Lundi 17 Juin, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
International

Haïti : Les gangsters et les rebelles qui se disputent le pouvoir

Single Post
REUTERS (L,L) AND YOUTUBE (R)
Un ex-flic qui aime donner des conférences de presse en brandissant un fusil de grande puissance et un jeune criminel qui aime autant jouer dans des vidéos de rap que faire du trafic d'armes et de drogues.

Ce ne sont là que deux des chefs de gangs accusés d'être à l'origine de la flambée de violence qui a embrasé la capitale haïtienne, Port-au-Prince, et entraîné la démission du Premier ministre haïtien, M. Ariel Henry.

Ajoutez à cela un ancien rebelle fraîchement sorti de prison aux États-Unis qui souhaite devenir président et vous obtenez un mélange explosif.

Alors que le pays est dans l'incertitude en attendant la création d'un gouvernement de transition, nous nous intéressons de plus près à certains des acteurs qui se disputent le pouvoir en Haïti.

Cet ancien policier de 47 ans n'est peut-être pas le chef de gang le plus puissant d'Haïti, mais Jimmy Chérizier est devenu le visage le plus visible des récents troubles.

Aimant s'adresser aux journalistes vêtu de son gilet pare-balles caractéristique, l'homme largement connu sous le nom de Barbecue dirige une alliance de gangs appelée G9.

Barbecue est l'un des ennemis les plus déclarés d'Ariel Henry, dont il réclame la démission depuis que ce dernier a prêté serment en tant que premier ministre.

Le chef du G9 aime se présenter comme quelqu'un qui se bat pour les gens ordinaires et contre l'oligarchie.

Mais il a non seulement été accusé d'avoir dirigé un massacre en 2018 au cours duquel des dizaines de personnes ont été tuées, mais il a également été à l'origine du blocage du terminal pétrolier de Varreux en 2021.

Les attaques du G9 contre les livraisons d'eau et de nourriture ont provoqué de graves pénuries parmi les plus pauvres d'Haïti. Le manque de carburant causé par le blocus a eu pour conséquence que les hôpitaux ont eu du mal à faire fonctionner leurs générateurs pour prodiguer des soins cruciaux.

"Barbecue a vaguement réclamé un système plus juste et plus équitable, mais l'ironie de la situation est que ce sont les groupes armés de la capitale et des environs qui créent l'enfer que vivent les gens", explique Michael Deibert, spécialiste d'Haïti.

Barbecue prétend avoir réuni les gangs de Port-au-Prince, connus pour leurs querelles, au sein d'une coalition appelée Viv Ansanm (Vivre ensemble).

Il est difficile de vérifier cette affirmation. Mais bien qu'aucun chef de gang rival ne l'ait démenti jusqu'à présent, toute alliance risque d'être de courte durée, selon Michael Deibert.

"Ces groupes se livrent en permanence à des querelles sans merci", explique le journaliste, auteur et chercheur à l'Institut universitaire de Lisbonne (ISCTE).

Selon M. Deibert, les gangs semblent avoir trouvé un "modus vivendi" alors qu'ils tentent d'abattre les piliers de l'État. "Je ne sais pas exactement dans quel but", ajoute-t-il.

La semaine dernière, Barbecue a lancé un avertissement glaçant : une "guerre civile" pourrait éclater si M. Henry revenait en Haïti. Le leader du G9 ne s'est pas encore exprimé depuis que M. Henry a déclaré qu'il se retirerait dès qu'un conseil de transition aurait été créé.

Mais si l'on en juge par ses précédents avertissements selon lesquels les Haïtiens devraient être laissés libres de décider des affaires haïtiennes sans aucune ingérence extérieure, le déploiement prévu d'une force de sécurité multinationale en Haïti ne sera pas du goût de M. Henry.

Romain Le Cour, expert à l'Initiative mondiale contre la criminalité transnationale organisée (GI-TOC), affirme que Barbecue tire une grande partie de son pouvoir du contrôle du port et du terminal pétrolier de la capitale.

Si des forces de police internationales étaient déployées pour reprendre ces installations clés, Barbecue pourrait voir son influence diminuer, selon M. Le Cour.

MM. Le Cour et Deibert préviennent tous deux que Barbecue n'est pas, loin s'en faut, le chef de gang le plus puissant d'Haïti, mais seulement celui qui est le plus accessible aux médias.

"Beaucoup des personnages les plus puissants sont des gens qui n'accordent pas d'interviews aux journalistes", souligne M. Deibert.

Le chef de gang Johnson André, alias Izo

L'un des chefs de gangs considérés comme plus puissants que Barbecue est un jeune homme de 26 ans connu sous le nom d'Izo.

Izo diffère de Barbecue, un ancien officier de police, en ce sens qu'il a gravi les échelons de la hiérarchie des gangs pour diriger le gang Vilaj de Dye - 5 Segonn, explique Romain Le Cour.

Les deux chefs de gang partagent le même amour des feux de la rampe, mais Izo a tendance à utiliser les médias sociaux pour publier des vidéos musicales plutôt que pour exprimer ses opinions politiques.

Le jeune gangster a publié plusieurs vidéos de rap et a même été récompensé par YouTube pour avoir obtenu 100 000 followers.

Mais derrière cette façade de gangster bling bling se cache un criminel impitoyable dont le gang se livre à des viols, des enlèvements, des trafics de drogue et d'armes, selon les Nations unies.

Il est également accusé d'entraver l'acheminement de l'aide humanitaire.

Romain Le Cour, qui étudie les gangs haïtiens depuis des années, explique qu'Izo se distingue par le fait qu'il a réussi à prendre le contrôle des routes maritimes dans la baie de Port-au-Prince.

Cela lui permet de contourner les territoires tenus par d'autres gangs et de déplacer rapidement des armes.

Selon l'ONU, Izo a également exploité "l'environnement sécuritaire fragile" d'Haïti pour gagner de l'argent grâce au trafic de drogue, certaines cargaisons arrivant directement d'Amérique du Sud dans le quartier de Vilaj de Dye qu'il contrôle.

Dans son rapport sur la crise des gangs en Haïti, l'Initiative mondiale contre la criminalité transnationale organisée (GI-TOC) retrace les tentatives d'Izo d'étendre son contrôle territorial au-delà de la capitale.

L'incursion de son gang à Mirebalais, à 35 km au nord de la capitale, a déclenché des affrontements meurtriers entre les membres de son gang 5 Segonn et les groupes d'autodéfense, au cours desquels 30 personnes ont été tuées. Selon le rapport, au moins 800 familles ont fui leurs maisons suite aux violences qui en ont résulté.

M. Le Cour souligne que le réseau de trafic de drogue et d'armes d'Izo sera particulièrement difficile à démanteler car il est très diversifié, à tel point qu'il n'hésite pas à vendre des armes à ses rivaux.

Ancien rebelle Guy Philippe

Guy Philippe est un autre ancien officier de police devenu voyou. Âgé de 56 ans, il a participé au coup d'État contre le président Bertrand Aristide en 2004.

En 2016, il s'est présenté au Sénat d'Haïti et l'a emporté. Mais quelques jours avant de prêter serment - ce qui lui aurait donné l'immunité de poursuites - il a été arrêté pour trafic de drogue et extradé vers les États-Unis.

Il a admis avoir accepté des pots-de-vin pour protéger des cargaisons de stupéfiants à destination des États-Unis alors qu'il travaillait en tant que haut fonctionnaire de police.

Philippe a été rapatrié en Haïti en novembre après avoir purgé sa peine, une décision que Michael Deibert qualifie de "verser de l'essence sur un feu qui faisait déjà rage".

Il n'a pas fallu longtemps à M. Philippe pour partager des messages vidéo sur les réseaux sociaux dans lesquels il appelait à une "rébellion" contre M. Henry.

Guy Philippe a ouvertement exprimé son désir d'être le prochain président d'Haïti.

Interrogé sur le fait de savoir si sa peine d'emprisonnement pourrait constituer un obstacle sur le chemin du palais présidentiel, il a répondu : "L'ancien président sud-africain Nelson Mandela était en prison : "[L'ancien président sud-africain Nelson] Mandela était en prison. [L'ancien président vénézuélien] Hugo Chávez était en prison. [Le président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva] Lula était en prison... Par conséquent, si mon peuple me croit et me fait confiance, je serai son dirigeant. C'est à mon peuple de décider, à personne d'autre".

M. Deibert souligne que Philippe n'est pas le seul à avoir exprimé ses ambitions présidentielles dans le chaos créé par la violence des gangs.

"Le groupe qui semble être oublié dans tout cela est le peuple d'Haïti", dit-il, attirant l'attention sur la crise humanitaire qui a laissé environ cinq millions des 11 millions d'habitants d'Haïti confrontés à une faim aiguë.


1 Commentaires

  1. Auteur

    Moussa Diomande Dit Camara

    En Mars, 2024 (07:31 AM)
    Je suis vraiment fier de ton engagement par rapportcton ambition de diriger le Sénégal, mais je penses que la médiocrité gagne du terrain à Djoloff. Tu as un esprit de développement avec un délai court quelle stratégie mettre en place pour que les esprits sous-développés te prêtent l'oreille.

    En tout Cas du Courage ANTA

     
    Top Banner

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés. --
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email