Et si Marine Le Pen nous aidait à rompre le lien ombilical avec la France

Blogs

Et si Marine Le Pen nous aidait à rompre le lien ombilical avec la France

Le discours de Marine Le Pen sonne comme le début d une nouvelle forme de relation entre la France et ses anciennes colonies. Comme le dit l adage à toute chose quelque fois malheur est bon . Si elle met en pratique son programme, les relations que nous entretenons avec la France prendraient une autre tournure au grand bonheur des populations africaines. Les états africains prendraient ainsi leur destin en main.

Les relations entre la France et les états africains n ont jamais été gagnant gagnant. Les intérêts français n ont jamais été aussi bien servis que sous le regime de Macky Sall. EFFAGE, TOTAL, SENAC, Necotrans qui gère le port vraquier de Dakar et ORANGE,se sucrent sur le dos du contribuable sénégalais étouffant par la même occasion les entreprises sénégalaises qui peinent à décoller. Un pays qui aspire a l emergence  ne doit jamais laisser certains secteurs de son economie entre les mains d entreprises etrangeres. Aujourd hui des secteurs aussi vitaux comme les hydrocarbures entre les mains de TOTAL, l eau contrôlée par la SONES, les télécommunications avec Orange, les infrastructures avec Effage etc... sont entre les mains d entreprises françaises. Et pourtant en France même Le premier ministre francais, a signe mercredi 14 mai un decret « relatif aux investissements étrangers soumis à autorisation préalable » qui devrait permettre a l etat de s opposer a la prise de controle d un tres grand nombre d entreprises francaises. Jusqu ici cantonné à onze activités liées à la défense et à la sécurité, il s appliquera désormais aussi à « l approvisionnement en électricité, gaz, hydrocarbures ou autre source énergétique ». « Le choix que nous avons fait, avec le premier ministre, est un choix de patriotisme économique. Ces mesures de protection des intérêts stratégiques de la France sont une reconquête de notre puissance, explique M. Montebourg au Monde . Nous pouvons désormais bloquer des concessions, exiger des contreparties. C est un réarmement fondamental de la puissance publique. La France ne peut pas se contenter de discours quand les autres Etats agissent. » Ce discours est clair net et precis, si la grande France se barricade pour proteger ses entreprises strategiques foulant au pied les directives europeennes nous pays sous developpes quelle posture devons nous prendre? Doit on laisser nos entreprises strategiques entre les mains d etrangers?

Dans une contribution Seydina Oumar Toure s’en prenait à la SENAC, entreprise attributaire de l’exploitation de l’autoroute à péage. il déclare : « La Senac va encaisser au minimum 422 milliards CFA alors qu’elle n’a participé que pour 61 milliards CFA au financement. Elle va ainsi engranger 361 millards CFA d’ici à 2039 sur la base d’hypothèses de recettes minimalistes ».?Considérant que la SENAC est l’entreprise « qui n’a que peu participé au financement et qui a tout raflé », Mr Touré déclare : « Contrairement aux déclarations des dirigeants du groupe Eiffage, cette compagnie a un retour sur investissement de moins de 10 ans. En effet, l’autoroute génère actuellement un minimum de 14,5 milliards par an. Et c’est un minimum car nous avons calculé les recettes sur une médiane de 700 CFA par transaction. Alors que les tarifs varient entre 400 CFA et 2700 CFA ». Touba oil la seule entreprise 100% sénégalais patauge aujourd hui dans des difficultés, la plus part de ses stations de service ont été rachetées par TOTAL qui augmente ainsi son hégémonie dans le secteur des hydrocarbures. Eiffage cette autre entreprise francaise a octroye a TOTAL en exclusivite et sans appel d offres l implantation de station de service  tout le long de l autoroute a peage.

Si on parle de NECOTRANS qui a obtenu la consession d une superficie de 91000 m2 au niveau du port vraquier du mole 8 pour une durée e 25 ans. Là-bas l état du Senegal encaisse chaque année près de 766.000.000 francs de Necotrans. C est très peu si on le compare au montant versé par les manutentionnaires sénégalais qui était de l ordre de 2.700.000.000 francs. Dans cette affaire le Senegal perd sur toute la ligne. Une perte de l ordre de 2.000.000.000 francs par an, un vrai SCANDALE. Le pire dans cette affaire est que Necotrans fait des recettes de l ordre de 12.000.000.000 francs par an, cela lui permettra en moins de 4 ans de récupérer les 48.000.000.000 francs qu elle compte investir au niveau du port de Dakar. Aujourd hui des entreprises nationales essaient de se faire une place mais elles sont souvent confrontees a des problemes de moyens parce que les principales banques de la place sont francaises et ne les facilitent pas les prets souhaites. Ainsi sans appui financier il est impossible pour nos entreprises de concurencer les autres aux moyens colossaux.

Si notre pays veut aspirer a l emergence nous devons avoir des entreprises solides capables de concurrencer les entreprises venues d ailleurs, des holdings a developpement vertical qui permettrons aux entreprises annexes d asseoir un developpement horizontal. c est bien de creer une usine de montage de vehicules a l image du groupe CCBM mais il serait mieux pour notre economie que  des entreprises annexes soient creees pour fournir les accessoires necessaires a la confection du vehicule exemple le cockpit, les feux de signalisation, les feux arrieres, les chaises, les tapis, le volant etc...au lieu de les importer toujours. C est ca la force des pays anglophones à l image du Nigeria et de l Afrique du Sud contrairement aux pays francophones étouffés par la France.

Facebook.com/Mahamadou Aidara

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

Vous pouvez lire aussi

Commentez cet article

Pseudo *

Votre commentaire :

Pseudo *

Mon commentaire *