Samedi 22 Février, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
International

Crash à Taïwan : le touchant témoignage du père d'une famille rescapée

Single Post
Crash à Taïwan : le touchant témoignage du père d'une famille rescapée

Peu avant le décollage, Lin Ming-Wei entent un «drôle de bruit» provenant de l'aile gauche du vol TransAsia. Il préfère suivre «son intuition» et échanger les sièges de sa famille. «Il faut savoir écouter sa petite voix intérieure». Lin Ming-Wei, l'un des seize survivants du vol TransAsia Airways qui s'est crashé mercredi dans une rivière de Taipei (Taïwan) avec à son bord cinquante-huit passagers, confie devoir son salut et celui de sa famille à un «mauvais pressentiment». 

Peu avant le décollage, le jeune père de famille avait demandé à changer de sièges à cause d'un «bruit provenant de l'aile gauche» de l'avion. Dans les minutes qui ont suivies sa requête, l'appareil a piqué au sol, heurtant d'abord une autoroute surélevée, avant de s'abîmer dans un cours d'eau. Pour l'heure, le bilan fait état de vingt-cinq morts et dix-sept personnes portées disparues. «Je suis à jamais marqué par ce son qui venait de l'aile gauche» Lin Ming-Wei, rescapé du vol TransAsia Airways Ce cadre financier s'était accordé quelques jours de vacances avec sa femme et son bébé. 

Dès le décollage, un détail, plutôt, «un son» qu'il ne saurait «oublier», est venu troubler sa sérénité, raconte-t-il aux médias de son pays. Le Taïwainais se souvient à quel point il s'est senti mal à l'aise à cause de ce bruit. Lorsqu'il formule sa demande au personnel naviguant, il ne rencontre pas d'opposition. Déplacé en famille sur le flanc droit de l'appareil, il sait qu'il a «bien agi pour les [siens]». 

Lin Ming-Wei au côté de son fils, tous deux rescapés 

Ce qu'il pensait éloigner grâce à «une intuition», se produit. 

L'un des moteurs de l'airbus prend feu alors qu'il vient de quitter l'aéroport de Songshan pour gagner l'île de Kinmen. En quelques minutes, le sort des passagers est scellé. «J'ai pu m'extraire conscient de la carlingue. 

Ma femme aussi», glisse le miraculé. Instinctivement, père et mère recherchent leur fils. Ils vivent les «trois minutes les plus angoissantes» de leur existence. Le nourrisson était en train de s'enfoncer dans les eaux peu profondes et boueuses de la rivière Keelung. «Lèvres bleues et coeur à l'arrêt», Lin Ming-Wei, découvre son fils unique dans un état critique. Il lui administre les premiers secours avec notamment un massage cardiaque salutaire qui ravive les signes vitaux du petit. 

«C'est mon unique enfant, il représente tout à mes yeux», lance-t-il ému. Vingt-quatre heures après la catastrophe, son fils est encore hospitalisé et reprend des forces. 

Lin Ming-Wei veut continuer à croire qu'il y aura d'autres «bonnes nouvelles». Notamment pour les dix-sept personnes encore portées disparues. Une importante opération de sauvetage, à laquelle participe environ quatre-cent soldats, est toujours en cours.

liiiiiiiaffaire_de_malade

3 Commentaires

  1. Auteur

    Alors ??

    En Février, 2015 (17:41 PM)
    Personne ne commente ?  :hun:  :hun:  :hun:  :hun:  :hun:  :hun: 
  2. Auteur

    Pffffff

    En Février, 2015 (17:45 PM)
    bu de afairu taate mom nieup niow
    Auteur

    Dioudé

    En Février, 2015 (20:48 PM)
    Une chance pour cette famille, la vie continue, " séne heure mo djotoul wone"; c'était tracé dans leur destin!!

    Wassalam
    • Auteur

      Chance

      En Février, 2015 (10:10 AM)
      j'ai eu peur en lisant l'article et alhamdoulila ils en nous tous sorti, la petite famille quoi;jesper aussi pour les 17autres restant

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email