Prendre les menaces de Yaya Jammeh au sérieux

International
  • Article ajouté il y a 17 octobre 2012
  • Author: Just ndiaye

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Nous avons récemment entendu à travers la presse certains propos du dictateur Yaya Jammeh menaçant de tuer tout sénégalais arrêté dans le vol de bétail en Gambie. L’Etat du Sénégal doit réagir dans les meilleurs délais, si ces allégations sont avérées véridiques, la loi n’est pas unipersonnelle elle est générale, Yaya ne peut pas laisser libre les voleurs de bétail des autres nationalités en passant par les gambiens et tuer les sénégalais encore qu’ils soient des voleurs. Par ces menaces nous sentons un coup de yaya qui veut simplement tuer des sénégalais innocents, en les accusant de voleurs de bétail alors qu’il n’en est rien. Depuis la fermeture des frontières Yaya en veut aux Sénégalais et veut se venger, « qui veut tuer son chien l’accuse de rage » et sur ce l’Etat du Sénégal ne restera pas faible. L’Etat du Sénégal doit assurer la sécurité et une justice équitable des sénégalais à l’intérieur comme à l’extérieur du pays en fonction des rapports bilatéraux avec les autres Etats.

\r\n\r\n

Il est temps de faire comprendre à Yaya qu’une population de 2 millions d’habitants ne peut comprendre contre une population 15 millions d’habitants qui l’entoure, c’est un suicide pour Yaya et son régime, encore qu’il est impopulaire dans son petit pays et particulièrement dans son armée. Que Yaya sache que le Sénégal est prêt à mettre 3 millions de jeunes  sur la Gambie Nord-Sud- Est-Ouest pour libérer le peuple Gambien et se libérer d’un dictateur. Il devrait éviter de pousser le bouchon trop loin, de ne pas franchir la ligne rouge, le Sénégal ne veut que la paix. Nous sommes sous-développés et notre objectif c’est l’émergence, et pour qu’il y ait émergence il faut paix et stabilité et celui qui veut la paix se prépare pour la guerre. Alors Yaya ne constitue pas un obstacle à notre emmergence, tu n'es qu'un flambeur, t'as rien dans le ventre.  Le Sénégal ne tolérera pas des crimes ni d’assassinats sur des pauvres innocents sénégalais en les accusant de voleurs de bétails dont le seul but est de satisfaire la vengeance d’un dictateur qui a perdu suite à une petite querelle voisine sur la fermeture de sa frontière. Yaya ferait mieux de boire sa honte car humilié et d’épargner les pauvres voyageurs sénégalais  qui ne font que traverser un pays frère.

\r\n
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :