(SAINT-LOUIS) Circulation alternée jusqu'au 07 avril: Le PONT FAIDHERBE en RÉPARATION après une garantie de pérennité trentenaire

Blogs
  • Article ajouté le : 02 Jeudi, 2015 à 12h04
  • Author: Usman TUREY

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

 

Inauguré en 1987 et inscrit en 2000 sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO, le Pont Faidherbe est au cœur des communications de la ville de Saint-Louis, ce qui lui confère un rôle stratégique important. En effet, il constitue la seule infrastructure qui relie le centre économique de la ville avec l'extérieur. D’une longueur de 506 m, le pont Faidherbe se distingue par une travée mobile manœuvrable à la main qui permet le passage de la navigation fluviale. En 2002 et en 2005, il a fait l'objet d'études pour sa réhabilitation complète à cause des faiblesses alarmants au niveau des structures principales qui pouvaient compromettre la pérennité globale de l'infrastructure.Ainsi, à la suite de nombreuses rencontres dédiées à des expériences d'analyse et de diagnostic par les experts concernés, mais aussi suite à la décision du conseil de surveillance du 15 décembre 2005, beaucoup d'organismes, nationaux comme internationaux, se sont engagés à financer les travaux de reconstruction/réhabilitation du pont. En effet, l'ADP, l'Etat du Sénégal, l'UNESCO, l'OMVS entre autres ont significativement contribué à la réalisation de ce projet: L'ADP avait tablé sur 6 Milliards de Franc CFA, l'Etat du Sénégal avait budgétisé 2 Milliards en 2005 et devrait budgétiser un montant équivalent en 2006 (ce qui aurait normalement fait 4 Milliards) et l'OMVS envisageait de participer à la réhabilitation du mécanisme permettant la rotation de la travée tournante et dont le coût était estimé à 0.7 Milliard de FCFA. Rappelons que le coût de la réhabilitation entière de l'infrastructure était fixé à 11 Milliards de Franc CFA par l'Agence Autonome des Travaux Routiers (AATR) et le chef de projet était Momar Guèye. D'aucuns même disent que le montant global du financement du projet s’élevait à 18 Milliards, d'autres à 14.5 Milliards. Eiffage Sénégal aurait gagné le marché et s'était engagé à achever le travail pour une durée seulement de 3 ans: Ce qu'elle n'a pas du tout fait car les travaux ont durée plus de 6 ans. Aujourd'hui, avec tous ces Milliards consacrés au projet de réhabilitation de ce pont dont 4 Milliards de l'argent du contribuable que nous sommes et les autres Milliards en provenance de quelques bonnes volontés ainsi que des synergies en matières de coopération décentralisée, les Saint-Louisiens ont mérité un pont qui en moins de 3 ans, après avoir été réhabilité, apparaît de qualité horrifiante qui lui vaut des entretiens et réparations itératifs.  On essaye de nous faire avaler le fait que la circulation a été alternée pour une raison d'entretien dont la  situation de l'infrastructure a fait objet. Mais nous savons très bien que si c'était vraiment pour une question de simple entretien, pertinent ne serait jamais l'idée d'avoir retenue plus d'une semaine à cet effet. Donc, forcément, il y'a anguille sous roche. Autrement dit, il y'aurait des informations qu'on a point préféré communiquées aux publics. Ces informations étant facilement devinables peuvent s'englober en ces termes: le Pont Faidherbe de Saint-Louis est une pacotille. Oui une pacotille. Voyons nous ne sommes pas autant dupes pour ne pas comprendre qu'une opération d'entretien du Pont n'est qu'une question de contrôle et de prélèvement de faits/situations à analyser pour ensuite intervenir et corriger s'il y'a problème. Généralement l'entretien du pont doit consister à voir si les travées ne se sont pas dégradées, si la protection anti-corrosion de l’ouvrage est effective; si le mécanisme de la travée tournante est toujours fluide et répondant, si l’éclairage de l’ouvrage et la conduite d’eau sont maîtrisés. Et normalement, en trois ans seulement, ces éléments ne doivent présenter aucun problème si et seulement si la qualité fut au rendez-vous lors du processus de réhabilitation !!!Ainsi il y'a intervention c'est parce qu'il y'a véritablement problème. Sinon si tout allait bien, on aurait seulement fait un constat et puis s'en aller. Pas besoin d'alterner la circulation! Donc ce qu'il faut mettre dans ces signalétiques c'est plutôt "circulation alternée, pont faidherbe dégradé"!!!  C'est pas sérieux! Tous ces Milliards concentrés dans une infrastructure qui s'habitue aux chirurgies en seulement trois années après être délivrée! C'est Grave! Finalement l'argent du contribuable aurait servi d'arbre à fruit succulent pour soulager les faims hypocrites des politiques et autres entités économiques. A quand le sérieux dans ce pays? #Deugrek#Le_Combat_Continue

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :