Dimanche 09 Mai, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Education

Abdou Salam Sall (ancien recteur Ucad) : «Nous avons toujours contesté le campus pédagogique et le campus social»

Single Post
Abdou Salam Sall (ancien recteur Ucad) : «Nous avons toujours contesté le campus pédagogique et le campus social»
La violence qui sévit à l’université de Dakar est au cœur des débats. Ancien recteur de l’Ucad, Abdou Salam Sall regrette ces événements qui ont lieu dans le campus social et qui ont tendance à «inhiber» tout ce qui se fait sur le plan pédagogique.

Selon lui au moment où ça chauffe au campus social, ça bûche dur au campus pédagogique. Interpelé sur le plateau de l’émission «Objection» de Sud Fm, l’ancien recteur souligne : «La situation que vous avez décrite est une partie de la situation dans nos universités qui inhibe un peu ce qui se fait de bien dans nos universités et on n’en parle pas assez souvent. Quand ça bouge au niveau de la route de Ouakam, aventurez-vous à la bibliothèque de l’université : il y a 1 750 places assises et toutes les places sont remplies. Les jeunes font des efforts énormes.»

Abdou Salam Sall a toujours été contre l’existence d’un campus social différent de celui pédagogique. «Nous avons toujours contesté le campus pédagogique et le campus social. Il n’y a qu’un seul campus, qui est un campus universitaire», martèle-t-il.

Revenant sur la vocation de l’université, l’ancien recteur de l’Ucad confie que celle-ci est de «répondre aux défis de la société». Mais, à ce propos, d’après lui, «le gros problème à y réfléchir, c’est que nous n’avons pas suffisamment préparé et la société et les enseignants et les étudiants à ce qu’est véritablement une université».

«Nous n’avons pas déconstruit le modèle colonial. Parce que nous avions une université qui formait des gens et on y entrait pour chercher des qualifications et être employé», souligne-t-il. Or, ajoute Sall, «les défis du monde ont changé».

«Avec la massification, les emplois placés n’existent plus. Et, d’autre part, on a appris que si on fait des études supérieures, ce n’est pas pour être casé. C’est pour créer sa propre structure, sa propre société. Est-ce qu’on informe suffisamment les enfants du devenir qu’ils veulent avoir ? Est-ce qu’on les accompagne à révéler leurs talents ? C’est tout un travail que nous devons faire», analyse Abdou Salam Sall.


11 Commentaires

  1. Auteur

    Ucad

    il y a 3 semaines (15:22 PM)
    je pense que depuis les années 2000 le niveau de l'enseignement supérieur au Sénégal ne fait que baisser

    des enseignants fainéants qui donnent des cours vieux de 20 ans sans changer une virgule
    • Auteur

      Reply_author

      il y a 3 semaines (22:27 PM)
      la race des derniers recteurs très académiques, madany s'y, souleymane niang ( paix à son âme ). merci mr sall de calmer en sagesse.
    {comment_ads}
  2. Auteur

    Everyone

    il y a 3 semaines (15:25 PM)
    "Quand ça bouge au niveau de la route de Ouakam, aventurez-vous à la bibliothèque de l’université : il y a 1 750 places assises et toutes les places sont remplies": mauvaise analyse, Professeur ! C'est ce qu'on appelle "majorité silencieuse". Cela ne vaut pas dire qu'il n'y a pas problème. De la même manière au même moment que la rue chauffe, des chambres sont également remplies... si toute la population estudiantine sortait dans la rue, ce serait la fin d'un régime... faut même pas le souhaiter. C'est comme lorsqu'il y a manif à la place de l'Obélisque : les marchés, les lieux de travail et les maisons n'en sont pas moins remplis de monde !

    Cela dit, dans tous les pays du monde, il y a campus pédagogique et campus social (ou residence universitaire). Si on dit campus universitaire, on parle de facto du campus pédagogique.
    {comment_ads} {comment_ads}
    Auteur

    il y a 3 semaines (16:07 PM)
    Que celui qui n a pas pas de carte d étudiant n ait pas accès à l’université.
    {comment_ads} {comment_ads}
    Auteur

    il y a 3 semaines (16:14 PM)
    Yaw moom signer diplôme de Bac, tu met 10 ans!
    {comment_ads} {comment_ads}
    Auteur

    Mandela

    il y a 3 semaines (16:17 PM)
    Faisons plutôt attention à la jeunesse, à la fois, de nos États et de nos Nations...

    Ce n'est point le pire, d'ailleurs. Le pire, c'est le cloisonnement dans le lequel ces œuvres se sont accomplies, totalement juxtaposées. Avez-vous remarqué la synchronie entre construction de l'Europe et ce cloisonnement-piege ?
    Auteur

    Everyone

    il y a 3 semaines (16:47 PM)
    "Quand ça bouge au niveau de la route de Ouakam, aventurez-vous à la bibliothèque de l’université : il y a 1 750 places assises et toutes les places sont remplies": mauvaise analyse, Professeur ! C'est ce qu'on appelle "majorité silencieuse". Cela ne vaut pas dire qu'il n'y a pas problème. De la même manière au même moment que la rue chauffe, des chambres sont également remplies... si toute la population estudiantine sortait dans la rue, ce serait la fin d'un régime... faut même pas le souhaiter. C'est comme lorsqu'il y a manif à la place de l'Obélisque : les marchés, les lieux de travail et les maisons n'en sont pas moins remplis de monde !

    Cela dit, dans tous les pays du monde, il y a campus pédagogique et campus social (ou residence universitaire). Si on dit campus universitaire, on parle de facto du campus pédagogique.
    {comment_ads}
    Auteur

    il y a 3 semaines (18:12 PM)
    Dans les 5 prochaines années ramener l'effectif à 50000 étudiants. Situation actuelle ingérable. Même pour manger on dirait que les étudiants sont dans des camps de réfugiés. Il faut mettre un terme à ces images de queue insoutenables.



    Le restaurant doit tourner à feu continu de 6 heures du matin à 22 heures.



    Mais la meilleure solution c'est vraiment de travailler pour faire descendre rapidement les effectifs entre 35000 et moins de 50000 étudiants
    {comment_ads}
    Auteur

    il y a 3 semaines (20:17 PM)
    Beaucoup d'étudiants n'ont pas leur place à l'université.

    Beaucoup d'enseignants ne sont pas à la hauteur.
    {comment_ads}
    Auteur

    il y a 3 semaines (20:47 PM)
    Même dans les écoles élémentaires européennes, le social est séparé du pédagogique.

    Les cantines scolaires sont serrés par des entités autonomes.
    Auteur

    il y a 3 semaines (22:02 PM)
    Pendant qu’ils sont en fonction, ils n’engagent aucune réforme. Mais dès qu’ils ne sont plus en fonction, ils deviennent bavards en donnant l’impression qu’ils ont de l’expertise. Pauvre Sénégal.
    {comment_ads}
    Auteur

    Diagne

    il y a 3 semaines (09:34 AM)
    Tu ne connais pas l'ucad. Abdou Sall à initier beaucoup de réformes à l'ucad:

    -le système LMD

    -les écoles doctorales

    -la construction des bâtiments de la FASEG, FLSH.FMPO, FSJP, DE LA FST ET FASTEF

    - de la polyclinique universtaire

    - les vacances citoyennes

    -le centre expérimentale en agriculture, élevage et pêche à Niankhene

    -augmentation du débit de la fibre optique à l'ucad

    -réorganiser la gestion de la fonction de services que le rectorat utilisait pour venir en appoint des besoins des facultés, écoles et instituts

    - aider les nouvelles de thies, bambey et ZIGUINCHOR pour leur implantation et les harmoniser aux normes internationales

    Etc....

    À Saint Gaston

    -création la faculté de médecine à l'ugb avec le professeur Lamine Gueye

    -le département d'aquaculture
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email