Mardi 11 Août, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Societe

[Parcours] Ndiaga Ndiaye : Henry Ford du baol !

Single Post
[Parcours] Ndiaga Ndiaye : Henry Ford du baol !
Ndiaga Ndiaye a rejoint hier, vendredi 10 juillet 2020, Henry Ford au panthéon des géants de l'automobile et du transport, à l’âge de 89 ans. Retour sur le parcours atypique du baol-baol qui a révolutionné le transport au Sénégal.


Au banquet des grands noms du transport et du secteur de l'automobile, Ndiaga Ndiaye s’est taillé une modeste petite place. Et le modeste héritier sénégalais de Henry Ford, le célèbre constructeur automobile américain, n'aura pas à rougir à leurs côtés. Puisqu'il a réussi, à sa manière et avec de maigres moyens, l'une des plus grandes révolutions qu'a connu notre pays, le Sénégal.

Il n'a certes pas réinventé la roue, ni développé le premier moteur à explosion comme Gottlieb Daimler, mais il a réussi à apposer son nom en lettres d’or dans les annales du transport sénégalais. Son grand mérite est d'avoir révolutionné le transport dans la capitale sénégalaise et dans une bonne partie des régions de l'intérieur du pays.

Le baol-baol bon teint que rien ne prédestinait au transport, a ravi la vedette à Paul Daimler, Carl Benz et Emil Jellinek-Mercedes, ces concepteurs du constructeur allemand Mercedes-Benz, sur un de leur propre produit : la 508d. Ce véhicule utilitaire allemand des années 1980, porte depuis près de 30 ans, sous nos cieux, le nom de ‘’Ndiaga Ndiaye’’.

En effet, c’est vers 1983 que Ndiaga Ndiaye a commencé à transformer la Mercedes-Benz 508d, un véhicule de transport de marchandise à la base, pour en faire une voiture de transport en commun, l’un des moyens de transport en commun les plus populaires au Sénégal. Ça a été un succès éclatant de sorte que le nom de Ndiaga Ndiaye est indissociablement rattaché à la 508d. Mieux, Ndiaga Ndiaye est devenu plus qu'un simple transporteur. Il est aujourd’hui  une marque déposée, un label.

Ancien apprenti-chauffeur saisonnier

Mais les choses n’ont pas été facile pour ‘’Gorgui’’. En effet, la vie lui a très tôt donné des coups durs. Né en 1931 à Darou Mousty (Louga), Ndiaga Ndiaye a très tôt perdu sa mère, à l’âge de 2 ans. Le môme est envoyé au Dahra Irada à Taïf par son père, fervent mouride. Après l’apprentissage des textes sacrés, le jeune homme qui rêvait d’un avenir plus reluisant, loin de l’agriculture trop dépendante de la pluviométrie et des caprices de dame nature, tente sa chance à Mbacké où la vie était plus dynamique.

C’est là-bas qu’il est tombé sous le charme des véhicules. En attendant d’en posséder une, il décide de devenir apprenti-chauffeur pendant la saison sèche. A l’époque, il n’y avait que quelques rares véhicules de transport en commun qui assuraient la desserte entre la capitale du Mouridisme et la capitale administrative du Sénégal, Dakar.

Mais, son vœu d’acquérir fut ‘’exaucé’’ par la rencontre avec l’ancien Khalife général des mourides, Serigne Bara Mbacké, fils du deuxième Khalife de Bamba, Serigne Fallou, avec qui Ndiaga entretenait d’excellents rapports. Permis en poche en 1955 à Saint-Louis après une longue quête, le rêve de Ndiaga Ndiaye commence à prendre forme. Il acquiert son premier véhicule, une ‘’7 places’’, et assure la desserte Dakar-Darou Mousty pendant une vingtaine d’années, en serrant la ceinture.

Les péripéties de la révolution Ndiaga Ndiaye

Il parvient à acquérir des dizaines de Mercedes  508d usagées et érige deux garages à Thiès et à Dakar. Avec l’aide de ses mécaniciens, il arrive à réadapter ces vieilles guimbardes de transport de marchandise pour en faire des voiture de transport en commun révolutionnaire dans un contexte où la demande était très forte aussi bien à Dakar que dans les autres villes du pays.

Pour répondre à la demande sans cesse croissante, Ndiaga assure lui-même la coordination de son système, désignant lui-même les chauffeurs choisis parmi les meilleurs de l’époque, assurant lui-même la comptabilité et l’achat des nouveaux véhicules et coordonnant les opérations de maintenance du parc qui se faisait dans ses propres garages mécaniques pour éviter de se faire rouler dans la farine.  

Un empire de 355 bus en 1986

Le baol-baol finit par créer un empire et ses véhicules se comptaient par centaines. Son parc était estimé à pas moins de 355 véhicules ‘’Ndiaga Ndiaye’’ en 1986 et monopolisait plus de 90% du transport urbain et interurbain faisant de l’ombre à ses concurrents qui se partageaient la ‘’portion congrue’’ de 10%. Son empire était si puissant qu’en 1985, l’Etat du Sénégal a fait appel à lui pour assurait le service public durant la grève des travailleurs de la défunte Sotrac, ancêtre de l’actuel Dakar Dem Dikk.

Ce ‘’patriotisme’’ lui avait valu les vives remerciements de l’Etat. Il a d’ailleurs reçu à l’époque la médaille de l’Ordre National du Lion des mains du président Abdou Diouf. Si Ndiaga Ndiaye en est arrivé là, c’est à force de persévérance et de rigueur dans le travail qu’il a inculqué à ses enfants qui ont la charge de reprendre le flambeau. Et Pape Moussa Ndiaye, son fils chargé de coordonner les travaux au garage de Thiaroye, ne dira pas le contraire lui qui a su, à ses dépends, que son père était intransigeant sur certains principes.

Renouvellement du parc en bus Tata

« Il m’avait donné rendez-vous au garage, je suis arrivé à 5 heures 25, il a crevé les quatre pneus de mon véhicule avec son couteau» narre-t-il. En effet, Ndiaga, lève-tôt, ne badinait pas sur la ponctualité. La philosophie qu’il a inculqué à ses enfants, c’est que dans la vie, rien n’est donné, tout s’acquière dans la persévérance et la rigueur. Ainsi, il ne fait aucune faveur à ses enfants. Tous ceux parmi eux qui ont réussi à faire une place dans l’empire pour assurer la relève, ont dû trimer dur.

Aujourd’hui à l’ère de nouveau bus de transport, Ndiaga Ndiaye a dû s’adapter à la nouvelle donne pour survivre. Ses célèbres guimbardes qui ont fait aujourd’hui sa notoriété, sont troquées avec des bus Tata. D’ailleurs, il est le propriétaire d’un des plus grands parcs de bus Tata du pays. Un parc géré par son fils, Djiby Ndiaye.

Parti de rien, Ndiaga Ndiaye est un modèle de réussite pour les Sénégalais. En 2015, El Hadj Ndiaga Ndiaye avait d’ailleurs été élevé par le chef de l’Etat Macky Sall au grade de Grand officier de l’ordre national du mérite. 

Le magnat du transport sénégalais, repose désormais à son Darou Mousty natal. Que la terre lui soit légère !

liiiiiiiaffaire_de_malade

22 Commentaires

  1. Auteur

    En Juillet, 2020 (16:50 PM)
    Henry ford (constructeur automobile) c'est quand même trop dire... Que Dieu Accueille Ndiaga NDIAYE au paradis, amin!
    • Auteur

      Reply_author

      En Juillet, 2020 (18:50 PM)
      ils veulent faire des articles et contributions avec une grande gueule et des mensonges jusqu'a pousser les gens a dire des insanites sur d'honorables personalites innocantes. cette personne qui a pondu ce torchon sait t'elle reellement ndiaga ndiaye et henri ford.. peut elle reellement faire une difference entre transporteur et constructeur??? si elle savait tant soit peu la diiference, cet torchon d'article n'allait meme pas etre mis sur seneweb.
    • Auteur

      Reply_author

      En Juillet, 2020 (20:38 PM)
      merci wa diou bakh. il y a tellement de mensonges dans ce torchon. c'est vrai que cela peut inciter les gens à mal parler d'un brave homme qui a trimé dur sa vie durant. les premières acquisitions de 508 datent de la fin des années 80 en association avec un certain mar. ces véhicules étaient des voitures réformées par les pompiers allemands, la feierwehr. d'ailleurs quand ils débarquaient à dakar ils étaient peints en rouge avec l'inscription feuerwehr. c'est le fameux ndiegne fall courtier des malaisiens de nos passeports numérisés sous wade qui les importait.
      l'histoire de ndiaga ndiaye n'est pas cette romance qu'on veut nous vendre. on en sait plus que ce nullard de thieube ndiaye.
      paix à l'âme de ndiaga ndiaye. qu'il repose en paix au paradis.
    • Auteur

      Plagiat

      En Juillet, 2020 (01:36 AM)
      le texte est une copie coller d’un commentaire sur le décès de ndiaga ndiaye sur ce site même. quant au parallélisme avec henry ford, c’est une masturbation intellect du rédacteur de cet article moribond
  2. Auteur

    Macha Allah !

    En Juillet, 2020 (16:54 PM)
    Un grand Monsieur !
    Auteur

    Kani

    En Juillet, 2020 (17:00 PM)
    drole de comparaison
    Auteur

    Kani

    En Juillet, 2020 (17:08 PM)
    El Hadji Ndiaga Ndiaye s est fait tout seul dans le monde du transport senegalais

    je l ai admirer parceque il s est battu pour creer son empire dans le milieu du transport au Senegal .

    Mais de la a le comparer avec FORD me fait mal et je crois que l auteur de cet article est un journaleu
    Auteur

    En Juillet, 2020 (17:18 PM)
    Je pense le journalist n a pas une culture general pour nomme ce mMr Ps l. Henry ford.cCreature de voiture on parle lingerie



    Auteur

    En Juillet, 2020 (17:34 PM)
    Un grand Monsieur qui passe inaperçu.
    Auteur

    Constructifs

    En Juillet, 2020 (17:58 PM)
    Je l'ai connu personnellement. Je travaillais dans une banque dont il était client. Un homme d'affaires accompli. Ni familiarité ni ton cassant du parvenu. Il faisait ses affaires sans tambour ni trompette. On le respectait car il s'en tenait à son business. Aucun folklore de m'as-tu-vu. On ne savait même pas s'il était mouride ou khadr ou tidiane. Certains le croyait toucouleur bou galli ! !!. Et il a réussi. Paix à son âme
    • Auteur

      Phaedon

      En Juillet, 2020 (20:32 PM)
      très beau témoignage ! que dieu vous bénisse tous les 2 et vous accorde à vous une longue vie, amine.
    Auteur

    Mollah Omar

    En Juillet, 2020 (18:10 PM)
    Respect z ce monsieur.... seule la culture du travail nous mènera à un développement assuré.....
    Auteur

    En Juillet, 2020 (18:21 PM)
    S'il avait fini constructeur de voiture, on aurait applaudi.
    • Auteur

      Reply_author

      En Juillet, 2020 (00:50 AM)
      partant de rien devenu milliardaire en travaillant licitement, mérite des applaudissements
    Auteur

    Detroit

    En Juillet, 2020 (18:47 PM)
    Ce n'est pas parcque j'aime Détroit Capitale mondiale de l'automobile soit dit en passant) ou j'y ai habité mais Thieubeu Ndiaye, on ne peux comparer Henry Ford et Ndiaga Ndiaye. Ford etait un constructeur alors que Ndiaga Ndiaye est un transporteur (méritant du reste). Ford a créé un exode massif des habitants du Sud vers Détroit et le Nord des États-Unis surtout en offrant 5 dollars la journée de travail vers les années 1900.

    Une documentation et une rigueur feront de vous un journaliste compétent et cultivé.
    Auteur

    En Juillet, 2020 (18:49 PM)
    Il faut que les journalistes apprennent à faire simple, la comparaison avec Ford des premières lignes n'avait pas lieu d'être,. Ndiaga Ndiaye a été un grand homme d'affaire sénégalais, qui a eu du mérite, car parti de rien pour bâtir une telle entreprise, c'est la marque des grands entrepreneur.....Les jeunes sénégalais devrait en prendre exemple.. Que la terre lui soit légère..
    Auteur

    En Juillet, 2020 (18:50 PM)
    le modeste héritier sénégalais de Henry Ford (INDUSTRIEL)

    QUEL KONNNNNNNNNNNNN ce rédacteur, un âne !!



    Farba Ngom héritier de Einstein ?

    Aliou héritier de Pablo Escobar ?



    Auteur

    En Juillet, 2020 (18:51 PM)
    Ils veulent faire des articles et contributions avec une grande gueule et des mensonges jusqu'a pousser les gens a dire des insanites sur d'honorables personalites innocantes. Cette personne qui a pondu ce torchon sait t'elle reellement Ndiaga Ndiaye et Henri Ford.. Peut elle reellement faire une difference entre transporteur et constructeur??? Si elle savait tant soit peu la diiference, cet torchon d'article n'allait meme pas etre mis sur Seneweb.
    Auteur

    En Juillet, 2020 (20:31 PM)
    Inalilahi firdawsi
    Auteur

    En Juillet, 2020 (21:31 PM)
    Que le Bon DIEU l accueille dans son paradis firdawsi avec sa miséricorde
    Auteur

    En Juillet, 2020 (23:39 PM)
    Ndiaga ndiaye-Tahir Ndoye-Nohine Mar-Mbaye Mboup-Mané Mboup etc. de grands noms du transport de personnes qui méritent des reportages à la place des insipides no stress et autres vides émissions.
    Auteur

    En Juillet, 2020 (00:43 AM)
    Mes respects Mr Ndiaga Ndiaye. Je reclame un monument a son nom.
    Auteur

    Ask

    En Juillet, 2020 (07:13 AM)
    Ces omparaisons sont nocifs pour l éducation des jeunes

    Son parcours est assez éloquent pour faire exemple

    A force de prendre toujours les blancs comme exemple??

    Il faut être plus attentif a notre ETRE
    Auteur

    En Juillet, 2020 (07:54 AM)
    Ndiaga Ndiaye lobatt fall ameth amar..... vont nous manquer

    Prions pour eux

    Soutenons babacar Ngom serigne Mboup Bocar samba mimran bara Tall......

    Auteur

    Birome

    En Juillet, 2020 (19:13 PM)
    Paix à so âme. Que Dieu l'acceuielle en son Paradis. Il faut seulement ajouter pour être objectif et complet que les "Ndiaga Ndiaye" ont fait trop de morts sur nos routes et amené l'indiscipline et la pagaille dans le transport en commun sénégalais.
    Auteur

    En Juillet, 2020 (21:47 PM)
    Ndiaga Ndiaye a beaucoup fait, mais le mettre à cóté d Henri Ford c est être analphébéte. Et parler de Gotfried Daimler et Carl Benz est un sacrilège ! Et Jèlinek n a jamais construits un vélo. ! Les belles phrases vides ne font pas un beau texte, mon gars.

    Qu Allah lui accorde le Paradis.
    Auteur

    Oumarsy

    En Juillet, 2020 (22:38 PM)
    Que le Tout Puissant m'accueillir dans son Paradis éternel Amine

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email