Jeudi 30 Mai, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Politique

[Présidentiables 19/19] Anta Babacar Ngom, une capitaine d’industrie pour enfin briser le plafond de verre !

Single Post
[Présidentiables 19/19] Anta Babacar Ngom, une capitaine d’industrie pour enfin briser le plafond de verre !

De la ferme avicole au palais de la république. C’est le pas audacieux que souhaite franchir Anta Babacar Ngom et ce, en un temps record.


Partir à la conquête de l'électorat sénégalais s'avère être une entreprise des plus ardues. Avant l'avènement du système de parrainage, l'écart entre les candidats jouissant d'une notoriété politique établie et ceux considérés comme des « fantaisistes » était abyssal. Ces derniers se voyaient rapidement confrontés à la dure réalité des urnes, souvent récoltant un maigre 0% de voix. Bien que la présidence ne soit pas accessible à tous, la quête de la Magistrature suprême exige un certain nombre de prérequis. Il faut notamment une reconnaissance sur la scène politique, forgée au fil d'années d'engagement, une aura indéniable auprès de la population, et surtout, une assise politique dans une région du pays. Il est donc clair que Anta Babacar Ngom ne remplissait aucun de ces critères. Ce qui aurait pu être perçu comme un handicap s'est révélé être sa plus grande force. En l'espace de six mois seulement, elle a réussi à se hisser au-devant de la scène, devenant d’abord la première femme sur la ligne de départ pour une présidentielle après la validation des candidatures du Conseil constitutionnel. Et désormais, l’unique femme en lice pour l'élection présidentielle du 24 mars 2024 après le retrait de Rose Wardini.


La bataille du positionnement


En mi-2023, les spéculations quant à son entrée en lice pour la présidentielle vont bon train. À la suite d'une série de clichés portant la mention ARC, Anta Babacar Ngom dévoile une vidéo exposant ses ambitions. « Certaines personnes me demandent “pourquoi je ne pourrais pas rester tranquille et vendre mes poulets ?” », a-t-elle déclaré dans la vidéo. Celle qui était jusqu'alors reconnue en tant que directrice générale de la SEDIMA justifie son engagement politique par sa volonté de catalyser le changement au profit des jeunes et pour les jeunes. Un vent nouveau qu'elle aspire à insuffler à travers son mouvement, l'Alternative pour la Relève Citoyenne (ARC). Elle a pour ambition de marquer la rupture !


C'est le 26 août, jour de son anniversaire, que se tient sa cérémonie d'investiture, durant laquelle la quadragénaire, âgée en ce temps de 39 ans, officialise sa candidature pour l'élection présidentielle du 25 février. La séduction de la population sénégalaise pouvait alors débuter. Anta Babacar Ngom ne ménagera pas ses efforts durant cette période, multipliant les déplacements à travers les quatre coins du pays. Les axes prioritaires de la candidate se dessinent : la valorisation du secteur primaire, la réforme du système de santé avec notamment la construction d'hôpitaux et d'autres établissements, la répartition équitable des richesses et l'accès à l'éducation pour tous.


Une enfance marquée par la précarité


La première apparition publique de cette figure s'accomplit dans le berceau de sa jeunesse, Pikine. Née en 1984 à l'hôpital Dominique, elle a grandi en banlieue entre Malika village et Guédiawaye. Son récit d'enfance révèle une période tumultueuse. Elle confie avoir séjourné dans « six » ou « sept » foyers différents jusqu'à ses six ans. Une époque empreinte de difficultés qu'elle évoque : « C'est lors de mon inscription à la Croix Rouge à Pikine que l'on m'a conduite chez une famille à peine connue de mes parents, prête à m'accueillir afin que je puisse fréquenter l'école maternelle. Une famille modeste, faisant face à d'énormes difficultés financières, mais d'une générosité sans pareille. Je me souviens des soirées où nous arpentions les rues de Pikine à la recherche d'un repas, quand nous nous retrouvions à acheter des sandwichs spaghetti ». Par la suite, elle fut confiée à son grand-père, El Hadj Abdoulaye Ngom, chargé de l'escorter jusqu'à son école et de la ramener. Une tâche qui s'avérait ardue pour le père de Babacar Ngom Sedima : « Souvent, il oubliait de venir me chercher en raison de son grand âge. Cela me conduisait à devoir passer la nuit chez mes enseignantes, y compris la directrice de l'école ».


« Il nous était formellement interdit de casser des œufs pour préparer à manger »


Ballottée de famille en famille, le retour au sein de son foyer restreint, composé de son père, sa mère et ses frères, s'opère à l'âge de 6 ans. Là encore, la précarité était monnaie courante : « Je me souviens encore du nombre de fois où ma mère nous a fait croire qu'elle avait déjà mangé, qu'elle était rassasiée, juste pour nous permettre de consommer une meilleure quantité de nourriture ». Bien loin de la prospérité éclatante qu'expérimente actuellement la Sedima, la modeste famille vivait humblement au sein de la ferme, dans l'impossibilité de goûter à l'aliment qui allait faire la renommée des Ngom au Sénégal et à l’international : « Ces deux activités étaient notre gagne-pain, mais il nous était strictement interdit de casser des œufs pour les cuisiner. Il fallait qu'ils soient brisés accidentellement lors de leur manipulation pour que nous puissions en bénéficier, mais tant qu'ils restaient intacts, nous n'y avions pas droit ». Elle ajoute : « L'eau, l'électricité et autres commodités ne me manquaient pas, car je les ignorais. Je n'en ai pas souffert parce que je ne connaissais pas d'autre lumière que celle du soleil. Lorsque le soleil se couchait, c'était la nuit et il fallait simplement aller se coucher ».


Une élève brillante


Du primaire à la 3e secondaire, Anta Babacar Ngom fréquente l’Immaculée Conception. Se décrivant comme une élève brillante, elle trouvait dans ses succès un répit bienvenu face à la dure réalité de sa vie quotidienne : « Je me souviens d’une camarade qui apportait chaque jour un goûter différent. Cela m'impressionnait, car je ne pouvais pas comprendre comment il était possible d'avoir une telle variété de goûters quotidiennement. Elle était généreuse et partageait avec moi son pain au fromage, ce qui me comblait de joie (...). Je ne sortais jamais du peloton de tête de ma classe, c'était ma manière de préserver ma dignité. J'étais brillante, intelligente, et je suis restée proche de mes enseignantes jusqu’à ce jour d'ailleurs ».  


Avec le temps, la situation financière de sa famille s'améliore, fruit des efforts de son père dans la vente de volaille. Les bénéfices de cette réussite, la jeune Anta les partage généreusement en organisant des distributions de tablettes d'œufs à ses camarades et enseignantes. Cet altruisme lui vaut le surnom de « Anta Sedima ». Ces épreuves précoces de la vie l'ont façonnée,  et permis très tôt  d’avoir un esprit mature. La poursuite de son parcours scolaire la conduit au Lycée International Bilingue, où elle obtient avec brio le Baccalauréat International ainsi que le diplôme américain.


D’agent de sécurité de boîte de nuit à commerciale à HP


En prêtant main-forte à son aîné dans la préparation du baccalauréat sénégalais, Anta se voit invitée à se présenter comme candidate libre. C’est ainsi qu'elle se retrouve au lycée Lamine Gueye pour affronter les épreuves, et c'est avec une éclatante victoire qu'elle s’en sort en tant que première de son centre. L’année scolaire 2004 et 2005, elle conquiert donc trois baccalauréats distincts. Son parcours académique la mènera ensuite à tracer son chemin entre la France et le Canada, particulièrement à Toronto.


Refusant de s'en remettre exclusivement à l'assistance financière de ses parents, l'étudiante décide de s'engager dans le labeur clandestin pour joindre les deux bouts. « J’ai travaillé comme serveuse dans le restaurant de l’école, j’ai fait la plonge, le nettoyage. J’ai été agent de sécurité en charge des vestiaires des femmes dans la boîte de nuit de l’université. Mes camarades m’y voyaient et je n’avais pas honte, j’étais fière de travailler. J’ai ensuite travaillé dans un stand pop up d’un centre commercial, comme vendeuse de chapeaux africains. Traductrice à l’université, un travail qui m’a permis de gagner de l’argent et d’acheter ma première voiture, une Jaguar », se remémore-t-elle.


Forte de ses précieux diplômes, elle effectue un bref retour au Sénégal en 2009, au cours duquel elle plonge résolument dans le monde professionnel en intégrant l'entreprise familiale, la Sedima. Assoiffée de connaissances, elle décide par la suite de revenir en France afin de poursuivre son parcours universitaire jusqu'au niveau master. Pendant cette période, elle occupe également le poste de commerciale, gestionnaire de portefeuille clients chez HP. « J’étais la petite interne, stagiaire, qui est arrivée par ses propres moyens, son propre bagage intellectuel et qui a tellement bien travaillé qu’ils ont voulu la garder », souligne-t-elle avec une pointe de fierté.


Son rôle dans l’élection de Macky Sall en 2012


Ayant arpenté les arcanes académiques avec brio, décrochant successivement un Master 1 en Économie, un Master 2 en Management de Projets et Nouvelles Technologies à l’université Paris Dauphine, puis un MBA en Communication à Sciences Po Paris, Anta Babacar Ngom a fait montre d'un bagage intellectuel imposant. Forte de ces acquisitions, elle décide en 2012 de revenir au Sénégal, imprégnée d'une détermination sans faille.


Cependant, son retour au pays n'était pas uniquement motivé par un simple désir de retrouvailles avec ses racines. Au contraire, Anta Babacar Ngom avait un dessein bien précis : s'engager activement contre le troisième mandat de Me Abdoulaye Wade, alors en jeu politique. Dans ses propres termes, elle confie : « J'ai donc pris part à l'accompagnement du candidat Macky Sall lors de l'élection présidentielle. Son ascension à la présidence a été pour moi source d'une immense fierté, d'un honneur indescriptible. Je n'ai jamais adhéré à l'APR, n'ayant aucune intention de rejoindre un parti politique. Mon unique dessein était de soutenir un citoyen sénégalais, en accord avec les valeurs qu'il prônait à cette époque ».


Cette parenthèse politique fermée, elle effectue son retour au sein de l'entreprise familiale. Anta Babacar Ngom a su gravir les échelons avec une aisance remarquable. Elle a successivement occupé les fonctions d'attachée de direction, de responsable stratégie et développement, puis de directrice du pôle stratégie et développement, pour finalement accéder en 2016 à la position de directrice générale déléguée, avant de culminer à la tête de l'entreprise en tant que directrice générale de Sedima.


La gestion de cette entreprise lui a valu plusieurs reconnaissances internationales élogieuses. En effet, Anta Babacar Ngom a été distinguée par Forbes Afrique en tant que l'une des figures émergentes du continent, ayant moins de trente ans, en 2015. L'Institut Choiseul l'a également citée dans sa liste des 100 futurs leaders économiques. Son mérite fut également célébré par le MEDEF, qui lui décerna un Business Award lors du Sommet France-Afrique à Bamako en 2016. Enfin, en 2017, elle est consacrée Jeune CEO de l'année lors de l'Africa CEO Forum.





14 Commentaires

  1. Auteur

    En Mars, 2024 (13:58 PM)
    Comment est-elle une capitaine? Son pere peut se reclamer capitiane mais pas elle. Elle a juste ete nommee DG au nom d ela famille, sans aucune experience averer en gestion. La ou des personnes on fait une vingtaine d'annees a la SEDIMA et etaient plus competentes. Yousosu Ndour a fai tla meme chose avec Birane. Ensuite elle utilise l'argent de papa pour acheter des parrains. On verra son score dans 2 jours
    • Auteur

      Reply_author

      En Mars, 2024 (14:40 PM)
      c'est la seule vraiment crédible et qui représente un changement. elle est solide et tout le monde semble s'en rendre compte autour de moi. meme parmi ses adversaires les gens admettent que c'est une belle découverte ou qu'elle fait une bonne campagne alors arrêtons de la rabaisser sans argumenter car ça ne correspond pas à ce que les sénégalais de tous les jours pensent d'elle. 
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Mars, 2024 (14:58 PM)
      Elle parle bien.
       
      Elle présente bien. 
       
      Elle a de l'expérience professionnelle. 
       
      Elle a le réseau qu'il faut. 
       
      Elle est dynamique. 
       
      Elle n'a pas de casseroles politiques. 
       
      Elle a une vision besogneuse et appaisée dont nous avons besoin. 
       
      Je ne suis pas encore sur de voter pour elle mais il faut avouer qu'elle a beaucoup de positif. 
    {comment_ads}
    • Auteur

      Anta Rek, Choix En Conséquence

      En Mars, 2024 (15:17 PM)
      Les Femmes majoritaires ou " moitié du Ciel " pour reprendre les mots du grand Timonier Mao, vous avez enfin le Choix ! Une femme au pouvoir et c'est la Révélation de cette courte campagne, selon plusieurs observateurs pointus. Si les femmes ne votent pas pour elle, vous ne méritez plus la loi sur la Parité car vous avez l'occasion de gagner. Sinon, moi Président en 2029, j'abroge cette loi sur la Parité, je choisis déjà Maître Elhadj Diouf pour porter cette abrogation.
    • Auteur

      Reply_author

      En Mars, 2024 (15:27 PM)
      Je ne suis pas certain encore de voter pour elle. Elle est au dessus des autre. Et surtout elle n'est pas dans les affaires politiciennes et le pays a besoin d'avancer c'est ce qui me séduit. 
    {comment_ads}
  2. Auteur

    Amadou

    En Mars, 2024 (14:12 PM)
    Elle profite du nom de son père pour se frayer un chemin en politique. Tant mieux pour elle mais il ne faut pas en faire ce qu'elle n'est pas. Todieugoul fénn, bon vent néanmoins
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Mars, 2024 (14:42 PM)
      je pense que ça peut suffire quand je vois la popularité qu'elle a acquis chez les trentenaires ces dernières semaines. mais ça va peut-être s'essouffler. l'avenir nous le dira. mais elle est vraiment bien partie
    {comment_ads}
    Auteur

    Oh! Ooooh!

    En Mars, 2024 (14:18 PM)
    Cette dame qui  dirige son entreprise sur la base de commérages et selon ses humeurs, qui veut elle leurrer?

    Soyons sérieux waaye!
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Mars, 2024 (14:43 PM)
      Dénigrer n'a jamais été un argument. Pour l'instant sa campagne cartonne il faut l'avouer. C'est un peu l'étoile montante.
    {comment_ads}
    Auteur

    En Mars, 2024 (14:19 PM)
    Madame vraiment avec ton comité de soutien qui multiplient les commentaires positifs en votre faveur vous reviendrez reviendra en 2029 ton programme pas terrible et vous traînez les casseroles de votre père qui a spolié les terres des paysans...

    Dans les programmes je retiens Diomay .Idrissa Seck ils ont de bons programmes.
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Mars, 2024 (14:52 PM)
      Elle n'a spolié personne ! Certains sont vraiment prêts à tout pour descendre les adversaires. 
    {comment_ads}
    Auteur

    En Mars, 2024 (14:31 PM)
    En tout cas elle fait beaucoup de bruit 
    • Auteur

      Reply_author

      En Mars, 2024 (14:48 PM)
      Ça s'appelle réussir sa campagne. Oui on parle beaucoup d'elle dans le pays et beaucoup envisagent de voter pour elle car ils en ont marre des politiciens classiques qui nous baratinent depuis l'indépendance. Il reste a voir s'ils mettront vraiment son bulletin dans l'urne ou s'ils disent ça simplement pour faire réagir nos politiciens classiques. Mais elle est populaire et si ses adversaires l'attaquent de manière trop rabaissante et évidente, ça risque de se retourner contre eux. Donc c'est un cas difficile à gérer. 
    {comment_ads} {comment_ads}
    Auteur

    Abdullah

    En Mars, 2024 (14:34 PM)
    Le Papa de Anta NGOME, Babacar NGOME, est un capitaine d'industrie.

    Anta ne l'est pas du tout alors.
    {comment_ads}
    Auteur

    Kalkulart

    En Mars, 2024 (14:43 PM)
    La femme candidate en 19ème sur la liste des reportages, parceque c est une femme.

    Misogynie quand tu émerge des cerveaux des hommes.

     
    {comment_ads}
    Auteur

    Senegal

    En Mars, 2024 (15:19 PM)
    Elle est sans doute la bouffée d'oxygène et le rayon de soleil de cette campagne électorale sportive. Seul beau sourire au milieu des grimaces pleins de testostérones . Anta a appris vite, a agit vite .Pour une première, fut un pas géant et visible pour une candidate,  femme  et sénégalaise. Nos prières pour un résultat plus de 5%, à très bientôt dans cinq ans. 
    {comment_ads} {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Mars, 2024 (16:20 PM)
      Nous espérons qu'elle rendra les terres des paysans à leurs propriétaires avant les éléctions de 2029. Parceque sinon elle mordra encore la poussière. On ne veut ni d'un fonctionnaire voleur de milliards, ni d'une voleuse de terres de paysans pauvres.
    {comment_ads}
    Auteur

    En Mars, 2024 (16:16 PM)
    🤠que la sedima arrête d'exploiter les eleveurs d'abord et de leur faire une concurrence deloyale🤖
    Auteur

    Ndengeler

    En Mars, 2024 (16:18 PM)
    Elle veut noyer le poisson, en disant qu’elle va servir une citation directe à Diomaye qui aurait dit qu’elle et sa famille ont utilisé les terres de Ndengler pour avoir des prets dans une banque. Mais le probléme ne se situe pas à ce niveau. Les questions sont:a-t-elle pris les terres des paysans de Ndengler ou non?

    A-t-elle privé ces paysans de leur seule resource de revenue?

    Comment elle et sa famille ont pu en un temps éclair avoir un titre foncier sur ces terres?Les employés de Sedima on-t-ils étaient obligés de parrainer sa candidature pour la présidentielle?
    {comment_ads}
    Auteur

    En Mars, 2024 (16:24 PM)
    Anta est que tu peux nous dire comment tu peux faire pour diminuer le prix du sac d'aliment. Si tu parviens à le faire, on pourra dire que tu sais quelque chose. Le prix du poussin et du sac d'aliment n'ont jamais cessé d'augmenter et tu nous parles de gestion du pays. Et puis, la politique n'est pas une borne fontaine de quartier 
    {comment_ads}
    Auteur

    En Mars, 2024 (16:28 PM)
    C'est la révélation de cette campagne électorale 
    {comment_ads}
    Auteur

    En Mars, 2024 (16:41 PM)
    c'est le cartel babacar ngom avec sa fille k'ils veulent mettre en place, ses soeurs sont dans la drogue le lesbiennisme. famille de pourritures
    Auteur

    Amadou

    En Mars, 2024 (16:49 PM)
    Capitaine d'industrie.. thieeeey Senegal. Ou plutot une capitaine de pilleuse poru l'economie senegalaise ou elle et sa famille n'ont pas 3000 salarié.. et vous osez appeler ca capitaine d'industrie. 
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email