La réévaluation du FCFA : il est temps!!!!

International
  • Article ajouté il y a 17 octobre 2012
  • Author: Just ndiaye

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Cela fait 30 ans, cette année, que la monnaie FCFA a été dévaluée pour relancer l'économie des pays de l'UEMOA. En effet, cette dévaluation devrait permettre à ces pays d'augmenter leur exportations et par conséquent leur production. Mais, le constat est que la part de l'Afrique dans le commerce international est restée faible (2%), d'où les raisons à se poser des questions sur le pertinence de continuer à maintenir cette baisse de la monnaie face à l'euro. Depuis cette dévaluation, les produits importés sont devenus trés chers car les prix ayant doublé, 1 Euro est passé de 327,96 FCFA  à 655,98 FCFA. 

Aujourd'hui l'Afrique et particulièrement les pays de l'UEMOA, sont entrain de connaître leur décollage économique et l'Afrique est est considérée comme le continent du futur. Ce décollage devrait être rythmé par une politique monétaire forte pour permettre aux entrepreneurs africains d'avoir des materiels à des prix compétitifs d'autant plus que l'Afrique ne dispose pas de facteurs de production ( facteur qui est indispensable pour le dévelopement économique). Une réévaluation par une hausse de la valeur de la monnaie de 655.96 FCFA à 327,98 FCFA pour 1 Euro entraînera une baisse des prix des produits importés qui impactera inévitablement le processus de production des pays de l'UEMOA. Les facteurs de production tels que les ordinateurs, les tablettes, le téléphones portables, les machines industrielles, les tracteurs, les voitures, camion etc....... vont connaître une baisse des prix de moitié donc à la portée des entrepreneurs. Actuellement la maitrise des facteurs de production est une casse tête pour les entrepreneurs du fait du prix trés élevé de ces produits importés, ce qui constitue un ralentissement de l'activité économique.

Avec la réévaluation du FCFA, la dette extérieure des pays va baisser (pour rappel, la dévaluation du FCFA en 1994 avait entrainé une hausse de la dette extérieure des pays de l'UEMOA).

La réévaluation va également entraîner une baisse de la facture du pétrole, et par conséquent une baisse de l'énergie.

Cette réévaluation va également entraîner une baisse de l'immigration car avec la baisse de la monnaie européenne face au FCFA, les immigrés verront leur investissement baissés et donc plus motivés à aller en europe pour chercher de l'euro.

La réévaluation du FCFA à sa valeur d'origine, c'est à dire 1 Euro pour 327,98 FCFA, est une des conditions pour assurer le développement économique de nos pays.

 

 

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :