Mardi 29 Novembre, 2022 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Entretien

Pr Cheikh Mbow : “Les inondations, un problème de gestion de l’espace. Il a plu plus de 700 mm en 1954 à Dakar et pourtant…”

Single Post
Pr Cheikh Mbow, enseignant-chercheur

Une année 2022 de tous les extrêmes pour le continent africain d’un point de vue climatique. Dame nature a fait parler sa furie à travers une cascade de catastrophes naturelles de grandes ampleurs. Une situation attendue, car étant la résultante du réchauffement climatique. Pour mieux comprendre les origines de ces déferlantes, qui n’épargnent pas le Sénégal, Seneweb s’est rapproché du Professeur Cheikh Mbow, docteur à l’institut des sciences de l’environnement de la faculté des sciences techniques avec sa thèse sur « le climat et la séquestration du carbone ». Fort d’une riche carrière de plus de 10 ans à l’international dans des postes en relation avec l’environnement, il a fait son retour au bercail en début d’année afin d’occuper le poste de directeur général Centre de suivi écologique (CSE).

 

Seneweb : L’Afrique est le continent qui génère le moins de gaz à effets de serre pourtant il est considéré comme le plus vulnérable. Qu’est-ce qui explique ce paradoxe ?


Pr Cheikh Mbow : Ce n’est pas un paradoxe, c’est une logique. Le changement climatique  affecte l’Afrique beaucoup plus que les autres continents. Parce que les paramètres essentiels qui expliquent les changements climatiques sont : la hausse des températures et la modification de la pluviométrie. Ces 2 paramètres affectent l’Afrique au plus haut point. Les hausses des températures, si la moyenne globale est à 0,81, il y a beaucoup d’endroits en Afrique où on est à 1,5?°c par rapport à la normale antérieure. Ça veut dire qu’il fait beaucoup plus chaud sur un continent qui compte essentiellement sur une saison des pluies unique pendant l’été pour faire de la production. La forte chaleur veut tout simplement dire une forte évaporation et des modifications structurelles du profil saisonnier. 


“Dakar ne répond pas aux normes pour pouvoir faire face aux violences dues aux changements climatiques qui sont générées par de fortes température”


Donc, tout ce qui était le potentiel agricole de l’Afrique reste assujetti à une variabilité climatique qui finit par donner un sérieux coup à la sécurité alimentaire. Si vous déplacez le problème d’un cran supérieur, vous aboutissez sur les établissements humains. Donc, les villes d’une façon générale qui sont concentrations humaines. Une ville comme Dakar possède des espaces où on a plus de 6000 habitants au kilomètre carré. Avec la pauvreté, la construction et le style d’urbanisme ne répondent pas aux normes pour pouvoir faire face aux violences dues aux changements climatiques qui sont générées par de fortes températures. 



“Par rapport au gaz et au pétrole sur les 100% de consommation mondiale, l'Afrique ne consomme que 3% et produit 20% de ces ressources”


Seneweb : Malgré cette faible émission de gaz à effet de serre, l’on exige de l’Afrique qu'elle fasse beaucoup plus d’efforts dans la lutte contre ce phénomène mondial. Qu’en pensez-vous ?


Pr Cheikh Mbow : Dans toutes les conférences, il faudrait que la position de l'Afrique soit  mordicus l’adaptation. Pour moi, l’effort que l’on devrait faire sur l’atténuation est un effort qui a été, plus ou moins, dévoyé. Du coup, on a presque dépassé la fenêtre d’action. Parce qu’on parle de 1,5°C de réchauffement ou 2°c de réchauffement, mais je ne pense même pas qu’on puisse atteindre les 1,5°c de réchauffement, ce sera 2°c de réchauffement et plus rapidement qu’on le prévoit. Les études du GIEC sont là pour le prouver.  Autrement dit, le mieux pour nous est de nous préparer à l’adaptation parce que les impacts du changement seront là. Si on attend des pays développés qu’ils réagissent tout de suite et qu’ils raccourcissent un peu les processus de décarbonisation pour que le réchauffement planétaire puisse être inversé, je crois qu’on est dans de l’illusoire. Je pense qu’ils vont continuer à polluer. Et c’est tout le plaidoyer que le président de la République était en train de faire récemment en relation avec l’exploitation du gaz et du pétrole. On dit aux États africains que vous avez du pétrole et du gaz, mais vous n’allez pas l’exploiter   à cause du changement climatique. On dit oui, mais vous ne l’avez pas appliquée avant nous. Vous avez utilisé le gaz et le pétrole pour sécuriser la demande énergétique de vos pays maintenant nous on peut faire autrement. Autrement, ça veut dire faire en sorte que notre empreinte consommation de gaz et de pétrole ne soit jamais au même niveau que l’Europe. Même si on exploite le gaz et le pétrole maintenant ; nos infrastructures ne peuvent pas l’absorber pour nous emmener à des niveaux de consommation similaires à la France ou aux Etats-Unis, jamais ! Donc l’émission par tête d’habitants restera pratiquement faible pendant  de très longues années. Par rapport au gaz et au pétrole sur les 100% de consommation mondiale, l'Afrique ne consomme que 3% et produit 20% de ces ressources. C’est ça la vraie rhétorique qu’il faut mettre sur la table. Deuxièmement, l’Afrique a toujours été la terre porteuse de solutions par rapport au changement climatique. Les forêts du bassin du Congo, les forêts de mangroves (y compris celles du Sénégal) ont séquestré des milliards  de tonnes de carbone. Ce qu’on ne dit pas assez, c’est que 30% des gaz à effet de serre émis sont absorbés par les océans. Mais quels océans ? Ce ne sont pas les océans très froids, c’est les océans chauds et ces océans chauds sont sous les tropiques. Et, c’est dans les eaux des pays africains qu’une bonne partie de la séquestration du carbone océanique se passe. Nous apportons des solutions à la problématique mais ces solutions que  nous apportons ne sont pas compensées. 

 

“Inondations et feux de forêts vont être plus récurrents avoir une amplitude beaucoup plus importante”

Seneweb : Les inondations (au Sénégal, au Tchad, au Niger…), les feux de brousse (en Afrique du Nord) et les autres catastrophes naturelles enregistrées cette année sont-elles les premières conséquences du réchauffement climatique ?


Pr Cheikh Mbow : Ces conséquences ne sont pas nouvelles, le climat est toujours venu avec une certaine incertitude. Mais ce qui est certain, c’est que ces évènements extrêmes vont être plus récurrents et vont avoir une amplitude beaucoup plus importante. Plus grande fréquence et plus grande amplitude. Si on avait les moyens de résoudre une inondation une fois tous les 5 ans, il faudra déployer les moyens pour avoir la possibilité de répondre aux inondations 5 fois par an. Sur les catastrophes, vous avez les inondations, les feux de brousse, les criquets pèlerins… Il y a une superposition des catastrophes, le caractère multirisque de ces catastrophes climatiques est sans précédent au niveau de l’Afrique. Et ce qui se passe, c’est que le changement climatique va accentuer ces catastrophes naturelles. Pour moi, il faudrait qu’on définisse des priorités mais surtout chercher les moyens de résoudre ces problèmes de façon endogène.


“Je trouve que la pluie ne devrait même pas être rangée au premier plan quand il s’agit des inondations”


Seneweb : Outre l’aspect climatique, quelles sont les autres causes des inondations rencontrées dans le pays ?

 

Pr Cheikh Mbow : Je trouve que la pluie ne devrait même pas être rangée au premier plan quand il s’agit des inondations. Je pense que les inondations, c’est d’abord un problème de gestion de l’espace. Il pleuvait plus de 700 mm en 1954 à Dakar, il n’y avait pas d’inondation.  Si vous regardez l’occupation de l’espace de Dakar, il n’y a pas une seule maison qui a été installée à moins de 10?m d’altitude par rapport au niveau 0 marin. De 1954 à 1990, plus de 40% de la ville s’est installé sur des côtes d’altitude de moins de 5m. Donc, là où l’eau est censée s’infiltrer, elle ne s’infiltre plus et là où elle s’écoulait, elle ne s’écoule plus. En plus, on prend de l’eau du Lac de Guiers, on la consomme et elle ne retourne pas dans la nature, elle reste à Dakar. Ces facteurs concomitants qui sont des facteurs humains expliquent la facilité avec laquelle on a des inondations à Dakar. Il y a des villes qui ont beaucoup plus de pluviométrie comme Conakry ou Abidjan où 50?mm ce n’est même pas une pluie. Ils ont des pluies de plus de 200?mm. Il faudrait qu’on fasse un retour sur les principes d’aménagement de l’espace, de l’occupation du sol et accompagner cela avec le travail qui est en train d’être fait l’ONAS. 

 

“Si on fait un sondage des personnes affectées par les inondations, on constatera que 70% ou 80% vivent sous le seuil de la pauvreté”


Seneweb : Comment percevez-vous la stratégie et la gestion des inondations au Sénégal ?


Pr Cheikh Mbow : Je crois que le niveau de conscience que les structures étatiques ont des inondations est communément partagé avec tous les citoyens. Tout le monde est concerné par cette question. Maintenant les approches techniques et les options qui ont été déployées depuis les indépendances jusqu’à maintenant ont beaucoup évolué. Nous sommes arrivés à un moment où ces questions-là ne peuvent plus être traitées de façon sectorielle. Comme dans tous les pays du monde, le problème de l’assainissement est le même. J’ai vécu longtemps à Washington et je vous assure que jusqu’à présent, ce sont des camions hydrocureurs qui viennent curer autour de la Maison blanche parce qu’elle est très affaissée et qu’ils ne peuvent pas écouler l’eau par gravité.


Seneweb : Est-ce qu'aujourd'hui avec les pluies exceptionnelles, il ne faudrait pas être plus exigeant sur la surveillance des zones basses ?


Pr Cheikh Mbow : Il n’y a pas un seul plan d’aménagement qui ait recommandé une occupation de maisons dans ces zones basses. Mais le contexte de pauvreté explique qu’on a beaucoup d’habitats irréguliers. Cependant, il faut être très rigoureux dans l’occupation des sols. Il faut que le cadastre sénégalais soit une institution forte en ce sens et doit exiger que l’occupation du sol se fasse dans les normes. Parce que, quand vous allez dans ces zones, vous trouvez des personnes qui vous donnent des papiers dûment établis. Mais il faut aussi régler la question de la pauvreté et voir comment la population peut avoir les moyens de posséder des terrains dans de bonnes zones. Si on fait un sondage des personnes affectées par les inondations, on constatera que 70% ou 80% vivent sous le seuil de la pauvreté.


“Il y a des gens qui ne savent pas que mettre un sac de déchets  dans un canal ouvert, c'est retourner cette eau dans sa propre maison à cause de la saison des pluies”


Seneweb : Il y a quelques mois, l’ONAS se plaignait d’actes de sabotages de ses installations. Selon vous, quelle est la part de responsabilité des populations dans cette lutte contre les inondations ?


Pr Cheikh Mbow : Je vais relativiser, il y en a qui font du sabotage. Je me suis renseigné, il y a gens, qui à cause des odeurs dégagées par ces canalisations, viennent mettre des sacs de sable pour atténuer ces odeurs. Ces personnes doivent être éduquées. Et fort heureusement, la communication actuelle de l’ONAS est excellente  sur ce point-là. Il y a des gens qui ne savent pas que mettre un sac de déchets  dans un canal ouvert, c'est retourner cette eau dans sa propre maison à cause de la saison des pluies. Ce civisme collectif nécessite qu’il y ait un processus d’engagement avec les communautés. Et ça, ce n’est pas seulement le travail de l’ONAS, les collectivités locales, les leaders d’opinion, les journalistes doivent s’y mettre.  Il faut que la société puisse prendre ces infrastructures d’assainissement comme leur propre maison. C’est notre habitat et l’habitat fait partie de notre mode de vie. Il ne faudrait pas que l’on sabote ces canalisations ou qu’on les utilise à d’autres fins. Il faut trouver des moyens de surveillance de ces canalisations et poursuivre les fautifs. C’est un bien collectif.


“Quand il y a des inondations, tout le monde crie mais si on les transforme en eau d’irrigation, ça devient une bénédiction”


Seneweb : Peut-on tirer profit de ces eaux de pluies ?

 

Pr Cheikh Mbow : J’étais au Japon quand j’ai vu  des éjecteurs d’eau sur la chaussée nettoyer la route. Cette eau était de l’eau de pluie des fontes de neige qui ont été capturées en quelques mètres et qui sont dotées de suppresseurs pour pouvoir recycler l’eau. On n’arrivera pas à ce niveau de luxe. Mais imaginons que l’on sorte de la Niaye de Pikine jusqu’à l’aéroport et sur chaque 200?m vous avez un bassin de 200000?m² ou 300000?m² qui récupère pendant la saison des pluies l’eau qui est drainée par les routes et les maisons. Cette eau pourra permettre d’arroser tous les espaces verts de Dakar et d’appuyer l’agriculture périurbaine qui s’y passe. L’autre aspect –et c’est un rêve- la façon dont on a attiré l’eau du lac de Guiers vers Dakar, on peut créer beaucoup de systèmes de pompage de la nappe. La facilité de Dakar à être inondé veut simplement dire que la nappe est très basse. Mais cette nappe ne peut être consommée à cause du nitrate du phosphore et du calcium qu’elle contient. Mais ces composants sont exactement ce que l’on cherche dans les engrais. Donc, c’est de l’eau qui est très bonne pour faire de l’agriculture. Supposons que l’on trouve les moyens de récupérer toute cette eau dans les domaines agricoles communautaires et qu’on y ajoute une composante culture contre saison mais qui est arrosée par les eaux récupérées pendant la saison des pluies. Imaginez les surfaces agricoles qui peuvent être produites pendant 9 mois grâce à ces eaux. Quand il y a des inondations, tout le monde crie mais si on les transforme en eau d’irrigation, ça devient une bénédiction. 



11 Commentaires

  1. Auteur

    Merci

    En Septembre, 2022 (11:06 AM)
    Merci SENEWEB d'avoir posté cet entretien. Ça nous change un peu de vos habitudes. Merci au Pr pour ses idées. Djang rek mon am solo. On est fatigués des politiciens. On ne veut voir que des gens qui ont des idées pour faire avancer ce pays.
    Top Banner
  2. Auteur

    En Septembre, 2022 (11:09 AM)
    M Mbow le seul probléme de ce pays c'est la corruption qui engendre le reste des vices. les eaux ne s'écoulent pas où les gens sont venus s'installer dans des bas fonds pire on jette tout dans la rue et aprés on est étonner de voir les eaux nous envahir. il faut étre fort avec le peuple. pas en le mattant avec des matraques mais en le mettant devant ses responsabilités en lui disant la vérité. pour ce faire biensur l'autorité doit étre probe. l'expérience du plan jaxaay aurait dù étre poursuivie et améliorée. donner un toit aux sinistrés et rendre les bas fonds à la nature en faire des points de stockage des eaux de pluie justement. on aurait pu ainsi en peut étre 20 à 25 ans faire de dakar l'une des villes les plus vertes du monde. 
    {comment_ads}
    Auteur

    Olay

    En Septembre, 2022 (11:16 AM)
    l'incompétence, le laxisme, la malhonneteté ont eu raison de notre capitale car tous les gouvernements successifs sont responsables de cette situation, elles ont investi massivement dans la capitale en oubliant royalement les regions, tout se trouve a Dakar et rien dans les regions.Quand j'etais jeune, il y avait de petites unités industrielles dans les regions, elles n'existent plus, la consequence toutes les populations des régions se sont ruées vers Dakar a la recherche de travail, aucune alerte pour nos autorités qui se sont permis de creer des quartiers en ignorant royalement l'assainissement, on crée des quartiers a tout va, parcelles assainies, guediawaye, pikine, thiaroye, mbao.............etc, pas de canalisations, des quartiers erigées dans des zones non aedificandie. Aujourd'hui meme en plein coeur de Dakar des quartiers comme la zone de captage destinée a collecter des eaux de pluie ont été érigées morcelés et vendus avec les conséquences que vous connaissez. Dakar etouffe, il faut penser a delocaliser et a relocaliser les populations qui habitent les zones inondables, ensuite eriger un reseau de canalisation pour eviter que les fortes pluies ne viennent inonder Dakar. Doter les villes secondaires d'unités industrielles afin de fixer les populations dans leurs villes d'origine et eviter qu'une petite ville comme Dakar n'abrite 20% de la population, Dans chaque region l'etat devrait aider les privés a creer des unites industrielles et embaucher au moins 5000 employés cela aiderait certainement a fixer les populations locales, promouvoir l'agriculture et l'elevage qui ne sont possibles qu'en region en formant les jeunes a ces metiers................il y a tellement d'idees pour desengorger Dakar, tout le monde veut vivre a Dakar,ce n'est pas possible.
    {comment_ads}
    Auteur

    En Septembre, 2022 (11:16 AM)
    Les peuples africains manquent de civilisation et ceux d'entre eux qui deviennent président par la volonté de ces peuples manquants de civilisations ne savent pas gérer un état moderne. Ces gens ont la mentalité du 16e siècle, avant la colonisation qui a rasé toutes les structures politiques locales et bloqués depuis lors l'évolution endogène de nos civilisations. Les "mieux" qui savent géré un Etat moderne sont de la génération de Senghor puisqu'ils l'ont appris des toubabs. Il faut vraiment qu'on prennent conscience de nos carences internes et qu'on essaient de nous soigner (oui le sous-développement est une maladie civilisationnelle). C'est dure mais c'est indispensable pour au moins sauver les sénégalais qui naitront à partir de 2050. Parce que pour l'instant, nous autres et ceux qui naitront sur cette période de transition de 25 ans (dans le cas où on s'attèlerait à se civiliser) sommes mentalement corrompus et voués à faire ce qu'on voit depuis que nous sommes nés: le sous-développement et la médiocrité.
    {comment_ads}
    Auteur

    Losec

    En Septembre, 2022 (11:29 AM)
    Il faut preciser que les 700 mm sont un cumul pour toute la saison des pluies. 

     
    Top Banner
    Auteur

    En Septembre, 2022 (11:35 AM)
    Le probléme du Sénégal actuel est qu'il y a trop de villageois hostiles à la "civilisation" qui se sont installés dans les villes et qui ont des postes de responsabilités, que ce soit au niveau de la gestion de l'environnement, du cadre de vie...Beaucoup parmis eux malgré leurs diplômes, leur longue durée en ville, leurs voyages dans les pays développés, malgré les milieux qu'ils côtoient, ne sont pas assimilés. Ils refusent toute idée de "civilisation" qu'ils considèrent comme de la toubabisation. Je le dis car j'en connais un tas. Ils ont un complexe terrible qui les bloque et qui les empêche d'évoluer sur le plan personnel. Comment voulez vous que quelqu'un qui n'a aucune notion du cadre de vie, chez qui par exemple, la cuisine ressemble à un garage de mécaniciens, puisse gérer le cadre de vie de tous les sénégalais. Faites un tour dans les toilettes des structures (stations services, bureaux, écoles, universités, restaurants, cliniques, hopitaux,...) gérées par des sénégalais, elles sont dégueulasses comme les toilettes de chez eux à la maison. On n'est pas sortis de l'ornière en tout cas. 
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2022 (11:46 AM)
      je connais des kawkaw éduqués et instruis, beaucoup plus civilisés et de loin que les originaires des quatres communes. L'approche kawkaw et autres est mauvaise approche. Tout est dans l'éducation familiale et nationale. Si ces moules sont défectueux tout est foutu
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2022 (11:56 AM)
      Oui j'ai dit non assimilés. Mon père est un villageaois qui n'est pas allé à l'école mais qui s'est assimilé car il a gagné en expérience et a pris tout ce qu'il a vu de bien ailleurs comme l'hygiène, le gout des choses raffinés, belles... Tu rentres chez lui, tu te croyais dans une maison d'expatrié : décorée par des plantes bien entretenues, simple, propre, non encombrée avec des choses inutiles de Dubai ou de Chine, sans bling bling etc.
    {comment_ads}
    Auteur

    En Septembre, 2022 (12:01 PM)
    on n'a jamais enregistré 700 mm a dakar en un seul jour
    {comment_ads}
    Auteur

    L’ingénieur

    En Septembre, 2022 (13:12 PM)
    Merci à Seneweb pour ce post.

    Par ailleurs il faut noter que Dakar et sa banlieue sont surpeuplés. Le territoire est mal configuré avec des constructions anarchiques et irrégulières un peu partout. Aussi on voit du béton partout, les espaces naturels sont désormais en pavés et ça empêchent l'infiltration des eaux pluviales d'où la récurrence des inondations dans certains quartiers de Dakar. Dans ces zones on ne voit pas pratiquement pas d'arbres ou de plantes. Donc il faut une végétalisation de l'espace avec la plantation d'arbres et arrêter de mettre du béton partout et surtout pousser les gens à s'installer hors de Dakar, dans des espaces bien aménagés 
    {comment_ads}
    Auteur

    Ma Ndou

    En Septembre, 2022 (13:19 PM)
    En 1954 Dakar était moins peuplé et  presque tous ces zones impactees étaient vierges 
    Top Banner
    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2022 (13:44 PM)
      Tu cherches des excuses ? Quand on decoupe et habite une zone de captage qu'elle excuse peut on servir. Dakar avait un plan d'amenagement mais a partir de 2000 on a tout mis a la poubelle pour servir et enrichir les camarades du parti. Pr Mbow enseigne dans l'ecole ou est sorti Macky mais quand on voit Macky batir a Diamniadio on se demande si les deux ont ete dans la meme ecole.
    {comment_ads}
    Auteur

    En Septembre, 2022 (15:32 PM)
    Surpopulation effrayante ! Voilà l'origine de tous les maux des pays pauvres.  Se reproduire comme des lapins alors qu'il n'y a plus de place ni pour habiter,  ni pour etudier, ni pour se faire soigner, ni pour travailler. Mais on continue allègrement à aggraver la situation des générations futures. C'est bien ? Il y a un point de bascule au-delà duquel ils s'entretueront. Ça remettra les compteurs à zéro... 
    {comment_ads}
    • Auteur

      Areply_author

      En Septembre, 2022 (14:03 PM)
      On parle comme si Dakar est le seul espace viable du Sénégal. Tant que nos politiques ne réussiront pas pousser les gens à  s'installer hors de Dakar, le pire à venir. Cela commence bien évidemment par delocaliser les activités et les services.
       
    {comment_ads}
    Auteur

    En Septembre, 2022 (15:53 PM)
    Merci professeur 
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email