Dimanche 14 Avril, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

[Rétro] L’année 2023 en douze événements marquants au Sénégal

Single Post
[Rétro] L’année 2023 en douze événements marquants au Sénégal
L'année 2023 tire à sa fin avec son lot de morts durant des manifestations de juin liées à la condamnation de Ousmane Sonko et aussi des accidents de Sikilo et de Sakal. Cette liste funeste n’est qu’une goutte d’eau prélevée de l’océan si nous comparons avec des milliers de jeunes sénégalais qui ont péri dans le ventre de l’Atlantique avec une vague de 32.000 migrants qui ont déferlé sur les côtes d’Europe précisément sur les petites îles qui constituent la Grande Canaria pour parler espagnol. Et, comme un malheur ne vient jamais seul, on a enregistré une saisie record de drogue dure sans oublier le faux monnayage qui affole tous les compteurs. Même un apothicaire se perdrait dans les décomptes. Au plan politique, c’est le retour de Karim Wade et de Khalifa Sall dans la course présidentielle qui a marqué les esprits . Le renoncement de l’actuel Président de la République, Macky Sall à un troisième mandat ne peut pas aussi être rangé dans le registre des faits anodins. 

Ousmane Sonko dans tous ses états



S’il y a bien une personne qui a marqué l’actualité politico-judiciaire, c’est bien Ousmane Sonko. Durant toute l’année 2023, le maire de Ziguinchor a donné du fil à retordre aux tribunaux du Sénégal.  Après être arrivé troisième lors de la présidentielle de 2019, l’un des plus farouches opposants au Président Macky Sall a vu ses chances d’être le 5e Chef de l’Etat du Sénégal s’amenuiser au fur et à mesure que l’on se rapproche de la présidentielle de février 2023.

De fonctionnaire radié, il a connu en quelques années une ascension politique fulgurante. De député à l’Assemblée nationale, il devient maire de la ville de Ziguinchor. Son ascension vers le sommet est compromise avec ses déboires judiciaires.   

Dans l’affaire de viol qui l’oppose à la masseuse Adji Sarr, Ousmane Sonko est condamné, le 1 juin, par contumace à deux ans de prison ferme pour "corruption de la jeunesse" assortis d'une amende de 600 000 FCFA, par la Chambre criminelle de Dakar. Procès auquel il n'a pas pris part car il s’était rendu à Ziguinchor, sa base politique.  

Le vendredi 28 juillet 2023, il est interpellé à son domicile au retour de la prière après une altercation avec une gendarme. Il est accusé de « vol avec violence ». Le 31 juillet au moment où le Président Macky Sall tient son dialogue national, Ousmane Sonko est inculpé par un juge qui a ordonné son placement en détention pour « appels à l'insurrection et complot » contre l’Etat du Sénégal.  Au total, sept chefs d'inculpation sont retenus contre l’ancien député.  Et moins de deux heures après son inculpation et son placement en détention, le parti politique de Ousmane Sonko (PASTEF) a été dissous par l’ancien ministre de l’Intérieur, Antoine Abdoulaye Diome par décret.

« Procès pour diffamation »

L’opposant est aussi impliqué dans un autre procès judiciaire avec l’actuel ministre du Tourisme et des Loisirs, Mame Mbaye Niang. Ce dernier a porté plainte contre Ousmane Sonko pour diffamation. En effet, au cours d’une conférence de presse, Ousmane Sonko avait déclaré que l’ex-ministre de la Jeunesse et de l’Emploi a été épinglé par un rapport de l’IGE (l’Inspection générale d’Etat) pour détournement de fonds dans l’affaire dite des 29 milliards de Francs CFA du Programme des Domaines Agricoles Communautaires (PRODAC). Un rapport dont le ministre de tutelle conteste l’existence. Entretemps, M. Sonko est revenu sur ses propos en précisant que le rapport dont il est question est issu de l’Inspection Générale des Finances (IGF) plutôt que de l’Inspection Générale d’État (IGE). Après plusieurs renvois, le verdict est tombé le 30 mars 2023, Ousmane Sonko est condamné en première instance à 2 mois de prison avec sursis et 200 millions FCFA de dommages et intérêts à payer à Mame Mbaye Niang. N'étant pas satisfait, le parquet et le ministre Mame Mbaye Niang ont annoncé leur décision de faire appel. La peine est infirmée en appel et Ousmane Sonko est de nouveau condamné à six mois de prison avec sursis et 200 millions FCFA de dommages et intérêts. Les avocats de Sonko ont introduit un pourvoi en cassation.

En détention depuis le 31 juillet, Ousmane Sonko a été radié des listes électorales. Après un long feuilleton judiciaire, un tribunal de Dakar a ordonné, jeudi 14 décembre 2023, sa réintégration sur les listes électorales. Il a déposé sa candidature au Conseil constitutionnel malgré des dossiers manquants : fiche de parrainages et attestation de caution.

Juin, le Sénégal tangue dangereusement


Marqué par une actualité politico-judiciaire, le mois de juin est sans doute l’un des mois les plus meurtriers de l’histoire du Sénégal. De violentes manifestations ont éclaté jeudi 1er juin dans différents quartiers de Dakar suite à la condamnation de Ousmane Sonko, accusé de viols, à deux ans de prison ferme pour « corruption de la jeunesse » et « incitation à la débauche ». Une peine qui a compromis davantage sa candidature à la présidentielle de 2024. Les violences ont fait officiellement 16 morts, selon l’État. Mais l’ONG Amnesty International dit avoir décompté 23 morts. L’économie nationale prend un sacré coup, le patronat déplore des pertes qui se chiffrent à des centaines de milliards.

La tension atteint un paroxysme poussant les autorités à restreindre l’accès à l’internet et aux réseaux sociaux qu’elles considèrent comme étant des vecteurs des messages haineux et subversifs.

 Un livre blanc a été publié par le gouvernement du Sénégal. C’était pour y donner sa version des faits et retracer l’affaire dite ‘’Sweet Beauté’’ du début jusqu’aux manifestations du mois, en passant par la décision du juge. En réponse à ce livre blanc, le parti de l’opposant a publié un mémorandum pour décrier les ‘’injustices’’ subies par le président du parti, Ousmane Sonko.

Une situation tendue qui n’a pas laissé indifférente la communauté internationale. En effet, la communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), a condamné ‘’fermement les violences qui ont visé les forces de sécurité, les biens publics, les propriétés privées ’’. Pour sa part, la Commission de l’Union africaine a appelé au respect du droit citoyen.

Renoncement au troisième mandat : un coup de théâtre !



Le 3 juillet 2023, une date qui marquera à jamais l’histoire politique du Sénégal. Dans un message à la nation, le Président de la République du Sénégal, Macky Sall annonce qu’il ne se représentera pas en 2024 : ‘’Ma décision longuement et mûrement réfléchie est de ne pas être candidat à la prochaine élection du 25 février 2024’’.

Une décision qui sonne comme un coup de théâtre : le président sénégalais avait reçu, à deux jours de son annonce tant attendue, les 475 maires et 37 présidents de conseil départemental, signataires d’une pétition en faveur d'une nouvelle candidature.

Cela faisait plus d’un an que le président  faisait planer le suspense sur une éventuelle troisième candidature, plongeant le pays dans l’incertitude et de fortes tensions. Si son camp arguait de la révision constitutionnelle de 2016 pour souligner que “les compteurs étaient remis à zéro” et que leur chef pouvait se présenter à nouveau à l’élection présidentielle de février 2024, ses opposants rappelaient que la Constitution limitait désormais à deux le nombre de mandats, ce qui rendait cette troisième candidature illégale.

Mais en cette soirée de juillet, M. Sall tranche définitivement la question : “J’ai une claire conscience et mémoire de ce que j’ai dit, écrit et répété, ici et ailleurs, c’est-à-dire que le mandat de 2019 était mon second et dernier mandat. J’ai un code d’honneur et un sens de la responsabilité historique qui me commandent de préserver ma dignité et ma parole”.

“Le Sénégal dépasse ma personne et il est rempli de leaders capables de pousser le pays vers l'émergence”,  ajoute-t-il.

Cette décision et ce discours lui valent les éloges de la communauté internationale.

Amadou Ba intronisé dauphin de Macky Sall



C’est finalement Amadou Bâ, Premier ministre depuis 2022, qui a été désigné par Macky Sall pour être le candidat de la coalition Benno Bokk Yakaar lors de la présidentielle de février 2024. Deux mois et six jours après le discours annonçant à ses compatriotes qu’il ne briguerait pas un troisième mandat, Amadou Ba a officiellement été désigné par le Chef de l’État pour être son dauphin lors de la prochaine présidentielle.   

Après avoir attendu deux mois pour trancher parmi une dizaine de candidatures déclarées, Macky Sall a choisi Amadou Ba. Une décision du président Sall qui a cependant « nourri » certaines amertumes. En effet, Aly Ngouille Ndiaye, Boune Abdallah Dionne, entre autres, ont démissionné de la coalition et ont ainsi déposé leur candidature. Néanmoins, la majorité du camp présidentiel a fait allégeance à Amadou Ba. Il a été investi par l’APR, l’AFP et le PS.

A noter que la candidature d'Amadou Ba "est la seule et unique candidature de Benno Bokk Yakaar", a prévenu Macky Sall. Il a lancé un appel à l'unité autour de cette candidature".

Le retour du phénomène Barça ou Barsax



Le drame de l’émigration clandestine et ses décomptes macabres quasi-quotidiens se poursuit au Sénégal. Depuis le mois de janvier, plus de 32. 000 personnes ont débarqué aux îles Canaries, dont une majorité de Sénégalais. Chaque jour quasiment, des naufrages de pirogues et des dizaines de décès sont annoncés par la presse.

Face à cette situation qui perdure, le Président de la République, Macky Sall ordonne le 8 novembre 2023, lors du conseil des Ministres que des mesures d’urgence soient prises pour endiguer le flux massif des départs de migrants. Le Chef de l’Etat demande au gouvernement « des mesures sécuritaires, économiques, financières et sociales d’urgence afin de stopper les départs d’émigrants à partir du territoire national ».  

A l’épreuve de la réalité, aucune décision n’a freiné l’exode des jeunes sénégalais qui affrontent l’océan au péril de leur vie. En effet, selon des chiffres officiels publiés, le jeudi 16 novembre 2023, « le nombre de migrants arrivés, depuis le début de l’année aux Canaries, a dépassé celui de 2006, année d’une crise migratoire record dans ces îles espagnoles. Entre le 1er janvier et le 15 novembre, 32 436 migrants ont débarqué dans l’archipel espagnol, contre un total de 31 678 en 2006.

Cependant, parmi la disparition en mer d’un millier de migrants, le décès de Pape Ibrahima Guèye, appelé Papio Kara a ému des milliers de personnes qui ont exprimé leurs compassions à travers les réseaux sociaux.  Connu pour ses revues de presse humoristiques, il est décédé à bord d’une pirogue clandestine à destination des îles espagnoles des Canaries. Mort de froid aux côtés de cinq autres personnes, Papito Kara avait pris départ dans la plus grande discrétion depuis Kayar le 24 octobre dernier.

A noter que durant cette année « plus de 7 000 individus s’adonnant au trafic de migrants avec des pirogues clandestines ont été arrêtés. Ils sont traduits devant la justice » selon l’actuel ministre de l’Intérieur Sidiki Kaba.

Retour de Khalifa Sall et Karim Wade dans le jeu politique



Condamnés dans des affaires financières distinctes, Khalifa Sall et Karim Wade n’ont pas pu concourir lors de l’élection présidentielle de 2019.  Cependant, le samedi 5 août 2023, leur éligibilité a été rétablie par l’Assemblée au détour du dialogue national organisé par le Président, Macky Sall.

A sept mois de la présidentielle du 25 février 2024, les deux opposants sont réinscrits sur les listes électorales et pourront ainsi concourir au scrutin. Cette réhabilitation fait suite au vote du texte portant réforme du code électoral par 124 députés devant le Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité Publique.

Khalifa Sall et Karim Wade figurent à nouveau sur les listes électorales et se présenteront à l’élection de février après avoir bénéficié d’une amnistie. Après des années d’absence, les deux « K » reviennent dans le jeu politique au grand bonheur des députés des coalitions Wallu Sénégal et Taxawu Sénégal.

Toutefois, il y a eu des tensions entre Taxawu, Wallu et leurs collègues de Pastef. Ces derniers n’étaient pas favorables à cette loi qui réintègre deux acteurs politiques majeurs, en laissant en rade, Ousmane Sonko qui s’est « décidément » retrouvé « seul » contre les conclusions « fructueuses » du dialogue national pour Khalifa Sall et Karim Wade.

Malgré les amendements de l’article L57 du code électoral évoqués par le président du groupe parlementaire de Yewwi Askan wi et membre de Pastef, Birame Souleye Diop, la majorité a estimé opportun et cohérent au regard des discussions issues du dialogue national, de faire revenir l’ancien maire de Dakar et Karim Wade dans l’espace politique.

Réintégrés sur les listes électorales, ils ont bouclé le parrainage et ont déposé leur dossier au Conseil Constitutionnel. Sauf surprise de dernière minute, ils seront en lice pour la présidentielle de février 2024.

Année meurtrière sur les routes



En 2023, les routes ont emporté des vies. Deux accidents tragiques ont causé plus de 60 morts. Les accidents de Sikilo et Sakal resteront les pires souvenirs de l’an 2023.

Dans la nuit du samedi 7 au dimanche 8 janvier 2023, dans la localité de Sikilo près de la ville de Kaffrine, l’éclatement d’un pneu a entraîné une collision entre deux bus transportant 139 passagers. Le gouvernement du Sénégal retient pour le bilan officiel 40 morts. Le Chef de l’État, Macky Sall, qui avait précédemment décrété « un deuil national de trois jours à partir de lundi », promet des mesures rapides pour éviter une nouvelle « tragédie ».

Mais une semaine après, 16 janvier 2023, un nouvel accident est survenu dans l’arrondissement de Sakal, commune de Ngueune Sarr, dans la région de Louga. Cette fois-ci, le bilan est de 20 morts. Un car « Ndiaga Ndiaye » est entré en collision avec un camion.

Ces deux accidents les plus meurtriers de l’année ont remis au goût du jour la problématique de la sécurité routière au Sénégal. De l’étroitesse des routes à la conduite imprudente des chauffeurs en passant par la corruption répandue des agents chargés de faire respecter le code de la route, les maux sont nombreux.

Une vingtaine de mesures sont prises par le gouvernement. Certaines de ces dispositions ont été décriées comme étant inapplicables par les principaux concernés : les automobilistes et les propriétaires de voiture de transports en commun.

Un maître coranique viole 27 filles



Une  affaire qui a défrayé la chronique, quelques jours après le verdict rendu contre l’opposant Ousmane Sonko. Il s’agit des 27 filles qui ont accusé leur maître coranique de viol au quartier Sahm, à Touba. L’affaire éclate quand une des filles avait refusé de retourner à l’école parce que le maître coranique ‘’entretenait avec elle et toutes les autres filles des rapports sexuels’’. Les victimes sont des ‘’mineures’’. Elles avaient presque toutes moins de 15 ans.  Le violeur présumé, à l’éclatement de l’affaire, était en cavale. Il a été arrêté quelques semaines après s’être livré lui-même à la police.

Des organisations féminines se sont impliquées pour élucider cette affaire. Le ministère de la Femme, de la Famille et de la Protection des Enfants avait aussi apporté son aide. Le département ministériel s’était engagé pour un ‘’accompagnement psycho-social et juridique des enfants’’. L’affaire est encore en instruction.

Drogue, l’année tous les records



Longtemps considérée comme une simple zone de transit pour les drogues produites en Amérique latine en direction de l'Europe, l'Afrique de l'Ouest et du Centre est aussi devenue une région de forte consommation, selon l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC). Le Sénégal n'échappe pas au phénomène.

Le 22 décembre, la marine a saisi 690 kg de cocaïne qui étaient convoyés à destination de l'Europe dans une embarcation ultra-rapide de type go-fast et arrêté les cinq Espagnols à son bord. Le 28 novembre et le 16 décembre, l'armée avait également annoncé des saisies en mer de près de trois tonnes de cocaïne à chaque fois.

Plus de 800 kg de cocaïne avaient aussi été saisis en janvier sur un navire au large de Dakar par la marine.

Des chiffres qui confirment la tendance de la place centrale de l’Afrique de l’ouest dans le trafic de drogue. Selon l'ONUDC, entre 2019 et 2022, au moins 57 tonnes de cocaïne ont été saisies en Afrique de l'Ouest ou en route vers cette région, principalement au Cap Vert (16,6 tonnes), au Sénégal (4,7 tonnes) et au Bénin (3,9 tonnes).

266 candidats déclarés, une gageure !



Entre la pléthore de candidats et les affaires juridiques qui pèsent sur les candidatures, l'issue du scrutin semble incertaine. Programmée le 25 février 2024, la présidentielle se profile avec son lot d’inédits et d’incertitudes. Pronostiquer sur le successeur de Macky Sall, s’avère périlleux. D’ailleurs, c'est la première fois, dans l’histoire du Sénégal qu’un Chef de l'Etat décide de partir sans participer à une élection présidentielle. C’est la première fois également qu'un si grand nombre de Sénégalais a manifesté son souhait d'occuper le fauteuil présidentiel.  Un peu moins de deux semaines après l’ouverture de la course aux parrainages, ils étaient 266 candidats ayant retiré des fiches de parrainages à la Direction générale des élections (DGE). Ce qui relève d'une gageure. Car, entre autres, le nombre de postulants virtuels, politiques confirmés ou non ou membres de la société civile, atteint des sommets. A la veille de la clôture des dépôts de candidatures, seulement 77 prétendants au fauteuil présidentiel ont payé la caution auprès de la caisse des dépôts et des consignations (CDC) et seuls les 33 ont déposé leurs dossiers au Conseil Constitutionnel.

Exhumation et incinération du corps de Ch. Fall



Un acte de barbarie qui a choqué l'opinion en octobre 2023. Les images d’une foule surexcitée qui exulte autour d’un feu, à quelques mètres du cimetière où le cadavre d’un homme présenté comme un « homosexuel » a été exhumé et brûlé par les habitants de Léona Niassène, circulent dans les réseaux sociaux. Cette affaire, qui a suscité des commentaires, a fait réagir le procureur de la République près le Tribunal de grande instance de Kaolack. Abasse Yaya Wane, qui s’est saisi de l’affaire, a demandé l’ouverture d’une enquête afin d’en identifier les auteurs et engager, contre eux, des poursuites pénales prévues par la loi en la matière. En effet dans la soirée du 28 octobre 2023, des individus non identifiés se sont présentés aux cimetières de Léona Niassène. Ici, ils ont ainsi exhumé le corps de Ch. Fall et l’ont traîné dehors, avant de le brûler.

Des actes d’une extrême gravité relevant de la barbarie et qui, d’après le procureur, « interpellent les autorités et ne peuvent rester impunis ».

Concernant le corps exhumé et brûlé à Kaolack, Seneweb informe que la dépouille du présumé homosexuel C.F. avait été acheminée à Touba, conformément aux volontés de sa mère, mais informés de la supposée orientation sexuelle du défunt, les membres du Dahira Khidma, chargés de la gestion de la Grande Mosquée, et des cimetières de Touba ont éconduit le cortège. De retour à Kaolack, les membres de la famille ont enterré la dépouille en « secret » au cimetière ».

Mais, les jeunes du quartier de Ndagane (Kaolack), qui avaient assiégé vendredi la maison mortuaire pour s’opposer à l’inhumation du présumé homosexuel à Kaolack, ont pu percer le mystère et ont extrait le corps du caveau avant de le brûler.


7 Commentaires

  1. Auteur

    Senegal

    En Décembre, 2023 (12:23 PM)
    Un bilan qui reflète le visage du site ,toujours dans le négativisme,  dans le sensationnel. 2023 est marquée par une excellente nouvelle la neutralisation du chef terroriste et la dissolution du mouvement des ennemis du Sénégal. 
    Top Banner
    • Auteur

      Toukoussou

      En Décembre, 2023 (12:31 PM)
      On a vraiment passé un sale temps ! vraiement ! Amadou Bâ doit peut-être arrêter de dire continuité pour ne pas effrayer les électeurs ! Je ne connais aucun Sénégalais qui e envie de vivre la même chose. Seuls les Français ont été heureux ces derniers temps. Quand les Sénégalais se battaient et étaient victimes de tragédies, d'horreurs, d'accidents, d'échecs, d'inonsations etc, ils continuaient de ramasser nos ressources naturelles tranquillement et de contrôler la totalité de notre économie nationale et de notre monnaie. 
    {comment_ads}
  2. Auteur

    Marley Bob

    En Décembre, 2023 (12:34 PM)
    Sonko n'a rien apporté au Sénégal pour le moment! Soyons sérieux.

    1- Il est allé se masser dans un salon Rafet-Nekh qui n'est pas agrée pour ce dont il dit souffrir et n'a jamais donné son ADN pour prouver son innocence

    2-Avec Mame Mbaye Niang, il n'a jamais apporté de preuves de ses allégations

    3- Avec les 94 milliards c'était de la mousse !

    Mais qui est ce Sonko qui a failli faire basculer le Sénégal?

    Be careful !
    {comment_ads}
    Auteur

    Amsa

    En Décembre, 2023 (12:50 PM)
    Je me demande comment ce site est devenu si bas, ce site etait un contre pouvoir avant le regime de l'incompetent Macky Sall ..... mais.... l'argent, avec l'argent et les offres d'opportunites, ils se sont ranges en appuyant la dictature, la malgouvernance et la corruption. Heureusement ils sont mis a nus et leurs noms resteront toujours dans la memoire des Senegalais et Senegalaises. Point de citer leurs noms, ils ont trahis tout un peuple pour leurs propres interets personnels.
    {comment_ads}
    Auteur

    Mags Maguette

    En Décembre, 2023 (14:53 PM)
    Bravo mesdames ! vous êtes certainement essoufflées après la rétrospective de toute une année.

    Pour vous remercier, je vou retrace très brièvement les 12 ans de règne des libéraux : une vraie calamité pour le Sénégal ; Wade a détruit nos valeurs morales tendis que Macky a saboté notre démocratie.
    {comment_ads}
    Auteur

    Mags Maguette

    En Décembre, 2023 (14:54 PM)
    Les 23 ans de règne plutôt.
    Top Banner
    Auteur

    En Décembre, 2023 (05:33 AM)
    Maquis éternel comploteur

    Maquis chasse le Président du CENA Doudou NDIR pour voler la non élection de 2024

    Des partis avatars du maquis, khoussmaniappe genre Mouhamad boune abdallah dione, Aly ngouille, Mame boye diaw, Alioune SARR, Pape djibril Fall, Boune dione, aly ngouille,  birima mangara, khalifa sall, alioune sarr , karim wade  et d’autres crées par le Maquis pour légitimer le hold up électoral de 2024 avec élimination par le conseil constitutionnel sur ordre du maquis d’éliminer la vraie opposition qui représente le sénégal

    Maquis et tous les partis nés de ses flancs seront écrasés au premier tour

    Dans une élection normale , maquis et ses ouailles seront laminés au premier tour

    Pas de deuxième tour en 2024

    Maquis prêt à sacrifier la nation pour se perpétuer au pouvoir en manipulant amadou BA son successeur ethnique

    Sénégalais , réveillez vous, arrêtons le monstre

    Plus de 60 morts depuis mars 2021

    Des milliers de blessés

    Un passeport pour exiler à Londres Adji  Sarr la pute du complot aux frais du contribuable

    Un autre passeport à Penda  qui a insulté les wolofs à londres aux frais du contribuable

    Un passeport pour exiler karim wade au Qatar pour le faire revenir bientôt pour contrer sonko et tenter de conserver le pouvoir

    Des milliers de prisonniers politiques, dont le maire des Partcelles assainies, Jamil Sané et Bilal Diatta de Keur Massar, le sénégal devient une prison à ciel ouvert

    Internet coupé, Walf fermé, des journalistes emprisonnés

    Maquis qui insulte tous azimuts par la gueule de ses insulteurs genre Ndogou wack seck, moustapha diakhassé,

    Maquis qui interdit aux poulars de fréquenter les médias et qui charge wolofs et diolas d’insulter sonko

    Des boutiques, commerces, entreprises rasées , des centaines de milliards perdus

    Finalement pas de viol, la pute du complot est entretenue comme ses avocats avec nos impots

    Trop c est trop

    Le maquis en éternel comploteur qui manipule les institutions judiciaires, couchées, aplaties, gendarmerie, police, armée, assemblée, pour liquider des adversaires qu il  n a pas le courage d affronter démocratiquement

    Maquis et la prostitution politique sans la carte sanitaire du maquis de mercenaires comme Madiambal, cheikh yérim, TFM RFM RTS 2STV 7TV Maimouna ndour, etc

    Maqquis mamour diallo voleur de 94 milliards

    Restez chez vous pour détourner Mille milliards du COVID

    Maquis et le député Bougazelli trafiquant de faux billets et financier de l APR

    Maquis et les député BIaye et Sall « vendeurs «  ede passeports diplomatiques et financiers de l APR

    Maquis et MBaam Mbaye NIANG voleur de 50 milliards du PRODAC

    Maquis n organise pas des élections mais des séléctions avec des candidats khoussmaniappes de son choix , issus de l APR et de l’opposition fabriquée par maquis,

    Maquis fabrique des candidats fantoches , de vrais faux opposants pour faire valoir

    Maquis empeche le vote des jeunes

    Maquis sabote le vote à touba , en casamance et en zone wolof

    Maquis par fraude industrielle fait voter des mauritaniens à matam et à podor qui deviennent bizarrement les plus grands bassins électoraux du sénégal devant Thiès et Kaolack Toub          avec plus d un million d’habitants, par sabotage de maky, ne peut meme pas avoir 200 mille electeturs

    Maky se fait battre dans toutes les grandes villes lors des législatives par sonko

    Maky se fait battre par la liste des remplaçants de sonko lors des législatives

    Posez la grille ethnique pour lire le maquis ethnicisme émergent

    15 ministres poulars sur 39 dont le PM, le SG de la présidence, le PR

    APR alliance des poulars de la république

    Amadou BA en poular pour le troisième mandat Maquis qui ne fera jamais sa déclaration de patrimoine en entrée comme en sortie

    Des nominations et recrutements politiques engendrant toucoulorisation de le république, néddo bandoum partout

    Maquis  a cassé la nation

    Sonko ou  rien

    Sonko ou le chaos

    Karim emprisonné par maky pour vol de 3000 milliards, Khalifa vole 3 milliards pour vol, Maky l emprisonne

    Maky les réhabilite pour tenter de liquider SONKO qui n a jamais volé

    Le peuple défendra  l’ange SONKO face au monstre maquis

    Maky pire que le nazisme qui assassine la démocratie par des arrestations, dissolutions de partis,

    Maky n a jamais organisé d election , mais des selections

    Maky manipule pour se faire remplacer par néddo banddoum à un halpoular qui va gagner la présidentielle de 2024 avec 70% au premier tour avec des candidats de diversion comme d’habitude

    Maky défait avec les manifestations de mars 2021

    Maky défait encore lors des elections locales

    Maky défait encore avec législatives, battu par les remplaçants de SONKO

    Maky humilié avec les manifestations de juin 2023

    Maky capitule sans gloire ni honneur mais le combat continue

    Maquis ne peut pas dissoudre le PASTEF qui est dans les coeurs

    Maquis ne peut pas détruire les sénégalais

    Maquis ne peut pas dissoudre la colère volcanique dans le cœur du peuple

    Maquis champion du monde des coups d’état politique, électoraux, constitutionnels

    De toutes les façons, le peuple fera du tous  sauf maquis et ses excroissances cancérigènes de partis fabriqués par maquis et issus de Benno bokk bakkar qui travaillent pour un troisième mandat sans maqis en chair et os mais un vrai maquis virtuel

    Maquis ont commandité des milliers de sondages qui donnent sonko vainqueur au premier tour

    Wékki Maky, kaala SONKO Président en 2024

    SONKO s’est sacrifié pour le Sénégal, sacrifions-nous pour SONKO

     

     
    {comment_ads}
    Auteur

    La VÉritÉ

    En Décembre, 2023 (11:49 AM)
    2023.     Et NOS MORTS TUÉS ?

    JUSTICE AUX CRIMES

    VIVE JUAN BRANCO LE HEROS 

    LIBEREZ SONKO 
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email