Dimanche 14 Avril, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Top Banner
Sante

Journée mondiale du rein : Le Sénégal, 9 ans après la loi sur le don, la transplantation et la greffe d’organe

Single Post
Journée mondiale du rein : Le Sénégal, 9 ans après la loi sur le don, la transplantation et la greffe d’organe
Le monde célèbre le rein, aujourd’hui. Le Sénégal, à l’instar de certains pays, est frappé de plein fouet par les maladies rénales. Si la dialyse se pratique pour les insuffisants rénaux, ce n’est pas encore le cas pour la greffe rénale.  Et pourtant, la loi sur la transplantation rénale a été votée en 2015. Plus tard, le Conseil national a été instauré pour réfléchir sur un cadre de faisabilité. Depuis, l'entité dessine les contours de la greffe et la transplantation.

Le Sénégal en est encore au processus de la transplantation rénale. Interpellé sur le retard, le professeur El Hadj Fary Ka, Président du Conseil, explique que la première transplantation aura lieu lorsqu’on aura un hôpital dédié. 

 «Notre rôle est d’évaluer. Il y a des hôpitaux qui ont déposé. Ils sont au moins quatre. D’autres ont manifesté  leur intérêt. Seulement, il reste des compléments d’information. C’est quelque chose de nouveau pour les hôpitaux et il faut les aider pour la grille qui va des ressources humaines à l’organisation interne de l’hôpital, aux infrastructures aussi bien les labos que la radiologie, les lits d’hospitalisation», informe-t-il.

 Cette année encore, la Journée mondiale du rein sera célébrée au Sénégal avec une imprécision quant à la greffe rénale.

En effet, le professeur souligne qu’il ne peut pas, pour le moment, dire lequel des hôpitaux est choisi, parce que ‘’nous attendons la sortie de l'arrêté. Nous donnons juste un avis favorable. Pour le reste, c'est le ministère de la Santé qui doit sortir l'arrêté. Et je pense que d'ici une semaine, l'arrêté va être disponible et la transplantation pourra démarrer. Et il appartiendra après aux autorités de cet hôpital de s'organiser pour démarrer le plus tôt possible, parce que cet agrément ne dure que deux ans’’. Passé ce délai, ‘’il faut encore déposer une nouvelle candidature pour obtenir un autre agrément. Et c'est ça la bonne nouvelle", dit-il.

Il ajoute d'ailleurs qu'un consortium a été évalué par des experts commis par le Cndt et si ces derniers émettent un avis favorable, il sera transmis à l'autorité pour la sortie de l'arrêté.

Il est donc impossible, pour le Pr. Ka, de donner une date exacte. Mais il souhaite tout de même qu’elle soit le plus rapidement possible.

"Au-delà du Cndt, nous sommes des praticiens. Nous gérons des insuffisants rénaux. Nous savons ce que cela coûte’’.

Interpellé sur les centres de dialyse et la transplantation, le spécialiste estime qu’ouvrir des centres de dialyse  ne dispense jamais de la transplantation. ‘’Il faut transplanter nos malades, car (la transplantation) donne une meilleure espérance de vie, une meilleure qualité de vie et coûte moins cher".

S'agissant des dépenses, il note que les milliards que l’État investit dans la dialyse, la moitié servirait à transplanter beaucoup de personnes. "L'État n’a aucun intérêt à vouloir faire de la dialyse le traitement de choix de l’insuffisance rénale’’.

À cet effet, il indique qu’il y a des pays qui ont pratiqué la transplantation et qui se sont arrêtés pendant 10 à 15 ans. Il ne faut pas commencer à transplanter pour ensuite arrêter. Il faut que cela dure", dit-il.

Par ailleurs, l'État compte accompagner les transplantés. "Les médicaments de la transplantation coûtent cher. Il faut que nous puissions les accompagner. Il faut encadrer la transplantation’’, soutient-il. Car la greffe ne doit pas être une activité pour les nantis ; ‘’c’est notre combat. Il faut que nos parents paysans et éleveurs puissent avoir les mêmes chances que le haut cadre qui est à Dakar, et cela est une organisation". 

Les contours de la greffe rénale

Au Sénégal, il sera possible de recevoir un rein en toute transparence  et en toute sécurité. Le Conseil national du don et de la transplantation (Cndt) est mis en place par la loi n°2015-22 du 8 décembre  2015 relative au don, au prélèvement et à la transplantation d’organes et aux greffes de tissus humains.

La transplantation rénale est le transfert d’un rein sain d’un individu donneur à un parent qui présente une insuffisance rénale chronique sévère qui est le receveur, par un acte chirurgical librement accepté. Le receveur d’un rein est toute personne dont les reins ne peuvent plus assurer leurs fonctions de façon définitive.

Les conditions pour recevoir un rein au Sénégal sont : avoir un donneur apparenté (le père, la mère ou l’enfant, la sœur ou le frère germain, l’oncle, la tante, le neveu ou la nièce, le cousin ou la cousine, l’époux ou l’épouse après au moins deux années de mariage),   avoir une insuffisance rénale chronique sévère, ne pas avoir de contre-indications à la transplantation rénale, signer le document de consentement. Le consentement libre et éclairé du donneur est recueilli par le président du tribunal d’instance. 

Au Sénégal, la transplantation rénale ne peut se faire que dans un hôpital public agréé par le ministre chargé de la Santé, sur avis du Cndt.

À noter que depuis le vote de la loi et la mise sur pied du conseil, un travail est en cours pour élaborer un cadre qui va prendre en compte toutes les dispositions pour un bon démarrage et surtout une durabilité dans la bonne pratique.

Que prévoit la loi ?

La transplantation rénale est strictement encadrée par la loi n°2015-22 du 8 décembre 2015 relative au don, au prélèvement et à la transplantation d’organes et aux greffes des tissus humains. Cette loi est complétée par le décret 2018-1583 du 27 août 2018 et par l’arrêté n°008677 du 10 avril 2020.

Cependant, la transplantation n’est pas sans risque. Comme tout acte chirurgical, la transplantation rénale comporte des risques. Une ou plusieurs hémodialyses postopératoires temporaires peuvent parfois être nécessaires.  Après la transplantation, il faut respecter scrupuleusement les rendez-vous de suivi, prendre régulièrement ses médicaments prescrits, en particulier les anti- rejets, réduire la consommation de sel, du sucre et d’aliments trop gras, arrêter le tabac et l’alcool, éviter le surpoids et l’obésité, éviter l’automédication.

Lever des contraintes réglementaires pour une bonne organisation de la transplantation au Sénégal, en faisant évoluer la loi.  Il faut une autonomie réelle du Cndt, revoir la loi avec le donneur décédé. Le prélèvement d’organe n’est autorisé que sur une personne vivante. Toutefois, le prélèvement de la cornée est autorisé sur une personne décédée suivant les modalités qui seront fixées par décret. Le prélèvement de la totalité d’un organe vital d’une personne vivante est interdit, même avec son consentement. Le prélèvement d’un organe ou d’un tissu sur une personne ne doit pas mettre en danger la vie du donneur. La loi est là et elle est limitative.

Au Sénégal, pour le moment, le donneur vivant est pris en charge, mais  pas de donneur décédé.

À noter que les reins sont des organes qui se situent sous les côtes, de part et d’autre de la colonne vertébrale. Ils assurent la filtration du sang et l’évacuation de déchets du corps à travers les urines. Chaque personne dispose normalement de deux reins, mais il est tout à fait possible de vivre avec un seul rein.




0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email