Vendredi 19 Avril, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Top Banner
Politique

La situation au Sénégal (par Cheikh Yérim Seck)

Single Post
La situation au Sénégal (par Cheikh Yérim Seck)
Les clés pour comprendre ce qui se passe au Sénégal

En ma qualité d’intervenant à l’Ecole de commerce de Lyon, j’ai été sollicité par cette prestigieuse institution à l’effet de fournir à ses étudiants et à son très large réseau à travers le monde les clés pour comprendre la crise pré-électorale qui, depuis quelques jours, perturbe l’insolente tranquillité de cette démocratie-modèle en Afrique qu’est le Sénégal.

« Le report de la présidentielle à un jour du démarrage de la campagne électorale »

A la stupéfaction générale, dans une adresse à la nation prononcée le 3 février 2024, le président du Sénégal, Macky Sall, a abrogé le décret convoquant le corps électoral pour le scrutin présidentiel qui devait se dérouler le 25 février, reportant de facto sine die la présidentielle. Pour entériner cette décision inédite dans l’histoire de la démocratie sénégalaise, l’Assemblée nationale a voté, au forceps, dans une hémicycle débarrassée manu militari des députés de l’opposition radicale, un projet de loi constitutionnelle fixant la nouvelle date de l’élection au 15 décembre 2024. Ce qui a ajouté à l’escalade et entraîné des manifestations de rue ayant occasionné la mort de trois manifestants, dont un étudiant. Qu’est-ce qui a conduit Macky Sall à ce saut dans l’inconnu, lui qui avait pourtant engrangé tant de sympathie après son discours historique du 3 juillet 2023 dans lequel il avait déclaré renoncer à briguer une troisième candidature à la magistrature suprême par égard pour la Constitution et pour la tradition démocratique sénégalaise ?

Dans son adresse à la nation, il a évoqué une crise institutionnelle qui augurait d’une crise post-électorale s’il n’arrêtait pas le processus. Les couacs se sont en effet multipliés. Quarante-un candidats à la candidature, dont les dossiers ont été rejetés par le Conseil constitutionnel, se sont regroupés dans un Collectif et ont sollicité le président de la République à l’effet de faire réparer « l’injustice » qu’ils estiment avoir subie. En cause, la méthode d’examen par la haute juridiction des parrainages exigés pour être éligible à la candidature. Dans le flot de contestations, Aly Ngouille Ndiaye, un ancien ministre de l’Intérieur, qui sait donc de quoi il parle pour avoir organisé plusieurs élections, a soulevé un sérieux grief : « Il y’a plus de 900 000 électeurs inscrits qui ne figurent pas sur le fichier à partir duquel le Conseil constitutionnel a travaillé pour apprécier la validité des parrainages. » C’est trivial, il n’y a pas d’élection crédible sans un fichier électoral fiable.

Sur les vingt-un candidats qui ont franchi le filtre du parrainage, Karim Wade, fils de l’ex-président Abdoulaye Wade, candidat du Parti démocratique sénégalais (PDS, au pouvoir de 2000 à 2012), a été recalé pour ne pas être exclusivement de nationalité sénégalaise. Alors que le PDS protestait en exhibant la déclaration de renonciation à la nationalité française de son candidat, une copie du passeport français de Rose Wardini, une candidate admise à concourir, a été publiée dans la presse, discréditant encore un peu plus le travail du Conseil constitutionnel.

Pour ne rien arranger, le groupe parlementaire Wallu, porte-étendard du PDS à l’Assemblée nationale, a suscité la création d’une commission d’enquête parlementaire pour faire la lumière sur des soupçons de corruption passive touchant deux membres du Conseil, de conflit d’intérêts, de collusion dangereuse… Macky Sall, à qui certains de ses adversaires prêtaient quelque regret suite à sa renonciation à briguer sa propre succession, ne pouvait trouver un contexte plus favorable pour documenter un arrêt du processus électoral. Ce qu’il a fait, en assortissant la mesure d’un appel à un large dialogue pour corriger ces graves dysfonctionnements afin de créer les conditions d’une élection qui ne souffrira pas de contestations. Pareille posture, en théorie républicaine, a été vite qualifiée de politicienne voire partisane par l’opposition qui y a vu une parade pour enrayer la défaite annoncée du candidat du pouvoir face à la vague d’adhésions en faveur de Bassirou Diomaye Faye, celui de Pastef, parti d’opposition radicale.

« Le facteur Pastef dans la complexité de l'équation politique»

Le métabolisme de la vie politique sénégalaise a été bouleversé par l’irruption brutale dans l’arène d’un haut fonctionnaire de l’administration des Impôts et domaines reconverti en hussard de la République. A coups de déballages tous azimuts, y compris sur des dossiers dont il a connu en tant que fonctionnaire, de livres à scandale et de fracassantes conférences de presse, Ousmane Sonko est passé de syndicaliste anonyme des Impôts à député élu au plus fort reste, puis à candidat classé 3e à la présidentielle, pour se retrouver porte-étendard de la coalition de l’opposition qui a ôté la majorité parlementaire au pouvoir de Macky Sall. Sous la bannière de Pastef (acronyme de Patriotes africains du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité), Sonko a introduit dans un champ politique feutré et raffiné des méthodes aussi inédites que brutales (émeutes, casses, incendies volontaires, destructions de biens publics et privés, invectives contre les adversaires, insultes contre les autorités religieuses et coutumières, campagnes de diabolisation et d’intoxication sur internet…). Cette stratégie du bord du gouffre a atteint son paroxysme en mars 2021, lorsque le pays a manqué de peu de basculer après trois jours d’émeutes et de destructions perpétrés par des jeunes déchaînés par la convocation de Sonko sous une accusation de viol.

Pastef, objet politique non identifié, a, telle une météorite, bousculé la hiérarchie des forces, secoué les positions sur l’échiquier politique, rallié jeunes désoeuvrés, laissés pour compte économiques et autres damnés de la terre par un discours populiste, démagogique mais efficace. Au bout de deux années où leurs incitations à la violence, leurs appels à l’insurrection et leurs nombreuses défiances envers les institutions ont installé le pays dans le désordre sécuritaire, économique et social, Ousmane Sonko et son second, Bassirou Diomaye Faye, ont fini par être arrêtés et emprisonnés. Condamné définitif pour corruption de la jeunesse, après la requalification du viol qui lui était reproché, donc inéligible, Sonko a dû se résoudre à soutenir la candidature de Faye à la présidentielle qui devait se tenir. L’acceptation de cette candidature est d’ailleurs l’une des curiosités du travail tant décrié du Conseil constitutionnel. Pastef ayant été dissous en juillet 2023 pour actes de terrorisme, destructions de biens publics et privés, financement occulte par des fonds d’organisations salafistes…, aucun de ses membres ne pouvait, en effet, conserver le droit de concourir dans la moindre élection. C’est donc dans ce climat de suspicions, mais aussi de couacs répétés, sur fond d’une longue tension politique, que l’élection a été reportée. D’autant que la goutte d’eau de l’élimination de Karim Wade a fait déborder le vase.

« L’injustice du rejet de la candidature de Karim Wade »

A l’encontre de Karim Wade, l’injustice est systématique, systémique. Depuis la défaite de son père à la présidentielle de 2012, le fils d’Abdoulaye Wade va de tracasseries en brimades. Poursuivi pour enrichissement illicite par le régime de Macky Sall, il s’est vu infliger une lourde peine de 5 ans de détention par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei). En dépit du rejet, par le Groupe de travail des Nations-Unies sur la détention arbitraire, de cette décision rendue par une juridiction d’exception au mépris de son droit à la défense et du double degré de juridiction, il a été incarcéré 3 longues années et demie. Le jour même de sa libération, ce 23 juin 2016, il a été manu militari mis dans un avion, contraint à un long exil au Qatar. A la veille de l’élection présidentielle de 2019, désigné candidat par le PDS, il a été empêché de revenir au pays pour prendre part au scrutin, menacé par le régime d’arrestation dès sa descente d’avion pour cause de contrainte par corps.

Pour éviter d’être à nouveau écarté, Karim Wade a, dès le 26 octobre 2023, pris la précaution de faire une déclaration de renonciation à la nationalité française auprès de l’ambassade de France à Doha. Enorme déchirement identitaire chez cet homme né d’un Sénégalais et d’une Française ! En dépit de ce sacrifice, il a subi un nouveau rejet de sa candidature. Une telle injustice, rendue évidente par l’admission de Rose Wardini – elle, réellement française –, a poussé le groupe parlementaire Wallu du PDS à initier une commission d’enquête parlementaire visant deux membres du Conseil constitutionnel pour corruption passive et conflit d’intérêts. Puis à déposer un projet de loi portant report de la présidentielle, pour donner à la commission le temps d’exécuter sa mission. Le projet, voté, a fixé le scrutin à la date du 15 décembre 2024.

Une curiosité, toutefois, dans cette procédure : la création de la commission d’enquête et le report de l’élection ont été adoptés grâce au vote des députés de la majorité présidentielle alors que les magistrats sont soupçonnés d’avoir été corrompus par… le candidat de cette majorité, le Premier ministre, Amadou Ba.

« Le problème Amadou Ba au sein de la majorité présidentielle »

Dans mon livre « Macky Sall face à l’Histoire/ Passage sous scanner d’un pouvoir africain », paru en janvier 2023, figure, à la page 207, un chapitre 19 titré « Le problème Amadou Ba ». L’intitulé est prémonitoire au regard des événements actuels. Cet inspecteur des impôts, directeur des Impôts au moment de la chute d’Abdoulaye Wade, a été promu ministre des Finances, puis ministre des Affaires étrangères par Macky Sall, avant d’être brutalement éjecté du gouvernement, soupçonné de manœuvres peu catholiques pour être calife à la place du calife.

Après deux années de traversée du désert, au cours desquelles tous le fuyaient comme la peste pour ne pas être suspects de connivence avec lui, il a été nommé Premier ministre par défaut dans un contexte où il était loin d’être le premier choix du chef. Avant d’être, à la faveur d’un intense lobbying qu’il a su orchestrer, désigné comme candidat de la coalition au pouvoir suite à la renonciation de Macky Sall à briguer une troisième candidature en 2024. L’adoubement de l’homme le plus calomnié dans les cercles du pouvoir, le plus soupçonné de déloyauté, le plus combattu… a aiguisé les couteaux, creusé les tranchées, déclenché une levée de boucliers… Sont-ce ses qualités, réelles, qui dérangent ? Des cadres de la mouvance présidentielle comme l’ex-Premier ministre, Mahammad Boun Abdallah Dionne, l’ancien ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, et l’ex-directeur directeur des domaines, Mame Boye Diao, sont ouvertement entrés en dissidence et ont déclaré leur candidature. Des proches de Macky Sall comme le président du Conseil économique, social et environnemental (Cese), Abdoulaye Daouda Diallo, le ministre du Tourisme, Mame Mbaye Niang, son homologue de l’Industrie, Moustapha Diop… ont alterné attaques publiques et coups en coulisses contre le candidat. Le cercle le plus intime du président a fini par se laisser persuader qu’Amadou Ba n’a pas l’étoffe pour gagner et que, s’il arrivait par miracle à l’emporter, il ne resterait pas loyal à la famille présidentielle. Pareille perception a dû peser sur la balance.

Toutefois, avant et après l’annonce du report, Macky Sall a donné des gages à son Premier ministre, lui a renouvelé sa confiance, l’a maintenu à son poste à la primature et à sa position de candidat. Conscient, sans nul doute, qu’un divorce d’avec Amadou Ba et ses proches, dans ce contexte de guerre frontale contre l’opposition et la société civile, scellerait la perte du pouvoir. Qu’adviendra-t-il entre ces deux hommes, qui ne s’aiment pas et ne se font pas mutuellement confiance, si la conjoncture politique actuelle change ?

Pour l’heure, Macky Sall continue de subir le problème Amadou Ba, maintient une unité de façade de son camp, appelle celui d’en face à un dialogue pour surmonter la crise…

« Le dialogue, moindre mal pour sortir de la crise »

Si le cycle actuel de manifestations et répressions perdure, le Sénégal risque de basculer dans une spirale meurtrière ou de connaître, pour la première fois de son histoire, une rupture de l’ordre démocratique. Dans une récente interview accordée à Associated Press, Macky Sall a prévenu que, si la classe politique n’arrive pas à s’entendre, « d’autres forces organisées » risquent de faire irruption dans le champ politique. Dans un communiqué conjoint en date du 12 février, Abdou Diouf et Abdoulaye Wade qui dirigèrent successivement le pays de 1981 à 2000 et de 2000 à 2012, ont appelé les jeunes au calme, la société civile à la responsabilité, l’opposition et le pouvoir à « un dialogue constructif et franc » pour aboutir, le 15 décembre 2024, à une élection présidentielle inclusive et incontestable.

D’ores et déjà, la coalition au pouvoir, les dissidents de la mouvance présidentielle (Mahammad Boun Abdallah Dionne, Aly Ngouille Ndiaye…), le PDS d’Abdoulaye et Karim Wade, le candidat et ex-Premier ministre Idrissa Seck, le candidat et ancien ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye… ont déclaré leur volonté de prendre part au dialogue. Certains ne devraient pas tarder à les rejoindre autour de la table. Nombre d’autres candidats, pas prêts pour une élection le 25 février, cherchent à mettre les formes pour aller à la discussion sans perdre la face.

Alors que l’on craignait que la chaise de l’opposition radicale amenée par Pastef reste vide, Pierre Goudiaby Atépa, un célèbre architecte proche d’Ousmane Sonko, et Alioune Tine, une figure de la société civile autoproclamée médiateur dans les crises successives, ont révélé que Macky Sall et Sonko ont entamé des négociations secrètes dans le but d’aboutir à une décrispation du climat politique. Tine est allé plus loin, indiquant même que, en guise de signe d’apaisement, « Sonko va sortir de prison au cours des prochains jours » à la faveur d’une loi d’amnistie. Laquelle a été effectivement déposée sur la table de l’Assemblée nationale. Après cette sortie médiatique, la sonkosphère a multiplié les démentis, objectant que son leader, porte-étendard de l’anti-système, chantre de la rupture d’avec la politique classique, n’est pas homme à « négocier » comme les politiciens traditionnels. Comme pour couper court à ces dénégations, Karim Wade a jeté un pavé dans la mare, dans ce tweet du 13 février : « Je viens d’apprendre qu’Ousmane Sonko est en négociation avec le président Macky Sall en vue de sa prochaine libération et de celle des personnes emprisonnées avec lui. »

Si Sonko devra éclairer aux yeux de ses partisans les péripéties de sa prochaine libération, l’Etat du Sénégal doit, de son côté, élucider les circonstances dans lesquelles trois manifestants ont perdu la vie. Il a également l’obligation de sanctionner les éléments des forces de sécurité qui ont levé la main sur deux femmes. Leurs écarts ont été captés dans des vidéos devenues virales qui ont fortement choqué l’opinion. Plus jamais ça ! Même le chien ne supporte pas de voir un homme frapper une femme.

Cheikh Yérim Seck

Intervenant à l’Ecole de commerce de Lyon

Membre de think tanks en Europe et en Asie

Ecrivain, auteur, notamment, de « Ces goulots qui étranglent le Sénégal » et de « Macky Sall face à l’Histoire/ Passage au scanner d’un pouvoir africain »

Analyste politique, consultant en géopolitique

Ancien journaliste du magazine panafricain « Jeune Afrique »



36 Commentaires

  1. Auteur

    Bruno

    En Février, 2024 (14:24 PM)
    Ki mom c est pas la peine. Pourquoi ce pingouin ne veut pas partir? Meme Les medias internationaux ne le comprennent pas. C est au senegalais de prendre leur destin en main
    Top Banner
    • Auteur

      Reply_author

      En Février, 2024 (14:42 PM)
      "Condamné définitif pour corruption de la jeunesse, après la requalification du viol qui lui était reproché, donc inéligible, Sonko a dû se résoudre à soutenir la candidature de Faye à la présidentielle qui devait se tenir." Quelle malhonnete intellectuelle! Yerim que fais-tu de la contumance, je me demande des fois a quelle fac de droit as-tu fait tes humanites?
    {comment_ads}
    • Auteur

      Diafar Badji

      En Février, 2024 (17:10 PM)
      Il était dans la meme classe que Mame Boye Diao et Pr Ababacar Gueye à UFR de Droit UGB
    {comment_ads}
  2. Auteur

    En Février, 2024 (14:26 PM)
    sincerement je ne vais pas parcourir ce que ce type écri mais je vais le partager avec Moussa Dadis Camara pour recueillir son avis 
    {comment_ads}
    Auteur

    Vu Hui Weed

    En Février, 2024 (14:36 PM)
    Même le chien ne supporte pas de voir une femme se faire violer par un adulte enseignant dans une université de commerce  ayant des démembrements aux quatre coins de la terre, cet enseignant a même inspiré son fils qui est devenu a son tour violeur de jeune fille 

    De ce torchon je n'ai retenu qu'une chose :le calendrier républicain a été chamboulé par le président du simple fait de la présence sur la liste des candidats de ousmane diomaye faye qui appartient à pastef et qui a toutes les chances de gagner dès 'e premier tour 
    {comment_ads}
    Auteur

    Maodo

    En Février, 2024 (14:38 PM)
    Franchement, ton analyse est complétement nulle biaisée et partisane. Aucune vérité n'a été relatée. Je comprends pourquoi on appelle Yérim Seck, ESCRO. Tu essaies de justifier quoi réellement? 
    {comment_ads}
    Auteur

    Mor

    En Février, 2024 (14:47 PM)
    Non mais sérieux, de qui se moque ce gars, il y'a des personnes qui n'ont plus aucune crédibilité dans ce pays et ce CYS figure dans le lot de tête. 
    Top Banner
    Auteur

    En Février, 2024 (14:49 PM)
    Qui avait dit qu'il se retirait de la vie publique ? Wax wakhett c'est la caractéristique  de beaucoup de nos compatriotes.  
    {comment_ads}
    Auteur

    En Février, 2024 (14:53 PM)
    Yérim!!! Toujours égal à lui-même avec les fesses assises entre 2 chaises (ngaralé en wolof). Le mec qui joue au spin-doctor soufflant à l'oreille du président, raison pour laquelle il emprunte des raccourcis dangereusement mensongers pour assurer le service après vente aux lecteurs de la métropole. D'abord Sonko n'a jamais été écarté de l'élection présidentielle pour corruption de la jeunesses du dossier Adji Sarr. Il a été contumax dans ce dossier, et thèse écartée par les 2 jugements des tribunaux de grande instance (Dakar et Zig) qui le réintègrent dans le fichier. Donc la contumace annulée, dossier à rejuger. C'est le dossier diffamation de Mame Mbaye qui l'a recalé et là aussi c'est par abus du conseil constitutionnel qui devait attendre la fin de la procédure de radiation. Procédure trop longue et le conseil a fait le forcing prétextant un dossier transmis par la Cour Suprême, en violation de la procédure normale. Et ce dossier est en rabat d'arrêt même si le rabat n'est plus suspensif depuis 2020 au sortir de l'équation Khalifa Sall.

    Le deuxième raccourci consiste à mentir sur la candidature de Diomaye. Juridiquement, aucune disposition légale ne pouvait freiner sa candidature. Son dosssier d'outrage aux magistrats est en instruction, donc il est toujours présumé innocent. Evoquer la dissolution de Pastef est une lamentable hérésie. Le code électoral n'est pas le code des obligations commerciales et des associations. La candidature de Diomaye n'est pas indépendante, non plus, pour respecter le délai d'un an, car elle a belle et bien été portée par une coalition de partis bien structurés conformément à la loi. Arrêtons de mentir pour plaire à ses pourvoyeurs de mallettes. Vous n'etes pas plus intelligents que les sénégalais, ce pays s'est réveillé depuis longtemps et la manipulation ne peut plus prospérer. Dites la vérité à Macky pour qu'il sauve sa peau et celle de sa famille. A bon entendeur! 
    {comment_ads}
    Auteur

    En Février, 2024 (14:58 PM)
    tu n'as fait que péter.🤣
    {comment_ads}
    Auteur

    Sane Papa Ibrahima

    En Février, 2024 (15:12 PM)
    je me demande toujours pourquoi les journaux et tv continuent d 'inviter cheikh yerim seck sachant que 90 % des infos venant de lui sont fausses

    je le considere comme un raconteur mercenaire .
    Top Banner
    Auteur

    Lo

    En Février, 2024 (15:14 PM)
    Un vrai torche cul rempli de mensonges et de manipulations comme toujours chez Cheikh Yerim Seck, le corrompu.  Tu sembles defendre Karim Wade, qui en 2019 avait menti sur sa nationalité.  Il lui a fallu attendre 5 ans pour renoncer a sa nationalité. Le Conseil a bien fait de l'écarter. Sonko n'a jamais été le probleme. Le monde entier sait maintenant que c'est Macky Sall le seul artisan du chaos au Senegal et ca depuis le debut.
    {comment_ads}
    Auteur

    En Février, 2024 (15:18 PM)
    Qui est a l'origine de ce blocage réponse ? C le même qui propose le report 
    {comment_ads}
    Auteur

    100 Commentaires

    En Février, 2024 (15:19 PM)
    Merci Yerim.

    Le texte est clair avec une chronologie des événements qui aide à y voir plus clair. 

    J'aurai aussi voulu dans l'analyse que tu te projetes plus dans l'avenir proche pour nous offrir des pistes de solution de sortie de crise.

    A défaut présenter les différentes options qui sont devant nous.

    Aux autres commentateurs insulteurs et négatifs de grâce amener des arguments, élever un peu le débat. 

    Autrement vous donner raison à Yerim.

    Wasalam

     
    {comment_ads}
    Auteur

    Deed

    En Février, 2024 (15:19 PM)
    Cheikh Yérim Seck: pédophile et violeur multirésidiviste et déjà condamné et géniteur de violeur.

    Au suivant: inutile de lire son torchon.
    Top Banner
    Auteur

    En Février, 2024 (15:21 PM)
    "Condamné définitif pour corruption de la jeunesse, après la requalification du viol qui lui était reproché, donc inéligible, Sonko a dû se résoudre à soutenir la candidature de Faye à la présidentielle qui devait se tenir." Arrete d'etre malhonnete. Tu sais tres bien que Sonko a ete ecarte a cause de l'affaire de diffamation sur Mame Mbaye Niang. Ou alors tu as honte de l'admettre.

    Et tu dis que les deux ancients presidents ont appele l'opposition et le pouvoir l’opposition à « un dialogue constructif et franc » pour aboutir, le 15 décembre 2024, à une élection présidentielle inclusive et incontestable. Le president Diouf a bien apporte un dementi. Il n'approuve aucunement cette forfaiture. 

    Vraiment arretez de jouer avec notre intelligence. Nous exigeons le respect du calendrier electoral.
    {comment_ads}
    Auteur

    Human Being

    En Février, 2024 (15:23 PM)
    Quelqu'un a lu dans ce texte une seule chose dont les sénégalais ne sont pas déjà au courant ?
    {comment_ads}
    Auteur

    En Février, 2024 (15:27 PM)
    Vous avez bien résumé la situation mais vous avez omis le deuxième communiqué du Président Diouf dans laquelle tout porte à croire qu'il avait été abusé d'abord. En outre, vous n'expliquez pas les causes des des émeutes, à savoir que Sonko a été injustement accusé de viol car un document scientifique (certificat médical) écartait cette accusation. Le traitement de prince d'Adji SARR n'a pas été expliqué sans compter les menaces que recevait le medecin, auteur du certificat médical. Mon cher Yérim, en bon juriste vous n'ignorez pas que ce dossier ne devrait pas franchir l'étape d'enquête préliminaire si nous êtions dans un Etat sérieux dès lors que la pièce maîtresse, en l'espèce, écartait la thèse du viol. Je reconnais votre intelligence mais vous êtes partisan
    {comment_ads}
    Auteur

    Yerim

    En Février, 2024 (15:27 PM)
    Cheikh ,franchement est ce que do nopalou tamit

    Essaie au moins de revoir ta copie ,tu es un sénégalais ,tu as des enfants, des femmes qui demain voudrait avoir l'honneur devant leur siens

    Cheikh ,il n'est jamais trop tard ,ce role n'est pas le tient ,ressaissi toit

    toutes mes excuses
    Top Banner
    Auteur

    Mags Maguette

    En Février, 2024 (15:43 PM)
    Il faut plutôt avoir pitié de Yérim parce qu'il aura beau écrire et parler pour paraître crédible aux yeux de l'opinion, sa conscience continuera, sans cesse, de le cravacher d'où son irrépressible besoin permanent de toujours vouloir donner l'impresssion d'avoir remonté la ppente ; sauf qu'elle est trop raide cette pente !
    {comment_ads}
    Auteur

    Le Natif

    En Février, 2024 (16:10 PM)
    Une analyse politique de l'article de Cheikh Yérim Seck sur la situation politique au Sénégal révèle des dynamiques qui rappellent les défis posés par les régimes dictatoriaux et met en lumière les avantages dont il pourrait bénéficier en tant que proche du régime de Macky Sall.

    Tout d'abord, dans les régimes dictatoriaux, le contrôle de l'information est souvent utilisé pour maintenir le pouvoir en place et réprimer toute opposition. Dans ce contexte, la partialité de Cheikh Yérim Seck en faveur du gouvernement de Macky Sall peut être interprétée comme une forme de propagande visant à légitimer les actions du régime et à discréditer ses adversaires. Cela soulève des préoccupations quant à la liberté de la presse et à la possibilité pour les citoyens d'avoir accès à une information objective et équilibrée.

    De plus, dans les régimes dictatoriaux, les élites politiques et économiques ont souvent des liens étroits et bénéficient mutuellement de leur coopération. Dans le cas de Cheikh Yérim Seck, sa proximité avec le régime de Macky Sall pourrait lui procurer des avantages tels que l'accès à des sources d'information privilégiées, des opportunités professionnelles et des faveurs politiques. Cela soulève des questions sur son indépendance en tant que journaliste et sur sa capacité à fournir une analyse politique objective et critique.

    En outre, dans les régimes dictatoriaux, la répression politique et la violence sont souvent utilisées pour étouffer toute opposition et maintenir le statu quo. Les manifestations et les arrestations arbitraires décrites dans l'article soulèvent des préoccupations quant au respect des droits de l'homme et à la légitimité du gouvernement de Macky Sall. La prise de position de Cheikh Yérim Seck en faveur du régime peut être interprétée comme une tentative de légitimer ces actions répressives et de justifier le maintien du pouvoir en place. En conclusion, l'article de Cheikh Yérim Seck sur la situation politique au Sénégal met en lumière les défis posés par les régimes dictatoriaux et soulève des questions sur la partialité de la presse, les liens entre les élites politiques et économiques, et le respect des droits de l'homme. Sa proximité avec le régime de Macky Sall et les avantages qu'il pourrait en tirer remettent en question son indépendance en tant que journaliste et sa capacité à fournir une analyse politique objective et critique.
    {comment_ads}
    Auteur

    Le Natif

    En Février, 2024 (16:12 PM)
    Une analyse philosophique de l'article de Cheikh Yérim Seck sur la situation politique au Sénégal révèle des dimensions éthiques, politiques et épistémologiques intéressantes.

     

    Sur le plan éthique, il est crucial d'examiner les principes de justice et d'équité dans le contexte des actions du gouvernement sénégalais. Les violations des droits de l'homme, telles que les brutalités policières et les détentions arbitraires, soulèvent des questions fondamentales sur la légitimité du pouvoir et le respect de la dignité humaine. En outre, le traitement discriminatoire de certains candidats politiques, comme le rejet de la candidature de Karim Wade, soulève des préoccupations éthiques concernant l'égalité des chances et le respect des droits civiques.

     

    Sur le plan politique, l'article met en lumière les tensions entre le pouvoir et l'opposition, ainsi que les défis liés à la démocratie et à la gouvernance. Les manœuvres politiques visant à maintenir le statu quo et à préserver les intérêts du régime en place soulèvent des questions sur la légitimité du processus démocratique et sur la capacité du gouvernement à représenter véritablement la volonté du peuple. De plus, la partialité apparente de l'analyse de Cheikh Yérim Seck soulève des questions sur l'objectivité et l'intégrité du discours politique dans un contexte de polarisation et de conflit.

     

    Sur le plan épistémologique, l'article met en lumière les défis liés à la production et à la transmission de connaissances dans le domaine de la politique. Les biais cognitifs et les intérêts personnels peuvent influencer la manière dont les informations sont interprétées et communiquées, ce qui soulève des questions sur la fiabilité et l'objectivité de la connaissance produite. De plus, la question de la vérité et de la véracité des informations présentées dans l'article soulève des questions sur la responsabilité des médias et des intellectuels dans la diffusion de la désinformation et de la propagande.

     

    En conclusion, une analyse philosophique de l'article de Cheikh Yérim Seck sur la situation politique au Sénégal met en lumière les questions éthiques, politiques et épistémologiques soulevées par les actions du gouvernement et la manière dont elles sont représentées et interprétées dans le discours public. Cela souligne l'importance d'une réflexion critique et d'un examen approfondi des valeurs, des croyances et des intérêts qui sous-tendent le débat politique et la prise de décision dans une société démocratique.
    {comment_ads}
    Auteur

    Lila

    En Février, 2024 (16:47 PM)
    Même Duhamel, Diop, Plenel, Camara et autres plus diplômés que lui ne signent pas en étalant leur CV. Un vantard de con de m...
    Top Banner
    Auteur

    En Février, 2024 (17:23 PM)
    MR SECK esseai de dèsalir sa plume mdrrrr
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2024 (17:54 PM)
    Diaboliser Ousmane Sonko était son fonds de commerce principal.  Il y ajoute la remise en cause du conseil constitutionnel qui n'a aucune prérogative de verification de la véracité de l'éventuelle double nationalité.  Cet énergumène oublie la loi quand cela ne lui permet pas de fructifier ses declarations. Au Sénégal malheureusement,  n'importe quel gougnafier peut dire et ecrire ce qu'il veut
    {comment_ads}
    Auteur

    Issa

    En Février, 2024 (17:54 PM)
    Quel prétentieux 

    double de mégalomanie 
    {comment_ads}
    Auteur

    Tel Père Tel Fils

    En Février, 2024 (18:04 PM)
    Non à la violence envers les femmes !!!
    Top Banner
    Auteur

    Madiop

    En Février, 2024 (18:09 PM)
    15 Décembre 2024👌
    {comment_ads}
    Auteur

    Sonko - Mister Propre

    En Février, 2024 (18:14 PM)
    Yerim, tu n'as rien dit là. Que des balivernes et des sottises. 

    Nous ne sommes plus des complexés . 

    Tu fais parti des suceurs de sang du pays 

     
    {comment_ads}
    Auteur

    Yerme

    En Février, 2024 (18:21 PM)
    Yérime a l art d offrir toujours l occasions aux organismes génétiquement modifiés de pastéf de s exceller dans l insullte. 
    {comment_ads}
    Auteur

    En Février, 2024 (19:30 PM)
    Yaw kham nguaye tararari reik personne ne sinteresse a tes balivernes
    Top Banner
    Auteur

    En Février, 2024 (19:35 PM)
    La signature de l'écrit est fantastique

    Intervenant (déjà peu élogieux)a l'école de commerce de Lyon mais dites nous laquelle?Cela m étonnerait que ce soit sup de co et consorts 

    Membre de think tanks en Europe et Asie lesquels ?

    Le reste mooom on peut mettre des pointillés 
    {comment_ads}
    Auteur

    Citoyen Bayfall

    En Février, 2024 (19:47 PM)
    Avec cette litanie, toute l'Université de Lyon est déroutée. Mais comme c'est des Universitaires ils savent bien faire la triangulation des infos qui n'ont plus de frontiére avec le net. Peut être que l'université de Lyon qui s'est déjà fait sa réligion comme les USA, UE, CEDEAO etc. en "commanditant" cet étude voulait juste tester , avant renouvellement de votre contrat, votre niveau d'équidistance, d'intégrité et  de justesse qui sont des vertus cardinales d'un universitaire. Avec un tel livrable le contrat risque gros.
    {comment_ads}
    Auteur

    En Février, 2024 (21:09 PM)
    Qu'est ce que cet article est censé préparer? le prochain coup de nos grands manipulateurs?
    {comment_ads}
    Auteur

    Rama

    En Février, 2024 (12:51 PM)
    Cela montre que  cheikh yerim seck suit de très près l'actualité merci pour l analyse mais la stabilité de notre pays compte plus pour nous 
    Top Banner
    Auteur

    Nabou

    En Février, 2024 (13:44 PM)
    Si c est une loi d'amnistie qui doit calmer le jeu . le président de la République est assez outillié pour voir les voies et moyens d'apaiser le climat politique et sociale 
    {comment_ads}
    Auteur

    En Février, 2024 (19:59 PM)
    Dans sa signature, il a oublie vicelard en chef, blakoro, ex violeur, mercenaire. L école de commerce de Lyon a été bien peu inspire d inviter ce pervers ant-Senegal.

    une grosse m... , un putois
    {comment_ads}
    Auteur

    Khadim

    En Février, 2024 (22:48 PM)
    Analyse poussee d'un violeur tordu de premiere qu'en ce Yerim SECK... Il faut ecrie a cette ecole de Lyon pour leur dire qui est ce Monsieur. 
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email