Mercredi 13 Novembre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Economie

"Air Sénégal ne se fera pas que des amis"

Single Post
"Air Sénégal ne se fera pas que des amis"

Philippe Bohn est prévenu. La concurrence ne fera aucun cadeau à Air Sénégal, la compagnie qu'il dirige depuis quatre mois et qui sera lancée jeudi prochain, à l'occasion de l'inauguration de l'Aéroport international Blaise Diagne (Aibd). Et si l'accueil s'annonce glacial, c'est la faute à sa stratégie consistant à faire grandir très vite son entreprise.

"La volonté (de la compagnie) d'empiéter sur la chasse gardée des majors européennes (en vol direct) et de la Ram (via son hub de Casa) est mal perçue par ces dernières, qui ne feront rien pour lui faciliter la tâche", prédit une source de Jeune Afrique dans l'édition de l'hebdomadaire paru ce lundi.

En effet, informe JA, Air Sénégal compte, dès 2019, faire du long-courrier son relais de croissance. Destinations visées : Paris, Londres, Beyrouth, New York et São Paulo.

Affichant la preuve de ses ambitions, la compagnie sénégalaise s'est engagée, le 16 novembre dernier au salon aéronautique de Dubaï, pour l'achat de quatre Airbus A330 Neo dont deux en option.

Cette stratégie est compréhensible, de l'avis des connaisseurs du secteur. "Ramené au kilomètre par passager, le long-courrier sur le continent africain est le plus profitable", indique un expert dans les colonnes de JA.

Par ailleurs, souligne le directeur adjoint d'Air Sénégal, Jérôme Maillet, "une compagnie qui ne dispose que d'une demi-douzaine d'avions est encore plus exposée à la concurrence, il lui faut croître très vite".

Cependant Air Sénégal commencera par des vols domestiques (Ziguinchor) et fera des sauts chez certains proches voisins du Sénégal comme la Mauritanie (Nouakchott), le Cap-Vert (Praia) et la Gambie (Banjul).


Article_similaires

21 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2017 (17:48 PM)
    N'oubliez pas Dakar-Addis Ababa, ligne très profitable, avec un arrêt à Nairobi.
    • Auteur

      Reply_author

      En Décembre, 2017 (18:00 PM)
      il faut arreter d'acheter des atr. meme pour les moyens courriers faut acheter des beoing ou airbus, la duréé de trajet et le confort sont des avantages comparatifs
    • Auteur

      Dépot De Bilan

      En Décembre, 2017 (23:16 PM)
      dépot de bilan dans 4 a 5 ans.....
      les toubabs vont encore encaisser des centaines de milliard.....
      wait and see.....
    • Auteur

      Reply_author

      En Décembre, 2017 (09:47 AM)
      avec une aussi courte desserte , on n'avais besoin de '' face de rat" comme dirigeants
  2. Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2017 (17:52 PM)
    Bonne chance à Air Sénégal! Par patriotisme tous les sénégalais doivent voyager avec cette compagnie! VIVE LE SENEGAL!
    • Auteur

      Ram

      En Décembre, 2017 (19:01 PM)
      depuis que le gouvernement sénégalais a déclaré son intention de reprendre l’intégralité du capital de la compagnie aérienne air sénégal internationale (asi), les choses n’ont pas avancé d’un pouce. le directeur général marocain, mohamed el yaalaoui, nommé par l’actionnaire majoritaire, la royal air maroc (ram) est toujours en place et gère les affaires courantes, en se tournant les pouces, alors que la situation de la boîte se dégrade de jour en jour. le déficit cumulé de trois exercices, 2005, 2006 et 2007, dépasse aujourd’hui les 14 milliards de francs cfa. a la fin du mois d’août, la compagnie va devoir couvrir toutes ses dessertes avec deux aéronefs, parce qu’elle aura remis à son loueur, deux avions boeing 737-700 avec lesquels elle faisait certaines rotations depuis 2002.

      faute d’avoir pris des dispositions à temps pour renouveler le contrat, ou pour trouver de solutions alternatives auprès d’un autre loueur, asi aura, avant la fin de l’année, perdu plus de la moitié de sa flotte, parce qu’il ne lui restera qu’un b 737-700, qui est en crédit-bail, ainsi que le dash 8, qui lui sert pour les navettes intérieures. a côté de cela, il y a une bonne partie du personnel qui semble démotivé, du fait de traitements salariaux parmi les plus bas du secteur, et par l’incertitude sur l’avenir de la compagnie et la pérennité sur l’outil de travail. c’est, brièvement, la situation que va trouver ce matin, la commission mixte marocco-sénégalaise qui se retrouve à dakar, après une très longue séparation, pour évaluer les modalités du transfert du capital de la compagnie. au-delà des modalités pratiques pour assurer la continuité du fonctionnement de la compagnie, la partie sénégalaise, à savoir le gouvernement, doit déterminer la manière dont il entend poursuivre l’aventure de la compagnie nationale, et peut-être aussi, dévoiler l’identité d’un nouveau partenaire. quoi qu’il en soit, le ministre farba senghor, comme son prédécesseur à ce poste, connaît déjà le sentiment de la majorité du personnel de la compagnie. tous veulent la survie de air sénégal international, mais ils sont convaincus que cette compagnie n’a pas de futur si elle reste arrimée, dans les termes actuels de leur contrat, avec la ram. comme le dit un membre du collège des délégués, «le partenariat entre la ram et asi ressemble plutôt à celui du cheval et du cavalier, asi servant de monture». ils demandent donc que l’etat concrétise sa volonté et mette rapidement fin à ce partenariat, qui ne profite qu’à une partie.

      la situation est dramatique pour une compagnie qui a connu une ascension fulgurante. moins de deux ans après son lancement, asi s’est placée parmi les premières compagnies aériennes de la sous-région, faisant jeu égal avec certaines grandes compagnies sur certaines dessertes. or, aujourd’hui, pour beaucoup, l’expansion semble avoir été trop rapide, et la chute est d’autant fulgurante. plusieurs explications peuvent être trouvées à cette situation, mais, pour leur part, les membres du personnel expliquent que la plupart des difficultés de la compagnie proviennent, aujourd’hui, de la nature de ses relations avec son actionnaire majoritaire. et parmi les nombreux griefs qu’ils étalent, il y a d’abord le mode de gestion de la compagnie.

      instabilite a la tete

      l’une des premières faiblesses de la compagnie se situe dans l’instabilité de sa direction. «depuis 2003, asi a vu passer 4 directeur généraux, tous détachés par la ram. chaque dg qui vient, a son mode d’organisation. cette situation a fait que plusieurs plans d’action qui ont été élaborés, n’ont jamais vu un début d’application, du fait de la difficulté de faire des projections dans la durée», explique un cadre sénégalais.

      l’autre défaut est l’absence d’outil de gestion des ressources humaines, qui conduit à une grande frustration chez la majorité des employés. d’ailleurs, un mémorandum préparé l’année dernière, à l’intention du ministre des transports aériens relevait cette situation. il y était relevé entre autres, «l’absence d’une étude pertinente d’organisation du travail permettant de mettre en place un organigramme fonctionnel tenant compte des possibilités réelles de la compagnie». ainsi, au moment où la direction parle de «personnel pléthorique pour les capacités de la compagnie», la note du ministère dénonce l’acte de la même direction, qui a fait passer, sans l’autorisation du conseil d’administration, le nombre de directions de quatre à sept. par ailleurs, s’agissant du personnel, personne n’a encore pu déterminer le nombre exact des employés de air sénégal international. les chiffres avancés varient entre 400 et 490 permanents, et 148 intérimaires ou temporaires.

      une visibilité de la société, en plus de prendre en compte les perspectives de reprises par un partenaire stratégique, doit considérer, selon le personnel, leur patriotisme et leur esprit de sacrifice, pour porter l’étendard asi, au plus haut du ciel d’afrique.

      un partenariat déséquilibré : les marocains et le partage du lion

      la ram avait apporté comme action, un vieux coucou de plus de 25 ans, qui lui a rapporté la majorité dans asi. cet avion n’a volé que trois ans, avant d’être retiré et déclassé, sans trouver d’acquereur. et les autres appareils de la flotte n’appartiennent pas à la compagnie sénégalaise. en cas de dissolution aujourd’hui, le sénégal n’aurait que des dettes à payer, et pas un seul appareil.

      si air sénégal international était dissoute aujourd’hui, qu’est-ce que les employés pourraient se partager ? quel legs pourrait revendiquer l’etat du sénégal, pour reconstituer son patrimoine ? dans les deux cas, la réponse est simple : rien. après près de huit ans d’existence, asi ne possède rien, ni les bâtiments qui abritent le siège et les bureaux, ni ses avions. comment une situation pareille a-t-elle pu se faire ? il faudrait, pour le comprendre, remontrer au pacte d’actionnaires qui a servi à constituer le capital de l’entreprise.
      asi est né en février 2001, de la privatisation de la défunte air sénégal sonatra, et d’un partenariat avec la compagnie royal air maroc (ram). le capital de la compagnie, d’un montant de 7 milliards 291 millions de francs cfa, était constitué, pour 51%, d’un avion boeing 737-200, apporté par la ram, et évalué à 3 milliards 718 millions 410 milles francs cfa. de son côté, le gouvernement du sénégal amenait en apport, les droits de trafic, évalués à 3 milliards 573 millions de francs cfa, représentant 49% du capital. aujourd’hui, beaucoup de voix s’élèvent pour déclarer que le sénégal s’est laissé berner dans les grandes largeurs par la partie marocaine.

      le personnel sénégalais fait remarquer que l’aéronef apporté par la ram était âgé de 26 ans au moment où la compagnie était mise en place. trois ans après, il a été retiré de la flotte, «pour des raisons de sécurité liées à sa vétusté». il est, aujourd’hui, garé en bout de piste, quelque part sur l’aéroport d
      e casablanca, épave sans moteurs, inutile et inutilisable. les personnes au fait du dossier signalent qu’à un moment il a été question de le vendre. mais, il n’a pas été trouvé d’offre meilleure que 200 millions de francs cfa, pour un avion qui avait été estimé à plus de 2 milliards 400 millions de francs cfa à l’époque. par ailleurs, les travailleurs signalent que durant les trois années où il a été en activité, l’avion a coûté, en charges de maintenance, environ 3 milliards 800 millions de francs cfa, qui ont été versés à la ram, qui se charge par contrat, de la maintenance de la flotte de asi. ceux qui pensent que le pacte d’actionnaires lèse les intérêts de la partie sénégalaise, expliquent que l’étude qui avait évalué la part de l’etat du sénégal, s’était basée sur le réseau de la sonatra air sénégal de l’époque. air afrique existait encore, et la multinationale africaine était la seule détentrice des droits de trafic intercontinental. or, après le dépôt de bilan d’air afrique, un avenant a été introduit dans l’accord liant l’etat à la ram, et qui faisait de asi le détenteur exclusif de la desserte en vols réguliers entre le sénégal, l’europe, l’asie et l’amérique. par ailleurs, asi faisait de l’assistance au sol pour des compagnies comme iberia et south african airways. ce qui représentait un marché de plus de trois milliards de francs cfa par an.

      au moment où ces lignes sont rédigées, asi fonctionne avec une flotte de 4 appareils, à savoir 3 boeing 737-700 dont deux en location, ainsi qu’un dash 8, fabriqué par le canadien bombardier. or, aucun de ces avions n’appartient, de droit, à asi, ce qui obhère d’autant la viabilité de la compagnie.

      des acquisitions non transparentes

      sur les quatre aéronefs utilisés par la compagnie, deux ont été acquis par crédit bail. pour le dash q 8, la ram a mis en place une société-écran, nommée ram 11, qui joue en tant qu’emprunteur auprès de crédit agricole indosuez et de bombnardier capital inc. ram 11 est crédit-bailleur auprès de asi. par cet accord, ram 11 permet à asi de louer et d’exploiter le dash, pour lequel asi aura mobilisé, en fonds propres et en emprunts, plus de 10 milliards de francs cfa. il devait d’ailleurs, à la fin de l’année dernière, près de 6 milliards sur le prix d’achat de l’appareil.

      pour l’achat du b 737-700 acquis en 2005, un montage financier similaire a été mis en place, à part que la ram 11 a été remplacé par un autre «véhicule financier», (appelé en anglais «special purpose vehicle, spv). cependant, comme ram 11, le nouveau spv, horizon leasing limited est le propriétaire reconnu de l’appareil, à travers un contrat qui lie les deux entités entre elles, ainsi qu’entre elles et d’autres acteurs intervenant dans le montage financier. asi a avancé, en fonds propres, plus de 5 milliards de francs cfa, et l’américaine exeim bank a garanti le montage final. il est intéressant de noter que tous les accords de cession de ces appareils à air sénégal international imposent, sous peine d’annulation, que la participation de la ram dans le capital de l’avionneur sénégalais ne descende pas en-dessous du seuil de 51%, et que la ram continue de jouer un rôle prépondérant dans le management de la société.

      en dehors de ces contraintes, des voix se sont levées au sein du personnel comme dans l’administration sénégalaise pour contester les choix dans l’acquisition de l’appareil. une note interne à l’entreprise s’interroge sur la «justesse du prix d’acquisition du boeing 737-700 de nouvelle génération, dont le prix acquitté avoisine les 40 millions de dollars, alors que pour un investissement de ce montant d’autres compagnies réussissent à acquérir un type d’aéronef de catégorie supérieure (737-800 par exemple)».

      alternatives ris
    • Auteur

      Reply_author

      En Décembre, 2017 (19:52 PM)
      il n'existe pas de patriotisme,si les billets sont plus chers les sÉnÉgalais iront chercher moins cher dans d'autres compagnies
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2017 (17:54 PM)
    Vivement un directeur pour air Sénégal !
    Auteur

    Anonyme Tialki

    En Décembre, 2017 (18:12 PM)
    DG français et D.A (directeur adjoint) français. Ou sont les compétences sénégalaises ????,

    Et pourtant, Dieu sait qu'il n'en manque pas.
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2017 (18:31 PM)
    Compétences sénégalaises= laxisme et politique

    Ils feront couler la boîte en 2 ans

    Bouleniou sonal ak compétences sénégalaises.

    Qu est ce qu ils ont prouvé depuis les indépendances?

    Ou est passé Air Afrique?
    • Auteur

      Reply_author

      En Décembre, 2017 (20:58 PM)
      air afrique, ce sont les chefs d'états des pays membres (avec la complicité d'air france) qui l' ont coulée.
      allez vous documenter d'abord avant de jeter la pierre aux gens
    • Auteur

      Reply_author

      En Décembre, 2017 (21:41 PM)
      chez air afrique il y avait trois fois plus de personnel (souvent incompétent) que dans les autres cies
    • Auteur

      Reply_author

      En Décembre, 2017 (21:41 PM)
      chez air afrique il y avait trois fois plus de personnel (souvent incompétent) que dans les autres cies
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2017 (18:36 PM)
    On a même cancellé mon billet. Je devrais arriver à l’aéroport de Yoff. Peut-être que la compagnie n’a pas reçu sa certification pour attérir à Diass. Des milliers de personnes sont dans mon cas.
    • Auteur

      Avis

      En Décembre, 2017 (21:53 PM)
      faux. in avis a été lance par les companies pour dire que le billet acheté pour yoff demeure valide avec horaires inchangés. seulement la destination change pour blaise diagne sans aucun frais supplémentaire.
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2017 (18:42 PM)
    C'est le cout du developpement. Il faudra bien se confronter à ceux qui profitent de la non-marche de notre pays. C'est comme le jour où le Sénégal va s'engager véritablement dans la voie du développement avec une souveraineté sans équivoque surtout sur le domaine financier (Banque centrale et banque (clin d'oeil à la banque de france, orange et aux groupes bmce, attijariwafa)) : mais écoutez tous ces pays qui nous disent "pays frère" France, Maroc, Chine et autres on va se les mettre à dos.

    Souveraineté, souverainté :taala_sylla:  :taala_sylla:  :sunugaal:  :sunugaal: 
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2017 (18:42 PM)
    Commentaire numero 6

    C'était avec quelle compagnie
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2017 (19:49 PM)
    Quand on aura Montreal - Dakar ou bien New York - Montreal -Dakar avec air Senegal je dirai bye bye aux Air France Ram ou Brussels airlines de ce monde.

    Il faut oser car les Senegalais son partout ce sont de grands voyageurs et ils seront fiers de prendre le pavillon national.
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2017 (19:51 PM)
    Depuis quand doit-on se faire des amis dans les affaires? Air Sénégal à raison d'être ambitieux.
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2017 (20:12 PM)
    par patriotisme on dois degager ce blanche neige
    Auteur

    Gaz

    En Décembre, 2017 (20:52 PM)
    Fait la conqurence 799 $ New York /Dakar et vous verez un surplus dans Vos caisse.
    Auteur

    Gaz

    En Décembre, 2017 (20:54 PM)
    Faite la conqurence 799 $ New York / Dakar et vous verez un grand surplus dans Vos caisse.
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2017 (20:56 PM)
    Un vol Pour les 150.000 Modou Modou de l'Italia rien n'est prevu...THIOUNE YI.....



    Auteur

    Haim

    En Décembre, 2017 (22:29 PM)
    Vrai DOM/TOM, le Sénégal est devenu!
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2017 (22:32 PM)
    D'accord avec vous Patron Sénégalais égal Laxisme, Beug Khereum etc
    Auteur

    Latdior2012

    En Décembre, 2017 (23:06 PM)
    Si, en 2016, les compétences sénégalaises sont insuffisantes pour gérer notre soi-disant compagnie nationale, il faut se demander pourquoi. Oui, en affaires, il n'y a pas de cadeaux. D'ailleurs, le DG et son DOA n'ont pas accepté de prendre les commandes de cette compagnie pour les beaux yeux du Sénégal. Leurs "compétences" n'ont apparemment paps sauté aux yeux de leurs compatriotes qui n'ont, à qu'il semble, rien fait pour les empêcher de s'embarquer dans cette nouvelle "galère" sous les tropiques. Les partouzes entre amis dont raffolent les "expatriés" chez nous sont simplement la cerise sur le gateau. A propos, qui gère les compagnies chinoises, de Taipei à Beijing, en passant par Singapour?  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal: 
    Auteur

    Latdior2012 - Erratum

    En Décembre, 2017 (23:09 PM)
    Si, en 2017, les compétences sénégalaises sont insuffisantes, ou inexistantes, pour gérer notre soi-disant compagnie nationale, il faut se demander pourquoi. Oui, en affaires, il n'y a pas de cadeaux. D'ailleurs, le DG et son DA n'ont pas accepté de prendre les commandes de cette compagnie pour les beaux yeux du Sénégal. Leurs "compétences" n'ont apparemment paps sauté aux yeux de leurs compatriotes qui n'ont, à ce qu'il semble, rien fait pour les empêcher de s'embarquer dans cette nouvelle "galère" sous les tropiques. Les partouzes entre amis dont raffolent les "expatriés" chez nous seront simplement la cerise sur le gateau. A propos, qui gère les compagnies chinoises, de Taipei à Beijing, en passant par Singapour? Réveillez-vous!!!  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal: 
    Auteur

    Latdior2012 -erratum 2

    En Décembre, 2017 (23:12 PM)
    Si, en 2017, les compétences sénégalaises sont insuffisantes, ou inexistantes, pour gérer notre soi-disant compagnie nationale, il faut se demander pourquoi. Oui, en affaires, il n'y a pas de cadeaux. D'ailleurs, le DG et son DA n'ont pas accepté de prendre les commandes de cette compagnie pour les beaux yeux du Sénégal. Leurs "compétences" n'ont apparemment pas sauté aux yeux de leurs compatriotes qui n'ont, à ce qu'il semble, rien fait pour les empêcher de s'embarquer dans cette nouvelle "galère" sous les tropiques. Les parties fines, dont raffolent les "expatriés" chez nous, seront simplement la cerise sur le gateau. A propos, qui gère les compagnies chinoises, de Taipei à Beijing, en passant par Singapour? Réveillez-vous!!!  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal: 
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2017 (04:53 AM)
    Au prix ouil achete ses avions,ils ne fera pas de benefices sitot.
    • Auteur

      Diaraf

      En Décembre, 2017 (12:47 PM)
      khekh strattegique je me bats sur vers paris et l'espagne pour ces vols vers l'europe je m'allie et partage avec emirates vers abudhabi et la chine et je m'allie avec asky vers abidjan et le ghana
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2017 (10:01 AM)
    Bientôt on mettra des toubabs partout, car certains directeurs de sociétés ne sont pas sérieux, ils font capoter les boîtes ou sociétés et envoyer des centaines de pères et mères de famille au chômage. Gnak fouleu ak fayda rek, sales prédateurs!

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01
Banner 01
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email