Dimanche 25 Février, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
People

[Portrait] Mohamed Al-Fayed, le paria de la cour d'Angleterre

Single Post
[Portrait] Mohamed Al-Fayed, le paria de la cour d'Angleterre
Mohamed Al-Fayed, dont la mort à 94 ans a été annoncée tard vendredi, se rêvait en Lord. Il avait acquis Harrods, le temple des magasins britanniques, un club de foot londonien et même un château en Ecosse mais l'homme d'affaires égyptien multimillionnaire n'avait jamais pu obtenir la reconnaissance dont il rêvait en Grande-Bretagne.

Avec la liaison entre la princesse Diana et son fils Dodi, il avait cru obtenir sa revanche sur la bonne société britannique qui l'avait affublé du sobriquet de "Pharaon bidon".

Mais en accusant ensuite - sans relâche et sans preuve - la reine Elizabeth II et le prince Philip d'avoir commandité l'accident de voiture mortel de Diana et Dodi en août 1997, il avait signé son propre ordre de bannissement du pays.

Cet homme de bagout mêlé à de nombreuses affaires douteuses, aux vestons multicolores, a passé une grande partie de sa vie en Grande-Bretagne mais à sa grande frustration, s'est vu refuser la nationalité britannique plusieurs fois. En 2000, la justice prétexta même "un problème général de caractère".

Né le 27 janvier 1929 dans une banlieue modeste d'Alexandrie, il était fils d'instituteur. Il a commencé sa vie professionnelle comme vendeur de limonade puis comme démarcheur en machines à coudre.

C'est sa rencontre avec Adnan Kashoggi, le futur marchand d'armes saoudien, qui a changé sa vie. Drôle, charismatique, il séduit sa sœur Samira avec qui il se marie en 1954. De cette courte union de quatre années, naît Emad el-Din, dit "Dodi".

Son beau-frère l'associe à l'une de ses entreprises d'exportation de meubles en Arabie saoudite. De retour en Egypte, il fonde sa compagnie maritime avant de devenir en 1966 le conseiller financier du sultan de Brunei, l'un des hommes les plus riches du monde.

Contraint de quitter l’Egypte après les nationalisations de Nasser, il s'installe à Londres au début des années 60. Entremetteur dans de nombreuses transactions, il est rapidement à la tête d'une coquette fortune qui lui permet d'acheter à Paris en 1979 le Ritz, avec son frère Ali.

Après une bataille acharnée, les deux compères acquièrent en 1985 Harrods au nez et à la barbe de Tiny Rowland, un autre requin des affaires, qui les accusent d'avoir racheté cette institution britannique avec les capitaux du sultan de Brunei. Une enquête conclura en 1990 que les frères Fayed ont menti sur leurs véritables ressources financières.

Tapis rouge à Paris

Cinq ans plus tard, la nationalité britannique lui est refusée. De cette humiliation, Mohamed al-Fayed va se venger. Il affirme haut et fort avoir versé des pots de vin à deux députés du Parti conservateur et entraîne la chute d'un ministre.

Considéré comme un paria à Londres, on lui déroule au contraire le tapis rouge à Paris. Amoureux des vieilles pierres, il restaure à grands frais l'hôtel particulier des Windsor dans le bois de Boulogne que la Ville de Paris lui loue pour une concession de 25 ans en 1986. Jacques Chirac lui décerne la légion d'honneur et Roland Dumas l'élève au rang d'officier.

Au Ritz, où il possède son appartement particulier, il aime recevoir le tout-Hollywood et fait preuve de générosité et de fidélité envers le personnel. Attaché au luxe à la française, il finance en 2012 une restauration somptueuse du palace estimée à 140 millions d'euros.

L'homme d'affaires qui rêvait de reposer dans un mausolée en verre sur le toit de Harrods finit par vendre le grand magasin au Qatar en 2010. Le montant, resté secret, tournerait autour de 1,7 milliard d'euros, soit plus du double de sa mise de départ.

Après 35 ans en Grande-Bretagne, il s'installe pour quelques mois à Genève puis à partir de 2004 à Monaco, havre de paix pour grosses fortunes.

Mohamed Al-Fayed, qui a eu quatre autres enfants avec la mannequin finlandaise Heini Wathen, a soutenu de nombreuses œuvres de charité pour les enfants. En 2017, il pesait 1,86 milliard de dollars. Il était le 959e homme le plus riche du monde, selon le classement Forbes.

AFP 


1 Commentaires

  1. Auteur

    En Septembre, 2023 (15:23 PM)
    On samba les...mort de Salif Keita immense footballeur

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email