Mardi 28 Juin, 2022 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Sante

Dr Aliou Diallo : « L’extension Du Vaccin Contre Le Cancer Du Col De L’utérus Est Prévue Pour L’année Prochaine»

Single Post
Dr Aliou Diallo : « L’extension Du Vaccin Contre Le Cancer Du Col De L’utérus Est Prévue Pour L’année Prochaine»

Après avoir rempli, avant l’échéance de 2020, les engagements internationaux en atteignant le taux efficient  de  90% en vaccination contre les maladies que sont  la diphtérie, le tétanos et la coqueluche, le Sénégal peut être compté parmi les bons élèves de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Par le nombre d’enfants vaccinés qui ne cesse d’augmenter et la disparition de la rougeole et de la poliomyélite, notre pays est même cité régulièrement comme une référence lors des rencontres internationales.

Le Dr Aliou Diallo, Conseiller du Programme élargi de vaccination (Pev) au Bureau de l’OMS au Sénégal est fier de cette performance. Il revient ici sur les acquis enregistrés par notre pays dans la réduction drastique de la morbidité et la mortalité, dans la lutte contre des maladies qui ont jadis décimé la petite enfance. A cœur ouvert, il nous entretient aussi du vaccin contre le cancer du col de l’utérus dont l’extension aux filles de 09 ans est prévue dans les écoles l’année prochaine. Mais également des espoirs suscités par la recherche sur le vaccin contre le paludisme actuellement testé dans deux pays africains.
 
LA VACCINATION SOURCE D’ECONOMIE 
 
«Les maladies que sont la diphtérie, le tétanos et la coqueluche étaient restées longtemps la bête noire des enfants. Le Sénégal s’est engagé résolument à mettre en place un système de vaccination robuste qui a permis d’atteindre toutes les cibles notamment la petite enfance. Les résultats enregistrés sont aujourd’hui très importants et octroient au Sénégal un large crédit auprès des institutions internationales de santé. Avec le recul de la morbidité, le recul de la mortalité, le recul de l’incapacité de certains enfants, il y aura moins de dépense en santé pour les familles qui peuvent utiliser cet argent pour la scolarité ou d’autres dépenses.» 
 
DISPOSITIONS  DE L’OMS
 
«Le travail de l’OMS, c’est d’accompagner les pays membres. Etant au Sénégal comme conseiller au Programme élargi de vaccination (PEV), mais sur le terrain, il est difficile de distinguer qui est de l’OMS et qui est du ministère. Tout ce qui est directives et normes de protocoles de l’OMS sont strictement appliqués sur le terrain. Nous ne sortons pas de ce cadre élaboré par l’Organisation mondiale de santé mais en respectant les orientations stratégiques nationales. Dans tous les pays l’OMS a un bureau, un conseiller spécial PEV qui est sensé accompagner le pays dans la recherche de résultats. Le Sénégal est un bon élève. Lors de chaque réunion internationale, la présentation de l’expérience du Sénégal est sollicitée. Depuis deux ans, le nombre d’enfants vaccinés au Sénégal ne cesse d’augmenter. Il y a un réel progrès comme le montre les indicateurs.»
 
STRATEGIES POUR REUSSIR LE BOND DE 93%
 
«Pour y parvenir, beaucoup de stratégies ont été mises en place, allant  du renforcement de capacités des agents qui exécutent les vaccinations à la coordination et la supervision des opérations ciblant la petite enfance. Chaque début d’année, nous nous concertons avec tous les responsables de programmes des districts et des régions médicales. Pendant quatre jours, on cerne les difficultés, les indicateurs et on adopte les bonnes propositions. Dans cette analyse de fond, nous situons aussi les causes des contreperformances entre les districts et les partenaires. En plus de ces réunions, nous allons vers ces régions médicales tous les trois mois pour un suivi afin de ne pas être surpris à la fin de l’année. Les agents de districts, postes de santé et autres  structures de santé ont été formés et assistés par l’OMS, l’UNICEF et les partenaires du Programme élargi de vaccination notamment sur la gestion des vaccins. Un plan de suivi qui a été élaboré et adopté avec les médecins nous permet de suivre, à temps réel, l’évolution des opérations. C’est donc toute une stratégie combinée adoptée par le Sénégal qui a permis d’arriver à ce bond de 93%.»
 
LA ROUGEOLE ET LA POLIO ONT DISPARU
 
«Je donne en exemple la rougeole qui, avant les années 2000, enregistrait  plus de 50.000 cas, entrainant beaucoup de décès par an. Grâce à la vaccination, on n’a pas un seul cas de décès causé par la rougeole depuis 2005. Donc la maladie a fortement reculé au Sénégal. D’ailleurs, j’ai connu des médecins qui viennent de terminer leur formation et qui n’ont pas encore vu un seul cas de rougeole. Alors que nous,  quand on était étudiant en médecine, cette maladie était du lot quotidien des consultations. Au service  des maladies infectieuses du CHU de Fann, il y avait une salle exclusivement réservée aux malades de rougeole. Mais, depuis qu’on a commencé à vacciner, le responsable de cette «salle rougeole» est maintenant édifié sur le recul de cette maladie, il est devenu médecin de santé publique. C’est dire que  le travail est dans la prévention. Au lieu d’attendre les malades pour les traiter, il faut lui barrer la route en amont. La poliomyélite (polio) est aussi un autre exemple car, avant 1998, il y avait beaucoup de paralysie chez les enfants. Maintenant on n’en a plus. En 2010, suite à l’importation de 18 cas qu’on a pu juguler en quatre mois. Depuis lors, on a plus de cas. Tout cela, ce sont les résultats de la vaccination.»
 
VACCIN CONTRE LE  CANCER DU COL DE L’UTERUS
 
«L’on est en train d’expérimenter le vaccin du cancer du col de l’utérus. L’extension était prévue pour cette année et le plan prêt pour démarrer en novembre 2017 pour la première dose. Mais GAVI a évoqué la problématique de la disponibilité suffisante du vaccin et nous a demandé de la repousser en 2018. La majorité de la cible se trouve à l’école primaire, et maintenant c’est au mois de mai prochain que l’on  vaccinera les enfants, avant la fin de l’année scolaire. A Lomé où une rencontre s’était tenue, d’autres pays ont choisi d’autres cibles. Au niveau du Sénégal, nous avons choisi la cible de 9 ans, alors qu’ailleurs c’est la cible de 14 ans qui est visée. Avec GAVI, il était question d’une seule cohorte pour la démonstration. Le Sénégal a choisi la tranche d’âge de 9 ans pour être sûr de vacciner tous les enfants de cette cible à l’école. Car, en choisissant entre 10 à 14 ans, la cible va être dispersée et il n’y a pas beaucoup de moyens. D’autres pays ont voulu suivre le Sénégal dans la détermination de cette cible, mais c’était déjà trop tard.» 
 
EXPERIMENTATION DEPUIS 2014
 
«Le vaccin du papillon virus qui lutte contre le cancer du col de l’utérus est efficace mais il faut le prendre avant l’âge de 14 ans. Introduit au Sénégal depuis 2014, il a été expérimenté durant deux ans dans les districts sanitaires de Mékhé et de Philippe Maguilène Senghor. Dans la troisième année, le district de Khombole a été enrôlé. Alors que pour cette année, on devrait l’étendre à tous les districts. Son coût est de 18.000 F Cfa pour une seule dose. 
 
Pour la cible âgée de 9 à 14 ans, il faut deux doses espacées de six mois, cela fait un coût de 36.000 FCfa pour une seule fille. Mais, grâce au soutien financier de GAVI, le vaccin est totalement gratuit mais ne cible que les filles de 9 ans au Sénégal. La demande est très forte et les firmes qui produisent ces vaccins ont un problème de disponibilité. Toutefois, GAVI a proposé au Sénégal, le rattrapage sur la tranche d’âge de 9 à 14 ans en une seule année. Ensuite sur la tranche d’âge de 9 ans. Ce qui va permettre au Sénégal d’enrôler beaucoup de filles.  
 
Les femmes mariées qui ont déjà des enfants peuvent prendre le vaccin du cancer du col de l’utérus. Elles le font avec trois doses. Mais le vaccin est plus efficace quant il est fait suffisamment tôt. Le virus ne pourra alors pas s’installer.»
 
UN VACCIN CONTRE LE PALUDISME EN EXPERIMENTATION
 
«Nous sommes attentifs et nous suivons ce qui se fait dans la recherche sur les vaccins. Aujourd’hui, nous sommes en train de suivre l’évolution des recherches sur le vaccin contre le paludisme.  Nous étions invités à deux reprises pour une restitution sur l’état d’avancement du vaccin. Dès qu’il sera mis au point, il sera disponible. Actuellement, l’expérimentation se fait à petite échelle dans deux pays d’Afrique anglophones pour voir l’efficacité réelle de ce vaccin. Si cela donne des résultats concluants, tous les autres pays pourront l’avoir.» 
 
PRESERVER ET MAINTENIR CES ACQUIS
 
«Les efforts sur le PEV doivent être maintenus. Il faudra éviter d’avoir atteint 90% et de dégringoler l’année suivante à 70%. Pour maintenir les acquis, il faudra néanmoins mettre en place une chaine de froid, procéder au renouvellement des équipements qui ont des durées de vie limitées. Car, si les vaccins ne sont pas bien gardés, il peut y avoir échec sur la vaccination des enfants. Le Sénégal est le seul pays qui est passé au plan que GAVI a élaboré pour une plate forme d’optimisation de la chaine de froid. Et, d’ici deux ans, tous les équipements de la chaine de froid  du Sénégal seront remplacés. Parce qu’un budget est prévu à cet effet. L’Etat et Gavi vont financer ces équipements qui seront suivis par des ingénieurs, planificateurs et beaucoup de spécialistes indépendants payés par GAVI.»


affaire_de_malade

4 Commentaires

  1. Auteur

    Elegence Beaute

    En Juillet, 2017 (16:59 PM)
    ELEGENCE BEAUTE 766968634 :jumpy2:  :jumpy2:  :jumpy2:  :jumpy2:  :jumpy2: 
    Top Banner
  2. Auteur

    Xeme

    En Juillet, 2017 (18:13 PM)
    Comprenez que la stérilisation des femmes sénégalaises sera lancée en 2018.
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Juillet, 2017 (19:16 PM)
     :sunugaal:   <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">   :sunugaal:  :fbhear:  :thumbsup: 
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Juillet, 2017 (21:49 PM)
    Thanks Docteur Diallo

    {comment_ads}

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email