors rencontrer mon médecin de famille et sans lui parler directement de ce problème (parce que je n'en ai jamais parlé de vive voix à part sur ce site dans l'anonymat) je vais lui dire autres choses qui pourrait peut-être apporter un remède à ce que je vis. Un ou une violée ne peut être aussi joyeux comme adji sarr. Un ou une violée ne peut aller au tribunal en se pavanant comme une actrice de cinéma prête à monter les marches du tapis rouge du festival de cannes pour recevoir le prix de la meilleure actrice. Un ou une violée ne peut se contredire plusieurs fois jusqu'à dire qu'elle faisait un jeu de mensonges en parlant de ce viol. 

    Arrêtez d'utiliser des causes aussi nobles telle que la lutte contre le viol pour avoir des prebandes ou des rançons d'organismes internationaux voire un appel de mamour Diallo qui ne voit plus les nombreuses dorkat comme Gabrielle kane, Hélène gaye ou fouta tampi ou maty une pomme. Évitez de mêlez votre histoire de féministes à celle des courtieres ou chasseuses de primes dont je viens de citer plus haut. Le viol est un crime odieux, dégueulasse, lâche auquel on ne doit pas faire du marchandise financier ou une voie de reconnaissance personnelle. 
    {comment_ads}
    Auteur

    En Juin, 2023 (01:34 AM)
    c'est honteux d'être d'aussi malhonnêtes. Même pas le courage de signer,.., 
    {comment_ads}
    Auteur

    Patriote

    En Juin, 2023 (05:28 AM)
    J'estime que le texte est bien écrit. Un condensé de raisons d'une objectivité débordante. Le tout, contre notre ami Sonko. L'essentiel étant de voir si le texte reflète la réalité et non pas les organisations signataires. 

    Wa Salam. 

     

     
    Top Banner
    Auteur

    Roparzh

    En Juin, 2023 (08:36 AM)
    Bravo pour cette tribune, habitué de l'Afrique et du Sénégal en particulier, je suis toujours surpris du rôle de citoyen de deuxième catégorie que les hommes attribuent a leur femmes et filles. Et pourtant leur rôle y est primordial partout en Afrique. J'avais le presentiment que pour des raisons politiques , la justice allait diminuer la charge du crime. Cela a commencé par le gynéco qui s'est dégonflé ( et votre serment d'Hypocrate monsieur le docteur?). Alors bravo et courage les sœurs, l'égalité est un long chemin!

     
    {comment_ads}
    Auteur

    En Juin, 2023 (08:37 AM)
    Texte bien écrit. Plus court, il aurait eu certainement plus de lecteurs. Dommage qu'il ne soit pas diffusé 2 ans avant et de façon régulière 
    {comment_ads}
    Auteur

    En Juin, 2023 (18:59 PM)
    Taisez-vous et honte à vous. L'histoire retiendra que dans ce combat de David et Goliath, vous avez rasé les murs comme tous les laches et toutes les laches de ce pays. Vous avez honteusement laissse à Adji à elle seule. livrée au vindict populaire. Elle a été lynchée, insultée salie par les médias. Rien ne vous a émues.  Deux ou trois héroïnes se sont érigées en bouclier. Saluons aussi le courage de peu d'hommes dans ce combat. Mention honorable à l'état, tous corps confondus, toujours présents aux côtés du peuple le plus démuni.
    {comment_ads}
    Auteur

    En Juin, 2023 (19:01 PM)
    Des féministes qui sont pour la polygamie et contre l'avortement ...hum... une féministe 
    Top Banner

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email